Le magazine BRETONS ne devrait pas se mêler d'Histoire
Chronique

Publié le 3/07/22 14:06 -- mis à jour le 04/07/22 15:40
55371_1.jpg
...

Si le magazine BRETONS est à beaucoup d'égard excellent et joue un rôle important dans la reconstruction d'une conscience collective bretonne, l'article de Didier Le Corre "1532 la Bretagne perd son indépendance" paru dans le numéro de juillet 2022 pêche par un certain nombre d'erreurs et d'omissions.

Toutes nos newsletters et tous nos agrégateurs sont gratuits ! Abonnez-vous !

Dès le début on sursaute en lisant "Il y a 490 ans les États de Bretagne signaient un traité d'alliance avec François Ier, roi de France. Ce traité d'Union..." Sauf qu'il n'y a jamais eu de traité d'Union de 1532 et même si il y en avait eu un, les circonstances historiques, l'occupation du duché par l'armée et l'administration royale l'invaliderait. Pour rappel, un traité est signé par deux exécutifs, même au Moyen-âge, et cela n'a jamais été le cas en 1532. Il n'y a aucun traité entre la Bretagne et la France aux archives diplomatiques du quai d'Orsay où tous les traités signés par la France depuis Clovis sont conservés. Pas plus aux Archives nationales.

L'article cite Bertrand d'Argentré qui aurait parlé de "traité" dans son histoire de Bretagne. J'emploie le conditionnel car vu que ce livre avait été interdit, puis censuré, on peut se demander si le mot "traité" était bien dans un des titres de chapitre dans la version originale. Le sous-titre de d'Argentré n'est d'ailleurs pas "traité de 1532" mais "Charte de l'Union de Bretagne". Le seul document sur le sujet. Il est retranscrit intégralement.

Ce document est un édit de François Ier et il est donc uniquement signé par lui. Il n'y a pas eu de vote lors de la réunion des États de Bretagne à Vannes en présence du roi, qui, comme ce n'est pas dit dans l'article (un détail important), était venu en Bretagne accompagné de l'armée royale. La présence de pressions militaires, sans parler de la conquête du duché en 1492, invalide bien sûr tout traité qui serait signé dans ces conditions comme il a été démontré par des juristes du droit international.

Didier le Corre cite l'historien Joël Cornette "il s'agissait bien d'un traité, d'un traité international" extrait du livre "Histoire illustrée de la Bretagne et des Bretons" paru en 2015. Sauf que Joël Cornette a changé carrément d'avis et dans son dernier livre "Histoire de Bretagne pour les Nuls", que nous recommandons à Didier Le Corre, ouvrage paru en 2021, donc 6 ans plus tard, Joël Cornette n'y parle plus de "traité". Les pages 291 à 294 sont consacrées à une "union forcée" finalisée par l'édit d'union du 13 août 1532. Cet édit royal aurait suivi une requête orale des États de Bretagne mais on a pas de texte et encore moins les signatures. Même si cette demande a existé, orale ou écrite, elle ne peut être valide puisque des membres des États ont été achetés comme rapporté par d'Argentré dont le propre père a été un témoin historique.

Une omission grave dans cet article bâclé, est que rien n'est dit du contrat de mariage d'Anne de Bretagne et de Louis XII, le dernier traité international librement consenti entre la Bretagne et la France. Un (vrai) traité . Ce contrat, dit traité de Nantes de 1499, garantissait que le duché reviendrait au deuxième enfant du couple, fille ou garçon. Oui, le duché devait redevenir indépendant après la mort des époux. Renée était l'héritière du duché ( voir l'article ) . François Ier, après la mort de la reine Anne et de Louis XII s'est arrangé pour que cela ne soit pas. Il prétendra que c'est Claude, sa femme, et la fille ainée d'Anne, l'héritière du duché de Bretagne. And the rest is history.

