Put your name here

connexionS'accréditer | S'abonner | Se connecter | Faire un don
> Logo ABP
ABP e brezhoneg | ABP in English |
AFP mentionné comme source
AFP mentionné comme source
- Investigation -
Comment AFP relaie les mensonges de Madrid
Un gros mensonge de Madrid afin de disqualifier le referendum relayé par AFP le 30 septembre
Gilles Delahaye pour OMEB le 4/10/17 9:21

AFP et presque toute la presse francophone de dimanche, y compris suisse et québécoise à sa suite, ont relayé le 30 septembre, l'information provenant du gouvernement espagnol que 1300 bureaux de vote en Catalogne avaient été mis sous scellés alors que ces bureaux avaient simplement été notifiés de fermer leurs portes le lendemain, jour du référendum ! En réalité pas plus d'une ou deux douzaines de bureaux ont été fermés et bloqués par la Garde Civile comme le montre cette carte . C'était un gros mensonge de Madrid afin de disqualifier le referendum. En France, Le Point , 20minutes, La Dépêche, Le Parisien, France Info, France Bleu, Yahoo, ont donc été complices de la désinformation de MADRID et d'une complaisance aveugle envers AFP.

La carte des bureaux de votes ouverts le dimanche (voir le site) qui fut révélée par un tweet de Julian Assange (ex wikileaks)

Ce site a été suspendu par google donc voir le site du gouvernement catalan : (voir le site)

Le porte-parole du gouvernement catalan, Jordi Turull, a déclaré que seulement 319 des 2,315 bureaux de vote avaient été fermés par la police. Donc il y avait 1996 bureaux de vote accessibles dimanche dernier en Catalogne.

LCI, BFMTV et Ouest-France, France Inter et France Info ont repris les chiffres catalans dès le dimanche soir.

modifié le 4 octobre 17:48

Voir aussi :
Cet article a fait l'objet de 1254 lectures.
logo
L'Observatoire des Médias en Bretagne est basé à Rennes. Il est composé d'un collectif de plusieurs journalistes.
Voir tous les articles de OMEB
Vos 4 commentaires
Paul Chérel Le Mercredi 4 octobre 2017 16:08
Mensonge ou Fake news ? Le vrai problème c'est l'AFP. elle réunit sans discernement, sans recherche approfondie, des infos et les redistribue telles quelles à des organes de presse qui sont tout ausi peu regardants. Le cas Catalogne n'est qu'un tout petit exemple. A cela s'ajoute évidemment une nette orientation à caractère politique vers une "pensée unique et courtisane" vis-à-vis des pouvoirs en place, surtout s'ils sont "de gauche". La gauche n'admet pas la critique alors que la droite encaisse souvent dans la plus grande indifférence. Elle est blindée comme on dit. Moralité ! Cessons d'accorder la moindre confiance aux media tant écrits qu'audiovisuels ou essayons de lire ou écouter ce qui n'est ni dit, ni écrit. Paul Chérel
(0) 

Loïc. L Le Mercredi 4 octobre 2017 19:15
Cela ne m'étonne guère.
On pourrait leur répondre que le résultat d'un vote démocratique se fait sur les suffrages exprimés...qu'il y ait 200 ou 1000 bureaux fermés, par l'usage de la force en plus.
En plus, il me semble que le temps passé par les médias à parler de la Catalogne correspond plus à une durée d'un fait divers.... Sur que cela n'etonne pas les lecteur d'ABP.
(0) 

M. Prigent Le Vendredi 6 octobre 2017 12:10
Moi, ce qui m'a littéralement ahuri dans les commentaires unanimes des médias français, c'est leur partialité concernant la dette "énorme" de la Catalogne.
Déjà, en 2010, lorsque après que la Constitution espagnole ai réduit les prérogatives de la Catalogne et leur contestait le statut de Nation, énervant ainsi les indépendantistes, "nos" médias subventionnés avaient lourdement insisté sur la "dette colossale" de cette région: 35% de son PIB, passant sous silence celle de l'Espagne qui était de ...85% !!!
En 2017, nous assistons au même scénario: le dette "énorme" de la Catalogne est de 75 Mds,€ (toujours de 35%), alors que celle de l'Espagne atteint 99,4 % de son PIB (une paille !) soit 0,2 % de moins que la France à 99,2%.
"Nos" médias menteurs et manipulateurs nous prennent vraiment pour des C... !!!
(0) 

Paul Chérel Le Mercredi 11 octobre 2017 18:10
Très bonne conclusion de M. Prigent. Le Français (breton compris hélas! ) est loin d'être un "roseau pensant". Responsable au premier chef, la presse qu'ii lit. En sous-main la pensée unique et le "politiquement correct". Paul Chérel
(0) 

Commenter :
Votre email est optionnel et restera confidentiel. Il ne sera utilisé que si vous voulez une réponse d'un lecteur via email. Par exemple si vous cherchez un co-voiturage pour cet évènement ou autre chose.
ANTI-SPAM : Combien font ( 0 multiplié par 6) + 2 ?

ABP

Publier

Nous suivre

2003-2024 © Agence Bretagne Presse, sauf Creative Commons