Put your name here

Temoignage
Breizh ImPacte, vers un réveil de la société civile bretonne ?
Breizh ImPacte présentait son projet à la presse samedi 26 novembre à Pontivy. Depuis quelques mois, le Landerneau breton bruissait de cette initiative présentée par ses initiateurs comme
F. Lécuyer
Publié le 1/12/11 12:36 -- mis à jour le 00/00/00 00:00

Breizh ImPacte présentait son projet à la presse samedi 26 novembre à Pontivy (Morbihan). Depuis quelques mois, le Landerneau breton bruissait de cette initiative présentée par ses initiateurs comme « citoyenne ». Mais qui se cache derrière ?
« Nous serons toujours POUR, nous ne serons jamais CONTRE ». La phrase orne le document de présentation. Alléchant ! Donc ici pas de « comités de vigilance contre » ni de « Collectifs anti ». Pour mieux appréhender un projet il est toujours bon de regarder la liste des initiateurs : Yannig Baron (créateur de la filière bilingue dans l'éducation catholique : le réseau Dihun), André Lavanant (ancien président de Diwan), Jean-Pierre Le Mat (chef d'entreprise et historien), Tieri Jamet (créateur et directeur de la maison d'édition « Les éditions du Temps » et parent d'élève, à l'origine de la future école Diwan de Pornic -44-), Jean-Jacques Page (conseiller municipal UDB à Vannes), Gaël Fleurent (membre du Parti Breton).

Éventail politique, géographique et social large. Et parmi les initiateurs, une forte proportion de personnes ayant déjà construit quelque chose. L'ADN du projet ? « Un mélange entre le site « Change.gov » autour de la candidature de Barack Obama et la Révolution du Jasmin en Tunisie » affirme en choeur Jean-Pierre Le Mat et Yannig Baron. L'objectif n'est surtout pas de porter un projet politique dans une structure organisée mais bien d'agir en lobbyistes sur 12 points intitulés : « Le pacte de reconnaissance des besoins vitaux de la société bretonne ».

Incubateur

Et c'est là que l'initiative devient originale, en effet, au lieu de rester vague sur la plupart des points, Breizh Impacte prend clairement parti sur certains concepts loin d'être anodins : Point 1 : la Dévolution, en clair l'Autonomie avec un mot moins connoté. Point 2 : « Donner la préférence aux entreprises locales face aux grands groupes industriels ». Un choix en rupture avec la politique habituelle des maires, conseillers généraux et régionaux qui « chassent » la grande entreprise pour irriguer leur fief quitte à la voir partir quelques années plus tard vers d'autres subventions. Le même point 2 parle de « maîtriser le phénomène « volets clos » côtier ». Ici on aurait attendu un peu plus d'audace en matière de formulation, « réserver aux bretons une part importante des maisons de bord de mer afin d'éviter le phénomène des lotissements et villages entiers déserts 10 mois de l'année» aura eu plus d'impact par exemple.

Le point 4 met également les pieds dans le plat en proposant « l'autonomie énergétique pour la Bretagne » à l'horizon 2040. Doux rêve de khmers verts ? La communauté de communes du Mené dans le Centre-Bretagne a d'ores et déjà prévu de réaliser ce tour de force d'ici 10 ans en additionnant les énergies renouvelables. Cas unique dans l'Hexagone. Combien de communautés de communes bénéficient des mêmes caractéristiques pour pouvoir faire la même chose en Bretagne ? « Breizh ImPacte aimerait justement être l'incubateur de ce type de réflexion » répond Jean-Pierre Le Mat.

En tout, 12 points qui dévoilent l'ambition de Breizh ImPacte : passer par la puissance d'Internet, des réseaux sociaux et des réseaux tout court pour faire avancer l'évolution institutionnelle, sociale, culturelle et économique en Bretagne. Initiative intéressante, le monde des militants bretons espère cependant qu'elle aura un autre destin que l'Appel de Carhaix ou la dynamique Asambles qui, en leur temps, avaient porté les mêmes espoirs.

Un site internet (voir le site) sera prochainement lancé afin de permettre à chacun de suivre et de soutenir tel ou tel projet et réflexion.

