Put your name here

connexionS'accréditer | S'abonner | Se connecter | Faire un don
> Logo ABP
ABP e brezhoneg | ABP in English |
Breizh Manif 2016.
Breizh Manif 2016.
La Breizh Manif 2016 : les vignobles Chéneau, toujours présents.
La Breizh Manif 2016 : les vignobles Chéneau, toujours présents.
La Breizh Manif 2016 : après la conférence de presse.
La Breizh Manif 2016 : après la conférence de presse.
La Breizh Manif 2016 : présentation de la plaque
La Breizh Manif 2016 : présentation de la plaque "place de la Réunification".
La Breizh Manif 2016 : plaque
La Breizh Manif 2016 : plaque "place de la Réunification" posée symboliquement. Le député Le Fur, l'ancien président du CG44 Mareschal à côté du président de Bretagne Réunie Le Bihan.
La Breizh Manif 2016 : en hommage à Martial Ménard, un poème de Anjela Duval est lu.
La Breizh Manif 2016 : en hommage à Martial Ménard, un poème de Anjela Duval est lu.
La Breizh Manif 2016 :   prise de parole du président de Bretagne Réunie Jean-François Le Bihan.
La Breizh Manif 2016 : prise de parole du président de Bretagne Réunie Jean-François Le Bihan.
La Breizh Manif 2016 : dans la foule : Pêr Loquet.
La Breizh Manif 2016 : dans la foule : Pêr Loquet.
La Breizh Manif 2016 : Gilles Denigot.
La Breizh Manif 2016 : Gilles Denigot.
La Breizh Manif 2016 : Nil Caouissin.
La Breizh Manif 2016 : Nil Caouissin.
La Breizh Manif 2016 : Marc Le Fur.
La Breizh Manif 2016 : Marc Le Fur.
La Breizh Manif 2016 : Lena Louarn.
La Breizh Manif 2016 : Lena Louarn.
La Breizh Manif 2016 : Jocelyne Devriendt, présidente de l'association qui va faire beaucoup parler d'elle : Bretagne en Marche.
La Breizh Manif 2016 : Jocelyne Devriendt, présidente de l'association qui va faire beaucoup parler d'elle : Bretagne en Marche.
La Breizh Manif 2016 : François de Rugy.
La Breizh Manif 2016 : François de Rugy.
Vue des manifestants de la tribune avant le départ du cortège.
Vue des manifestants de la tribune avant le départ du cortège.
La Breizh Manif 2016 :  Jocelyne Devriendt présente Bretagne en Marche, la nouvelle association qui fera du reuz.
La Breizh Manif 2016 : Jocelyne Devriendt présente Bretagne en Marche, la nouvelle association qui fera du reuz.
La Breizh Manif 2016 : François de Rugy.
La Breizh Manif 2016 : François de Rugy.
La Breizh Manif 2016.
La Breizh Manif 2016.
La Breizh Manif 2016 : Lena Louarn et Mona Bras.
La Breizh Manif 2016 : Lena Louarn et Mona Bras.
La Breizh Manif 2016 : Marc Le Fur.
La Breizh Manif 2016 : Marc Le Fur.
La Breizh Manif 2016 : Patrick Mareschal
La Breizh Manif 2016 : Patrick Mareschal
La Breizh Manif 2016 : Marie-Hélène Herry (CG44).
La Breizh Manif 2016 : Marie-Hélène Herry (CG44).
La Breizh Manif 2016 : Paul Molac.
La Breizh Manif 2016 : Paul Molac.
La Breizh Manif 2016 : parmi la foule des manifestants.
La Breizh Manif 2016 : parmi la foule des manifestants.
La Breizh Manif 2016 : parmi la foule des manifestants.
La Breizh Manif 2016 : parmi la foule des manifestants.
La Breizh Manif 2016 : les jeunes pour la Réunification.
La Breizh Manif 2016 : les jeunes pour la Réunification.
La Breizh Manif 2016 : Le courrier qui sera déposé au CD44. Philippe Grosvalet ne pourra pas dire qu'il ne l'a pas vu.
La Breizh Manif 2016 : Le courrier qui sera déposé au CD44. Philippe Grosvalet ne pourra pas dire qu'il ne l'a pas vu.
La Breizh Manif 2016 : Ah bon, Nantes ne serait pas en Bretagne ? Des membres du Bagad d'Orvault.
La Breizh Manif 2016 : Ah bon, Nantes ne serait pas en Bretagne ? Des membres du Bagad d'Orvault.
La Breizh Manif 2016 : divulgation du parcours de la Marche de 2017 par des membres de l'association Bretagne en Marche / Breizh o Vont / Bërtègn Chomë.
La Breizh Manif 2016 : divulgation du parcours de la Marche de 2017 par des membres de l'association Bretagne en Marche / Breizh o Vont / Bërtègn Chomë.
La Breizh Manif 2016 : la jeunesse pour la Réunification.
La Breizh Manif 2016 : la jeunesse pour la Réunification.
La Breizh Manif 2016 : Glenmor appelé au secours des militants.
La Breizh Manif 2016 : Glenmor appelé au secours des militants.
La Breizh Manif 2016 : sous le soleil du Sud-Bretagne.
La Breizh Manif 2016 : sous le soleil du Sud-Bretagne.
La Breizh Manif 2016 : la banderole de Bretagne Réunie.
La Breizh Manif 2016 : la banderole de Bretagne Réunie.
