Put your name here

connexionS'accréditer | S'abonner | Se connecter | Faire un don
> Logo ABP
ABP e brezhoneg | ABP in English |
Alors que les membres de Bemdez attendent patiamment leurtour  un groupe de soldats du 3e RIMA vient les observer de près.
Alors que les membres de Bemdez attendent patiamment leurtour un groupe de soldats du 3e RIMA vient les observer de près.
- Dépêche -
Hommage aux poilus bretons
Hier, après avoir laissé la cérémonie officielle suivre son cours, une quarantaine de membres de l'association Bemdez ont investi le plateau de la garenne, pour un hommage breton aux poilus de la grande guerre. Un hommage qui s'est voulu un message en faveur de la fraternité et de la
Erwan Le Courtois Par BREIZHmag le 12/11/07 19:06

Hier, après avoir laissé la cérémonie officielle suivre son cours, une quarantaine de membres de l'association Bemdez ont investi le plateau de la garenne, pour un hommage breton aux poilus de la grande guerre. Un hommage qui s'est voulu un message en faveur de la fraternité et de la paix. L'association a rappelé que « le quart des hommes qui ont laissé leur vie sous les couleurs de la France étaient Bretons. » Par cette cérémonie, Bemdez entend « leur rendre hommage en leur langue, en respectant le voeu des anciens combattants revenus du front qui voulaient un 11 novembre sans armes afin de célébrer la paix. »

Une cérémonie discrète, en breton et en français, sous l'oeil attentif de quelques policiers. Du breton pour les morts Bretons. En effet, Bemdez a choisi de lire un extrait du bulletin paroissial de Grand-Champ, paru en 1923 : « le Conseil Municipal ayant décidé d'ériger un monument aux morts pendant la guerre avait demandé que l'inscription fût rédigée en breton, langue maternelle de tous les habitants de la commune, y compris M le Maire. Ce dernier s'y est opposé absolument, prétendant que le breton est une langue dégénérée, et que cela déplairait au Préfet. Nous comprenons parfaitement l'émotion des habitants de Grand Champ qui considèrent comme un outrage fait à leurs morts l'imposition d'une langue que ceux-ci n'ont jamais ordinairement parlée, sur le monument qui doit perpétuer leur souvenir . »

A Vannes, ce 11 novembre, une quarantaine de personnes sont venues sans armes afin de célébrer la paix et d'honorer la mémoire des disparus, en français et en breton. Paru sur BREIZHmag ( www.breizhmag.com)

Voir aussi :
Cet article a fait l'objet de 1843 lectures.
Vos 0 commentaires
Commenter :
Votre email est optionnel et restera confidentiel. Il ne sera utilisé que si vous voulez une réponse d'un lecteur via email. Par exemple si vous cherchez un co-voiturage pour cet évènement ou autre chose.
ANTI-SPAM : Combien font 2 multiplié par 3 ?

ABP

Publier

Nous suivre

2003-2024 © Agence Bretagne Presse, sauf Creative Commons