Andréa SEKI « Son Atlantel » : Quand une harpe celtique inonde l'océan Atlantique.
Communiqué de presse de Culture et Celtie

Publié le 4/06/13 11:35 -- mis à jour le 00/00/00 00:00
Medley de "Morning star", Feunteun Aod", "Sentier secrel" - Andréa SEKI Cd Coop Breizh
30393_1.jpg
CD Andréa SEKI

Andréa SEKI.

Toutes nos newsletters et tous nos agrégateurs sont gratuits ! Abonnez-vous ! (voir le site)

« Son Atlantel » : Quand une harpe celtique « inonde » l'océan Atlantique.

Avec sa harpe enchanteresse, Andrea Seki, dès les toutes premières notes de cet ernregistrement, fait, immédiatement, résonner les symphonies de l'Atlantique. A l'instar de la navigation de Bran (1), les dix morceaux interprétés par le compositeur italien nous embarquent dans un voyage intérieur.

« Son Atlantel » confirme, ici, la naissance d'une étoile montante dans la pléiade des harpistes celtiques. Andrea Seki s'affirme en tant que digne héritier des grands maîtres de la « renaissance des années 70 ». Marchant dans le sillon de ces pionniers émérites, il est plaisant de reconnaître les influences « stivelliennes ». D'ailleurs certains des morceaux pourraient facilement se glisser dans des albums de référence tels que « Renaissance de la harpe celtique », « The Myst of Avalon », ou encore, « Au-delà des mots » magnifiques opus d'Alan Stivell.

L'un de ses professeurs qui n'est autre que le fort célèbre harpiste « Myrdhin » ne s'y trompe pas en l'adoubant par ces propos élogieux : « La musique d'Andréa, magnifiquement composée et produite, est semblable à la mer forte de Dana, sur laquelle il faut pouvoir suivre les courant qui l'entrelacent à l'infini. Il a su accorder sa harpe aux éléments afin de se nourrir de l'imaginaire atlantique, pour retrouver la mémoire ancestrale et rencontrer les banshees sous la lune ».

Les inspirations des titres « Son Atlantel », la suite « Feunteun aod » ainsi que « Windy hills » sont clairement marquées par l'influence d'Alan Stivell, tout comme la spécificité des sonorités de sa harpe. Hormis ce premier aspect fort appréciable, la marque de fabrique d'Andréa SEKI se distingue davantage dans sa recherche de métissage entre la musique indienne « Raga » et celle de la harpe celtique. De nombreuses expérimentations se retrouvent dans « Sentier secret », « Raga de la pluie » et « Suite indo-armoricaine ». On y découvre, aussi, une collaboration surprenante avec le chanteur breton Kristen Nikolas qui a connu ses heures de gloire à la fin des années 90. Ce dernier ayant, lui-même, tenté ce mariage musical, apporte dans « Solar wind's road » un texte en langue bretonne de qualité avec une recherche vocale volontairement authentique. Parmi les deux tendances principales qui se dégagent de l'album, « Luna Atlantika » apparaît comme étant la tentative la plus avant-gardiste en faisant appel à la musique électronique. « Morning star » qui est la seule chanson écrite par Andréa SEKI amène une touche de légèreté par sa rythmique tintée de reggae. S'il y avait un point faible dans cet album quasi-instrumental, il semblerait que ce soit dans le choix des chansons qui gomment la cohérence de la couleur musicale. En effet, ces deux titres chantés amenuisent quelque peu l'atmosphère contemplative qui se dégage globalement de « Son Atlantel ».

Pour l'accompagner dans cette belle aventure, Andrea SEKI s'est entouré d'une très belle équipe : David Hopkins, aux percussions, Jo Van Bouwel, au chant, Fabrice de Graef, au bensuri (flûte indienne), Suduya, à l'électro-trance-sound, Charles Lucas, à la basse et Yann Pennaman, au rain-loop (assistant technique, transfert digital). Rappelons, aussi, la participation de personnalités comme le chanteur Kristenn Nikolas accompagné par un duo de ch½ur : Elsa, Kristenn Gourvès et Louis-Philippe Ar Bras.