La Breizh Manif 2016 : en fauteuil, c'est dur ! mais le coeur y est.
La Breizh Manif 2016 : en fauteuil, c'est dur ! mais le coeur y est.
La Breizh Manif 2016 : dans la foule.
La Breizh Manif 2016 : dans la foule.
La Breizh Manif 2016 : en couple et avec le sourire.
La Breizh Manif 2016 : en couple et avec le sourire.
La Breizh Manif 2016 : Bretons du monde  : Présents !
La Breizh Manif 2016 : Bretons du monde : Présents !
La Breizh Manif 2016 : Emglev Oud ha Gwilen présents aussi dans le 44.
La Breizh Manif 2016 : Emglev Oud ha Gwilen présents aussi dans le 44.
La Breizh Manif 2016 : tous les Bonnets rouges ne sont pas en sommeil !
La Breizh Manif 2016 : tous les Bonnets rouges ne sont pas en sommeil !
La Breizh Manif 2016 : carrefour près de la Préfecture.
La Breizh Manif 2016 : carrefour près de la Préfecture.
La Breizh Manif 2016 : devant le CG44, l'enveloppe (voir photo suivante) attire les regards.
La Breizh Manif 2016 : devant le CG44, l'enveloppe (voir photo suivante) attire les regards.
La Breizh Manif 2016 : Jean-François Le Bihan montre le courrier déposé au CG44.
La Breizh Manif 2016 : Jean-François Le Bihan montre le courrier déposé au CG44.
La Breizh Manif 2016 : quelques drapeaux des Pays bretons !
La Breizh Manif 2016 : quelques drapeaux des Pays bretons !
Breizh Manif 2016. Réglages sono vers midi. Pierre Glotin.
Breizh Manif 2016. Réglages sono vers midi. Pierre Glotin.
Avant le rassemblement, une des banderoles du défilé. «Si la Bretagne se bat, la liberté est au bout». (Glenmor).
Avant le rassemblement, une des banderoles du défilé. «Si la Bretagne se bat, la liberté est au bout». (Glenmor).
Breizh Manif 2016. Ty Glazig venu de Kemper comme pour chaque Tablée bretonne.
Breizh Manif 2016. Ty Glazig venu de Kemper comme pour chaque Tablée bretonne.
Breizh Manif 2016. Le stand d'Olivier Anezo.
Breizh Manif 2016. Le stand d'Olivier Anezo.
Breizh Manif 2016. Un autre stand avec une réserve de drapeaux bretons sur hampe.
Breizh Manif 2016. Un autre stand avec une réserve de drapeaux bretons sur hampe.
Breizh Manif 2016. Les stands des vignobles bretons fidèles aux manifs réunification.
Breizh Manif 2016. Les stands des vignobles bretons fidèles aux manifs réunification.
Breizh Manif 2016. Les vins bretons du vignoble Chéneau de Monnières.
Breizh Manif 2016. Les vins bretons du vignoble Chéneau de Monnières.
Breizh Manif 2016. Amélie de Breizh Etik.
Breizh Manif 2016. Amélie de Breizh Etik.
Breizh Manif 2016. Les vins du Domaine des Hautes Noëlles (Chon) avec les étiquettes à triskell doré.
Breizh Manif 2016. Les vins du Domaine des Hautes Noëlles (Chon) avec les étiquettes à triskell doré.
Breizh Manif 2016. Avant la conférence de presse, au fond le jeune Maxime Chéneau du Vignoble breton, Henri Colliot de BR, casquette rouge Michel Chauvin.
Breizh Manif 2016. Avant la conférence de presse, au fond le jeune Maxime Chéneau du Vignoble breton, Henri Colliot de BR, casquette rouge Michel Chauvin.
Breizh Manif 2016. Prêts pour la conférence de presse. De g. à dr. Joël Guerrriau, sénateur-maire de St-Sébastien/Loire, Marc Le Fur, J.-F. Le Bihan, P. Mareschal, Fr. de Rugy, J. Devriendt.
Breizh Manif 2016. Prêts pour la conférence de presse. De g. à dr. Joël Guerrriau, sénateur-maire de St-Sébastien/Loire, Marc Le Fur, J.-F. Le Bihan, P. Mareschal, Fr. de Rugy, J. Devriendt.
Breizh Manif 2016. Le panneau en attente qui sera posé sur les grilles du Conseil général 44.
Breizh Manif 2016. Le panneau en attente qui sera posé sur les grilles du Conseil général 44.
Breizh Manif 2016. Deux membres de Bretagne Réunie Nantes. Yves très chic pour défiler avec son drapeau gigantesque, François en tenue plus simple, sur le pont depuis 7 h au montage !
Breizh Manif 2016. Deux membres de Bretagne Réunie Nantes. Yves très chic pour défiler avec son drapeau gigantesque, François en tenue plus simple, sur le pont depuis 7 h au montage !
Breizh Manif 2016. Après la conférence de presse officielle, certains demandent des entretiens supplémentaires. Ici Jean-François Le Bihan et Jocelyne Devriendt.
Breizh Manif 2016. Après la conférence de presse officielle, certains demandent des entretiens supplémentaires. Ici Jean-François Le Bihan et Jocelyne Devriendt.
Breizh Manif 2016. Romain Bily, permanent nouvellement embauché par Bretagne Réunie, et Jonathan Guillaume de 44=Breizh.
