Put your name here

connexionS'accréditer | S'abonner | Se connecter | Faire un don
> Logo ABP
ABP e brezhoneg | ABP in English |
Paul Mumbach et Christian Troadec
Paul Mumbach et Christian Troadec
- Communiqué de presse -
1ère signature pour un candidat régionaliste à l'élection présidentielle de 2017
La première signature pour un candidat régionaliste à l'élection présidentielle de 2017 vient d'être accordée ce jeudi par Paul Mumbach, le maire de Dannemarie, en Alsace, en présence d'Andrée
Christian Troadec pour Christian Troadec le 16/04/15 13:54

La première signature pour un candidat régionaliste à l'élection présidentielle de 2017 vient d'être accordée ce jeudi par Paul Mumbach, le maire de Dannemarie,

en Alsace, en présence d'Andrée Munchenbach, présidente de Unser Land, le parti alsacien.

Cette première signature a été officialisée aux termes d'une cérémonie particulièrement chaleureuse en mairie en présence de nombreux élus et représentants de formations démocratiques.

Paul Mumbach est maire de Dannemarie, président des maires ruraux du Haut-Rhin et président de la Fédération démocratique alsacienne.

Manque plus que 499 signatures.... le travail continue !

Christian TROADEC

Maire de Carhaix

Conseiller départemental du Finistère

Voir aussi :
Vos 24 commentaires
Paul Kerguelen Le Jeudi 16 avril 2015 14:34
Plus que 499!
Mais, sachant que la candidature de Christian Troadec ne concerne pas uniquement la Bretagne, mais l'ensemble des régions françaises, il y a fort à parier que ce dernier obtiendra les 500 signatures!
Cela serait bien le diable qu'il ne les réunisse pas, sur 36000 communes que compte la France! Quand on voit certaines candidatures totalement farfelues, Je ne doute qu'il y réussisse!
A nous de nous mobiliser derrière et l'aider à faire campagne!
Et pour ceux qui doutent, se poser ces questions: Peut-il faire pire que tous ceux que nous avons eu jusqu'à présent? et n'est-il pas temps d'essayer autre chose?
Mais j'avoue me poser une question. Il faut 500 signatures de maire. Mr Troadec étant maire de Carhaix, sa signature en tant que maire et non en tant que candidat est-elle alors prise en compte?
Si, oui, alors plus que 498...
Si non, plus que 499..
Quoiqu'il en soit, bonne continuation à Christian Troadec!
(0) 

Yann LeBleiz Le Jeudi 16 avril 2015 18:22
Olà, pas sûr!!!
Une telle candidature pourrait voir apparaître un bouclier encore plus important que celui qui existe vis à vis du FN!
Je vois déjà les maires de Bretagne, d'Alsace, Corse, Savoie et Pays-Basques refuser la signature au nom de la République "Une et Indivisible"...! En allant immédiatement "monnayer la non signature" après des états majors parisiens!
Où à l'inverse, les états-majors menacer d'exclusion ceux qui signeraient cet acte anti-Républicain...!
Et la justification de mise sous écoute de cette équipe, URVOAS doit déjà y penser!
Mais, il se peut aussi que les Maires fédéralistes français (ça existe) se mettent à signer...! Ca pourrait donner de la voix aux français non jacobins!
En tout cas, la démarche est innovante, et c'est certainement la meilleur idée depuis 200 ans pour obtenir la Démocratie!
(0) 

Peri Loussouarn Le Jeudi 16 avril 2015 21:43
Bretagne : 100 signatures,
Savoie, 100,
Corse, 100,
Pays-Basque, 100,
et une dernière centaine en Corse...
et le compte est bon.

An hini na avantur netra na koll na gounid ne ra
(Celui qui ne risque rien ne perd ni ne gagne)
(0) 

