Charlotte de Luxembourg, descendante d'Anne de Bretagne
Communiqué de presse de Tudjentil Breizh

Publié le 12/09/14 15:18 -- mis à jour le 00/00/00 00:00
35059_2.jpg

Une intéressante émission de "Secrets d'Histoire" (présentée par Stéphane Bern) a été consacrée, mardi 2 septembre, à la Grande-Duchesse Charlotte de Luxembourg, descendante d'Anne de Bretagne par sa mère la princesse Maria-Anna, Infante du Portugal.

Toutes nos newsletters et tous nos agrégateurs sont gratuits ! Abonnez-vous ! (voir le site)

La Grande-Duchesse Charlotte de Luxembourg, qui s'est illustrée pendant la seconde guerre mondiale comme résistante à l'occupant allemand, est en effet à ce titre considérée dans son pays comme l'équivalent du Général de Gaulle pour les Français …

Retrouvez l'émission sur (voir le site)

Rappelons en parallèle de l'histoire de son aïeule Anne de Bretagne que, jusqu'en 1890, il y avait un régime d'union personnelle entre les Pays-Bas et le Luxembourg : le roi des Pays-Bas était aussi le souverain du Luxembourg. A cette date la couronne grand-ducale passa à une branche cadette des Nassau (famille régnante des Pays-Bas) : c'est cette règle de séparation des couronnes de France et de Bretagne qu'instaurait précisément le contrat de mariage d'Anne de Bretagne avec le roi de France Louis XII ...

NB : La princesse Marie-Astrid de Luxembourg (petite-fille de la Grande Duchesse Charlotte de Luxembourg) s'est rendue le 26 Juillet dernier (voir le site) au pardon de Sainte-Anne d'Auray avec son époux Son Altesse Impériale l'archiduc Karl-Kristian d'Autriche (lui aussi descendant d'Anne de Bretagne par sa seconde fille Renée).


mailbox
imprimer
Jeune association créée en 2004, Tudjentil Breizh (Association de la Noblesse Bretonne /ANB) s'est fixée deux missions :
- Promouvoir et mettre en pratique les valeurs de la noblesse chevaleresque par des actions concrètes.
- Contribuer au développement de la langue bretonne, au rayonnement de la culture bretonne et à la diffusion de l'Histoire de Bretagne.
Vos 5 commentaires
  Alan PRYTGWENN
  le Vendredi 12 septembre 2014 18:29
Voilà ! Demandons un soutien politique et financier du LUXEMBOURG et de l'AUTRICHE pour défendre les droits nationaux de la Bretagne d'autant que la Ripoublique française n'a pas une aura positive dans ces pays !
On a eu des souverains d'origine celtique, nous avons eu deux dynasties françaises (Dreux et Monfort), pourquoi une LUXEMBOURG.
On pourrait également faire appel à l'Angleterre en demandant à faire partie du Commonwealth comme l'Ecosse ou le Canada.
Tout sauf cette France corrompue et décadente.
(0) 
  Jack Le Guen
  le Vendredi 12 septembre 2014 18:53
Renée de Bretagne étant l'héritière légitime, d'après le contrat-de-mariage-traité de 1499 entre Anne et Louis XII, la princesse Marie-Astrid de Luxembourg est donc une sérieuse prétendante au titre de duchesse de Bretagne.
(0) 
  Francois GUyard
  le Vendredi 12 septembre 2014 21:11
La princesse Marie-Astrid descend 165 fois de la deux fois reine !
(0) 
  Yann Maneguen
  le Samedi 13 septembre 2014 16:54
La règle de sucession au trône de Bretagne est commune avec la quasi totalité de l'europe SAUF la France : c'est la règle de la primogéniture male et en cas d'abscence les filles en commençant par m'aînée.
Donc on a :
Anne de Bretagne,
Claude sa fille ép. François d'Angoulême futur François 1ier de France
François 3 de Bretagne (dernier duc couronné et empoisonné très probablement : aimait-il trop son duché pour mériter d'être le Dauphin ?)
Henri III son frère cadet
Isabelle sa fille, mariée au roi d'Espagne qui revendiquait le duché etc...
On peut aussi remonter à la branche de Penthièvre qui avait le droit pour elle face aux Montfort puisque Jeanne de P. était la fille du petit frère du Duc Jean Le Bon tous deux décèdés.. Les rois de France le savaient parfaitement puisqu'ils se sont appliqués à nommer 5 (cinq) gouverneurs de Bretagne tous héritiers de cette lignée de Penthièvre et avaient racheté leurs droits à Nicole de Blois pour plus de sureté. Il n'y a pas de hasard.
Autre bizarrerie : quand on applique la loi de sucession précitée que ce soit à partir de Anne de Bretagne ou de Jeann de Penthièvre, on arrive à une même personne qui est l'héritier des rois jacobites et de la couronne de Bavière. Il a été informé de ses droits sur le titre de Roi de Bretagne et il a répondu en anglais par "No Comment".
Cela aurait eu un intérêt si la personnalité se serait posée comme une sorte d'autorité morale pour appuyer les revendication bretonnes légitimes... Mais las !
(0) 
  Marcel Texier
  le Dimanche 14 septembre 2014 17:53
Article fort intéressant. Nous sommes tenus dans l'ignorance de notre Histoire, qui est passionnante et qui réserve des quantités de surprises.
Ainsi, j'ai rencontré par hasard, il y a quelques années, la descendante d'un Carentorien qui, ayant quitté la Bretagne au moment de la Révolution, a rejoint l'Armée des Princes à Coblence, puis a mis son épée au service de l'Empereur d'Autriche et a gravi tous les échelons de la hiérarchie militaire pour finir "Feldmarschall" et Chambellan de l'Empereur. Il s'appelait Pierre-Marie Auguste Picot de Peccaduc, mais a germanisé son nom qui est devenu "Von Herzogenberg". Il a aussi été "Gouverneur de Paris" lorsque les Autrichiens, les Prussiens et les Russes sont entrés dans Paris après la défaite définitive de Napoléon (je ne sais pas s'il a adouci le sort des Parisiens ou s'il leur en a fait "baver"...) Je suis probablement le seul "gars de Carentoir" à connaître cette fabuleuse histoire !
(0) 
ANTI-SPAM : Combien font 6 multiplié par 9 ?
Cet espace est un lieu de débat. Les attaques personnelles ne sont pas autorisées. Le trolling est interdit. Les lois contre le racisme, le sexisme, et la diffamation doivent être respectées. Les pseudos sont tolérés mais ne sont pas encouragés.
MERCI DE RESPECTER LA LANGUE DE L'AUTEUR de l'article et donc des lecteurs. Les articles écrits en français doivent être commentés en français, les articles écrits en breton doivent être commentés en breton. Cacophonie ? Merci de ne pas mélanger les langues dans le même commentaire, sauf pour la traduction intégrale du commentaire.