Breizh Manif 2016. Romain Bily, permanent nouvellement embauché par Bretagne Réunie, et Jonathan Guillaume de 44=Breizh.
Breizh Manif 2016. Vers 13 h-14 h. En veste rouge et avec drapeau interceltique, le chanteur breton Mikaël Kerne.
Breizh Manif 2016. Vers 13 h-14 h. En veste rouge et avec drapeau interceltique, le chanteur breton Mikaël Kerne.
Breizh Manif 2016. Vers 13 h-14 h. Un sonneur en kilt : «Sans beurre un Breton meurt» complément de «La Bretagne sans la Loire-Atlantique, c'est comme le beurre sans sel» de Nono.
Breizh Manif 2016. Vers 13 h-14 h. Un sonneur en kilt : «Sans beurre un Breton meurt» complément de «La Bretagne sans la Loire-Atlantique, c'est comme le beurre sans sel» de Nono.
Breizh Manif 2016. Un panneau porté sur le dos.
Breizh Manif 2016. Un panneau porté sur le dos.
Breizh Manif 2016. Le projet «Bretagne en Marche» présenté par Jocelyne Devriendt, présidente de l'assoss'.
Breizh Manif 2016. Le projet «Bretagne en Marche» présenté par Jocelyne Devriendt, présidente de l'assoss'.
Breizh Manif 2016. Panneau récapitulatif au stand de Bretagne Réunie.
Breizh Manif 2016. Panneau récapitulatif au stand de Bretagne Réunie.
Breizh Manif 2016. Au retour du défilé en ville un peu de désordre pour la mise en place pour les photos !
Breizh Manif 2016. Au retour du défilé en ville un peu de désordre pour la mise en place pour les photos !
Breizh Manif 2016. Au retour du défilé en ville. Les banderoles s'installent.
Breizh Manif 2016. Au retour du défilé en ville. Les banderoles s'installent.
Breizh Manif 2016. Au retour du défilé en ville, tout est en place. Mais on se demande s'il restait beaucoup de presse...
Breizh Manif 2016. Au retour du défilé en ville, tout est en place. Mais on se demande s'il restait beaucoup de presse...
Breizh Manif 2016. «Bro Gozh va Zadoù» par les sonneurs, à l'arrivée du défilé en ville. Il est au répertoire de peu de bagadoù car la partition serait assez difficile.
Breizh Manif 2016. «Bro Gozh va Zadoù» par les sonneurs, à l'arrivée du défilé en ville. Il est au répertoire de peu de bagadoù car la partition serait assez difficile.
Breizh Manif 2016. «Bro Gozh va Zadoù» par les sonneurs, à l'arrivée du défilé en ville. Difficile à jouer pour les bagadoù, confidence de sonneur un jour.
Breizh Manif 2016. «Bro Gozh va Zadoù» par les sonneurs, à l'arrivée du défilé en ville. Difficile à jouer pour les bagadoù, confidence de sonneur un jour.
Breizh Manif 2016. «Bro Gozh va Zadoù» par les sonneurs, à l'arrivée du défilé en ville. Le peu de public qui était encore là chantait aussi.
Breizh Manif 2016. «Bro Gozh va Zadoù» par les sonneurs, à l'arrivée du défilé en ville. Le peu de public qui était encore là chantait aussi.
Breizh Manif 2016. Un bébé chien bien installé.
Breizh Manif 2016. Un bébé chien bien installé.
Breizh Manif 2016.«Oui, ils ont fait tout le parcours avec nous. Nos chiens sont pour la réunification de la Bretagne !» (Autorisation de publier).
Breizh Manif 2016.«Oui, ils ont fait tout le parcours avec nous. Nos chiens sont pour la réunification de la Bretagne !» (Autorisation de publier).
Breizh Manif 2016. À la sono de Pierre Glotin, Jean-François Le Bihan remercie les participants et dénonce les manifestants extrémistes qui se sont mal conduits.
Breizh Manif 2016. À la sono de Pierre Glotin, Jean-François Le Bihan remercie les participants et dénonce les manifestants extrémistes qui se sont mal conduits.
Breizh Manif 2016. Le groupe «Bogzh Celtic Cats» de rock celtique, ici en balance, a terminé l'après-midi avec des bruits pires que l'hélico de la gendarmerie en surveillance de la manif.
Breizh Manif 2016. Le groupe «Bogzh Celtic Cats» de rock celtique, ici en balance, a terminé l'après-midi avec des bruits pires que l'hélico de la gendarmerie en surveillance de la manif.
- Reportage -
Environ 5.000 personnes manifestent à Nantes pour la réunification (vidéos et photos)
Nouvelles photos (du 26-09). À l'appel de l'association Bretagne Réunie, environ 5.000 personnes se sont rassemblées samedi à Nantes pour réclamer la réunification de la Bretagne, c'est-à-dire l'incorporation de Nantes et de la Loire-Atlantique dans la région administrative Bretagne.
Philippe Argouarch pour ABP le 25/09/16 0:37
40945_32.jpg
La Breizh Manif 2016 : La fédération Kendalc'h soutient la manifestation.