Paul Kerguelen Le Vendredi 17 avril 2015 01:48
@ Yann LeBleiz
J'ai aussi pensé à tout ce que vous avez écrit.
Mais la France comporte 36000 communes, dont 34000 communes rurales.
Je ne compte pas les 2000 communes urbaines aux mains des grands partis.
Ne pas oublier non plus que Christian Troadec est maire, et qu'il existe des associations de maires, telles que l'association des maires ruraux ou celle des "zébres".
Ces maires ne sont pas tous dans des partis politiques et se battent souvent localement.
Qui est plus apte à les comprendre? Christian Troadec? ou les barons des partis?
Si la Bretagne à tout à gagner à son élection, elle n'est pas la seule! Son élection serait bénéfique à toutes les autres régions.
C'est pourquoi, même en prenant les éléments que vous avez cité, je ne doute qu'il réussira à rassembler ces 500 signatures.
Alors, commençons à nous mobiliser!
Car même sans connaître son programme pour les présidentielles, n'oublions pas non plus qu'il est entrepreneur et donc, connaît le monde de l'entreprise.
C'est donc celui qui sera le plus à même à faire bouger, à faire changer les choses, et ce, dans beaucoup de domaines!!
(0) 

Philippe Guilloux Le Vendredi 17 avril 2015 09:35
Cheminade qui nous promettait la visite des martiens avait ses signatures.
Ne soyez donc pas défaitiste.
(0) 

Hubert Jestin Le Vendredi 17 avril 2015 10:27
@Peri Il faut des signatures dans 30 départements et aucun des départements ne doit dépasser 50 signatures chacun.
(0) 

Yann LeBleiz Le Vendredi 17 avril 2015 11:14
@ Tugdual Radiguet
On est bien d'accord,
Mais pour avoir visionner les débats au Sénat sur la Réunification de la Bretagne et constaté que pour 80% des Sénateurs la Bretagne était ni plus ni moins que le symbole à abattre de l'anti-République... Je préfère voir avec réalité le système dans lequel nous vivons!
Il ne faut pas rêver, le chemin est difficile presque impossible à réaliser (c'est étudier pour, selon le terme connu...), mais TROADEC a ses chances, principalement pour l'unique raison qu'il se bagarre pour gagner avec l'intelligence qui lui permet d'accepter les obstacles et ainsi les gérer!
Il faudrait que d'autres Maires Bretons lui emboitent le pas!
Comme je le disais, il pourrait même trouver un soutien chez certains Maires français qui n'acceptent pas ce système transformant leur pays en technostructure coloniale au service d'une idéologie.
Je suis persuadé que beaucoup de Français préféreraient vivre dans un pays fédéral libre qui laisse aux peuples non français mais aussi au peuple français le choix de leur destin, même si ce choix peut s'appeler reprise de la souveraineté.
Troadec, j'en suis persuadé, est dans une excellente démarche!
@ Peri Loussouarn
La Bretagne a une population de 4,5 millions d'habitants, la Corse 300 milles habitants, soit 15 fois la population de la Corse...
Si les Corses donnent 100 signatures j'ose espérer que les Bretons donneront un nombre en proportion...
(0) 

An Floc'h Le Vendredi 17 avril 2015 11:18
Très bon de commencer par l'Alsace. Cette région à l'identité forte et complexe, restant très attachée à la France et étant elle-même dans la seule brèche du système jacobin continental.
En la sacrifiant, Paris a pris un gros risque dans sa réaction après 40 années, pourtant piteuse, de décentralisation. Plus que pour la Bretagne finalement sauvée d'abord pour protéger le PS avant l'unité nationale, s'être aliéner l'Alsace lui coûtera cher.
Continuer en Savoie ou en Occitanie, à l'image plus consensuelle, avant la Corse et le Pays Basque qui paraissent être un réservoir certain.
Finir en Bretagne, voire veiller à ne pas avoir en avoir trop. Nul n'est prophète en son pays, l'opposition dans la péninsule sera finalement plus virulente, les rancoeurs personnelles seront un vivier, les premières attaques sur la candidature Troadec viendront de Bretagne. Le maire de Carhaix ferait bien de se faire discret quelques temps en son pays. Et puis, la masse de boulot pour monter un cabinet et un programme réunissant le maximum des mouvements régionalistes va être énorme.
Commencer tôt est aussi une bonne initiative. C'est évident qu'il y a bien plus de 500 maires qui seront sensibles au discours de Troadec. La difficulté pour les atteindre permettra de déterminer l'inquiétude du système central, encore englué dans ses schémas politiciens et à se bouffer entre eux. A partir de combien de parrainages on entendra les seconds couteaux dans les medias parisiens comparé la candidature de Troadec à la balkanisation et autres foutaises ? COmbien de temps avant les premiers cris d'effrois ?
Sans penser que les difficultés de parrainages qu'on entend régulièrement, essentiellement par le FN, soient si énormes. Ca ressemblent surtout à du théâtre.
Mais un scénario comme celui de Yann LeBleiz arrivera à n'en pas douter. Lintérêt de la candidature de Troadec va aussi être de le rendre caduque au plus vite.
S'il continue à être au bon endroit, au bon moment, il n'y a pas de raison qu'il ne soit pas le premier candidat officiel. Il lancerait ainsi la campagne. D'une manière qui paraitra anecdotique à beaucoup mais chargé en force symbolique. Il reste encore un "petit candidat" de toute façon.
Ya encore du boulot, c'est sûr, mais ça devrait se passer correctement pour les 499 suivantes.
D'autant qu'il faudra bien élaborer un programme ! Puis faire campagne ! Là, ça va être une autre paire de manches ! Ca va être passionnant.
(0) 

