Put your name here

connexionS'accréditer | S'abonner | Se connecter | Faire un don
> Logo ABP
ABP e brezhoneg | ABP in English |
A bord du langoustier Bro Warok, le groupe Sonam et Beatris Malardé, bretonnante (vannetisante).
A bord du langoustier Bro Warok, le groupe Sonam et Beatris Malardé, bretonnante (vannetisante).
Bro Warok, hissage de la voile
Bro Warok, hissage de la voile
Au sortir due Porzh-Loeiz / Port-Louis, le bateau d'Yvon Fauconnier. A bord le porteur du bâton-témoin, ainsi que deux sonneurs de couple (bombarde/biniou)
Au sortir due Porzh-Loeiz / Port-Louis, le bateau d'Yvon Fauconnier. A bord le porteur du bâton-témoin, ainsi que deux sonneurs de couple (bombarde/biniou)
Redadeg 2018. Traversée de la rade de Lorient.
Redadeg 2018. Traversée de la rade de Lorient.
Redadeg 2018. Au fond, l'ancienne base sous-marine de Lorient;
Redadeg 2018. Au fond, l'ancienne base sous-marine de Lorient;
Redadeg 2018. Devant l'Ile Saint-Michel (en rade de Lorient).
Redadeg 2018. Devant l'Ile Saint-Michel (en rade de Lorient).
Redadeg 2018. Les bateaux d'accompagnement virevoltent autour du petit voilier  passeur. Gwenn-ha-du et bâton-témoin.
Redadeg 2018. Les bateaux d'accompagnement virevoltent autour du petit voilier passeur. Gwenn-ha-du et bâton-témoin.
Redadeg 2018. Rade de Lorient.
Redadeg 2018. Rade de Lorient.
Redadeg 2018. Rade de Lorient. En vue du point d'accostage.
Redadeg 2018. Rade de Lorient. En vue du point d'accostage.
Redadeg 2018. Rade de Lorient. Le porteur du bâton-témoin s'apprête à débarquer.
Redadeg 2018. Rade de Lorient. Le porteur du bâton-témoin s'apprête à débarquer.
- Reportage photos -
La Redadeg a traversé la rade de Lorient (photos)
Mais comment fait la Redadeg, lorsqu’elle rencontre un bras de mer : rade, aber,… ? Réponse en 10 photos avec la rade de Lorient.
Yann Lukaz pour ABP le 10/05/18 20:57

On le sait l’organisation de la Redadeg est minutieuse et le timing, dans la réalisation, est étonnant de précision. A Port-Louis / Porzh-Loeiz, tout était prêt pour faire passer le bâton-témoin d’un bord à l’autre de la rade de Lorient / An Oriant, soit un parcours maritime de deux kilomètres.

D'authentiques navigateurs

Le pays breton ne manque pas de navigateurs s’étant illustrés dans la course au large, et/ou ayant poursuivi une activité professionnelle en rapport avec l’océan. Plusieurs s’étaient donc donné rendez-vous pour cet épisode atypique :

. Yvon Fauconnier, ancien vainqueur d’une transat, dont le petit voilier « Extra..vagant » servira de passeur

. Eugène Riguidel, son compère, l’homme à la casquette connu comme écologiste et également fervent défenseur de la langue bretonne, a déjà joué les passeurs dans d’autres éditions de la Redadeg

. Alain Malardé, qui a beaucoup pratiqué le convoyage, est à la barre d‘un voilier traditionnel, le langoustier « Bro Warok », un nom qui appartient à l’histoire de Bretagne. La langue bretonne, dans sa tonalité vannetaise, est volontiers pratiquée à bord, en particulier entre Beatris la mère, enseignante à Diwan, et Maria la fille ainée, étudiante en breton à l’université de Rennes.

Au vent de la musique bretonne

Le passage de la Redadeg est un événement festif.

A bord du « Bro-Warok », des peintures ont été refaites ces derniers jours. Et le bateau, pimpant, est prêt à accueillir un groupe de musiciens locaux (clarinettes): Sonam, qui se déploiera à l’avant du navire, près du mat de beaupré.

Tandis que l’« Extra…vagant » accueillera un couple de sonneurs (bombarde et biniou), confiné près du tableau arrière tout au long de la traversée.

Comme un parfum d'aventure

Un parfum d’aventure flotte à l’approche de la course. Une dizaine de minutes avant l’arrivée de la camionnette suivie du coureur kilométrique, le « Bro Warok » largue ses amarres dans un grand coup de corne de brume. Il part au moteur. La rade est ventée. C’est pourquoi la voile sera utilisée pour stabiliser le navire.

Bientôt, l’« Extra…vagant » surgit, frêle esquif, qui file rapidement sous voile, traçant sa route au mieux des courants venteux et marins, frôlé au passage par la navette « Talhouant », et plus encore par des bateaux-accompagnateurs qui virevoltent autour du prestigieux passeur, guettant le bâton-témoin, maintenu le plus visible possible, en permanence à bout de bras. Haut les cœurs !

Finalement, la traversée est étonnamment rapide. L’ennui, ce pouvait être à quai, dans le temps de l’attente, mais en mer, c’est le temps de l’action. Il est surprenant de constater que tout bouge à tout instant. Voici le « Breizh nevez », nouveau bâtiment conçu et construit pour assurer la liaison régulière avec Groix, admis au service en 2018, en remplacement de l’ancien « Kreiz-er-mor ».

Le rideau de béton des blocs de la base sous-marine s’estompe, l’ile Saint Michel et sa végétation verdoyante est bientôt doublée. Dès lors, nous sommes en vue de l’embarcadère qui marque l’arrivée. Ceci va nous permettre d’apercevoir de plus près, à distance photographique, le fameux bâton-témoin. Celui-ci a été pris au km 1138, il sera restitué, au terme de cet épisode maritime, au km 1140. Il disparaît happé dans la ville. La Redadeg continue.

« Betek an Trec’h ! ».

Mise-à-jour 11/05/2018

Pour écouter la chanson officielle de la Redadeg 2018 (youtube, 3mn27), interprétée par le trio Salsardin

(voir le site)

Paroles - texte original breton de Marine Lavigne, et traduction française, source: www.ar-redadeg.bzh:

(voir le site)

Voir aussi :
Photographe et rédacteur (Bretagne, Cornouaille).
Voir tous les articles de de Yann Lukaz
Vos 0 commentaires
Commenter :
Votre email est optionnel et restera confidentiel. Il ne sera utilisé que si vous voulez une réponse d'un lecteur via email. Par exemple si vous cherchez un co-voiturage pour cet évènement ou autre chose.
ANTI-SPAM : Combien font ( 8 multiplié par 0) + 2 ?

ABP

Publier

Nous suivre

2003-2024 © Agence Bretagne Presse, sauf Creative Commons