Si Andréa SEKI s'affirme, aujourd'hui, en tant qu'harpiste, il ne faut pas oublier de souligner qu'il reste un multi-instrumentiste. Issu d'une lignée de sept générations de musiciens italiens. Cet enfant de la balle a très tôt commencé l'apprentissage de la musique à travers la guitare folk et classique. Il continuera ensuite par l'étude du luth et de la musique modale et polyphonique. De manière plus originale et sensiblement personnelle, il adoptera le sitar pour s'adonner à la musique indienne. Puis comme une révélation après un long cheminement, viendra la rencontre avec l'univers et la personne d'Alan Stivell qui le poussera à épouser la harpe celtique. Andréa explorera les terroirs celtiques d'où a émergé l'instrument préféré des bardes. Il finira même par s'installer en Bretagne dès 1996 et apprendra les rudiments à l'école nationale de musique de Brest et auprès de Myrdhin. En 1998, le jeune maestro fonde « Elfic Circle Project ». Cette association de musiciens en quête de sons nouveaux et originaux connaîtra quelques albums. Ce parcours singulier constitue ce qui caractérise aujourd'hui la patte d'Andréa SEKI. Le musicien n'en est pas à son premier album. Si « Son Atlantel » bénéficie de l'appui des médias, ce ne fut pas le cas pour son premier album consacré à la harpe celtique

« Trough the passage », en 2010. C'est une occasion inespérée de redécouvrir le « premier coup d'essai » d'Andréa SEKI.

« Son Atlantel » révèle Andrea SEKI comme un artiste de grandeS qualitéS placé entre l'univers de ses mentors et celui de sa propre création. Déjà conquis, nous nous hâtons de suivre les routes « harpistiques » que prendra Andréa Seki. Un harpiste assurément prodigieux dont la musique ne tardera pas à se propager telle une onde sur l'Atlantique.

« Son Atlantel », une belle pièce à inclure dans votre discothèque.

Xavier DANIEL

________________

(1) La navigation de Bran est un récit mythologique relatant l'épopée de Bran en partance pour le paradis celtique que l'on nomme, entre autre, « Sidh »

Nous vous proposons d'écouter, en haut de cette page un medley de 3 extraits de l' album :

"Morning star", Feunteun Aod", "Sentier secrel".

CD "Son Atlantel"- Andréa SEKI

Parution : avril 2013

Distirbué par COOP BREIZH - www.coop-breizh.fr

Réf : 4015720

01. Son Atlantel (8:06)

02. Morning star (5:22)

03. Feunteun aod (al loar) (2:32)

04. Sentier secret (5:20)

05. Windy Hills (5:50)

06. Raga de la pluie (8:42)

07. Suite Indo-Armoricaine (6:06)

08. Luna Atlantika (7:18)

09. Feunteun Aod ( an heol) (3:57)

10. Solar wind s road ( gwerz nevez) (5:40)

© Culture et Celtie

Voir aussi :

mailbox
imprimer
logo
« Culture et Celtie… le magazine » C'est le magazine en ligne des événements celtiques et artistiques en Presqu'île guérandaise et, d'ailleurs... Des 5 départements bretons... à la Celtie !
Vos 0 commentaires
ANTI-SPAM : Combien font 4 multiplié par 9 ?
Cet espace est un lieu de débat. Les attaques personnelles ne sont pas autorisées. Le trolling est interdit. Les lois contre le racisme, le sexisme, et la diffamation doivent être respectées. Les pseudos sont tolérés mais ne sont pas encouragés.
MERCI DE RESPECTER LA LANGUE DE L'AUTEUR de l'article et donc des lecteurs. Les articles écrits en français doivent être commentés en français, les articles écrits en breton doivent être commentés en breton. Cacophonie ? Merci de ne pas mélanger les langues dans le même commentaire, sauf pour la traduction intégrale du commentaire.