Ar Vran Le Vendredi 17 avril 2015 11:20
@Hubert jestin & Peri
C'est pour cela que j'avais écrit dans un post qui n'est pas passé que le combat politique présidentielle de Troadec ne doit pas se limiter aux peuples minoraires de l'hexagone mais à tout la France.
Il existe le monde occitan, catalan et des régions de langue d'Oïl où leurs habitants seraient plus que favorables à une fédéralisation de la France (ex. Normandie, l'espace chti, bourgignon, etc...)
(0) 

Peri Loussouarn Le Vendredi 17 avril 2015 14:23
@ Hubert Jestin : c'est un détail que je ne connaissais pas : merci de me l'apprendre. Le système est donc bien ficelé pour défendre la force jacobine....
(0) 

Paul Kerguelen Le Vendredi 17 avril 2015 14:55
Ne pas oublier non plus les départements d'outre-mer (Martinique, Guadeloupe, Guyane, Réunion, etc);
Aussi bien dans la pré-campagne, dans la campagne, ou dans les discours.
L'avantage est de charmer des départements souvent oublier par les politiciens français car loin de la France Métropolitaine. Cela pourrait être un signal fort pour eux.
La contrepartie est l'augmentation budgétaire, Chrisitan Troadec n'ayant pas les moyens des grosses machines que sont le PS, L'UMP et le FN, "l'argent étant le n½ud de la guerre".
En effet Troadec reste un "petit candidat". Mais un "petit candidat" pouvant être le trublion de service capable d'en surprendre plus d'un!
Mais s'il arrive à faire ne serait-ce qu'un 5%, cela sera considéré comme un tremblement de terre, aussi bien en France, que ici, en Bretagne.
Tout dépendra par la suite de son programme, de sa campagne électorale, mais, en s'appuyant sur les sciences sociales, en faisant du "donnant/donnant" avec une population désabusée de la classe politique actuelle, il peut y arriver, voir faire plus.
Cela ne se fera pas sans mal, sans coups bas, sans bâtons dans les roues, comme le rappelle si justement Yann LeBleiz, mais Christian pourrait très bien être la surprise de ces prochaines présidentielles...
Bonne continuation à Christian Troadec pour récolter les signatures restantes!
(0) 

An Floc'h Le Vendredi 17 avril 2015 17:45
@Tigdual Radiguet
Oui, il y a la place pour qu'il trouble la pièce qu'on nous prépare régulièrement.
5% est essentiel pour le budget mais les voix risquant d'être bien plus dispersées qu'à l'habitude, ce serait aussi un bon score.
De quoi négocier comme jamais, la réunification et les bases d'une fédération (autonomie ? il lui faudrait 15%). Le modèle jacobin ne va pas s'effondrer d'un coup mais une fois le mouvement fédéraliste crédibilisé, il va prendre une place croissante (et sera probablement récupéré par d'autres).
Si sa campagne se passe comme un charme et qu'il y a du buzz positif (style la baffe de Bayrou à un gamin lui faisant les poches), pourquoi pas du négatif pour la plupart des autres, on pourrait rêver au 3e homme tant le discours et ses porteurs seront un bol d'air frais pour la démocratie française atrophiée !
Le problème va être de changer beaucoup de mentalité et ça commence par se faire entendre. En se présentant, il se fera déjà un peu plus écouter, puis l'avenir nous dira...
(0) 

