Put your name here

connexionS'accréditer | S'abonner | Se connecter | Faire un don
> Logo ABP
ABP e brezhoneg | ABP in English |
...
...
- Communiqué de presse -
TER Nouvelle Aquitaine : quelle honte !  
TER Nouvelle Aquitaine : Quelle honte ! ¡Qué vergüenza ! What a shame ! Et j’ajoute : « quina vergonha ! »
pour David Grosclaude le 18/04/24 14:39

Non je ne vous parlerai pas de trains qui n’arrivent pas à l’heure. Je veux juste dire ma surprise d’entendre dorénavant que la Région Nouvelle Aquitaine semble avoir honte de la langue occitane qui couvre une bonne partie de son territoire.

Montant dans un train TER, comme je le fais plusieurs fois par semaine, j’entends depuis quelques jours en arrivant à la gare « Prochain arrêt : Pau. Next station : Pau. Próxima parada : Pau ».

D’occitan pas un mot ! Il est vrai que la politique linguistique semble ne pas avancer à grands pas. Y aurait-il une panne ? Les voies seraient-elles en réfection ? Quelle est la raison du retard ? Mystère !

En tous cas je suis heureux de voir que la question du multilinguisme dans le train est réglée. En effet il y a quelques années nous avions posé ( avec quelques autres élus régionaux d’Occitanie et de Bretagne) la question de ces annonces. Nous avions interpelé la SNCF. On nous avait dit que c’était impossible, que ça coûtait très cher …bref le chien avait la rage et tous les arguments étaient bons pour le zigouiller.

Ce n’étaient que des arguments fallacieux au service de l’immobilisme. Oui, même quand on se veut spécialiste des mobilités on peut être un champion de l’immobilisme !

Aujourd’hui les TER parlent anglais et espagnol. C’est très bien. Mais pourquoi ne parlent-ils pas occitan ? Parce que quelqu’un n’a pas voulu et parce que d’autres n’ont pas demandé que ça se fasse ?

Donc pourquoi la Région Nouvelle Aquitaine qui paye les trains régionaux n’est pas cohérente avec sa politique linguistique affirmée et votée il y a quelques années ?

Je ne vois qu’un raison : les freins, les entraves de ceux qui ont honte de la langue de leur territoire.

Que croient-ils ? Que cela ferait fuir les touristes ? Que des voyageurs se perdraient à l’écoute de « gara seguenta : Pau » o « gara seguenta : Bordèu » ? Qu’ils deviendraient fous en entendant cette langue étrange et ouvriraient les portières en se jetant sur la voie ? Croient-ils que les touristes ne souhaitent pas entendre la voix du territoire où ils se trouvent ?

Non. Ils ne savent pas ce qu’est une politique linguistique et s’ils le savent c’est qu’ils ne veulent pas l’appliquer. Trois mots d’occitan ce serait trop ?

Je sais que l’on va évoquer le trop d’information qui trouble les voyageurs, le trop d’annonces etc…baratin que tout ça !

Je me mets à penser à ce qu’écrivait Morvan Lebesque dans : « Comment peut-on être breton ? » il écrit à propos de l’identité bretonne qui n’a pas vraiment de reconnaissance : « Elle n’existe que dans la mesure où, à chaque génération des hommes se reconnaissent bretons (…) à l’âge venu, la découverte ou l’ignorance ».

Era existeish sonque se, a cada genracion , òmis se senteishen bretons…A cadun, quan arribi l’atge, la descobèrta o l’ignorància // Ella existe solamente se a cada generación hombres se sienten bretones…A cada uno, cuando llegue la edad, el descubrimiento o la ignorancia. // She exists only insofar as at each generation men recognise themselves as Bretons. To each, when age comes, the discovery or the ignorance.- Morvan Lebesque

Vous qui avez décidé que la langue ne pouvait pas s’entendre dans un lieu aussi public qu’un train, vous avez choisi l’ignorance… mais pas que pour vous ; et si c’était le cas ce serait votre problème. Mais vous avez choisi pour les autres, pour tous les autres. Alors choisir de transmettre l’ignorance plutôt que de proposer la découverte c’est renoncer à l’avenir… et moi qui croyais que faire de la politique c’était le prévoir ?