Et, bonne nouvelle pour les gallésants, le gallo n'est, pour une fois, pas oublié par Breizh ImPacte dans sa réflexion. Et ça aussi c'est une nouveauté en Bretagne !

Document PDF 24063_2.pdf . Source : BreizhImpacte
Document PDF 24063_3.pdf . Source : BreizhImpacte
Voir aussi :
mailbox
imprimer
Cet article a fait l'objet de 3089 lectures.
Fabien Lécuyer est spécialisé dans l'enquête journalistique, les mouvements "en marge" du bipartisme et les mouvements indépendantistes .
Voir tous les articles de de F. Lécuyer
Vos 19 commentaires
  Erwann Denez
  le Jeudi 1 décembre 2011 13:33
Dreist !Mall zo warnon lenn an oberenn-se
Un tamm soñj dija ...ger brezhoneg na gallaoueg ! war an talbenn ! Perak ? Ne goust ket ker, n'eo ket diaes ...Ne gomprenan ket ...
Bon tardañ a ran, pezh a gont eo an danvez a vo el levr-se, met memestra...
(0) 
  Léon-Paul Creton
  le Jeudi 1 décembre 2011 14:31
Ceux , qui depuis plusieurs années espéraient et poussaient par leurs commentaires vers une telle initiative, ne peuvent qu'être satisfaits de la décision que prennent les initiateurs de ce projet.
Nous sommes en attente de plus de précisions... et prêts certainement à les épauler.
(0) 
  Michel Prigent
  le Vendredi 2 décembre 2011 06:56