An Floc'h Le Vendredi 17 avril 2015 22:49
Ca commence, normal et sans surprise.
Encore un qui n'essaie même pas de sortir de son système de pensée.
Vivement un débat C dans l'air ! Ah, ça va voler haut les critiques ! On va rigoler.
(0) 

Paul Kerguelen Le Samedi 18 avril 2015 14:11
@ An Floc'h
Effectivement cela commence! Et sans surprise!...
Mais!!!
http://www.francebleu.fr/infos/regions/votez-faut-il-un-candidat-des-regions-la-presidentielle-de-2017-2286927
Voir à la fin de l'article le sondage en ligne:
"Faut-il un candidats des régions à la présidentielle de 2017?"
Réponse: oui à 94.2%
non à 5.8%
Bon, ça vaut ce que ça vaut, ce n'est qu'un sondage en ligne, mais résultat sans appel....
PS; MOn prénom est TUGdual et non TIGdual
(0) 

M.Prigent Le Samedi 18 avril 2015 16:14
Effectivement, ce sociologue Philippe Breton, (tout comme un autre supposé breton, le démographe Le Bras), sur France Bleue Alsace, bien dopé à l'addiction jacobine est complètement lobotomisé.
Pour lui, la démarche de K.Troadec est celle d'un régionaliste uniquement préoccupé d'identité et de culture, un "folkloriste" en quelque sorte.
Ce pauvre sociologue, bien qu'en Alsace est incapable de regarder les landers d'au delà du Rhin, pour s'apercevoir que ce que veux surtout Troadec, c'est une délégation de pouvoirs économiques et de gestion aux territoires dans le respect de leur contour historique.
C'est pourtant pas difficile à comprendre pour un citoyen normal.
(0) 

Alwenn Le Samedi 18 avril 2015 17:29
"Il faut remonter à 1974 pour trouver un candidat des régions, à l'époque, Guy Héraud, du parti fédéraliste européenn, avait reccueilli 19 000 voix, soit 0,07% des suffrages."
Eh ben, 0,07 % des voix ! Impressionnant !
A croire ce sociologue, l'électeur français est jacobin et centraliste, et ce pour l'éternité et jusqu'à la fin des temps.
Eva Joly, qui se présentait aussi comme défenseuse des minorités et comme régionaliste, avait fait entre 2 et 3%, avec l'étiquette écolo en plus.
C'est sûr, les statistiques anciennes sont peu engageantes.
Qu'un sociologue dise qu'une candidature "régionaliste" n'est pas "sérieuse" est quand même étrange, comme si la sociologie déterminait ce qui est "sérieux" et ce qui ne l'est pas. Sur quels critères ?
Surtout qu'à côté de l'Alsace, il y a effectivement les Länders et un Etat fédéral.
Mais le fédéralisme, c'est pas sérieux ? Ca fait rire les sociologues français ?
(0) 

Alwenn Le Samedi 18 avril 2015 17:50
Il faut aussi noter le ton de la journaliste, pourtant de France Bleu, une radio régionaliste ! et apparemment de france bleu Alsace : à aucun moment elle ne demande si une telle candidature est interessante, si une régionalisation ou une fédéralisation ne pourrait pas être une bonne chose.
La candidature de Traodec n'est pas sérieuse, elle n'est pas intéressante. Elle est incompréhensible.
(0) 

Ar Vran Le Samedi 18 avril 2015 18:18
@alwenn
Tout comme pour les bonnets rouges : cela était incompréhensible pour la caste bien-pensante journalistique jacobine. Il ne peut y avoir qu'une seule solution : La république française car elle est le phare de l'humanité.
Ce qui est risible c'est que même les Allemands par la voix de son ministre des finance osent critiquer l'immensissime perfection de la "nation" la plus belle du monde (http://www.lepoint.fr/politique/wolfgang-schauble-suscite-l-ire-de-la-classe-politique-francaise-17-04-2015-1922311_20.php)
(0) 