À l'appel de l'association Bretagne Réunie (voir le site) , environ 5.000 personnes se sont rassemblées samedi 24 septembre à Nantes pour réclamer la réunification de la Bretagne, c'est-à-dire l'incorporation de Nantes et de la Loire-Atlantique dans la région administrative Bretagne.

On a pu noter la présence de quatre députés dont François de Rugy, Marc Le Fur et Paul Molac, de cinq conseillers régionaux dont la vice-présidente Lena Louarn, Mona Bras, Stéphane de Sallier-Dupin, de quatre conseillers départementaux dont l'ancien conseiller général Patrick Mareschal, de nombreux maires et élus locaux, de l'avocat Me Yann Choucq et du syndicaliste Gilles Denigot.

Avant le défilé, divers élus ont dénoncé le déni de démocratie du gouvernement qui refuse de reconnaître les identités régionales comme composantes des régions administratives. Jean-François Le Bihan, président de Bretagne Réunie a rappelé "la solidarité avec les autres régions revendiquant leur identité territoriale : Alsaciens, Corses, Basques et Catalans". Jean-François Le Bihan a interpellé l’Assemblée départementale pour obtenir le droit d’option après sa modification par l’Assemblée Nationale.

Bretagne Réunie interpelle le prochain gouvernement pour qu’il reprenne une nouvelle carte des régions incluant la Bretagne à cinq départements. "Il s’agit maintenant de la véritable reprise de la revendication bretonne après le camouflet de la réforme territoriale faite en dépit de toute règle démocratique", a déclaré Jean-François Le Bihan.

Lors des interventions avant le défilé, quand Patrick Mareschal présenta Jean-Yves Le Drian comme le sauveur d'une fusion des régions Bretagne et Pays de Loire, celui-ci a été hué.

Quant au député Paul Molac, apparenté à la majorité socialiste, il a tenu à rappeler que l'opposition principale à la réunification venait des élus du 44 et que c'était sur eux que devait porter le lobby. Il reste que ces élus ne représentent pas le désir de la majorité des habitants de ce département qui, d'après tous les sondages, sont pro-réunification.

À noter que la dernière intervention de politiques, celle du président du Parti Breton, Olivier Berthelot, semble avoir été sabotée, le son du micro ayant été baissé rendant son discours inaudible et le discours lui-même fut interrompu brutalement après moins d'une minute pour annoncer le départ de la manifestation.

On ne peut que regretter de telles pratiques, elles-mêmes non démocratiques, surtout que quatre intervenants de l'UDB avaient pris la parole juste avant.

Autres photos

- Nous ajoutons le lien de Yves Hamon qui a pris plus de 250 photos lors de la Breizh Manif : (voir le site) , photos licence creative Commons.

- Celles de Yann Lukaz sont sur ( voir l'article ), article en breton.

Note

Voir ( voir l'article ) : Gabonais pro Jean Ping et Bretons pour la Réunification ensemble : la Démocratie est en marche qui complète cet article sur la séquence avec le rassemblement des Gabonais.

Voir aussi :
Cet article a fait l'objet de 2583 lectures.
logo
Philippe Argouarch est un reporter multi-média ABP pour la Cornouaille. Il a lancé ABP en octobre 2003. Auparavant, il a été le webmaster de l'International Herald Tribune à Paris et avant ça, un des trois webmasters de la Wells Fargo Bank à San Francisco. Il a aussi travaillé dans des start-up et dans un laboratoire de recherche de l'université de Stanford.
Voir tous les articles de de Philippe Argouarch
Vos 23 commentaires
spered dieub Le Dimanche 25 septembre 2016 10:17
Dans la polémique sur l'affluence à cette manifestation ,votre estimation de quatre mille me semble proche de la vérité .A quoi bon se voiler la face pour tenter d'atténuer un échec en annonçant dix mille participants .Si à ne mettre rien en cause ce qui concerne la stratégie d'un combat qui il est vrai ,est très difficile .Bretagne réunie doit d'abord focaliser son action en pays nantais en mettant en oeuvre tous les moyens permettant de provoquer une prise de conscience populaire mettant l'accent sur les conséquences économiques et sociales de la réunification ,avant l'histoire et l'identité ,vu que bon nombre d'habitants de Loire atlantique ne sont pas Bretons d'origine .
Dans ce sens une prochaine manifestation d'ampleur devrait d'abord concerner la LA le sud et l'est de la Bretagne ,tandis que l'ouest breton marquerait sa solidarité simultanément par nombre de petites manifs ce jour là dans les villes et bourgs .
Bretagne réunie devrait aussi communiquer à l'avance, pour sensibiliser les différents milieux de la culture bretonne jusqu'au simples organisateurs de festou noz et de festivals bretons pour qu'ils évitent aussi d'organiser des évènements, autres que ceux liés à la réunification ce jour là ,vu que en automne ,il y a largement assez de dates disponibles par ailleurs .
(0) 

Peri Loussouarn Le Dimanche 25 septembre 2016 10:32
4 000 bretons à Nantes pour la réunification.
183 personnes à Brest pour l'université d'été du Ps.
à votre avis, dans quel camp doit on trouver la déception ?
(0) 

Hoel Le Dimanche 25 septembre 2016 11:09
Ce que dit Paul Molac est faux. Les socialistes des autres départements bretons sont contre, en particulier les grosses pointures, on l'a vu avec les maires de Brest et Rennes. Tous étaient absents de la manifestation. Les politiciens qui n'étaient pas à la manifestation doivent être considérés comme étant hostiles à la réunification. Le Drian était absent.
Il en est de même pour les questions linguistiques. Il suffit de voir la différence entre ce qu'on obtenu les Corses et ce que nous avons obtenu. Les Corses ont demandé l'officialisation du corse, la Région Bretagne n'a jamais rien demandé de tel. Monsieur Molac n'a jamais demandé l'officialisation du breton et du gallo, sauf peut-être en petit comité, là où il ne risque pas d'être entendu.
Il faut combattre ces faux discours qui visent à nous faire prendre des vessies pour des lanternes. Un socialiste est un jacobin. Il y a des jacobins dures et des jacobins mous, et ce sont toujours les dures qui mêlent le bal.
D'autres l'ont dit, nous n'avons rien obtenu, même ce qui avait été promis.
Et Le Drian et Urvoas sont au gouvernement !!
(0) 