Ne pas vouloir partager sa langue avec les autres s’appelle le « repli sur soi ». Ignorer que l’autre puisse être curieux de ce qu’est notre territoire c’est du mépris. Je sais très bien que trois mots ne font pas une politique linguistique, qu’il faut bien plus ; mais je sais que le silence n’en fait pas une non plus, et qu’il est mortel !

Au cas où vous souhaiteriez diffuser largement l’extrait de M. Lebesque, je vous en livre une version en occitan, une autre en anglais et une en espagnol.

David Grosclaude

Voir aussi :
8  0  
logo
Écrivain occitan, journaliste indépendant.
Voir tous les articles de David Grosclaude
Vos 8 commentaires :
Yannig Coraud Le Jeudi 18 avril 2024 18:43
Félicitations à David Grosclaude de son rapport sur la politique française en matière de nos langues . Nous n'avons rien à espérer de cet état qui a un seul objectif détruire nos Peuples et nos Langues . Si nos Amis les Corses réagissent pourquoi pas nous ...
L'union fait la force ...
(0)  Envoyer un mail à Yannig Coraud

Alain E. VALLÉE Le Jeudi 18 avril 2024 22:28
En matière de pure folie ferroviaire qui oblige à "ouvrir les portières et descendre" sur le quai, il y a les buttoirs en gare de Châteaubriant ...!
Ils cassent la ligne Rennes - Nantes même, enfin, remise aux normes de Rennes à Châteaubriant. Et de manière les plus vicieuses, ils séparent les incompatibles TER vers Rennes et Tram-Train vers Nantes. L'existence de deux technologies hétérogènes résulte d'un choix de haute politique. Châteaubriant est ainsi un double terminus qui se transforme en correspondance si leurs horaires, comme on doit l'espérer, sont parfois compatibles.
Car en France, il serait trop simple que le train ne serve qu'à transporter des gens.
Il est aussi un puissant moyen, soit pour privilégier l'usage du français contre les langues régionales, soit pour que, selon les vues de Daladier (28 IX 1938) et Pétain (30 VI 1941), la Bretagne soit artificiellement divisée.
De telles mesquineries coûtent beaucoup d'argent, plombent le moral et l'économie, et surtout nuisent au plus grand nombre chargé de les payer.
AV
(3) 
De F. Le Berre à Alain E. VALLÉELe Vendredi 19 avril 2024 11:39
Au-delà de la volonté politique obsessionnelle de séparer jusqu'au ridicule le 35 et le 44, je me pose de plus en plus de question sur les compétences qui sont attribuées aux Régions. On le sait, les Régions françaises ont des pouvoirs extrêmement limités et une autonomie budgétaire quasi inexistante comparé aux Land allemands ou autrichiens, aux communautés autonomes espagnoles, aux Régions italiennes, belges etc Mais bizarrement, a été donné la compétence de la gestion commerciale d'une partie du réseau ferroviaire à des Régions, largement arbitraires, sans réalités sociales ou géographiques évidentes à de rares exceptions. Or le réseau ferroviaire est né à une époque où les régions n'existaient pas. Pas de Pays de la Loire, de Centre-Val-de-Loire d'Auvergne-Rhône-Alpes, de capitales administratives etc Le but d'un train est justement de relier des territoires différents, or les Régions n'ont que pour but de justifier leur existence sur un réseau ferroviaire qui ne les connaissaient pas. Résultat des courses, d'un réseau hexagonal (mais très riche au début XXème), les Régions tronçonnent les lignes arbitrairement : avec des abonnements différents, des ruptures de dessertes, des fermetures etc. Et ne proposent rien de nouveau. Les Région ne construisent pas de nouvelles lignes... Non seulement les Régions sont faibles, mais elles ont en plus des compétences qui ne leur conviennent pas en fait...la gestion commerciale d'une ligne ferroviaire par les Régions sur un réseau national construit en 1880 ou 1900 n'a aucun sens ! La gestion commerciale devrait être gérée à l'échelle de la Ligne ferroviaire elle-même.
(1)

