Put your name here

connexionS'accréditer | S'abonner | Se connecter | Faire un don
> Logo ABP
ABP e brezhoneg | ABP in English |
- Dépêche -
Gad- CECAB
L'inquiétude grandit chez les salariés comme chez les élus.
Louis Gildas pour ABP le 23/08/13 20:02
31259_1.jpg
Georges Tigreat, Maire et Conseiller général de Landivisiau

L'inquiétude grandit chez les salariés comme chez les élus. L'idée d'une Scop ayant fait long feu, l'Etat français se retrouve maintenant au centre du ''jeu'', pas de quoi d'être rassuré !

Georges Tigreat, Maire, Conseiller général et président de la Communauté de communes du Pays de Landivisiau sonne l'alarme. Dans une déclaration, que nous reproduisons ci-dessous il affiche ses craintes quant à l'avenir des deux entités.

''Mercredi 21 août, le tribunal de commerce a décidé de donner quelques jours de sursis à l'entreprise GAD car le plan de recentrage présenté par l'actionnaire majoritaire, la CECAB, n'est pas finalisé. En vérité, ce plan ne peut être adopté car il n'est pas financé. Le 22 août, le Comité Interministériel de Redressement Industriel (CIRI) n'a pas non plus été en mesure d'entériner un accord, et cela  pour les mêmes raisons. Financièrement, la CECAB est à bout de souffle et n'a plus les moyens de rassurer ses partenaires.

Avant ces événements très attendus, le Président du Conseil général du Morbihan s'était empressé de tirer la sonnette d'alarme : il y a urgence à entériner coûte que coûte le plan de continuation de la CECAB a-t-il martelé. En pratique, M. GOULARD a raison d'être inquiet. Car tout le monde sait que la CECAB n'a pas - et n'aura plus - les moyens de tenir ses engagements financiers et que les conséquences des errements stratégiques de la coopérative dans ses acquisitions, puis dans sa gestion désastreuse de l'entreprise GAD en particulier, ne feront jamais oublier que c'est une poignée de dirigeants incompétents et inconscients qui ont failli.

Qui plus est, la CECAB va devoir maintenant affronter un mois de septembre difficile en trésorerie. Cataclysme breton en vue – la disparition de GAD, la banqueroute de la CECAB, la déstabilisation du système bancaire régional…- a de quoi faire paniquer M. GOULARD comme nous tous. Je partage donc ses inquiétudes mais je l'invite à garder son sang-froid et à faire front commun. Nous devons regarder ensemble la vérité en face : ce n'est pas seulement pour l'entreprise GAD qu'il faut trouver un repreneur, c'est aussi et avant tout pour la CECAB.

 Sinon, effectivement, nos territoires Bretons, morbihannais comme finistériens, seront face à un désastre économique et social sans précédent.

 Les espoirs sont minces mais, comme nous le faisons depuis plusieurs mois, nous continuerons à nous battre jusqu'au bout. Avec tous les élus bretons, sans exclusive, et le concours de l'Etat que le Ministre Garot m'a promis lors de sa venue le 27 juillet, la CECAB doit être mise hors jeux afin qu'une solution globale puisse voir le jour dans le délai fixé par le tribunal.''

 

Voir aussi :
Cet article a fait l'objet de 1302 lectures.
logo
Louis Gildas est un reporter indépendant. Il a contribué à Armor Magazine, Bretagne Hebdo, et Ouest France, , AQUI TV, Radio Périgueux, Le Journal du Périgord. Collabore à L'Express, à France Bleu Limoges et à l'ABP.
Vos 1 commentaires
Emilie Le Berre Le Samedi 24 août 2013 11:41
Ne sommes-nous pas en train d'assister au prologue de l'écroulement d'un système de production dont le logiciel n'a pas eu de mise à jour depuis 60 ans ? Syndicats, élus, état tentent de reculer l'échéance à coup de perfusion avec des doses chaque fois plus fortes. Nous sommes dans une période de réajustement au niveau planétaire. Les défis que nous allons devoir relever seront sans commune mesure avec la panique que créer déjà chez les élus les problèmes CECAB-GAD. Les salariés sont dupés, certains vont perdre leur emploi dans les semaines qui viennent, les autres un peu plus tard. Que de temps perdu.
(0) 

Commenter :
Votre email est optionnel et restera confidentiel. Il ne sera utilisé que si vous voulez une réponse d'un lecteur via email. Par exemple si vous cherchez un co-voiturage pour cet évènement ou autre chose.
ANTI-SPAM : Combien font ( 0 multiplié par 0) + 2 ?

ABP

Publier

Nous suivre

2003-2024 © Agence Bretagne Presse, sauf Creative Commons