Cet article contient très peu de remises en cause de la version française de l'histoire de Bretagne. Entre la version de certains historiens britanniques qui titrent "1492, annexion du duché de Bretagne par la France" et les historiens français qui ont inventé ce faux traité de 1532, il nous faut une histoire de Bretagne basée sur les faits, les documents, et le droit international. Le Dr Louis Melennec avait commencé ce travail mais l'historien Joël Cornette, dont les qualifications ne peuvent être remises en cause, a rétabli une grande partie de la vérité. Son énorme ouvrage de 715 pages "L'histoire de Bretagne pour les nuls" est un must pour tout Breton intéressé par l'histoire de son pays.

On espère que toute la vérité sera établie à l'occasion du 500ème anniversaire de l'édit d'union dans 10 ans seulement, en 2032.

Philippe Argouarch


14  4  
mailbox
imprimer
logo
Philippe Argouarch est un reporter multi-média ABP pour la Cornouaille. Il a lancé ABP en octobre 2003. Auparavant, il a été le webmaster de l'International Herald Tribune à Paris et avant ça, un des trois webmasters de la Wells Fargo Bank à San Francisco. Il a aussi travaillé dans des start-up et dans un laboratoire de recherche de l'université de Stanford.
Vos 16 commentaires
Michel Bernard
2022-07-03 15:15:37
Bonne mise au point,ce traité a été à l' image des mots de Brennus qui avait imposé aux Romains le" vae victis".
(0) 
Fañch ar Vilin
2022-07-03 16:38:29
J’ai été abonné à Bretons magazine jusqu’à la fameuse couverture concernant le sondage sur l’indépendance de la Bretagne. N’ayant jamais eu de réponse de la part de la rédaction sur les raisons du changement de couverture, j’ai décidé d’arrêter mon abonnement et de ne plus acheter le magazine.
Malgré les moyens disproportionnés que possèdent les révisionnistes financés par le pouvoir jacobin il est important que nous répondions à la falsification de notre histoire. Votre article est bienvenu et doit être relayé massivement sur les réseaux sociaux.
(4) 
Jean-Paul Touzalin
2022-07-03 18:39:13
En complément et à la portée de tous:
Abrégé du dictionnaire de Émile Littré ( Édition Famot - Genève 1974 )
« ANNEXER,va. Joindre à. Charles VIII annexa la Bretagne à la France. (...) »
CQFD
(0) 
Alter Écho & Ego machin
2022-07-04 08:40:06
Manifeste.
Manifeste!
Philippe, « Bretons » ne se mêle pas, ne débat pas là, de l’Histoire de la BRETAGNE. Il assène et relaie une grave et fausse information !
Difficile d'accepter cela comme étant seulement "une boulette"! Alors je crois que le "[...] rôle important dans la reconstruction d'une conscience collective bretonne,[...] du magazine" Bretons" peut être questionné lorsque sur un point fondamental, historique et crucial qui démontre l’illégalité juridique de l’annexion de la BRETAGNE par ces rois français, le magazine ajoute à la duplicité française !
Messieurs du magazine « Bretons », l’HISTOIRE n’est jamais finie et sur ce point il ne fallait pas, absolument pas rendre cette annexion, légale et en faire à l’esprit des Bretons (et à celui des Français), un « acte » légitimé par un traité qui serait de bonne et due forme qui lui cadenasserait toute option et intention de reprendre en main les responsabilités de son destin ! Ce que l’état français a fait depuis sa mainmise sur notre pays, non seulement nous autorise, mais devrait nous imposer impérativement de faire le choix de rejeter ce droit d’administration de la BRETAGNE par la France, et de prendre les mesures pour ce faire!
