29 septembre, jour de la Saint-Michel : des bretons proposent l'UBER du pélerin
Chronique de Bretons de Londres

Publié le 29/09/22 12:34 -- mis à jour le 29/09/22 12:34

Incubateur d'idées, la commission Kavadeen (qui signifie "découvertes") de l'association des cadres bretons a publié un livre blanc pour faire du Mont-Saint-Michel le plus grand objet connecté du monde afin de financer sa restauration grâce aux données big data.

Toutes nos newsletters et tous nos agrégateurs sont gratuits ! Abonnez-vous !

Ce travail d'écriture et de réflexion réunit des contributions à la croisée des innovations technologiques mais aussi spirituelles.

Inscrit au patrimoine mondial de l’Humanité depuis 1979, le Mont-Saint-Michel constitue une véritable prouesse artistique et technique : sur un îlot rocheux au milieu de grèves immenses soumises au va-et-vient de puissantes marées s’élève la Merveille de l’Occident, abbaye bénédictine dédiée à l’archange Saint-Michel et le village né à l’abri de ses murailles. Dans les religions juive, chrétienne et musulmane, les archanges sont plus que des anges, “ils annoncent les plus grands mystères”. La baie du Mont-Saint-Michel, espace mouvant d’eau et de grèves dont la consistance et la perception évoluent au gré des marées contribue à la magie des lieux.

Des millions de visiteurs étrangers fréquentent l’Europe, pour son histoire, ses traditions et sa capacité à créer l’événement. Prenez l’exemple des festivals en Provence. Avignon, Arles, Nîmes et leurs voisines ont su construire un projet où numérique et culture se nourrissent mutuellement. Ce qui leur a permis de devenir un “écosystème thématique” labellisé par la French Tech. Recouvrant un territoire élargi qui associe également Vaison-la-Romaine, Carpentras, Monteux, le Luberon et le Gard rhodanien, cette “French Tech Culture” peut se targuer d’intégrer neuf festivals internationaux qui attirent 2 millions de spectateurs français et étrangers.

C’est aussi la plus forte concentration européenne de lieux classés au patrimoine mondial de l’Unesco. Ces événements constituent un terrain unique au monde d’expérimentation de technologies de mobilité et solutions numériques. Ces exemples de coopération sont à valoriser.

Les évènements culturels et touristiques augmentent fortement l’attractivité d’un territoire, la densité de population sur une période donnée, et par conséquent les besoins en mobilité.

A titre d’exemple, lors du festival de Cannes, plus de 50% des utilisateurs Uber étaient des étrangers qui utilisaient déjà cette solution de mobilité dans leur ville d’origine.

Aujourd’hui, grâce à une solution fiable (une voiture en quelques minutes, en quelques clics), sure et abordable, nous pouvons faire évoluer les habitudes de consommation du transport à la demande.

Tout se joue maintenant dans l’articulation visant à permettre d’ajuster au mieux les solides capacités partenariales et d’innovation de l’offre de mobilité et de déplacement “door to door“.

Découvrir le livre blanc : ouvrage accessible en ligne sur Google Books en tapant : Renaissance "hors-les-murs" du Mont-Saint-Michel .

ou via ce lien

Voir aussi :

0  1  
mailbox
imprimer
Originaire de la cité corsaire de Saint-Malo sur la côte d’Émeraude, Kevin Lognoné est un analyste en capacités partenariales, managériales et d'innovation. Français du sixième département breton (diaspora), il a réalisé plusieurs tours du monde et publie régulièrement des carnets de voyages qui participent au renouvellement du champ des « borders studies ».
Vos 1 commentaires
  Laëtitia Fitamant
  le Jeudi 29 septembre 2022 13:16
Kavadeen est-il le fruit d'une recherche de jeu de mot, est-il adapté de 'Kavadenn' ou n'est-ce qu'une coquille?
(1) 
ANTI-SPAM : Combien font 2 multiplié par 2 ?
Cet espace est un lieu de débat. Les attaques personnelles ne sont pas autorisées. Le trolling est interdit. Les lois contre le racisme, le sexisme, et la diffamation doivent être respectées. Les pseudos sont tolérés mais ne sont pas encouragés.
MERCI DE RESPECTER LA LANGUE DE L'AUTEUR de l'article et donc des lecteurs. Les articles écrits en français doivent être commentés en français, les articles écrits en breton doivent être commentés en breton. Cacophonie ? Merci de ne pas mélanger les langues dans le même commentaire, sauf pour la traduction intégrale du commentaire.