Début de reconnaissance municipale de l'identité bretonne de Sant-Nazer
Dépêche

Publié le 5/06/15 18:38 -- mis à jour le 00/00/00 00:00

Le CREDIB – Centre de Recherche et Diffusion de l'Identité Bretonne - salue l'avancée actée au dernier conseil municipal par l'ensemble des élus avec la signature de la charte «Ya d'ar brezhoneg» / «Oui à la langue bretonne» niveau 1 visant à faire la promotion du breton dans la vie publique qui est déjà matérialisée par la mise en place de panneaux d'entrée de ville français/breton. Le CREDIB, qui travaille depuis 15 ans à la mise en valeur de l'identité bretonne de Sant-Nazer (3 colloques, expositions, conférences, hommage breton aux commandos de l'Opération Chariot, publications, échanges avec les pays celtiques,...) regrette néanmoins ne pas avoir été consulté par la commission Identité bretonne de la majorité municipale, pour son expertise et ses propositions. Cet engagement doit être aussi l'occasion de la mise en valeur de la richesse de la toponymie bretonne nazairienne (près de 40% des noms de lieux de la communes) à commencer par la retour du nom de quartier Trelan (entre Sautron et le Grand Marais où se trouve le collège Manon Roland), supprimé d'autorité en 1984.

Toutes nos newsletters et tous nos agrégateurs sont gratuits ! Abonnez-vous ! (voir le site)

Avec cette avancée vers la reconnaissance de l'identité bretonne de la quatrième ville de Bretagne, la Ville renoue avec une très longue tradition municipale d'affirmation de la bretonnité de Sant-Nazer. Les deux grands maires socialistes qui ont dirigé la cité entre 1925 et 1983, François Blancho et son successeur Etienne Caux ont manifesté à de nombreuses reprises leur attachement à la place de Sant-Nazer en Bretagne. Du soutien très actif dans les années 1920-30 au mouvement artistique d'avant-garde Ar Seiz Breur du Nazairien René-Yves Creston à l'installation en 1977 du Gwenn ha Du sur le fronton de l'Hôtel de Ville à égalité du drapeau français (une des premières grandes villes de Bretagne à le faire à l'époque).

Nous regrettons néanmoins le blocage actuel du premier magistrat de notre ville sur le Gwenn ha Du avec un clair refus de le réinstaller sur la mairie comme jusqu'en 1983. La mairie n'est-elle pas pourtant la maison de tous les Nazairiens ? D'autant que de nombreuses mairies de Loire-Atlantique font flotter les couleurs bretonnes depuis des années. Nous espérons que la prise en compte de cette demande largement partagée chez les Nazairiens l'emportera dans un futur très proche et participera à l'apaisement, après 32 ans de marginalisation institutionnelle de notre identité collective. Comment John Kerry, grand amateur de cyclisme et surtout haut représentant du gouvernement des États-Unis d'Amérique, peut-il afficher fièrement un maillot avec le Gwenn ha Du alors que la ville bretonne qui fut choisie en 1917 comme tête de pont de l'engagement américain peut encore refuser en 2015 cette reconnaissance institutionnelle ?

(voir le site)


mailbox
imprimer
Cet article a fait l'objet de 1281 lectures.
Hubert Chémereau est correspondant de l'ABP à Saint-Nazaire. Il est historien et auteur d'articles dans ArMen, Chasse Marée, Place Publique (édition de Nantes).
Vos 6 commentaires
frankizbreizh
2015-06-06 14:35:45
il manque plus que saint malo comme grande ville ...
(0) 
LHERITIER Jakez
2015-06-07 11:01:53
Le 31 mai.....2 jours après la décision de la municipalité de St Nazer:Tiens tiens,...!
Voir site du SNRLA.
Les Présidents et dirigeants du Stade Nazairien de Rugby Loire Atlantique arboraient le GWEN HA DU lors de la demi finale de l'équipe junior contre Mauléon (avec ses drapeaux basques)Voir Photographie transmise à l'ABP.
St Nazer joue la finale junior ce dimanche contre Nice.
Des évolutions timides,constatées, sachant aussi que dans le Staff du SNR ,il y a des pro réunification iront elles à l'organisation du grand Comité de RUGBY BRETON,réunissant les 2 meilleurs clubs Bretons de fédérale 1:Vannes et St Nazer et tous les clubs des 5 départements bretons.
Saluons la montée en puissance de nos clubs en Fédérale 2 avec le Rennes Etudiant Club,Nantes.
le nombre de plus en plus important de clubs bretons en fédérale 3;Trignac,le Rheu,Plouzane,St Sébastien sur Loire,Auray..
Nota:hier le drapeau Briéron flottait au stade de Trignac.
Rappel cela fait quelques années que grace à notre groupe nazairien et de Brière et nos enfants dans les clubs,nous avançons.On sème et cela pousse.
(0) 
Louis Le Bars
2015-06-08 19:22:38
Typique attrape-con d'avant élections...
(0) 
André Corlay
2015-06-09 11:58:46
Louis a raison : quelle bande de faux-jetons ces gens de la "Perfide Secte" (alias "PS").
(0) 
Ker itron al lann
2015-06-09 14:23:02
Félicitations Jakez!!!! ça c'est du constructif.
C'est pas comme les esprits fâcheux qui ont décerné un prix de l'infamie au maire de Saint Nazaire.
Gant ar vezh!
(0) 
Maxime
2015-10-14 16:40:15
Pour moi, ce bouquin n'est nnueemllt de la nostalgie vu que je n'e9tais pas ne9e lorsqu'il a e9te9 lance9 et que je ne l'ai jamais vu en tant que Norway mais plutf4t une trace de ce qui se faisait avant . Nous ne sommes pas nostalgiques des pyramides mais nous essayons bien de comprendre encore aujourd'hui comment les e9gyptiens s'y prenaient pour les construire, non ? Et bien le0 c'est pareil !Je trouve cela tre8s inte9ressant de pouvoir comparer les formes de coque, les ame9nagements, le syste8me de propulsion, les diffe9rents auxiliaires, les e9tudes et j'en passe avec ce que nous faisons aujourd'hui. C'est tout simplement la me9moire des anciens rassemble9e dans un bel ouvrage. Les personnes ayant travaille9 e0 la construction d'un tel be2timent ne seront plus le0, un beau jour, pour raconter l'histoire des transatlantiques Parce que depuis le France, e0 part le QM2, les transatlantiques aux chantiers ne se sont pas vraiment bouscule9s dans la forme C !Et non, un navire de croisie8re et un transatlantique ce n'est pas la meame chose M'enfin !
(0) 
ANTI-SPAM : Combien font 2 multiplié par 9 ?
Cet espace est un lieu de débat. Les attaques personnelles ne sont pas autorisées. Le trolling est interdit. Les lois contre le racisme, le sexisme, et la diffamation doivent être respectées. Les pseudos sont tolérés mais ne sont pas encouragés.
MERCI DE RESPECTER LA LANGUE DE L'AUTEUR de l'article et donc des lecteurs. Les articles écrits en français doivent être commentés en français, les articles écrits en breton doivent être commentés en breton. Cacophonie ? Merci de ne pas mélanger les langues dans le même commentaire, sauf pour la traduction intégrale du commentaire.