La chasse aux enfants
Appel de Journal La Mée

Publié le 19/07/06 17:42 -- mis à jour le 00/00/00 00:00

« Sarko, t’es foutu Les parrains sont dans la rue »

Le durcissement de la législation sur l’immigration a amené dès la rentrée scolaire 2005 des enseignants et des parents à se mobiliser contre les expulsions d’enfants scolarisés. Voir un élève ou le camarade de classe de son enfant emmené en plein cours par la police ne leur semblait pas acceptable. En des temps sombres, que l’on ne souhaite pas connaître à nouveau, des enfants disparaissaient des écoles, et nombre d’entre eux ne sont jamais revenus

Le 30 juin 2006 a marqué le début des vacances estivales pour les élèves français et la fin du sursis accordé en octobre 2005 par M.Sarkozy aux enfants scolarisés des « Sans Papiers ». Un réseau de solidarité et d’entraide, appelant à la désobéissance civile, s’est organisé.

Inacceptable

Quelle conscience humaine peut accepter que des policiers se saisissent d’enfants de 3 et 6 ans dans leur classe pour les enfermer dans un commissariat et les expulser à l’aube avec leur mère parce qu’ils n’ont pas respecté les procédures édictées par les États ? Aucune loi, aucune politique ne peuvent conduire à un tel déni d’humanité.

« Nous avons la nausée devant la multiplication de ces situations où des enfants, des adolescents sont les premières victimes d’une politique devenue folle.

Nous n’acceptons pas que l’on tente de nous berner en laissant croire que quelques centaines de personnes bénéficieront de mesures de faveurs, selon des critères absurdes (1) alors que ce sont plusieurs milliers de familles qui sont concernées » dit un communiqué de la Ligue des Droits de l’Homme. JPEG - 24.7 ko

« Nous n’acceptons pas que les vacances scolaires deviennent le temps où s’ouvre la chasse à l’enfant. »

Nous savons que dans toute société démocratique la loi est la règle qui s’impose à tous. Mais nous savons aussi que lorsque la loi viole des principes aussi élémentaires, c’est notre devoir de citoyens, notre devoir de conscience de ne pas s’y plier.

Parrainages

C’est pourquoi, avec toutes les femmes et tous les hommes du Réseau éducation sans frontières, la Ligue des droits de l’Homme appelle à violer cette loi : « Tant que celle-ci ne sera pas changée, nous nous opposerons aux mesures d’expulsion et nous offrirons aide et protection à ces familles ».

Le Conseil régional des Pays de la Loire s’est prononcé contre l’expulsion des jeunes mineurs sans papier scolarisés et a apporté son soutien aux organisateurs des actions de parrainage républicains. D’autres organisations en ont fait autant : CFDT, Conseil Général, CGT, FSU, UDAF etc.

A Nantes, 64 enfants ont été parrainés par des responsables politiques de gauche, ainsi que par des personnalités comme l’acteur Charles Berling, le professeur Albert Jacquard, l’ancien évêque d’Evreux Mgr Gaillot ou l’ancien ambassadeur de France à l’ONU Stéphane Hessel. A Châteaubriant des enfants sont concernés également.

Nous les prenons sous notre protection : le Président du Conseil général, Patrick Mareschal, signe :

(voir le site)

Lire aussi : Lilian Thuram s'inquiète de la sarkoïsation des esprits : (voir le site) ]

B.Poiraud

bernadette Poiraud


mailbox
imprimer
Vos 0 commentaires
ANTI-SPAM : Combien font 1 multiplié par 4 ?
Cet espace est un lieu de débat. Les attaques personnelles ne sont pas autorisées. Le trolling est interdit. Les lois contre le racisme, le sexisme, et la diffamation doivent être respectées. Les pseudos sont tolérés mais ne sont pas encouragés.
MERCI DE RESPECTER LA LANGUE DE L'AUTEUR et donc des lecteurs. Les articles écrits en français doivent être commentés en français, les articles écrits en breton doivent être commentés en breton. Cacophonie ? Merci de ne pas mélanger les langues dans le même commentaire, sauf pour la traduction intégrale du commentaire.