L’état français ne peut être exonéré par des magazines ou autres, et encore moins s’exonérer de rendre des comptes qu’il doit, et devra rendre un jour à la BRETAGNE sur les conséquences de ses actes perpétrés dans un pays sur lequel il n’avait ni n’a aucun Droit ! Pays qui fût annexé par les armes, et non d’une « union » établie par des actes juridiquement posés au niveau « nationaux » et internationaux, dans la libre acceptation de ses Institutions et de son Peuple, de l’époque !
Par l’illégalité de l’annexion, les actes et décisions prises dans la nuit du 4 Août1789 par des politiciens non mandatés par les Bretons pour les prendre sont, pour cette double raison, caduques, et illégaux également.
J’écrivais il a quelques années que ce qui était pris par les armes uniquement, brutalement, de fait justifiait et donnait/apportait toute justification aux armes pour régler les problèmes que des armes avaient créés ; et ce à fin de recouvrer l’état antérieur d’une annexion forcée, par exemple! Tout comme ce que vos décrets illégaux défont, des décrets bretons doivent/devraient réunifier et restaurer partout en BRETAGNE ! Mais bien évidemment il n’ait pas besoin d’armes là où l’esprit de négociation (ce dont Paris ne manque pas, c'est connu), et de volonté de résoudre des différents pacifiquement, existe. Il est plus que temps au regard de l’Histoire et de l’état de la BRETAGNE de trouver une solution.
(0) 
Yannig Coraud
2022-07-04 09:26:37
Très honnête mise au point . Merci .
Enfin le Monde se réveille pour rappeler que la république bananière française continue de falsifier le Droit International
Notre Professeur de Droit International à l'Université de Nantes, nous le disait .
Le "traité de 1532" n'est qu'un décret sans valeur d'accord bipartite . Pour se faire il faudrait, à ce jour qu'une Assemblée bretonne des 9 Pays ou 5 départements bretons l'entérine .
Aujourd'hui encore la Bretagne est un Pays annexé, comme disent les juristes britanniques, occupé comme disait mon professeur de Droit .
Lorsque certains d'entre nous disent BRETONS TOUJOURS FRANCAIS JAMAIS, nous sommes les plus prêts de la vérité ...Isn't it ...
Chañs Vat d'an holl
Kenavo
(0) 
Naon-e-dad
2022-07-04 10:24:54
Lorsque j'étais à l'école primaire, le livre d'Histoire de France - il s'agissait donc d'un livre officiel autorisé par l'Education Nationale (débuts 60's) - présentait une lise de date récapitulatives en fin d'ouvrage.
.
On pouvait y lire:
1532 Annexion de la Bretagne
.
Il semble que la V° République se soit singulièrement durcie depuis ses débuts. Pourquoi?
.
Perak'ta ez eo aet ar Republik gall muioc'h-mui war galetaat?
(0) 
Alain E. VALLÉE
2022-07-04 12:09:00
En 1532, il n'y eut ni traité, ni union, mais édit et annexion.
De mon semestre de Droit International public (DIP) à la fac de Rennes (Pr CHAUDET), j'ai retenu qu'un traité de DIP qui comporte toujours, au moins, deux signatures, suppose tout un processus de négociations entre entités souveraines, alors qu'un édit ne comportant par définition qu'une seule signature, est un simple et banal acte de droit interne à un État.
Parler de "Traité d'union" est un oxymore sans possible fondement juridique qui relève de l'idéologie et de la pure propagande. Comme toujours dans de telles circonstances taire ou tordre les faits, nuit gravement à la simple vérité mais permet de faire carrière en bénéficiant des plus grands honneurs !
Qu'il y ait encore de pseudos sommités à ignorer qu'aujourd'hui le dernier texte de DIP entre la Bretagne et la France est le Contrat de mariage entre les deux souverains Breton et Français, Anne et Louis est insensé. Ceci qui permet de publier des articles dans la presse et livres ou présider des jurys de thèses et concours, est franchement inepte et inquiétant sur la qualité de leur enseignement. Manière de dire que le niveau baisse s'il pourrit d'abord par la tête !
