Put your name here

connexionS'accréditer | S'abonner | Se connecter | Faire un don
> Logo ABP
ABP e brezhoneg | ABP in English |
De Gaulle à Montreal le 24 juillet 1967
De Gaulle à Montreal le 24 juillet 1967
- Chronique -
Vive la Catalogne libre !
Catalogne, Québec - à la différence de de Gaulle pour le Canada, Macron déclare son attachement à l'unité constitutionnelle de l'Espagne.
Yves-François Le Coadic pour ABP le 28/10/17 10:32

Si Macron avait été de Gaulle, il aurait pu déclarer à Barcelone en octobre 2017 ce que le général avait déclaré le 24 juillet 1967 à Montréal.

“Je vais vous confier un secret que vous ne répéterez pas. Ce soir ici, et tout le long de ma route vers Barcelone, je me trouvais dans une atmosphère du même genre que celle de la Libération. Et tout le long de ma route, outre cela, j’ai constaté quel immense effort de progrès, de développement et par conséquent d’affranchissement vous accomplissez. Vous accomplissez ici, et c’est à Barcelone qu’il faut que je le dise, parce que s’il y a au monde une ville exemplaire par ses réussites modernes, c’est la vôtre. J’emporte de cette réunion inouïe de Barcelone un souvenir inoubliable. La France entière sait, voit, entend ce qui se passe ici, et je puis vous dire qu’elle en vaudra mieux. Vive Barcelone ! Vive la Catalogne! Vive la Catalogne libre !”

On s’étonnera aujourd’hui que l’actuel Président français clairement fait savoir qu'il désapprouvait toute proclamation d'indépendance des Catalans en déclarant son attachement à l'unité constitutionnelle de l'Espagne. Tout le contraire de De Gaulle qui était nettement plus audacieux et ne s’embarrassait pas de l’unité du Canada.

Deux poids, deux mesures. C’est vrai que le Québec parlait français et qu’on aurait peut-être voulu en faire un département français.

Alors que la France de De Gaulle entendait aider les Canadiens français à atteindre les buts libérateurs qu’eux-mêmes s’étaient fixés, le France de Macron et nombre de Français effarouchés n’ont pas cette même position à l’égard des Catalans et des peuples européens luttant pour leur liberté.

Voir aussi :
Yves-François LE COADIC Youenn-Fañch AR C'HOADIG
Voir tous les articles de de Yves-François Le Coadic
Vos 5 commentaires
David Autret Le Samedi 28 octobre 2017 21:02
Votre chronique m'amène à deux questions importantes:
Faut-il comprendre que vous êtes nostalgique de la "France de De Gaulle"?
Et pensez-vous vraiment que De Gaulle aurait encouragé la sécession d'une province espagnole dans le contexte européen, sécession qui peut remettre en cause la "religion de l'État-nation" sur laquelle repose justement l'invention de la France. Franchement!
(0) 

Yves-François LE COADIC Le Lundi 30 octobre 2017 19:05
Ma réponse à la première question est non.
Et deuxième réponse: De Gaulle aurait encouragé la sécession de la Wallonie, province belge européenne.
(0) 

MANSKER Le Vendredi 3 novembre 2017 11:33
Année 1967, voyons voir... Francisco Franco est toujours au pouvoir il me semble. On se demande d'ailleurs pourquoi, lui qui collaborait activement avec le troisième reich. La Catalogne était alors sous la coupe du pouvoir, interdiction de parler catalan et j'en passe. J'ignore les raisons de cette présence active au pouvoir du caudillo espagnol, mais il est plus que certain que des idées d'émancipation ont dues naître dans cette région catalane. Emancipation que l'on peut comparer à un divorce. Mieux vaut vivre seul que mal accompagné. Quand aux Catalans actuels, ils ne souhaitaient pas l'indépendance, mais une plus grande liberté financière. Le dialogue étant impossible, ce qui devait arriver arriva. La cassure. Quand au président qui se trouve en Belgique, et que l'on traite, à tord et à travers de tous les noms, je vous rappelle le souvenir de Lluis Companys, président lui aussi de la république catalane, qui se refugia en Bretagne. Dénoncé et arrêté par la gestapo il fut condamné par un tribunal militaire et fusillé à Montjuic. Vous comprenez que des garanties sont nécessaires.
Quand à De Gaulle, il fut bien utile en son temps, malgré qu'il fut d'esprit militaire et non un homme d'esprit politique. Placez les hommes dans le contexte de leurs époques respectives et vous aurez la réponse à beaucoup de questions.
Quand à la Catalogne, de bons points pour les euro-septiques, vu la réaction des élites politiques européennes, malgré la contestation de très nombreux intellectuels et universitaires européens. Sommes-nous dans la même configuration qu'à l'époque de Franco, lorsqu'on le laissa au pouvoir jusqu'en 1975 ?
(0) 

David Autret Le Samedi 4 novembre 2017 06:26
@l'auteur
Merci pour votre réponse.
Au minimum, une certaine admiration pour De Gaulle?
(0) 

spered dieub Le Samedi 4 novembre 2017 19:49
Mansker je partage en grande partie votre commentaire ,cependant en ce qui concerne Hitler et Franco ce n'est pas si simple ,le caudillo a été très habile .Il a utilisé les nazis pour réprimer les basques ,les catalans à travers l'arrestation de leur leader par la gestapo .Pour le reste il a réussi à rester ambigu et à rouler Hitler dans la farine .C'était un rusé dans son genre ..L'attitude espagnole est symptomatique de toutes les contradictions idéologiques et politiques de ceconflit ..Voici un article très instructif à travers lequel je ne pense pas trop sortir du sujet .
(0) 

Commenter :
Votre email est optionnel et restera confidentiel. Il ne sera utilisé que si vous voulez une réponse d'un lecteur via email. Par exemple si vous cherchez un co-voiturage pour cet évènement ou autre chose.
ANTI-SPAM : Combien font ( 9 multiplié par 2) + 2 ?

ABP

Publier

Nous suivre

2003-2024 © Agence Bretagne Presse, sauf Creative Commons