Fañch Ar Vilin Le Dimanche 25 septembre 2016 16:42
Cette nième manifestation est un échec. La stratégie suicidaire du référendum n’a pas convaincu. Les Bretons sont de moins en moins nombreux à vouloir défiler derrière les collabos (Molac, Louarn, Le Fur …) ni entendre leurs discours. Il devient évident que la réunification ne se fera pas dans le cadre de la République Française.
(0) 

Per vari Kerloc'h Le Dimanche 25 septembre 2016 20:28
Mettre 4000 ou 5000 personnes dans la rue par les temps qui courent et le contexte politique délétère qui s'installe, n'est pas un échec. Il était illusoire de croire qu'on aurait pu atteindre le score des dernières manifestations appelées alors que la loi était en discussion. Reste à savoir si la pression sera maintenue dans les années qui viennent. Rude tâche pour Bretagne Réunie. Je partage l'indignation concernant l'intervention du membre du Parti Breton et je regrette qu'il ne soit pas indigné en direct devant un tel irrespect.Il n'est pas pour autant nécessaire de mettre l'UDB en cause. Pourquoi, aucune mention de la récupération de la manif tentée par l’extrême droite dans cet article ? Information sélective ?
(0) 

P. Argouarch Le Dimanche 25 septembre 2016 20:42
@ kerloc'h : on a fait deux articles. Vous êtes myope ou quoi ? d'autant plus que les deux articles sont connectés par les liens. On était deux journalistes à couvrir la manif. Moi pour la scène et Didier pour le cortège. Je n'ai d'ailleurs rien vu des incidents qui se sont produits à l'avant du défilé.
(0) 

Gérard Mérel Le Dimanche 25 septembre 2016 21:04
J'étais à cette manif et je n'ai rien remarqué dans la partie du cortège où je ma trouvais.
Après coup, on m'a dit que les gens de l'UDB était moins nombreux que les braillards d'extrême droite infiltrés dans le cortège.
D'où l'erreur monumentale de leur céder le terrain.
On peut se demander qui a commandité la venue des "fachos".
J'ai remarqué une présence inhabituelle de présence policière (en civil, avec brassard). Est-ce du au contexte particulier à Nantes et à la France en général? Attendait-on des débordements pour discréditer la revendication de la réunification dans l'opinion?
(0) 

Didier Lefebvre Le Dimanche 25 septembre 2016 21:30
@Per Vari.
Je n'étais pas à l'endroit précis, je ne peux donc pas en parler. J'étais en tête. En revanche, je confirme que devant la Préfecture, il ne s'est presque rien passé. J'y fais toutefois référence dans l'article en lien, comme le dit Philippe "Gabonais pro Jean Ping...". Et pas vraiment en bien. Si j'avais pu être "au bon endroit au bon moment", j'aurais fait un article spécifique. Car oui, je suis Breton, donc ouvert. Et oui, je rejette tout comportement raciste ou injurieux.
(0) 

spered dieub Le Lundi 26 septembre 2016 08:31
Il aurait été aussi intéressant de faire une estimation de la moyenne d'âge des manifestants ,car là aussi il me semble qu'il y a un gros problème par rapport à une certaine indifférence de la jeunesse bretonne .L'udb ,sans la critiquer , est en particulier est encore plus concernée que l'ensemble .
(0) 

Alan-Erwan Coraud Le Lundi 26 septembre 2016 09:29
Bravo et merci à Bretagne Réunie et à ses bénévoles pour cette très belle BREIZH MANIF.
Maintenir ces actions est primordial.
A souligner qu'en ces temps de lassitude où seules les manifs pour des intérêts corporatistes ou catégoriels
mobilisent, nous étions 10 000 pour revendiquer une Bretagne Réunie.
Nous n'avons individuellement rien à gagner.
Il faut le souligner.
Retenons aussi les signes de soutien dans les 2 sens avec les manifestants gabonais.
Colonisation et néo-colonisation, on connait trop bien la politique FRANCAFRIQUE et ses
dictateurs mis en place par la France.
Logique donc ces signes de sympathie.
Pour l'avenir, nous devons être plus forts, plus organisés afin de faire appliquer une ligne de conduite qui devrait :
Interdire la présence de drapeaux de partis politiques
Interdire les slogans idéologiques des extrêmes:
la haine des immigrés par l'extrême droite
la haine des riches et des patrons par l'extrême gauche.
Interdire les bannières comme le drapeau anti-NDDL.
Seules les revendications bretonnes ont leur place.
Dans le passé -années 70-80 - trop de drapeaux rouges ont repoussé bien des bretons de nos manifs.
LES DISCOURS: A mon humble avis seule la société civile devrait s'exprimer au micro.
Exemple, le témoignage de Maxime Chéneau, vigneron apportait quelque chose de concret, de porteur d'espoir.
Nous avons un fourmillement d'associations qui oeuvrent dans le sens de notre identité bretonne, reliées à notre vie économique, culturelle etc
Des témoignages de chefs d'entreprise également qui réussissent en communiquant 'BRETAGNE' seraient les bienvenus.
Pour finir je reprends les paroles d'une de mes filles :
" Dès que c'est politisé, pour moi c'est faussé, faudrait une volonté commune qui se réclame d'aucun parti juste de la Bretagne, ainsi pas de polémique, juste un peuple et ses idées..."
La jeunesse attend cela en Bretagne.
LA Bretagne a 1200 ans. Nous ne faisons que passer mais nous sommes les continuateurs de notre pays.
Nous ne sommes pas l'expression d'une création artificielle étatique mais d'un pays d'un peuple, d'une culture très forte.
Nous n'avons donc pas peur du monde, des autres, l'altérité est en nous c'est pourquoi nous gagnerons un jour notre liberté.
C'est pourquoi aussi la haine n'a rien à faire chez nous et ne correspond pas à nos valeurs d'humanisme.
(0) 