Rafig 44 e Breizh Le Vendredi 19 avril 2024 13:20
Autres faits pour notre ami occitan.
Vous n'ignorez pas que le gouvernement français en 2014-15 a inventé de nouvelles régions et la région de Bordeaux, bien qu’occitane (2/3), ne fait pas partie de la Région "occitanie". (comme pour les bretons du 44 qui n'ont pas à entendre du breton, ou à aller à Rennes qui n'est pas dans la même région ...)
Un fonctionnaire reste un fonctionnaire, qui est au service de l'État qui le paye, et non des citoyens qu'il est sensé assister dans leur vie de tous les jours.
Donc pour un républicain, il n'a pas à "céder" aux régionalistes pour parlez d'autres langues que le français dans les trains de la république française.
(0) 
De Loeiz Poher à Rafig 44 e BreizhLe Samedi 27 avril 2024 08:55
L'auteur de l'article ne fait pas mention de la situation en Région Occitanie qui très voisine de Pau (ville plus orientée Toulouse que Bordeaux), ce qui m'a interpellé. Il n'est pas du tout certain que la situation y soit plus brillante dans les TER ! Le sort de l'occitan (dont la proximité avec le catalan me frappe) est étrange car elle a de nombreux atouts, je trouve, pour s'affirmer : une aire historique relativement éloignée de Paris, un passé très prestigieux, des régions frontalières de l'Espagne et de l'Italie, de principautés, et de territoires affirmés linguistiquement comme le Pays basque ou la Catalogne qui peuvent donner des idées, montrer une autre voie possible, également une position centrale au sein des langues latines, ce qui rend l'attaque par les jacobins français beaucoup plus difficile. C'est également, même si c'est subjectif, une langue agréable à lire et à entendre, pas trop éloignée, en particulier pour des francophones "habituels"...enfin l'espace occitan a une masse critique géographique et démographique. C'est une vraie langue. Nous aurions beaucoup à gagner à ce qu'une force occitane se dégage. Je n'ai sinon pas trop compris votre paragraphe sur les fonctionnaires, hors-sujet. Les agents de la SNCF sont des agents de droit privé. Yvon Ollivier, lui, est un fonctionnaire. Les élus régionaux ne sont pas des fonctionnaires en majorité, c'est juste une question de soumission aux Partis hexagonaux et d'idéologie. Le Président de la Région Nouvelle-Aquitaine n'est par ailleurs pas originaire, ni de la région, ni des zones occitanes, il n'a surement pas la fibre occitane. Mais encore une fois, je ne suis pas certain que la situation dans la région voisine (également PS) soit beaucoup plus brillante pour l'occitan (et le catalan !). Après vous avez raison, le caractère composite de la Région Nouvelle-Aquitaine, une excellente excuse pour ne rien faire...C'est un but clair de ces découpages, idem pour l'"Occitanie" qui noie les catalans (même si objectivement, ce sont deux langues très proches, plus de liens entre le catalan et l'occitan qu'entre l'occitan et le français ou entre le catalan et le castillan). Les défenseurs du poitevin et du saintongeais (regroupés à l'époque du Poitou-Charentes) ont eux choisi de rebaptiser leurs parlers "d'aguienais" (nom poitevin de l'Aquitaine...) histoire de toucher quelques subventions très certainement. Cela ne les empêche pas de revendiquer (mais de moins en moins), juste pour le principe, le pays de retz.
(0)

