La Bretagne à éclipses du Monde
Chronique de Louis-Benoît Greffe

Publié le 14/12/11 19:04 -- mis à jour le 00/00/00 00:00

La récente tempête a abattu les fils électriques dans le Finistère, mais aussi quelque peu dérangé la presse jacobine. Ainsi Le Monde, dans un même article, traite à la fois la Bretagne en y incluant la Loire-Atlantique et en l'excluant.

Toutes nos newsletters et tous nos agrégateurs sont gratuits ! Abonnez-vous ! (voir le site)

Cet article est consacré aux dégâts de la tempête hivernale qui depuis quelques jours s'abat sur la Bretagne et la moitié ouest de la France. (voir le site) On y trouve donc, au 2e paragraphe, une phrase émouvante : « Une rafale de 150 km/h a été enregistrée au sémaphore de Saint-Nazaire, où aucune coupure durable d'électricité n'était toutefois à déplorer mercredi matin ».

Le rédacteur de la dépêche de l'AFP, perché sur son desk, s'est-il souvenu de son grand-père breton ? Ou le vent salin, entrant par les fenêtres battantes de la salle de rédaction, a-t-il amené avec lui un rai de lumière divine ? Quoi qu'il en soit, cette reconnaissance de l'unité de la Bretagne, si ténue soit-elle, mérite d'être saluée.

Mais patatras ! la hiérarchie veille, et dans le paragraphe suivant, le lecteur retrouve la fort peu rassurante et antinaturelle Bretagne administrative. L'auteur nous relate les nombreuses coupures : « Les coupures ont été enregistrées essentiellement à Plouguerneau, sur la côte nord du Finistère, (…) Près de quinze cents clients sans électricité se répartissent dans les trois autres départements bretons. Qu'attendions-nous ? Qu'un grand journal, héraut de la francophonie, voire de la franco-folie comme Le Monde s'abaisse à considérer la réalité et la force de la Bretagne unie ?

En attendant que Le Monde gagne un peu de souplesse et de réalisme, les portes béantes du sottisier d'ABP lui sont ouvertes. Ne serait-ce que pour rejoindre les Bretons intoxiqués estimant que la séparation de la Loire-Atlantique d'avec la Bretagne est pleinement justifiée par l'édit de Nantes ( voir l'article ).

Précisons tout de même pour nos lecteurs que les fils électriques qui tombent chaque hiver sont les mêmes, dans les mêmes endroits et pour les mêmes raisons. Avec entêtement, ces fils sont replantés aux endroits mêmes où la nature s'oppose à leur présence, et sont arrachés par la tempête suivante. Inefficacité bien française qui ne trouvera sa fin que dans une campagne d’enfouissement des fils électriques Mais on nous dit dans l'oreillette que "les caisses sont vides", c'est vrai.


Louis Bouveron

Voir aussi :

mailbox
imprimer
Cet article a fait l'objet de 1274 lectures.
Délégué départemental de la SPPEF (Société pour la Protection des Paysages et de l'Esthétique de la France), association d'utilité publique qui a pour but de défendre, depuis sa création en 1901, le patrimoine historique, architectural et naturel français.
Vos 3 commentaires
  Arnaud Viez
  le Jeudi 15 décembre 2011 12:01
Je ne sais pas où le dire, mais ça vaut le coup, dans la même veine :
Presse-Océan aujourd'hui :
"Des phénomènes de vagues de submersion sont notamment attendus. Mais ils devraient toucher la Bretagne en premier lieu.
Le littoral de la Loire Atlantique et de la Vendée est également concerné par le phénomène, « mais dans une moindre mesure », selon Météo France."

A propos, aucun chroniqueur de ABP n'a encore mentionné le "concours" actuel de Presse-Océan pour nommer les habitants du 44 ? "Ligériens" est en tête aujourd'hui, suivi de "Namnètes".
(0) 
  Yann LeBleiz
  le Jeudi 15 décembre 2011 14:11
Oui, il est dommage de se concentrer uniquement sur le Télégramme et le OF, en oubliant Presse-Océan!
Voir de s'occuper des journaux parisiens...!
C'est aux bretons de refaire la Bretagne, pas à Paris!
@ Arnaud Viez
Sur 226 votant (pas la foule) :
Loirocéanais : 20%; Ligériens : 18%; Namnètes : 16%; Loiratlantais : 11%; Loire-Atlantiquais : 11%
Il est intéressant devoir que "Namnètes" résiste bien (nom prestigieux), mais que "Ligériens" (nom des habitants du département Loire) est fortement présent...
Ou le ridicule d'une propagande qui amène à proposer de s'appeller de la même manière que les habitants d'un département distant de 600km! (Ce qui ne pourra se faire bien évidemment de ce simple fait!)
(0) 
  Caroline Le Douarin
  le Samedi 17 décembre 2011 03:26
Dernier paragraphe : les caisses seraient moins vides si EDF ne payait pas chaque hiver des techniciens à raccrocher les fils, oui. Quand ce n'est pas en Bretagne c'est en montagne avec la neige...
Alors, que EDF efface les réseaux, même avec des caisses vides (il doit bien y avoir des moyens de s'en sortir), pour ne pas avoir à les vider plus...
Et en plus on remercierait EDF pour la beauté du paysage, là où il n’y a pas d’éoliennes !
(0) 
ANTI-SPAM : Combien font 9 multiplié par 5 ?
Cet espace est un lieu de débat. Les attaques personnelles ne sont pas autorisées. Le trolling est interdit. Les lois contre le racisme, le sexisme, et la diffamation doivent être respectées. Les pseudos sont tolérés mais ne sont pas encouragés.
MERCI DE RESPECTER LA LANGUE DE L'AUTEUR de l'article et donc des lecteurs. Les articles écrits en français doivent être commentés en français, les articles écrits en breton doivent être commentés en breton. Cacophonie ? Merci de ne pas mélanger les langues dans le même commentaire, sauf pour la traduction intégrale du commentaire.