BRETAGNE REUNIE : Jacques Auxiette, président de la région des « Pays de la Loire », adversaire de la réunification démocratique de la Bretagne.
Communiqué de presse de Bretagne Réunie

Publié le 17/06/05 9:57 -- mis à jour le 00/00/00 00:00

Les présidents des régions administratives Bretagne et Pays de la Loire, Jacques Auxiette et Jean-Yves Le Drian, se sont rencontrés le 14 juin à la Turballe. Le Comité local de la Presqu�île Guérandaise de Bretagne Réunie a tenu un stand et fait flotter le drapeau breton sur le port. En Presqu�île Guérandaise, 85 % des habitants se sont déclarés par sondage favorables à la réunification. Jean-Yves Le Drian a répondu à l�invitation de Bretagne Réunie en passant au stand tenu toute la journée par une cinquantaine de militants locaux.

En après-midi, durant une demi-heure, Bretagne Réunie a été reçue par Jacques Auxiette et Jean-Yves Le Drian en mairie de la Turballe en présence du maire de la commune. Cette rencontre en soi était importante car elle permettait, pour la première fois, d�évoquer la question de la réunification administrative de la Bretagne avec les présidents des deux régions directement concernées. Malheureusement, la rencontre a été au final décevante.

Jean-Yves Le Drian a rappelé que la région Bretagne souhaitait travailler dans le sens du « territoire historique de la Bretagne ». Mais que « cela ne pouvait se faire ni contre ni sans la région des Pays de la Loire. La région Bretagne allait développer une coopération culturelle avec le conseil général de Loire-Atlantique, notamment pour la langue bretonne, et cela en accord avec la région des Pays de la Loire » . Pour sa part, Jacques Auxiette a reconnu « la diversité culturelle des Pays de la Loire », et fait remarquer que « la Loire-Atlantique avait certainement parmi toutes ces cultures la culture la plus vive», en rajoutant que « la région respecte et encourage l�identité culturelle »� Sur un ton ironique, Jacques Auxiette a cru bon de préciser que « ayant habité en Vendée durant 27 ans, il se demandait s�il devait pour autant se déclarer Vendéen, au nom de quoi, au nom du droit du sol ou du droit du sang ? ». Propos totalement décalés qui ont fait réagir la délégation de Bretagne Réunie qui a expliqué qu�il ne s�agissait pas de droit du sol ou du sang, ce qui est tout à fait ridicule et aberrant, mais du droit démocratique des Bretons à vivre dans leur région historique et dans la région de leur choix.

Bretagne Réunie a rappelé à Jacques Auxiette qu�il n�avait pas répondu à la région Bretagne qui se positionne pour la réunification administrative de la Bretagne et une consultation populaire après l�avis de la région des Pays de la Loire. A quatre reprises, Bretagne Réunie a demandé à Jacques Auxiette s�il était pour ou contre consulter les électeurs et sinon s�il s�opposait à une consultation populaire en Loire-Atlantique. Jacques Auxiette n�a jamais répondu à cette question se contentant toujours de dire que « la recomposition des territoires régionaux ne répondait pas aux attentes fondamentales de nos concitoyens ». Mais, Monsieur Auxiette, comment le savoir si vous refusez de leur demander démocratiquement leur avis ? Ce dialogue sans issue a montré l�entêtement de Jacques Auxiette à conserver le découpage régional actuel. Pour lui, la création récente des deux pôles urbains, Loire-Bretagne autour de Nantes et Maine-Val de Loire autour du Mans, n�est pas contradictoire à l�action régionale des Pays de la Loire. Fait intéressant toutefois, Jacques Auxiette a déclaré « ne pas être partisan d�un Grand-Ouest mou ». Position commune sur ce point à celle de la région Bretagne. Mais tout à fait opposée politiquement au Conseil économique et social des Pays de la Loire qui justement s�est exprimé par un v�u le 25 octobre 2004 pour la constitution d�une Région « Ouest ». Nous apprenons par ailleurs, que suite aux assises régionales, la région des Pays de la Loire compte proposer fin 2005 « un schéma stratégique régional pour la période 2005/2015 » (Magazine de la région N° 3 juin juillet 2005) . Face au refus même de réfléchir à la recomposition des régions de l�Ouest de la France et d�en référer directement à l�avis des populations concernées, Bretagne Réunie considère que la région des Pays de la Loire est un obstacle majeur au processus démocratique de la réunification administrative de la Bretagne.

MANIFESTATION : Bretagne Réunie appelle à manifester dans le calme le lundi 20 juin à 14 heures à l�Hôtel des « Pays de Loire » à Nantes pour dénoncer la région des Pays de la Loire. Les citoyens doivent pouvoir vivre dans des Régions librement choisies qui présentent une cohérence culturelle, historique, et économique. Emile Granville, président de Bretagne Réunie. ------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------ Bretagne Réunie � Comité pour l�Unité Administrative de la Bretagne - BP 49032, 44090 NANTES-Cédex 1. Tél. 06.32.01.86.07.www.cuab.org.


mailbox
imprimer
logo
Fondée en 1980, l'association Bretagne Réunie, Comité pour l'unité administrative de la Bretagne, régie par la loi de 1901, se donne comme but la reconnaissance comme collectivité territoriale d'une région Bretagne formée des actuels départements des Côtes-d'Armor, du Finistère, de l'Ille-et-Vilaine, de la Loire-Atlantique et du Morbihan. L'association se définit comme démocratique, unitaire et apolitique. Elle agit pour et dans le respect des droits de l'Homme et des libertés fondamentales. Bretagne Réunie BP 49032 44090 Nantes/Naoned cedex 1
Vos 0 commentaires
ANTI-SPAM : Combien font 9 multiplié par 3 ?
Cet espace est un lieu de débat. Les attaques personnelles ne sont pas autorisées. Le trolling est interdit. Les lois contre le racisme, le sexisme, et la diffamation doivent être respectées. Les pseudos sont tolérés mais ne sont pas encouragés.
MERCI DE RESPECTER LA LANGUE DE L'AUTEUR et donc des lecteurs. Les articles écrits en français doivent être commentés en français, les articles écrits en breton doivent être commentés en breton. Cacophonie ? Merci de ne pas mélanger les langues dans le même commentaire, sauf pour la traduction intégrale du commentaire.