Naon-e-dad Le Lundi 22 avril 2024 15:51
".../...Que des voyageurs se perdraient à l’écoute de « gara seguenta : Pau » o « gara seguenta : Bordèu » ? Qu’ils deviendraient fous en entendant cette langue étrange".../..."
.
Pour moi, il serait normal – oui, NORMAL - d'entendre les annonces ferroviaires, à l'approche des gares, en breton (ou dans la langue régionale - s'il y en a une - du territoire traversé).
.
Pourquoi ? Dans « voyager » le terme « voir». Le voyageur - simple définition - est donc quelqu’un qui est en « voyage », qui voit et qui regarde avec ses YEUX. La SNCF semble l’avoir oublié, ou plus grave encore, semble l’ignorer.
.
Pareillement, si l’on poursuit la réflexion, on aurait pu imaginer un vocable construit sur un autre organe important : les OREILLES. Nous aurions alors mis en valeur le son - le fameux « tac-tac » rythmique des rails, qui a bercé l’enfance de ceux qui ont vécu cette époque révolue, au point de marquer durablement leur mémoire sonore -, l’écoute, l’entendement. L’écoute ? L’entendement ? Mais n’est-ce pas sur ce point précisément que la SNCF, obstinément, semble autiste ou gravement handicapée ?...
.
Or voyager - que ce soit avec les YEUX, les OREILLES ou d’autres sens encore - , c’est découvrir du pays, du territoire, et donc accepter, s’étonner, se nourrir de la différence, aller jusqu’à s’en émerveiller. Et en tirer un profit personnel, pour ultimement mieux se connaitre, par contrecoup. La promesse de cette expérience figure-elle au programme de la SNCF ? Sinon, que vend-elle ? De la translation d’un point A à un point B ? Rien de plus triste. Autant rester chez soi.
.
Je voudrais étendre ce propos à l’automobile, avec son GPS en environnement de panneaux bilingues – les bretons y sont plus qu’accoutumés au quotidien. Cela fait partie du plaisir des routes bretonnes.
.
Mais qui, hormis les connaisseurs par filiation ou par éducation, sait prononcer les noms bretons ainsi affichés à la vue de tous ? Les langues régionales ne sont pas seulement écrites, ce que tout le monde constate.
.
Elles sont aussi parlées, prononcées. Leur esthétique est visuelle et aussi auditive. Quand l’on circule en voiture, elles véhiculent (si je puis dire !) un univers sonore.
.
Or, les GPS, à ma connaissance , ne prennent pas en compte cet aspect du réel. Pire, il est pitoyable (et blessant) d’entendre la façon dont ils écorchent les noms bretons, à force d’appliquer les règles et la rythmique de l’énonciation française dans un domaine qui lui est étranger...
.
Et cette fois-ci c’est à l’OAB (l’Ofis ar Brezhoneg) que je m’adresse et qui semble ne pas avoir compris l’importance et l’urgence de répondre à ce besoin : le breton, cela s’énonce et se prononce ! Comme une partition musicale, comme une symphonie !
.
Qui veut nous priver de cette délectation-là ? De ce bercement de l’oreille ? De cet indicateur civilisationnel ? Quel barbare après nous avoir tranché la langue, veut encore nous couper les oreilles?
.
Poent eo distagañ ar brezhoneg. Pouezhus eo en ober e doare dereat. Evit brasañ plijadur an divskouarn. Evit dizoloiñ ene ar vro.
(0) 

Pcosquer Le Mardi 23 avril 2024 10:16
C'est la même chose dans les trains en provenance de Paris vers la Bretagne (qui je le rappelle est un Pays véritable, malheureusement colonisé; il faut le redire encore et toujours) ... Le retour en train est aussi vrai. Par contre la langue anglo-saxone alors là : à toutes les sauces.
Qui peut m'expliquer qu'une communauté humaine quelle qu'elle soit qui s'exprime dans une langue qui lui est propre..ne trouve pas en elle le marqueur principal de son identité La mienne n'est pas l'anglais mais bel et bien la langue de mon père qui est la langue Bretonne. Cette langue ne peut en aucun cas définir les Bretons comme français pour la simple raison qu'elle n'est pas d'origine latine ni franque mais Celte et que seule la langue bretonne sur le continent en est intimement construite encore aujourd'hui et cela sans discontinuité depuis des millénaires au grès des évolutions de son histoire sociale et malgré la volonté absolue de l'Etat français d'avoir et de vouloir encore la détruire. Le respect des peuples et de leur culture respective et singulière est le seul moyen de vibre en paix sur cette terre...Le reste n'a aucun intérêt! c'est de la politique... Vulgaire et dangereux!
(0) 

Yann L Le Mercredi 24 avril 2024 17:06
Ces cerniers temps, j'ai eu l'occasion de prendre 3 ou 4 fois le train en Bretagne. Sauf erreur de ma part, les TGV affichent leurs annonces en français, anglais et espagnol. Mais, les TER les affichent en français et en breton. Je suis surpris que ce qui est possible ici ne le soit pas en Occitanie.
(0) 

Commenter :
Votre email est optionnel et restera confidentiel. Il ne sera utilisé que si vous voulez une réponse d'un lecteur via email. Par exemple si vous cherchez un co-voiturage pour cet évènement ou autre chose.
ANTI-SPAM : Combien font 3 multiplié par 7 ?

ABP

Publier

Nous suivre

2003-2024 © Agence Bretagne Presse, sauf Creative Commons