AV
(1) 
Ar Vran
2022-07-04 12:29:19
Ne pas oublier que le magazine "Bretons" s'est fait racheter par Ouest-France, l'officine de désinformation quotidienne régionale. Bref, que ce magazine n'est autorisé de publier que ce que son maître autorise (voir la saga sur la couverture de Breton à l'occasion d'un sondage sur l'indépendance de la Bretagne)
Ce qui permet d'expliquer cela
(1) 
Boned ruz
2022-07-04 23:30:21
A Yannig Coraud : "Enfin le Monde se réveille pour rappeler que la république bananière française continue de falsifier le Droit International" Le Monde? Quel Monde? Pouvez-vous préciser à qui vous pensez.
"Le "traité de 1532" n'est qu'un décret sans valeur d'accord bipartite . Pour se faire il faudrait, à ce jour qu'une Assemblée bretonne des 9 Pays ou 5 départements bretons l'entérine ." Pourquoi ce silence aujourd'hui sur l'assemblée de Bretagne. L'idée à été révélée en 2014/2015 si je ne fais pas erreur. 7 ans déjà et RIEN.....
Pour le peuple Breton il y a déjà eu au moins un précédent dans le hors série N°42 - Hiver 2020: "50 dates de l'Histoire de Bretagne"où est, clairement, exposé " le traité d'union signé le 7 août 1532 complété quelques jours plus tard, le 13 août, à Nantes par un édit qui précise notamment:" La demande des Etats de Bretagne de permettre au dauphin d'être couronné Duc à Rennes, en accordant l'usufruit et l'administration au Roi..."
Le magasine présente toutefois "
les pressions et corruptions exercés sur les membres des Etats de Bretagne".
Cependant l'article est rédigé intentionnellement ou non dans le sens d'une certaine réalité du traité ce que chaque lecteur aura bien évidemment retenu ( malheureusement )... Donc la Bretagne est Unie à la France; Fait exprès ou pas à deux années d'écarts avec ce nouvel article... Nouvelle article publié quelques mois après la demande d'autonomie de la Région Bretagne et comme par hasard après l'exposition du Musée de Bretagne...
Ca fait beaucoup!
Des remarques:
1) selon mon point de vue très personnel : suis-je le seul à avoir remarqué le malaise mal contenu de JM LeBoulanger chaque fois qu'il a à s'exprimer sur l'histoire de Bretagne relative à ses droits; on sent qu'il veut exploser mais que quelque
chose le retient.
Tout aussi personnel: quand Aziliz Gouez défend l'idée de l'autonomie à la Région ( cf vidéo), elle évoque l'Histoire de la Bretagne et... rien. On s'attend pourtant à une référence évènementielles, un ou des faits... Mais non; faut-il comprendre que tout le monde sait que la Bretagne à été annexée et donc que son autonomie coule de source... On sent là aussi une gène qui empêche de parler, de dire....
2) Joël Cornette marque un tournant dans l'intérêt des Bretons à s'exprimer sur le sujet justement grâce à son statut d'historien reconnu... Or personne sauf erreur de ma part parmi nos élus s'est inspiré de son travail pour rappeler à tous le statut effectif de colonie en ce qui concerne la Bretagne.
3) Indépendamment de Français très jacobins il y en à d'autres qui seraient certainement déstabilisés de connaître cette vérité et de fait probablement en colère contre le mensonge d'état, en ce que cela discréditerait encore plus la gouvernance Française.
4) Ne pas oublier aussi que des Bretons ont voté majoritairement pour l'accueil de la 3ème république. Leurs enfants, c'est-à-dire nous qui votons dans cette république, sont-ils prêts à entendre cette vérité historique?
5) Il faut pourtant que nos responsables se mouillent: une demande d'autonomie solide doit pouvoir s'appuyer sur une évolution naturelle et légitime pour les Bretons. Ce qui s'est passé sous Anne de Bretagne et après Elle est essentiel il me semble.