Espérons que cette \\\"structure\\\" sera capable de coaliser les intérêts bretons pour une vision globale de l\\\'avenir de la Bretagne comme avait su le faire en son temps le CELIB.
La Bretagne, au vu des élections qui se présentent n\\\'a rien à attendre des partis nationaux français.
Il suffit de consulter leur \\\"programme\\\" pour s\\\'apercevoir que hormis des invectives contre l\\\'adversaire, les chamailleries et marchandages électoraux, aucune perspective d\\\'avenir n\\\'est proposée, même à l’échelon national tant au niveau des institutions que de la pratique de la démocratie.
Tous les partis en lice semblent s\\\'accommoder du fonctionnement redondant et irrationnel de notre gouvernance:-2 gouvernements (Sarkozy et Fillon), 2 assemblées législatives (AN et Sénat), mille feuilles des collectivités, cumul des mandats et pire encore d\\\'un code électoral qui est une véritable insulte à la démocratie.
Ainsi donc le parti EELV qui s\\\'est fait voler 15 sièges de députés sur 19 en 2007 n\\\'a rien trouvé de mieux que d\\\'aller mendier entre 15 et 6O circonscriptions au PS (Qui probablement les remettra en cause après les présidentielles, comme JYLD aux régionales dernières).
Bayrou fait encore plus fort, non seulement il s\\\'est fait arnaquer de 40 sièges sur 44 en 2007, mais il semble en redemander si j\\\'en juge par son programme de \\\"rassembleur\\\" proposé aux \\\"Semaines sociales\\\" (OF du 28-11-11).
Sous l\\\'appellation \\\"La Démocratie, une idée nouvelle\\\", \\\"il développe ses 4 exigences:
-Prendre en charge la nécessité (nourriture, eau, logement, éducation)
-Défendre la laïcité et la liberté.
-défendre la souveraineté, tant pour le citoyen que pour les états en \\\"
refondant l\\\'UE autour d\\\'une véritable démarche communautaire\\\".
-(Je ne vois pas la 4è exigence sur OF ! Je m\\\'en excuse).
Si vous voyez un thème qui le différencie des autres candidats, faîtes le moi savoir. Un tout cas question souveraineté et Europe, on est loin des idéaux d\\\'Europe fédérale prônés par l\\\'UDF, canal historique que seul Morin semble aborder.
Et qu\\\'en est-il de la subsidiarité des régions et autres thèmes décentralisateurs.
Va t\\\'il nous faire aussi un \\\"
caca nerveux\\\" comme Hollande outragé par la perspective de soumettre le budget national à l\\\'arbitrage de la cour européenne comme Dupont-Aignan et M. Le Pen...On se le demande ?
Et j\\\'en reviens encore à mon interrogation restée sans réponse: \\\"
Comment tous les petits partis nationaux peuvent-ils accepter aussi docilement de se faire décimer aux législatives 2012 comme en 2007 (36% des voix au premier tour, 14% des sièges au final\\\".)
S\\\'ils voulaient vraiment défendre la démocratie (la proportionnelle en est le premier fondement), et donc les citoyens qu\\\'ils représentent, ils se devraient de la réclamer, au besoin dans la rue, ce manque de courage et cette vassalisation à la \\\"
légalité\\\" est incompréhensible pour un citoyen \\\"normal\\\".
On ne peut que souhaiter le succès de \\\"
Breizh Impacte\\\", car de toute évidence la satisfaction des revendications de la Bretagne ne viendra pas des partis nationaux, grands ou petits à la botte d\\\'un \\\"système\\\" qui s\\\'apparente fort à celui soviétique.
(0) 
  Claude Guillemain
  le Vendredi 2 décembre 2011 08:11
Il n'y a pas que dans l'hexagone que les rêves sont permis ! Les Bretons de l’Étranger rêvent aussi à une Bretagne unie et courageuse.
Gant c'hwi !
Claude Guillemain
Réseau des Bretons de l’Étranger
(voir le site)
(0) 
  Joseph Victor
  le Vendredi 2 décembre 2011 10:59
Réagir à l'article ? Comment, sinon en leur souhaitant bon vent, bon courage, et surtout bonne chance ? Ils veulent être toujours "pour" et jamais "contre". Pourquoi pas ? Même s'il y a bien des occasions où il y a une obligation, ne serait-ce que morale, à s'indigner (mais oui) et à se dresser "contre".
Réagir aux propos de MP, plutôt.
Il y a quand même une candidate qui ose sortir des discours convenus et (tenter de) briser les tabous, c'est Eva Joly. La meilleure preuve ? L'acharnement dont les pouvoirs établis, politiques, journalistiques, font preuve contre elle. Comme ce matin encore, sur France Inter.
Sa remise en cause du jacobinisme, du droit de véto à l'ONU, du défilé militariste du 14 juillet... etc est salutaire. Il faut le dire.
