Put your name here

connexionS'accréditer | S'abonner | Se connecter | Faire un don
> Logo ABP
ABP e brezhoneg | ABP in English |
- Reportage -
François Hollande : l'illustration du communautarisme parisien
Pour connaître le futur programme et les éventuelles futures mesures d'un candidat à l'élection présidentielle il est fort utile de regarder à la loupe son équipe de campagne. Chaque candidat s'enorgueillit, en effet, de compter dans son écurie les meilleurs spécialistes des questions de logement, de santé, de jeunesse ou d'immigration.
F. Lécuyer pour ABP le 13/09/11 13:09

Pour connaître le futur programme et les éventuelles futures mesures d'un candidat à l'élection présidentielle il est fort utile de regarder à la loupe son équipe de campagne. Chaque candidat s'enorgueillit, en effet, de compter dans son écurie les meilleurs spécialistes des questions de logement, de santé, de jeunesse ou d'immigration.

François Hollande, actuel favori à la primaire socialiste, compte une équipe bien fournie de 79 conseillers. Tous les secteurs de l'existence, de la politique, de l'économie et de la société sont pris en compte et sont donc forts divers. Ce qui l'est moins, par contre, c'est la provenance géographique de ces conseillers. En effet, après enquête il s'avère que 30 % d'entre eux vivent, résident, travaillent et/ou exercent des fonctions d'élu en région parisienne et ce de manière quasi-permanente. Notons que la région parisienne ne pèse pourtant que 10 % de la population hexagonale. Ajoutons à cela que parmi les 70 % restants, la plupart vivent et travaillent à Paris une bonne partie de la semaine de par leurs fonctions au sein du PS ou leur mandat électoral. Gageons que le député européen de la grande région "Sud-Est", Vincent Peillon, par exemple, ne doit pas passer beaucoup de temps à Istres ou à Lunel au regard de ses fonctions au CNRS et au Parti Socialiste, rue de Solferino.

Les peuples et "régions" à fortes identités où les attentes et les revendications sont souvent différentes de celles de la population française (Bretagne, Corse, Pays Basque Nord, Occitanie, Alsace, Catalogne Nord) sont, eux, totalement sous-représentés dans cette équipe sensée embrasser l'ensemble des préoccupations des électeurs. En effet on ne compte qu'un seul Breton (Jean-Yves Le Drian) pour les questions de Défense, alors qu'aucun Corse, aucun Basque et aucun Catalan ne pointe dans l'organigramme. Les Alsaciens ont droit, pour leur part, à 2 conseillers et les Occitans à 9 conseillers (à peine 11 % de l'équipe, alors que l'Occitanie s'étend sur 33 départements). L'ensemble des peuples d'Outre-Mer est lui représenté par un seul conseiller.

Loin de toute tentation communautariste, ce constat soulève, s'il était besoin, le total décalage entre une classe politique parisianisée jusqu'à la caricature et une population bretonne dont les attentes et les revendications sont souvent incompréhensibles par des personnes ayant un quotidien totalement différent socialement et géographiquement.

L'ABP continuera, dans les mois à venir, à faire le tour des équipes de campagne des candidats à la présidentielle, de droite comme de gauche.

Voir aussi :
Cet article a fait l'objet de 1891 lectures.
Fabien Lécuyer est spécialisé dans l'enquête journalistique, les mouvements "en marge" du bipartisme et les mouvements indépendantistes .
Voir tous les articles de de F. Lécuyer
Vos 11 commentaires
Yann Saïg Karadeg Le Mardi 13 septembre 2011 14:25
Ec'h adsavo Keris pa vo beuziet Paris !
Bretagne = colonie
Triste constat ancien...
Assumé?
Pas une voix pour les ennemis du peuple breton!
(0) 

J-Luc Le Floc'h Le Mardi 13 septembre 2011 15:07
Opala! 9 kuzulier diwar 79 a ra 11% (unnek dregandad, ket?)...
Par ailleurs, ne pas confondre le fait d'habiter ou de vivre à Paris-RP (Région Parisienne) et le fait d'être hermétique aux maux o combien avérés du centralisme à outrance.
Les Bretons de Paris démontrent tous les jours que la tête et le coeur peuvent coexister. Autrement dit, la localisation géographique n'est qu'un des paramètres concourant à la perception du monde.
Mettez Hollande en Bretagne pendant vingt ans, je parie qu'il ne comprendra toujours rien. En tout cas, certains universitaires m'ont apporté la démonstration, qu'un (assez) long séjour ne suffisait pas à établir une sensibilité bretonne. Triste, mais réel.
(0) 

jean Landais Le Mardi 13 septembre 2011 16:28
Quand tous ces candidats à la candidature viennent en Bretagne, pas un ne fait une proposition concrète concernant la Bretagne; et quand, comme Martine Aubry, on parle des choses qui fâchent comme la réunification ou les algues vertes, c'est pour rester dans une sorte de flou artistique...Mais on doit bien dire que c'est aussi la faute des Bretons eux-mêmes.. Où est la pression politique ? où est la demande sociale ? c'est le quasi silence...Pourquoi voulez-vous alors que les Aubry, Hollande et consorts soient plus bretons que les Bretons?
(0) 

Hervé Pierre Le Mardi 13 septembre 2011 17:23
Je connais de nombreux Bretons qui ignorent tout de la culture bretonne et pour qui le "particularisme" se résume au son de la bombarde et aux jolies coiffes. C'est cela qui est affligeant.
(0) 