Patrick le guern Le Lundi 26 septembre 2016 12:02
Personnellement étant assez curieux, je me suis interrogé sur ce groupe de personnes ayant par leur présence fait que l'UDB se soit désolidarisé du cortège. Et ce jour en cherchant bien sur le net, un autre média a pu obtenir une interview de « Yaouankiz Breizh » (Jeunesse bretonne).
(0) 

Léon-Paul Creton Le Lundi 26 septembre 2016 12:15
« C'est pourquoi aussi la haine n'a rien à faire chez nous et ne correspond pas à nos valeurs d'humanisme. » C’est bien beau…
« La haine n’a rien à faire chez nous » …mais elle a tout fait chez nous, elle a tout fait dans les provinces, elle a tout fait envers les Peuples de l’hexagone depuis des siècles et des siècles avec quelques points de terrorisme absolus contre les cathares, les guerres, de religion entre protestants et catholiques et autres ; et le point d’orgue pour moi, la Terreur génocidaire de la révolution française qui est une pure horreur !!!
La liste n'est pas exhaustive, comme dirait l'autre.
La Virée de Galerne et colonnes infernales, ce n’est pas de la haine ? Les mariages révolutionnaires dans la Loire, ce n’est pas de la haine ? Le dépeçage, les pendaisons, les tortures et écorchage des corps de chouans, ce n’est pas de la haine… et j’en passe !
Oui la haine n’a PLUS rien à faire chez nous, à une seule condition, que la haine et le rabaissement ne soit plus pratiqués à notre encontre ! Que l’état garde bien « son bien » chez lui si son peuple l’accepte !
Qu’il y ait respect, réciprocité et reconnaissance de la part des « autres » et je me pencherai davantage sur mon « humanisme » et sur celui de ceux qui s’en gargarisent à peu de frais ! Je reconnaîtrais peut-être comme HUMANISME celui qui ne vaut pas seulement pour une partie du/des sociétés et « pratiqué » pour de seuls bas intérêts. Je me demande, puisque que je crois ni en un dieu ni en un diable, s’il faut tendre l’autre joue en attendant de la clémence de la part de ceux qui nous giflent, et qu’enfin ils arrêtent de frapper…quand ils l’auront décidé…Ni comptez pas trop, à moins que nous ayons pu leur lier les mains assassines.
L’humanisme à la française ressemble parfois tellement, souvent, à de la Haine…Qu’il faille soi-même s’en démunir et se rendre encore plus faible et se livrer ainsi aux pouvoirs « de l’autre » connu, ou inconnu à venir ???
Dubitatif, je suis…
(0) 

Jakez Guieysse Le Lundi 26 septembre 2016 14:39
2000 personnes selon Le Télégramme, 4000 selon l'UDB, 10000 selon Bretagne Réunie, lors de cette manifestation pour la réunification. On a connu mieux et aux dires de François de RUGY: "Cela a été un terrible rendez-vous manqué". Oui, mais à qui la faute ?
Elle relève indéniablement du comportement politique de nos porte-paroles qui s'évertuent à quémander, année après année, les mêmes doléances, l'échine courbée, une pétition à la main devant les représentants du pouvoir français, qui ne comprennent que les rapports de force. Les discours lisses enrobés de tous les poncifs idéologiques chers à l'Etat central n'y sont d'aucun secours. Alors que faire ?
Il faut d'abord cesser de singer nos maîtres parisiens dans leurs propos et dans leur sectarisme à l'égard de compatriotes qui ne partagent pas l'idéologie de type néo-marxiste de l' UDB. D'ailleurs, en quoi, le thème de la réunification devrait être l'apanage de ces derniers. Les non-UDB ne seraient-ils pas des Bretons à part entière ?
Quand on se penche sur le bilan des cinquante dernières années de l' EMSAV sous tutelle rose-rouge, il ne faut pas s'étonner de notre stagnation ou régression. Et, conséquence logique à vouloir fuir les réalités du terrain, nous voyons la progression grandissante du FN, parti jacobin auprès des Bretons au fil des élections. Une progression qui se fait à nos dépens,Bretons de droite comme de gauche.
Natif de Nantes et Breton de souche ( mais de cela, je ne vais surtout pas m'excuser auprès de la bien-pensance), j'attends comme vous tous , depuis toujours cette réunification. En me posant néanmoins la question suivante : Qu'elle serait sa signification, si l'identité bretonne devait disparaitre demain sous une "diversité" mal maitrisée ?
(0) 

Sparfell Le Lundi 26 septembre 2016 17:46
Bonjour à toutes et à tous,
Ne jamais oublier, surtout ne jamais oublier, que les Paul Molac, Lena Louarn, Mona Bras, et autre François de Rugy ne sont que des élus godillots soumis à la dictature "éclairée" du Parti Socialiste; ne jamais oublier, surtout ne jamais oublier que leurs discours creux et alambiqués ne sont que de la pommade douce destinée à mieux faire passer le fait que leur parti de tutelle n'a en tête que la mort programmée des peuples, cultures et langues régionales; ne jamais oublier, surtout ne jamais oublier, que ce ne sont que des pantins savants dont la Bretagne, et surtout son peuple, n'ont que faire. Oublions les vite.
(0) 