Le reste et notamment les négociations sur les sièges, imposées par les règles électorales, cela relève du rapport de force créé par les électeurs... Franchement, MP, si EELV et les autres "petits" partis qui réclament la proportionnelle organisaient une manif sur ce thème, vous croyez vraiment qu'il y aurait du monde dans la rue ?
(0) 
  Yann LeBleiz
  le Vendredi 2 décembre 2011 12:19
Projet intéressant :
J'y vois deux éléments important :
1) Le premier, permettre de définir un axe d'ambition commun et partagé par tous. Cet axe existe, mais les différents partis politiques ou associations se sont montrés incapables de le reconnaître ouvertement, préférant jouer la carte du "J'ai plus raison que le copain", qui se traduit par l'immobilisme que nous connaissons. L'intervention d'un tier pour faciliter la reconnaissance de cette ambition commune, devrait contribuer à débloquer la situation.
2) En second, permettre aux citoyens lambda de participer directement et pleinement à la définition de cette ambition commune. Actuellement, les bretons sont dans une passivité pathologique pour exprimer tout projet politique qui soit du ressort de la Bretagne, ce qui se traduit par un abandon de fait de la démocratie propre à soit (c'est à quelqu'un d'autre de décider pour nous), un phénomène dramatique que l'Allemage a connu au sortir de la guerre et qui est très présent en Bretagne. En participant directement à la définition de cet ambition commune, chacun pourra se réapproprier cette démocratie.
(0) 
  Léon-Paul Creton
  le Vendredi 2 décembre 2011 13:38
Bretagne ImPacte !!! Bretagne Un Pacte ?
Une question déjà se pose sur la nature des implications de J.J Le Page « UDB » et de Gaël Fleurent « Parti Breton ». Représentent-ils éventuellement une participation officielle de leurs partis ou bien le sont-ils à titres personnels, ou comme « observateurs » ?
Les appartenances ou tendances politiques éventuelles des personnes, associations ou organisations diverses qui s’associent à Breizh Impact, doivent je pense être connues par les Bretons…Dès le départ et sans flou sur leurs intentions et engagements.
Je souhaite personnellement une transparence sur ces questions. Sans faire de procès d’intention, mais jouer cartes sur table !...Pour des temps nouveaux.
(0) 
  Page Jean-Jacques
  le Vendredi 2 décembre 2011 14:15
Pour répondre à L-P Creton, l'engagement de J-J Page et de G. Fleurent, membres de partis politiques, n'engage en rien les partis concernés. Il s'agit de participations individuelles, à titre personnel. D'ailleurs, Gaël peut aussi être définit en tant que chef d'entreprise, et moi-même en tant qu'ancien président de la fédération Diwan Mor-Bihan voire autre chose...
Ceci dit, les remarques de Yann Le Bleiz sont tout-à-fait pertinentes et définissent bien l'esprit du "Breizh ImPacte" : Ambition commune et partagée, participation des Bretons directement à des projets au travers du site... Si cela fonctionne, l'union des modérés, y compris des politiques, peut-être envisagée.
(0) 
  léon-Paul Creton
  le Vendredi 2 décembre 2011 14:41
J-J Page, vos précisions , j'en suis sûr, en intéressent plus d'un. Je partage également l'esprit de ce projet, et l'union des modérés me va bien dans la clarification. Ce que que je vous remercie d'avoir fait avec autant de diligence.
A galon.
(0) 
  Jean-Emmanuel CRUAU
  le Samedi 3 décembre 2011 07:01
Je pense que bon nombre de bretons et bretonnes sont en attente d\'un vrai mouvement de ce genre, qui mets l\'individu au centre et non pas les Partis politiques, j\'adore le terme MODÉRÉ, connaissant Gaël, je soutiens de telle initiative.
(0) 
  Iffig Cochevelou
  le Samedi 3 décembre 2011 21:36
Très bien, très bien ! Je ne vois rien à redire, enfin
Cela ressemble étonnamment, d’une façon rajeunie et mise au gout du jour d’un certain « Galv Karaez », ou l’on retrouvera certainement les anciens d’avant la débandade.
Pourquoi pas une nouvelle fois, on n’est plus à cela près
A condition que des lobbies économiques que l’on n’a pas l’habitude de voir s’y joignent.
Cependant, je n’arrive pas trop à cerner la finalité : car pour faire avancer les choses il faut des résultats politiques, car si c’est pour continuer a laisser le pouvoir entre les mains des partis actuels au pouvoir de gauche comme de droite , qu’est-ce que cela changera ?