Caroline Le Douarin Le Mardi 13 septembre 2011 20:15
@ Edern
"...la faute des Bretons eux-mêmes... c'est le quasi silence..."
Je dirais plutôt que c'est la faute des médias parisiens autistes aux problèmes bretons (et régionaux), à part pour saupoudrer des demi-vérités sur les algues vertes, par exemple... comme
(0) 

Yann Saïg Karadeg Le Mardi 13 septembre 2011 20:39
Enarques étranges, zombis étrangers, copains comme cochons,demeurez ailleurs.
Nous en avons bien assez de ces faces de carême.
E koun lez breizh...
(0) 

Yann Ar Vilin Le Mardi 13 septembre 2011 21:26
A Edern LS
Malheureusement Edern, c’est pire que cela. Il ne s’agit pas seulement de silence de la part des Bretons. Les dirigeants franco-parisiens savent que, quoiqu’il arrive, et quelle que soit leur inaction sur les sujets fondamentaux pour l’avenir de la Bretagne, ils auront le soutien de la plupart des partis politiques et organisations de l’Emsav. Déjà certains représentants ont annoncé pour qui ils voteront. Pour d’autres, il n’est même pas nécessaire d’afficher leur stratégie puisqu’ils répètent depuis 40 ans le même scénario.
Pourquoi les politiciens français prendraient-ils des risques pour des causes qui ne les regardent pas, sachant que de toutes façons ils peuvent compter sur les voix bretonnes ? Il n’y a que ceux qui ont besoin de ratisser large qui colorent un peu leurs discours .
Comme le soulignait Iffig Cochevelou au sujet d’un autre article de l’ABP relatif aux déclarations d’Eva Joly
- 1981 : "la réparation historique due a la langue bretonne" ( d'un certain François Mitterand)
- 2011 : "le retour de la Loire Atlantique en Bretagne" (d'Eva Joly)
- 2041 : ? ? ? Dernière séance : à ce rythme, j'ai bien peur que la Bretagne ait définitivement disparu.
En ce qui concerne la Bretagne politique, peut-on réellement parler de la disparition de quelque chose qui n’existe pas ?
(0) 

jean Landais Le Mardi 13 septembre 2011 22:42
@Caroline Le Douarin
C'est une facilité de dire que c'est la faute aux media...S'il y avait une vraie pression populaire en Bretagne, ce serait différent y compris dans ces media
@Yann Ar Vilin
C'est bien ce que je dis . Pourquoi voulez-vous que les politiques bretons se remuent le c.. si la pression sociale est quasi inexistante ??
Je prends un exemple que tout le monde rabâche : la télévision galloise S4C .. Comment a-te-elle été obtenue ? par une pression militante et sociale importante : des élus, des universitaires, des religieux qui n'hésitaient pas à détruire des réémetteurs et à se faire arrêter, par des actions militantes incessantes, bref par une volonté affirmée claire et nette .....J'attends avec impatience que nos notables de l'emsav en fassent autant ....Au lieu de faire une fois par an une manif qui ne sert strictement à rien...
(0) 

papa dun enfant autiste Le Mercredi 14 septembre 2011 08:59
Je suis lourd (ça fait plusieurs fois que j'interviens ici)mais je ne lâcherai pas le morceau : cesser Mme le Douarin d'utiliser ce terme autiste à tout bout de champ.(c'est pas la 1ere fois)
Mon fils est autiste et je trouve ça insupportable d'utiliser un terme de handicap pour une position politique qui n'a rien à voir avec l'autisme.
Mon fils est autiste, c'est un handicap , respectez les personnes touchées.
écoutez bien :j'aimerai que mon fils soit un énarque parisien qui n'écoute pas les problemes bretons plutôt qu'un réel autiste!
prenez le pour dit !
Je ne vais pas dire que par exemple Marine le Pen est une trisomique 21.
un peu de respect et un peu de réflexion sur le handicap avant d'ecrire mar plij.
la France a un train de retard sur ce sujet, et bien sur la Bretagne en bon eleve ne fait aucune difference.
(0) 

iffig cochevelou Le Mercredi 14 septembre 2011 11:16
La question n'est pas de savoir si les Bretons réagissent ou non : nous savons tous ici pourquoi ils en sont incapables.
,On ne demande pas à un quelconque leader parisien de devenir autonomiste ou indépendantiste breton , corse ou basque ,,,mais tout simplement de respecter les lois internationales dans le domaine de la reconnaissance des peuples
Ce sont des criminels, et je ne mache pas mes mots, il ne faut pas avoir peur de le dire, et je répète dans le domaine des droits des peuples ils sont dans la ligne de l'idéologie de Franco, célèbre dictateur Espagnol (pour ceux qui l'auraient oublié) !
(0) 

Jean-Louis Le Vendredi 16 septembre 2011 10:16
"[...] une population bretonne dont les attentes et les revendications [...]"
Le constat est tout autre, les scores électoraux des partis bretons montrent que les attentes et revendications de la population bretonne sont largement en décalage avec ce que ces partis revendiquent... On peut le déplorer mais pas faire croire le contraire.
(0) 

Commenter :
Votre email est optionnel et restera confidentiel. Il ne sera utilisé que si vous voulez une réponse d'un lecteur via email. Par exemple si vous cherchez un co-voiturage pour cet évènement ou autre chose.
ANTI-SPAM : Combien font ( 2 multiplié par 8) + 2 ?

ABP

Publier

Nous suivre

2003-2024 © Agence Bretagne Presse, sauf Creative Commons