(1) 
Per Manac'h
2022-07-05 08:45:12
"Bretons" ne se mêle pas d'histoire, "Bretons" révise l'histoire et se fait, comme son propriétaire "Ouest-france", la voix de la France en Bretagne !
(1) 
pierre daniel
2022-07-05 13:18:13
demat deoc'h holl
au vu de la décadence du système jacobin ,il n'y a pas d'autres alternatives pour la Betagne que l'indépendance .
cela sera quasi impossible pour la France de remonter la pente,les jacobins sont englués dans leur idéologie mortifère et feront perdurer leur système jusqu'à la nausée .
Il n'y a pas de nations éternelles ,cela n'a jamais existé et n'existera jamais
Les nations sont comme toutes choses régies par une loi universelle : S' ADAPTER OU DISPARAITRE Les jacobins refusant de changer, deviennent psycho rigides et finiront par disparaitre .
Mais craignont que cela se fasse dans un chaos total.
soyons vigilents et a distance et nous pourrons reprendre notre place dans le concert des nations
a galon
(3) 
François
2022-07-07 01:47:19
Voici la plaque commémorative de "l'union" bien mise en valeur quand on entre dans la cour du château des ducs de Bretagne à Nantes
(voir le site)
deuxième illustration
(0) 
Fabien Renaud
2022-08-17 11:31:21
Un syndrome bien connu dans la presse. L'idée dominante d'un actionnaire finit toujours par déteindre sur les journalistes, y compris les plus éloignés, à l'origine, des positions de l'actionnaire. Sans aller forcément jusqu'à subir des pressions explicites, ces journalistes finissent par baisser la garde. Usure, forme de paresse ? Ils finissent par s'autocensurer et par capituler. Le vrai magazine Bretons est mort avec l'arrivée de Ouest-France aux manettes, c'est un fait.
(1) 
pascal rannou
2022-08-20 18:28:23
Et puisqu'on en est au chapitre du révisionnisme, voici les focus sur l'histoire de Bretagne que proposent OF et "Bretons" cet été:
(voir le site)
(voir le site)
(voir le site)
Pontkallek n'était certes pas le héros qu'en a fait la légende, mais qualifier Anne de "fantoche" semble très orienté... On attend avec impatience ce qu'OF/Bretons vont dire de Conlie: simple propagande nationaliste, avec seulement 143 morts, comme l'écrit J. Rohou dans "Fils de ploucs", tome 1 (p. 423, éd. de poche)? J.Cornette, quant à lui, évoque plusieurs milliers de morts ("Histoire de la Bretagne et des Bretons", vol. 2, éd. de poche, p.374).
(0) 
pascal rannou
2022-08-21 08:59:15
Digarezit, n'eo ket paseet al liammoù: graet eo o 7 posupl gant OF/Bretons evit izellaat tud brudet istor bzh ha e zarvoudoù euzus:
(voir le site)
(voir le site)
(voir le site)
(voir le site)
(0) 
Per Vari Kerloc'h
2022-08-23 10:08:05
Bretons édicte ses vérités et refuse toujours de répondre aux courriers. Les qualifier de journalistes est une fumisterie. Ils méprisent la déontologie de la profession. Il faudrait bien plus d'articles comme celui-ci pour dénoncer le parti pris, l'approximation, l'amateurisme et la prétention de la rédaction.
(0) 
ANTI-SPAM : Combien font 7 multiplié par 5 ?
Cet espace est un lieu de débat. Les attaques personnelles ne sont pas autorisées. Le trolling est interdit. Les lois contre le racisme, le sexisme, et la diffamation doivent être respectées. Les pseudos sont tolérés mais ne sont pas encouragés.
MERCI DE RESPECTER LA LANGUE DE L'AUTEUR de l'article et donc des lecteurs. Les articles écrits en français doivent être commentés en français, les articles écrits en breton doivent être commentés en breton. Cacophonie ? Merci de ne pas mélanger les langues dans le même commentaire, sauf pour la traduction intégrale du commentaire.