Put your name here

connexionS'accréditer | S'abonner | Se connecter | Faire un don
> Logo ABP
ABP e brezhoneg | ABP in English |
logo Breizh Europa
logo Breizh Europa
- Communiqué de presse -
La Bretagne de demain et les corporatismes
Après la ruineuse grève des Pilotes d'Air France, voici celle, plus violente et tout aussi symptomatique du malaise hexagonal, des chauffeurs de taxis. Comme le notent de nombreux observateurs, la
Frank Darcel pour Breizh Europa le 26/06/15 20:13

Après la ruineuse grève des Pilotes d'Air France, voici celle, plus violente et tout aussi symptomatique du malaise hexagonal, des chauffeurs de taxis. Comme le notent de nombreux observateurs, la France est malade des corporatismes, ce qui n'exclut pas que certaines revendications soient parfois justifiées. C'est cependant tout un mode de fonctionnement et de vie finalement qui sont à revoir, dans un pays où l'on finit par s'identifier plus à sa corporation qu'à un quelconque destin commun.

La Bretagne connaît également ses soubresauts catégoriels et parfois violents, mais ils concernent essentiellement des professions liées au secteur primaire, agriculture, pêche, ou à des activités en partie dérivées de ces pôles, tels que l'agroalimentaire et les transports.

On notera que, dans ces secteurs, les décisions relèvent plus de Bruxelles que de Paris, c'est pourquoi une Bretagne émancipée permettrait tout d'abord de mieux gérer les conflits, en confrontant directement les intérêts bretons avec les centres de décision bruxellois. À quoi sert en effet un ministre de l'agriculture parisien dans le domaine, quand celui-ci a peu de pouvoir sur le fond, et qu'il est évident qu'on ne peut lier le destin des éleveurs bretons avec celui des céréaliers beaucerons.

Mais, au delà du secteur primaire et de ses spécificités locales, la Bretagne de demain ne pourra faire l'économie d'une remise à plat des privilèges en place dans de nombreux domaines, que ces privilèges soient hérités de l'ancien régime, des ardeurs révolutionnaires ou encore de la mise sous tutelle partisane de secteurs entiers au sortir de la seconde guerre mondiale.

Ce travail nécessitera un grand pragmatisme, et touchera tous les domaines d'activité. Comment pourrait-on par exemple continuer à pratiquer un numerus clausus aussi drastique en médecine alors que le Centre Bretagne manque cruellement de médecins ?

C'est un exemple parmi tant d'autres, car la tâche de modernisation sera immense pour la société bretonne de demain.

Mais, pour parvenir à réussir cette révolution économico culturelle, la Bretagne dispose d'un atout formidable : cette solidarité naturelle qui existe encore entre les Bretons. Une solidarité qui s'est exprimée, parfois de manière brouillonne, mais tellement vive, au moment de la récente révolte des Bonnets Rouges par exemple. C'est cette profonde envie de vivre ensemble et de partager, au-delà des appartenances professionnelles ou idéologiques, qui permettra de remettre à jour ici une valeur qui a déserté depuis longtemps la République Française. Je veux parler du sens de l'intérêt général.

Caroline Ollivro, présidente de Breizh Europa

Voir aussi :
logo
Breizh Europa est un mouvement autonomiste breton et fédéraliste européen. Site internet : (voir le site) Compte Twitter : @BreizhEuropa Page Facebook : Breizh Europa
Voir tous les articles de Breizh Europa
Vos 4 commentaires
jean louis le corre Le Samedi 27 juin 2015 16:35
A "BREIZ EUROPA" :RAISONS DE + POUR ETRE TOUS UNIS AVEC LA FUTURE LISTE TROADEC ET COMPAGNIE ,AUX PROCHAINES REGIONALES? !!!
PAS DE DIVISIONS,TOUS ENSEMBLE POUR LA BRETAGNE
(0) 

MANSKER Le Dimanche 28 juin 2015 18:16
Entièrement d'accord, mais il faudra aussi moderniser certaines mentalités qui croient que tout vient de Paris et que sans Paris on est foutu. Un divorce à l'amiable est donc plus que nécessaire. Par la suite que chaque parti prenne ses marques dans un parti unique, vous avez tous à y gagner en audibilité et en confiance auprès des Bretons qui n'attendent que ça.
(0) 

Philippe Guilloux Le Dimanche 28 juin 2015 21:59
la réaction des taxis, c'est du corporatisme pour vous ? Non, c'est la réaction d'une profession touchée par une dérégulation. Et ce n'est que le début. D'autres secteurs seront bientôt touchés pas ce néo libéralisme qui consiste à pousser les gens, dans l'espoir de gagner quelques euros, à travailler à la place des autres sans être sous contrat de travail. Dire que c'est du corporatisme est tout bonnement lamentable. Et j'attire votre attention dur le fait que Paris n'a rien à voir là dedans.
(0) 

Jacques Paugam Le Dimanche 28 juin 2015 23:20
Monsieur Guilloux, connaissez vous une ville en Europe où il soit aussi difficile d'obtenir un taxi à certaines heures qu'à Paris ? Il n'y en a pas, et j'ai suffisamment voyagé sur notre continent pour l'assurer. Si BE évoque à mon avis avec raison le corporatisme dans ce cas, c'est que les chauffeurs eux mêmes ont spéculé sur les licences, pour en faire une sorte de rente de revente au moment de la retraite ; en bloquant par exemple la proposition Attali d'augmentation du nombre de ces licences. Résultat: une vraie galère pour les utilisateurs depuis des années par manque de véhicules, des tarifs prohibitifs et des chauffeurs qui choisissent leurs courses. Des tarifs qui font que les taxis à Paris sont réservés aux gens qui peuvent faire des notes de frais, comme Agnès Saal... Si cela ne ressemble pas à du corporatisme... Bien sûr que la déréglementation que provoque Uber doit malgré tout être limitée, mais vous verrez qu'ailleurs qu'à Paris, dans le reste de l'Europe, des terrains d'entente seront trouvés, parce que la situation n'est pas aussi "maquereautée" dès le départ. Il s'agit donc bien d'une position corporatiste de la part des chauffeurs, avec un point d'orgue de crispation parisien notable !
(0) 

Commenter :
Votre email est optionnel et restera confidentiel. Il ne sera utilisé que si vous voulez une réponse d'un lecteur via email. Par exemple si vous cherchez un co-voiturage pour cet évènement ou autre chose.
ANTI-SPAM : Combien font ( 7 multiplié par 6) + 2 ?

ABP

Publier

Nous suivre

2003-2024 © Agence Bretagne Presse, sauf Creative Commons