Put your name here

6 juin 1944 : La Bretagne honore le commando Kieffer
Des membres du commando Kieffer. Les bérets sont verts.
6 juin 1944 : La Bretagne honore le commando Kieffer
PPDA - à côté de Pêr Loquet - salue Maurice Chauvet le dernier survivant breton du commando Kieffer. Au Festival du livre en Bretagne de Guérande en 2004.
Anniversaire
6 juin 1944 : La Bretagne honore le commando Kieffer
Le commando Kieffer était composé de fusiliers marins qui s'étaient engagés dans les bérets verts britanniques alors qu'ils se trouvaient en Grande-Bretagne après l'évacuation de Dunkerque. Prés de la moitié des volontaires de ce commando était des Bretons
Philippe Argouarch
Publié le 6/06/08 4:01 -- mis à jour le 00/00/00 00:00

Le commando Kieffer était composé de fusiliers marins qui s'étaient engagés dans les bérets verts britanniques alors qu'ils se trouvaient en Grande-Bretagne après l'évacuation de Dunkerque. Plus de la moitié des volontaires de ce commando était des Bretons — ce qui confirme encore une fois le rôle essentiel joué par les Bretons dans la résistance, les Forces Françaises Libres et même leur présence dans les troupes de choc britanniques. Les fusiliers du commando Kieffer ont été les premiers soldats alliés à fouler le sol français, en débarquant sous le feu des Allemands, à Ouistreham, en Normandie, le 6 juin 1944. Parmi eux Gwenn-Aël Bolloré, décédé à Quimper en 2001 (l'oncle de Vincent Bolloré), (voir le site) , Francis Guezennec (Saint-Malo), Maurice Chauvet (Gâvres) , Jean Briant, G. Vourc'h, F. Vourc'h. P. Tanniou, P. Queré, Yves Quentric, J. Le Naour, R. Croizer, G. Guillou, H. Gicquel et beaucoup d'autres, presque tous disparus, sauf pour Maurice Chauvet âgé de 90 ans aujourd'hui.

Maurice Chauvet, qui était présent au premier Festival du livre en Bretagne organisé à Guérande en 2004, a pu confirmer " Au camp d’Achnacarry en Écosse, dans le commando Kieffer, il y avait 60 % de Bretons et 40 % de Français mais en fait, au milieu d’eux, il y avait aussi d’autres nationalités, en particulier des Espagnols et quelques Américains, sans parler que dans les gars venus du Havre il y en avait une majorité d’origine bretonne. Il faut dire que de Gaulle n’a pas été correct avec les Bretons après la guerre, alors qu’une grande partie des Forces Françaises Libres était composée de Bretons."

L'honneur plutôt que les honneurs

Parce que ces soldats ne portaient pas l'uniforme français, il furent injustement ignorés par la France jusqu'en 2001. En 2004, lors du 60e anniversaire, les 10 survivants reçurent la médaille militaire et pour certains la légion d'honneur. Francis Guezennec, de Saint-Malo, décédé en mars 2006 à Lesneven, fut l'ancien combattant qui représenta la France aux commémorations du 60e anniversaire.

L'aventure et le courage de ces soldats a été préservée dans le livre de Gwenn-Aël Bolloré "Nous étions 177" (1964) réédité en 2004 sous le titre "J'ai débarqué le 6 juin 1944, commando de la France libre". Maurice Chauvet a publié, chez Jean Picollec, le récit de ses aventures dans un livre intitulé "It's a long way to Normandy". Il a aussi publié une BD "Fusilier marin commando de la France Libre, la libération", éd. Italiques. Un documentaire a aussi été réalisé : "Le Commando Kieffer" de Cédric Condom et Gwenaëlle de Kergommeaux (52').

Philippe Argouarch

Voir aussi :
mailbox
imprimer
Cet article a fait l'objet de 2809 lectures.
logo
Philippe Argouarch est un reporter multi-média ABP pour la Cornouaille. Il a lancé ABP en octobre 2003. Auparavant, il a été le webmaster de l'International Herald Tribune à Paris et avant ça, un des trois webmasters de la Wells Fargo Bank à San Francisco. Il a aussi travaillé dans des start-up et dans un laboratoire de recherche de l'université de Stanford.
Voir tous les articles de de Philippe Argouarch
Vos 0 commentaires
ANTI-SPAM : Combien font 8 multiplié par 4 ?
Cet espace est un lieu de débat. Les attaques personnelles ne sont pas autorisées. Le trolling est interdit. Les lois contre le racisme, le sexisme, et la diffamation doivent être respectées. Les pseudos sont tolérés mais ne sont pas encouragés.
MERCI DE RESPECTER LA LANGUE DE L'AUTEUR de l'article et donc des lecteurs. Les articles écrits en français doivent être commentés en français, les articles écrits en breton doivent être commentés en breton. Cacophonie ? Merci de ne pas mélanger les langues dans le même commentaire, sauf pour la traduction intégrale du commentaire.