La CGT au service du projet de Grand-ouest
Chronique

Publié le 17/01/22 12:13 -- mis à jour le 22/01/22 21:37

Nous avons reçu ce matin un communiqué que nous ne publierons pas, signé de Jean Paul Hellequin et provenant de la « CGT des Marins du Grand-Ouest » basé à Brest, Cette appellation est d’autant plus choquante qu’une grande partie de ces marins sont Bretons.

Toutes nos newsletters et tous nos agrégateurs sont gratuits ! Abonnez-vous !

Dans la pure tradition communiste « du passé faisons table rase », la Confédération générale des travailleurs (CGT) a, depuis quelques temps, adopté la terminologie encouragée par l’Etat, le PCF, les maires PS des grandes villes bretonnes, et sans doutes d’autres partis hexagonaux, mais sans le dire ouvertement, et certaines grandes entreprises dans leur découpage commercial, de « Grand-ouest ».

Pour la CGT, la Bretagne n’existe pas. Il n’y a que des travailleurs aculturés, sans racines, unis par le grand mythe de la fraternité internationale. Il n’y a pas de Bretons, de Parisiens, d’Arabes, ni de Russes ou de Chinois, il n’y a que des travailleurs exploités par des affreux capitalistes. Telle est cette vision du monde. Telle est cette idéologie du 19e siècle que l’actualité quotidienne dément pourtant depuis deux siècles. Le monde n’est pas le terrain de la lutte des classes mais le lieu d’innombrables conflits territoriaux, voire religieux ou culturels. Cela a toujours été ainsi, sauf peut-être à un moment spécifique de l’Histoire du monde, en Europe, à un moment très court en fait à l’échelle de l’histoire, ce fut l’époque où justement a vécu Karl Marx.

Cette terminologie de « Grand-ouest » ne fait que servir les intérêts de l’État qui rêve de créer un Grand-ouest administratif pour mieux dissoudre à jamais une identité bretonne qui pourrait un jour se transformer en mouvement politique. Les communistes ont toujours été les « idiots utiles » des jacobins (j’entends par jacobins, les nationalistes français républicains). Quelle aubaine pour la République ! Des professeurs d’histoire marxistes qui pensent qu’avant la Révolution les nations n’existaient pas ! Quelle aubaine pour la République ! un syndicat communiste qui pense que les travailleurs appartiennent à cinq régions :

le Grand-ouest

le Grand-est

le Grand-nord

le Grand-sud-est

le Grand-sud-ouest

Philippe Argouarch

Voir aussi :