Car eux , rien ne les dérange, si on leur laisse la place. De toute façon Le Drian vous dira que tout cela ce sont ses objectifs !
Bête et discipliné, je signerai surement , de toute façon , comme dirait l’autre , ça ne mange pas de pain !
(0) 
  bécassine
  le Dimanche 4 décembre 2011 19:20
Éventail politique, géographique et social large non mais de qui vous moquez vous ?????????? Aucune femme ( mais vous avez pas vu ou vous faites exprés ?) que des mecs, beaucoup de catholiques militants , aucun habitant de rennes ou nantes (hormis monsieur Jamet qui habite dans un gros bourg) ...ça sent la basse bretagne à bloc, c'est vieillot comme image, ça sent le minitel.....comm ratée, et encore du complexé à bloc qui nous dit des mots qu'il faut dire pour pas choquer....VIVE l'indépendance !
(0) 
  Michel Prigent
  le Lundi 5 décembre 2011 04:22
Eh bien alors, Bécassine, vous avez l'air particulièrement énervée, vous êtes une copine de Françoise Morvan ou de "Anonyme humaniste".
Déjà, lors de l'élection du CA de Bretagne Réunie, vous déploriez l'absence de femme, et vous remettez ça ici !
Qu’'attendez-vous pour proposer votre participation, surtout qu’'au vu de votre proclamation "VIVE l’indépendante", vous paraissez particulièrement motivée.
Vous êtes du MLF ou alors mandatée pour venir "troller" sur les sites bretons ?
Nous ici en Haute-Bretagne, à Nantes, confrontés à la "ligériose" permanente, il ne nous déplait pas que des initiatives émanent de B4.
J’émets les meilleurs vœux de succès à Breizh ImPacte qui devra évoluer dans l'environnement hostile de l'énorme machine jacobine prompte à broyer les initiatives locales qu’elle n’a pas initiées.
(0) 
  Michel Prigent
  le Lundi 5 décembre 2011 05:54
@ Joseph Victor
Tous les bretons émancipés et non formatés par le "catéchisme Républicain" n'ont pas manqué de remarquer les propositions "iconoclastes" d'Eva Joly en matière de modernisation de nos pratiques de gouvernance, si éloignées des standards européens, et je pense qu'ils y adhèrent.
Il n'empêche que reste posée la question de les voir un jour réalisées, dans la mesure où perdureront ces règles électorales iniques qui ont fait que aux législatives de 2007, le "consortium" UMPS se soit retrouvé avec 499 sièges de députés sur 577, alors que la proportionnelle intégrale pratiquée, je le répète par l'Allemagne, leur en aurait attribué que 371 !
C'est l'observation que j'ai faîtes (un peu vertement) aux 2 représentants politiques (EELV et MoDem) qui ont bien voulus affronter l'auditoire sceptique des participants à l'AG de Bretagne Réunie du samedi 3 dec. à Nantes.
Je leur ai demandé, comment avec 7 députés (4 pour EELV, 3 pour MoDem), ils entendaient peser sur les débats et les décisions de l'Assemblée Nationale, alors que la proportionnelle leur en aurait donné respectivement 19 et 44 députés.
Eh bien, voyez-vous, ils ont répondu comme vous, que ces règles ("Imposées" dîtes-vous) étaient légales (Légalité="légitimité" du plus fort) et que les contester dans la rue était exclus.
J'ai convenu que la stratégie (j'ai même osé dire "magouille") électorale de EELV était logique dans ce contexte (en espérant que le PS ne revienne pas sur ses promesses) si elle voulait atteindre une quinzaine de députés pour former un groupe parlementaire.
Par contre le représentant du MoDem, de loin le plus lésé aux dernières élections m'a paru quelque peu utopiste assurant que la pertinence de leurs arguments allait changer la donne électorale sans qu'il soit besoin de tractations postélectorales à droite ou à gauche, ce qui semble être la ligne actuelle, à mon sens suicidaire, de Bayrou.
Il n'empêche que, même si un sondage déjà ancien, concluait que seul 14% des français étaient préoccupés par la réforme des institutions, j'aurais bien aimé voir, pour une fois, des élus politiques descendre dans la rue pour défendre des pratiques bien plus démocratiques.
Je crois que les législatives 2012 ne changerons pas grand chose au monopole UMPS de la représentativité (ou plutôt de la non-représentativité) de l'électorat à l'Assemblée Nationale: 64% des voix, 86% des sièges.
Cette fois là aussi, l'abstention approchera les 40%.
Quant aux réformes institutionnelles, je ne peux que reprendre la constatation de Talleyrand qui servi à peu près tous les régimes : « Au début, je croyais que la politique servait à résoudre les problèmes, je me suis aperçu qu’elle servait surtout à les faire durer ».
