Put your name here

connexionS'accréditer | S'abonner | Se connecter | Faire un don
> Logo ABP
ABP e brezhoneg | ABP in English |
Algues vertes en baie de Douarnenez.  Photo de Fréderic Le 
Mouillour. Tous droits réservés
Algues vertes en baie de Douarnenez. Photo de Fréderic Le Mouillour. Tous droits réservés
- Éditorial -
Insuffisances du rapport de l'INERIS sur les algues vertes
Dans un rapport de 122 pages dont 110 pages d'annexes comportant les fiches internationales de toxicité des produits chimiques prélevés sur les zones de décomposition des algues vertes en Bretagne et seulement 12 pages d'analyses et de conclusions,
Philippe Argouarch pour ABP le 24/08/09 1:29

Dans un rapport de 122 pages dont 110 pages d'annexes comportant les fiches internationales de toxicité des produits chimiques prélevés sur les zones de décomposition des algues vertes en Bretagne, et seulement 12 pages d'analyses et de conclusions, l'INERIS (*) publie la fiche de l'hydrogène sulfureux H2S dont les prélèvements sur certaines plages bretonnes vont jusqu'à 1000 ppmv (parties par million en volume). La limite d'exposition est 10 à 20 ppm pour le personnel professionnel)

Risques de combustion, voire d'explosion, de l'hydrogène sulfuré dégagé par les algues vertes en décomposition

Une des caractéristiques de ce gaz c'est qu'il est combustible -- ce qui est une ironie du sort vu que dans d'autres endroits on produit de telles biomasses, mais sous forme liquide, pour propulser nos véhicules. En milieu confiné, ce gaz peut exploser. Il est "extrêmement" inflammable, ce qui indiquerait qu'il y aurait danger de déflagration sur certaines grèves bretonnes. Un simple mégot, ou une vague de chaleur inhabituelle pourrait déclencher des incendies de plages. À la page 30 on peut lire : "la chaleur peut provoquer une violente explosion ou combustion". Le niveau de concentration dans l'air (qui comporte déjà de l'oxygène combustible comme chacun sait) pour permettre une combustion n'est pas indiqué dans le rapport.

La contamination de l'eau de mer ignorée

Ce gaz, mortel pour les mammifères comme on a pu le voir, est aussi très toxique pour la vie aquatique (voir page 21). Il est soluble dans l'eau au taux de 0,4 g dans 100 g de solution. Le degré de solubilité dans l'eau de mer n'est pas indiqué dans le rapport, pas plus que le seuil fatal pour la vie marine dans nos baies, certes brassées par les marées, mais aussi justement dont l'eau est contaminée par ces mêmes marées qui vont et viennent au gré des syzygies sur ces champs d'algues vertes en décomposition.

(*) L'Institut National de l'environnement industriel et des risques

Philippe Argouarch

Document PDF 15903_2.pdf Le rapport remis au gouvernement le 19 aout 2009.. Source : INERIS
Document PDF 15903_3.pdf Le rapport de 2007 des Côtes-d'Armor sur le danger sur l' exposition par inhalation des gaz de décomposition des algues vertes.. Source : DASS Côtes-d'Armor
Voir aussi :
Cet article a fait l'objet de 2184 lectures.
logo
Philippe Argouarch est un reporter multi-média ABP pour la Cornouaille. Il a lancé ABP en octobre 2003. Auparavant, il a été le webmaster de l'International Herald Tribune à Paris et avant ça, un des trois webmasters de la Wells Fargo Bank à San Francisco. Il a aussi travaillé dans des start-up et dans un laboratoire de recherche de l'université de Stanford.
Voir tous les articles de de Philippe Argouarch
Vos 0 commentaires
Commenter :
Votre email est optionnel et restera confidentiel. Il ne sera utilisé que si vous voulez une réponse d'un lecteur via email. Par exemple si vous cherchez un co-voiturage pour cet évènement ou autre chose.
ANTI-SPAM : Combien font ( 7 multiplié par 0) + 2 ?

ABP

Publier

Nous suivre

2003-2024 © Agence Bretagne Presse, sauf Creative Commons