Caroline Le Douarin Le Lundi 26 septembre 2016 18:29
Je ne m'attendais pas à score élevé en nombre de participants, moins qu'en septembre 2014...
Mais ce que j'ai ressenti c'est "une vraie force dans les discours, un ras-le-bol qui monte".
La proposition d'aller à Paris, faite par Gilles Denigot, avec les autres provinces déçues par la réforme (le charcutage) territoriale, m'a enchantée, depuis le temps que je pense qu'il faut une étape supérieure, pour atteindre la presse jacobine aux ordres et surtout les représentants de la presse étrangère en poste à Paris.
Chaque région viendrait avec son communiqué de presse spécifique, à distribuer largement à la presse, en français et en anglais, et en langue régionale si ça leur fait plaisir.
Pour beaucoup le déplacement sera cher, mais le résultat espéré ne vaut-il pas la dépense ?
(0) 

An Floc'h Le Lundi 26 septembre 2016 19:23
@Sparfell
Ne rien attendre d'eux mais pas forcément les oublier.
Leurs seuls signes distinctifs en tant que "godillots" comme vous le dîtes à juste titre, c'est leur attachement à la Bretagne.
Leur parti de tutelle est mort. Les cartes vont être redistribuées. On peut aussi espérer qu'une fois qu'ils verront leurs mandats perdus, certains choisissent un engagement breton plein et entier.
Mais effectivement, ne pas attendre.
L'urgence est là et elle est entre les mains de tous les partis et assos "régio" d'Hexagone et d'Outres-Mers pour la Présidentielle.
Mais en Bretagne, si ce n'est pas Byzance ailleurs, il faut reconnaître que nous sommes les plus décevants, surtout rapporté au poids de la Bretagne.
Les organisateurs ont été naïfs, démontrant malheureusement que les associations culturelles ne sont pas assez connectées à la réalité, notamment sorti des CSP+. Il fallait s'attendre à ce retour en force dans l'extrême-droite.
La communion avec les Gabonais est un raccrochage aux branches assez triste. L'UDB a, elle, déserté le terrain. Elle aussi, surtout elle, "de gauche", aurait dû avoir conscience de la possibilité d'un arrivage de Bretons aveuglés par la colère, dont la haine a été sciemment cultivée par le Jacobinisme fanatique. Mais, apparemment, rien n'avait été prévu comme alternative. Ou alors déconnexion envers une certaine frange de la société vers laquelle elle a du mal à être constructive ? Des banderoles, des chants, un positionnement dans le cortège, une capacité à ne pas répondre aux provocations de ces Bretons perdus... Alors l'UDB peut bien se cacher derrière les organisateurs, son rôle en tant que seul parti breton avec des réseaux des professionnels de la politique était de rester aux côtés de ceux qui défilent. Ces Bretons, que j'ai du mal à qualifier de simplement extrême-droite ou fasco, ce n'est pas aussi simple quand ce n'est pas pour un Etat-Nation, il y a autre chose, ont en tout cas voulu voler le défilé. C'est inadmissible. Et malheureusement, dans les faits, ils ont réussi. Et doivent bien rire en pensant que l'UDB s'est défiler... C'est d'une tristesse que le mouvement breton en soit arrivé là. C'était malheureusement prévisible depuis une bonne quinzaine d'années. C'est en train d'arriver. Et aujourd'hui, difficile de prévoir autre chose qu'une accélération de ce fait.
Si Troadec ne se présente pas ou fait un score humiliant, la Bretagne par les urnes jacobines, c'est fini. Il n'y aura plus que la guerre civile pour l'espérer. Et elle sera loin d'en sortir gagnante. Dans le système, Troadec est la dernière chance d'avoir une bouffée d'oxygène. Si ça ne marche pas, il va falloir penser à un Gouvernement alternatif, y en a déjà des plus ou moins originaux, et une Administration. Qui ne seront pas subventionnés par le Jacobinisme. Certains y pensent et s'organisent, ce seront ceux à suivre si Troadec=échec. Mais vu que ça sera bien moins facile qu'avec des partis, et vu la qualité des partis, ce sera la marginalité. La Bretagne a encore le corps chaud mais est peut-être déjà morte.
Cette manif était bien triste.
(0) 

Jean-Louis G. Le Mardi 27 septembre 2016 10:30
@An Floc'h
Je me demande si les militants d'extrême droite présents à cette manifestation qui étrangement criaient contre "l'Afrique", les dealers, etc. avaient vraiment leur place compte-tenu de leur message attrape-tout et bien souvent hors sujet pour cette manifestation. Quel jeu jouent-ils dans cette affaire ? Roulent-ils pour Adsav, les identitaires, le FN...
L'UDB s'est-elle défilée ? Je crois qu'ils ont toujours été clair sur cela, pas de compromission avec l'extrêùe-droite. Alors inutile de leur reprocher leur position que tout le monde connait.
(0) 