(0) 
  Joseph Victor
  le Lundi 5 décembre 2011 11:20
à Léon Paul,
Nous sommes d'accord sur le constat. Et nous nous interrogeons sur la façon de faire changer les choses.
Les règles sont "imposées" par ceux à qui les électeurs donnent (en les élisant) la possibilité de le faire, "légalement"... Et donc la possibilité de faire perdurer le système.
Ces règles doivent bien entendu être contestées et combattues. Il n'est pas "exclu" de les contester dans la rue... Simplement, avant de lancer une quelconque initiative, il est légitime de s'interroger sur sa portée. Une manif pour la proportionnelle ne pourra mobiliser que les militants les plus motivés des petits partis, lésés par le système électoral. Elle se déroulera dans une indifférence quasi générale et ne contribuera donc pas à faire changer les choses, au contraire peut-être.
Ce qu'il faut faire ? Convaincre et encore convaincre les électeurs, les sensibiliser et leur communiquer l'envie de donner leur voix aux partis victimes de la loi électorale...
(0) 
  Fulup Kere
  le Lundi 5 décembre 2011 15:03
En em santan a ran tamm pe damm tost eus ar pezh a zo embannet. Met dam soñj embann un destenn evit dazont Breizh e galleg penn da benn a zo diboell ! Ne welan gwenn ha du ebet ken nebeut, moarvat eo evit plijout d'ar re "modere".
Ur ger evit Becassine memes tra,t ne soñje ket din e oa c'hwezh fall gant Breizh Izel, ne vefe ket un tamm a feiz fall eus he berzh?
(0) 
  Yannig BARON
  le Lundi 5 décembre 2011 16:23
Je précise que les 11 points du "Breizh-ImPacte" sont également publiés et diffusés en breton. Il suffit de lire le journal "YA" de la semaine passée pour le constater. Ils le sont également en gallo. Ceci est d'ailleurs signalé dans l'article ci-dessus de l'ABP.
Il est prévu que sur le site en construction chacun utilisera la langue de son choix.
Cela va sans dire mais sans doute encore mieux en le disant... Yannig BARON
(0) 
  Louis Le Bras
  le Mardi 17 janvier 2012 21:07
L'initiative semble assez positive. L'idée de se réunir sur une plate-forme concrète capable de faire consensus est une bonne idée.
Concernant les commentaires sur la vie politique française :
- UMP et PS : "64% des voix, 86% des sièges".
Précisons également que le mode de scrutin favorise mécaniquement le "vote utile"...sans cela, avec un scrutin proportionnel, UMP et PS réunis seraient allégrement en dessous des 50 % des voix (et des sièges)...
Concernant Eva Joly, elle est attaquée de plein fouet, y compris par le PS et en particulier Montebourg, car elle défend le retrait du nucléaire, et semble être la moins docile sur ce sujet chez Les Verts... cela, c'est le vrai fond de l'affaire.
La France EST le nucléaire actuellement dans le monde. Ce sera le dernier pays à s'en séparer avec l'Iran, la Chine et la Corée du Nord.
(0) 
  Fabien PEDEZERT
  le Vendredi 24 février 2012 11:44
Pour avoir eu le plaisir de rejoindre récemment la fine équipe des fondateurs, quelques précisions utiles pour la pluralité des expressions. Je suis \" seulement \" un ami de la Bretagne, j\'habite Saint-Malo, chef d\'entreprise, laïque, j\'apprécie d\'oeuvrer au sein de Breizh ImPacte, dont l\'objectif premier est le développement économique du territoire et au premier chef pour servir ses habitants.
Forcément, être acteur de la cité, c\'est toucher au politique, mais pour ne pas tomber dans le travers du féodalisme à un parti politique, toutes les sensibilités \" constructives \" sont représentées.
OBJECTIF : apporter compétences et soutien aux projets présentés
Sinon, une femme est entrée dans le groupe et j\'espère, qu\'un début ^^)
Devezh mat
(0) 
ANTI-SPAM : Combien font 4 multiplié par 2 ?
Cet espace est un lieu de débat. Les attaques personnelles ne sont pas autorisées. Le trolling est interdit. Les lois contre le racisme, le sexisme, et la diffamation doivent être respectées. Les pseudos sont tolérés mais ne sont pas encouragés.
MERCI DE RESPECTER LA LANGUE DE L'AUTEUR de l'article et donc des lecteurs. Les articles écrits en français doivent être commentés en français, les articles écrits en breton doivent être commentés en breton. Cacophonie ? Merci de ne pas mélanger les langues dans le même commentaire, sauf pour la traduction intégrale du commentaire.