M.Prigent Le Dimanche 19 avril 2015 01:45
Dans les années 1960-70, il allait de soi que l'Europe Unie allait se construire très rapidement et bien entendu sous une forme Fédérale.
Des partis français y croyaient au Centre comme l'UDF avec Lecanuet, on attendait aussi beaucoup de Rocard (dont Valls est un admirateur !).
Les bretons se mettaient à réver d'une "Europe des Cent drapeaux" et créaient des partis fédéralistes genre AFB-EKB qui existe encore, Martray y croyait aussi ai-je lu sur ABP, et même Edouard Leclerc qui dans l'euphorie de l'époque avait créé le Mouvement Breton Pour l'Europe.
Depuis, et malgré l'émergence de pays continents tels la Chine,l'Inde, la Bresil...l'Union Européenne n'a fait que dépérir au point de se résumer à une énorme administration de 35 000 fonctionnaires privilégiés au service des Etat-Nations qui deviennent de plus en plus souverainistes voire nationalistes et repliés sur eux-mêmes essayant chacun de leur coté de juguler la puissance financière des nouveaux pays riches qui achètent leur potentiel industriel et de résister au déferlement de la pauvreté du tiers monde amplifiée par une démographie hors controle.
Tout celà ne trouble pas nos élites de Versailles qui sauront, au moment opportun rallier le camp des nouveaux maîtres fussent-ils étrangers, normal, la seul identité qu'ils connaissent est celle de leur compte bancaire.
(0) 

Louis Le Bars Le Dimanche 19 avril 2015 10:11
J'ai déjà remarqué Philippe Breton dans plusieurs articles sur les médias officiels alsaciens (qui pourraient donner l'impression que les alsaciens souhaitent être noyés dans le Grand-Est et votent PS). Il est d'ailleurs copieusement relayé, on ne sait pas pourquoi, mystère...que représente t-il, qui est-il ?
Ce Monsieur n'avance jamais aucun argument, il n'a rien d'un scientifique et sert juste la soupe du gouvernement...les derniers résultats électoraux en Alsace où le PS a littéralement disparu de la circulation devrait l'amener à se calmer un peu et se faire plus modeste.
L'agacement de personnages comme ce Philippe Breton montre au contraire la pertinence d'une candidature à la Troadec.
(0) 

jo charruau Le Dimanche 19 avril 2015 19:53
Qui mènera la liste bretonne lors des régionales de décembre 2015 ? Si je comprends bien, C. Troadec se réserve pour la présidentielle de 2017.
(0) 

Ar Vran Le Lundi 20 avril 2015 11:05
@Jo Charruau
Qui mènera la liste bretonne lors des régionales de décembre 2015 ?
Mr. Troadec, car c'est le mieux placé. Ensuite s'il est élu président de la région Bretagne, alors je pense qu'il n'ira pas aux présidentielles. Mais comme statistiquement il a peu de chances d'être élu président de la région Bretagne, il va faire les 2.
Cela n'est pas incompatible.
Question bête : sinon vous en voyez d'autres qui soient capables de porter les voix bretonnes ?
(0) 

Brocèlbreizh Le Mercredi 22 avril 2015 20:13
Réponse:Pas pour l'instant en tout cas :)
Le 2 sont effectivement Britto-compatible.
A chaque jour suffit sa peine.
Cordialement Ar Vran.
(0) 

Brocèlbreizh Le Vendredi 24 avril 2015 22:32
Concernant Mr Breton,on constate très vite que l'actant est balbutiant.Cela en dit long sur son incompréhension (à l'instant "t") d'une candidature de type fédéraliste-régionaliste.Pourtant les questions posées sont simples,limite version théorie peuh-peuh.
*Heureusement que l'on ne demande pas à un sociologue d'une telle envergure de mettre en place une stratégie politique efficiente.Deridiculum non occidit.
Pour un sociologue,"croire" c'est déjà bien.
Pour les autres "savoir c'est pouvoir".
Ne serait-ce pas admirable si Mr Troadec obtenait 500 signatures in fine sans avoir à en demander en BZH?
Dans ce cas,bien agencé,c'est le buzz.
Commencer par l'Alsace est une excellente idée. l'écotaxe à l'est oui,mais pas chez nous.
Tout simplement.
(0) 

Commenter :
Votre email est optionnel et restera confidentiel. Il ne sera utilisé que si vous voulez une réponse d'un lecteur via email. Par exemple si vous cherchez un co-voiturage pour cet évènement ou autre chose.
ANTI-SPAM : Combien font ( 0 multiplié par 5) + 2 ?

ABP

Publier

Nous suivre

2003-2024 © Agence Bretagne Presse, sauf Creative Commons