Lheritier Jakez Le Mardi 27 septembre 2016 12:48
Ma position :Pas de manifestation sur Paris,déjà que 30 000 Manifestants à Nantes il y a deux ans n'ont servit à Rien!
Rappelez vous Chévènement
Y a t'il des compagnies d'autocars Pro Réunification?Oui je le crois.
Alors s'il y a des déplacements en prévision il faut les privilégier!
Sinon boycottons les autres autocaristes pro PDL qui rigolent de nous Pas d'argent des bretons pour eux!
Une manifestation à Strasbourg,Bruxelles,Bordeaux,Perpignan...avec d'autres peuples d'Europe OUI,et si possible avant la présidentielle ou législatives.
Quant au référendum,j'ai déjà dit ce que j'en pensais ,avec une issue qui ne devrait arriver que dans 2 à 5 ans?
AVEC UN RISQUE MAJEUR EN CAS DE RÉSULTAT NÉGATIFS!
la Loire Atlantique a été détachée sans vote de l'ensemble de la population bretonne!Que ce soit en 1941,1956,1969,etc....
Au mieux c'est sur les 5 départements qu'il faudrait voter, et encore,comme cela avait été demandé pour le référendum limité à la Loire Atlantique sur l'aéroport .
La question pour référendum sera détournée,par les organisations parisennes...!
Les votes ,ces dernières années ,aux référendums sur l'Europe,non respectés,alors les bretons que ferez vous?
(0) 

Caroline Le Douarin Le Mardi 27 septembre 2016 17:19
@ Jakez Lheritier
Aller à Paris, mais avec les autres Régions bafouées par le charcutage territorial. Chacune avec ses revendications, pour y trouver la presse qui compte, y compris la presse étrangère. Ce sera bien différent.
@ Alan Coraud
Dès le début j'ai remarqué qu'il y avait trop de drapeaux UDB. Il aurait fallu interdire les drapeaux des partis politiques, je suis d'accord avec vous.
Comme cela avait été demandé - je m'en souviens bien - lors de la fresque humaine : ABP17559 de février 2010 et relire les commentaires.
(0) 

sebgir35 Le Mardi 27 septembre 2016 19:38
Le Parti Breton s'est indigné sur place par ce non respect de l'ordre de passage, des coupures de micro etc.... Il est à noter que Mr Jollivet a été odieux avec notre président Olivier Berthelot. Depuis la création du Parti Breton nous dérangeons la frange gauchiste du mouvement breton qui veut être le seul sur le territoire breton. Mais nous ne reculerons jamais. Nous nous rendons partout en Europe et en France à l'invitation de mouvements nationalistes et nos interventions n'ont jamais été coupées. A croire que le respect des personnes et idées n'a pas court en Bretagne
(0) 

Jacques Le Mercredi 28 septembre 2016 15:32
Le Parti Breton aurait du faire un communiqué pour dénoncer l'acte anti-démocratique!
De plus, la vidéo de ceux qui sont pointés du doigt pour cet acte est disponible alors que celle du PB ne l'est pas!
Or, les médias se doivent d'équilibrer le droit à la parole!!!
C'est de la pure hypocrisie de voir un défilé où les socialo-marxistes, collaborateurs traditionnelles de l'Etat Républicain, défilent avec le mot "Démocratie" pendant qu'en même temps ces mêmes personnes coupent le micro d'un parti politique!
Peut-on imaginer le SNP (social-démocrate) procéder à un tel acte? La réponse est NON!
Peut-on imaginer l'UDB ou Breizhistance procéder à un tel acte? La réponse est OUI!
La tolérance anti-démocratique en Bretagne cela suffit!
Cela fait bien trop longtemps que les revendications légitimes de la Bretagne servent de "marche pied" à ces socialo-marxistes!
Si l'Ecosse (comme l'immense majorité des pays d'Europe) dispose de Sociaux-démocrates au nom de quoi la Bretagne devrait tolérer les socialo-marxistes non démocrates?
Tout le monde connait cette phrase hautement anti-démocratique d'un leader de l'UDB : la Bretagne sera socialiste ou ne sera pas....!
Cette phrase ne pourrait pas être prononcé par un membre du SNP, car pour eux ce serait intolérable de ne pas respecter la Démocratie et l'ensemble des citoyens de leur pays!
Le résultat, il est connu : la Bretagne est l'unique territoire en Europe où la Démocratie d'une nation sans état ne progresse pas!
Une situation extrêmement grave!
Il est temps que cette complaisance pour l'anti-démocratie de gauche cesse, sinon demain ce sera 400 militants à la Breizh-Manif et 50% d'élus FN en Bretagne!
Car continuer à tolérer l’hégémonie Socialo-marxiste au sein de l'Emsav, cela revient à écœurer le peuple et à l'inviter à mettre le FN au pouvoir!
(0) 

P. Argouarch Le Mercredi 28 septembre 2016 16:00
@Jacques : La video de l'intervention de Berthelot ne fait que 52 secondes et deplus Il nous a demandé de ne pas la mettre en ligne.
(0) 

Jacques Le Mercredi 28 septembre 2016 16:39
@Philippe
Si la vidéo est inaudible, cela se comprend.
Mais rien n'empêche une interview.
Ce n'est pas une critique, mais une invitation, car je pense que cela intéresserait les démocrates bretons!
Maintenant, si le PB n'ose pas affronter nos anti-démocrates, il ne faut pas s'étonner qu'il stagne dans les élections!
De toute façon, il n'y a que le FN qui progresse en Bretagne et cela semble convenir à chacun...
On n'a qu'à continuer ainsi!
Comme je le disais, et sauf erreur, de toute l'Europe, il n'y a qu'en Bretagne où l'on n'obtient aucun résultat, c'est qu'il doit y avoir une raison!
Un débat sur le sujet serait nécessaire!
(0) 

Commenter :
Votre email est optionnel et restera confidentiel. Il ne sera utilisé que si vous voulez une réponse d'un lecteur via email. Par exemple si vous cherchez un co-voiturage pour cet évènement ou autre chose.
ANTI-SPAM : Combien font ( 0 multiplié par 5) + 2 ?

ABP

Publier

Nous suivre

2003-2024 © Agence Bretagne Presse, sauf Creative Commons