1  3  
mailbox
imprimer
logo
Philippe Argouarch est un reporter multi-média ABP pour la Cornouaille. Il a lancé ABP en octobre 2003. Auparavant, il a été le webmaster de l'International Herald Tribune à Paris et avant ça, un des trois webmasters de la Wells Fargo Bank à San Francisco. Il a aussi travaillé dans des start-up et dans un laboratoire de recherche de l'université de Stanford.
Vos 8 commentaires
Naon-e-dad
2022-01-17 13:56:59
« régions : l’ouest, l’est, le nord et le sud ! ». Tour de cadran :
.
Grand Nord, celà évoque l’Arctique. Donc Hauts-de-France (excusez du peu !) . Moi je trouve que cela fait un peu programme immobilier, mais bon.
.
Grand-Sud. On penserait plutôt à Tamanrasset, et au Sahara. Donc PACA. Je me demande parfois comment les habitants vivent cet anagramme technocratique. Mais j’observe que la Provence, comme territoire historique et de référence a survécu à ce saccage sémantique.
.
Restent les deux autres points cardinaux, que le pouvoir central (ah qu’il est beau mon nombril !) voudrait affubler du qualificatif de « grand ». Sans aucun doute pour mieux dissoudre et anéantir toute aspérité. Ce qualificatif de « grand » est infâmant…
.
Ouest (de Rouen à Toulouse, en passant par Orléans selon les structures) n’a évidemment aucun sens. Grand Ouest encore moins. Si l’on dézoome, « ouest » s’applique un peu partout dans le monde. La France fait partie des pays de l’ouest. Mais en « parisianie », on semble avoir du mal à penser « planète », on semble avoir quelques difficultés avec la géographie...
.
Est, grand-est. Là c’est acté administrativement (jusqu’à quand ? jusqu’au prochain chambardement…). Même si le provisoire s’attarde parfois, un jour ou l’autre, inéluctablement, le réveil se produit.
.
Remarquons ceci : Est ou Orient ? Ils n’ont pas osé. Le vocable « Grand Orient », qui évoque tout autre chose, n’est-il pas une des clés du problème ? Quand le Pouvoir et des idéologies aussi malignes que cachées se fréquentent, que peut-on attendre de bon ?
.
Des trois échelles, l’européenne, la nationale (française), la régionale, c’est bien cette dernière qui est la plus concrète, la plus familière, la mieux enracinée, frottée au vents de l’histoire et du sol. A cela pas touche !
.
Et la Bretagne (péninsulaire, cinq départements) est précisément ce socle historique qu’aucune signature technocratique ne peut effacer… « Ni Breizhiz a galon karomp hon gwir vro… ». En une phrase tout est dit.
(2) 
Naon-e-dad
2022-01-17 14:36:51
correctif
.
Des trois échelles, l’européenne, l’étatique, la régionale, c’est bien cette dernière qui est la plus concrète, la plus familière, la mieux enracinée, frottée aux vents de l’histoire et du sol. A cela pas touche !
.
L'Europe rassemble des territoires étatiques très divers. Broioù liesseurt o stumm zo en Europa.
(1) 
Killian Le Tréguer
2022-01-18 14:52:50
"Marins du Grand-Ouest", ça c'est vraiment un concept !! Vivement le syndicat des Marins du Grand-Est !
Surréaliste...
(4) 
Nikolaz Miliner
2022-01-19 15:37:09
Que de vérités en si peu de mots Monsieur Argouarch ! Merci.
A noter cette phrase assez révélatrice, malheureusement, du peu de corps et de poids du mouvement breton: "une identité bretonne qui pourrait un jour se transformer en mouvement politique". Le "pourrait" traduit une triste vérité, il n'y a à ce jour pas de mouvement politique digne de ce nom qui épouse avec puissance et écho notre identité. J'espère ne pas avoir à l'attendre trop longtemps car il sera bientôt trop tard je le crains.
(0) 
Thomas
2022-01-23 12:48:27
La cgt est surtout le syndicat des étatistes qui n'ont rien de communistes. L'histoire l'a d'ailleurs démontré. "cgt collabo"?
(1) 
Michel Bernard
2022-01-24 08:14:18
Point de vue éclairé , la cgt c est les vieux soviets des leninistes de st Petersbourg déguisés en travailleurs homeless qui partiront ensuite affamer et ensanglanter l' Ukraine ,le grand ouest ou ils logent la Bretagne historique serait traité de même,n 'ecoutons pas ces ecraseurs de liberte,ils font comme le chef de leur parti communiste monsieur Roussel bien propre sur lui ,qui comme mauurice Thorez flatte les gens comme une vieille chatte amoureuse,relisez Mauriac dans ses carnets,c 'est bien expliqué et avec drôlerie .
(1) 
André Gilbert
2022-01-24 13:33:07
la dénomination Grand Ouest n'est surement pas adaptée pour nous défenseurs de l'entité bretonne , mais taper à bras raccourcis sur J P Hellequin à cause de cette dénomination et critiquer autant la CGT me semble disproportionné.
la défense des droits des marins de tous horizons y compris étrangers, le retrait des bateaux poubelles et la dénonciation des armateurs hors la loi Le souvenir des marées noires , pas si lointain , devrait être présent à notre esprit
un marin est ouvert sur le monde , pour moi , cette appellation Grand Ouest n'est que la reconnaissance que la majorité des marins est originaire de l'ouest français et se veut de ne pas se limiter géographiquement à la Bretagne
c'est vrai que le PC et la CGT ne sont pas régionalistes , mais pas moins que les partis qui actuellement se contentent de B4 se disent pour la réunification et ne font rien
(1) 
Yann Menez Are
2022-02-06 19:45:10
Il y a des marins bretons, normands, vendéens, etc...
Pour les communistes on est sur un état unique, uniforme. Les identités régionales n’existent pas.
Bonne décision Philippe de ne pas publier ce communiqué!
(0) 
ANTI-SPAM : Combien font 1 multiplié par 9 ?
Cet espace est un lieu de débat. Les attaques personnelles ne sont pas autorisées. Le trolling est interdit. Les lois contre le racisme, le sexisme, et la diffamation doivent être respectées. Les pseudos sont tolérés mais ne sont pas encouragés.
MERCI DE RESPECTER LA LANGUE DE L'AUTEUR de l'article et donc des lecteurs. Les articles écrits en français doivent être commentés en français, les articles écrits en breton doivent être commentés en breton. Cacophonie ? Merci de ne pas mélanger les langues dans le même commentaire, sauf pour la traduction intégrale du commentaire.