Le nouveau STARTIJENN "Talm ur galon" !
Chronique de Culture et celtie

Publié le 7/04/22 10:29 -- mis à jour le 07/04/22 15:26
"Talm ur galon - Le battement d’un cœur" CD STARTIJENN - Talm ur galon
54861_1.jpg
STARTIJENN

« La Bretagne est méconnue », déplore Tanguy OILLO, invité de Baptiste MEBROUK, au micro de France Bleu Breizh Izel.

« La Bretagne est sous représentée, à notre goût », ajoute, sur France Bleu Armorique, Julien STEVENIN, reçu par Glenn JEGOU.

Toutes nos newsletters et tous nos agrégateurs sont gratuits ! Abonnez-vous !

En effet, hors Armorique et hexagone, ce sont plus que des impressions, des constatations largement partagées par tous les membres de ce groupe emblématique de la transe bretonne qui se produit, aussi, régulièrement à l’étranger, parfois en suivant un « circuit Folk-Music », nommé, parallèlement, par les anglo-saxons, Indie-Music ou Roots Music, appellations évoquant, ainsi, toutes les musiques du monde enracinées et souvent chantées en langues vernaculaires.

Dans cette catégorie, pourtant, la Bretagne est peu présente et sa localisation perçue d’autres pays, demeure assez inconnue.

C’est, aussi, dans ce contexte, qu’au-delà de sa réelle et référente notoriété en Bretagne et sur le territoire national (Picardie, Normandie, Paris, Lyon, Toulouse…), la formation dont l’A.D.N. est et reste le fest-noz, souhaite, également, en dehors du strict cadre de la danse où elle excelle, exporter ses créations en devenant, en quelque sorte, un porte-drapeau identitaire de la musique et de la culture bretonne, lors de ses prestations données à travers le monde.

Il faut noter qu’avant la crise sanitaire de 2020, les cinq musiciens se sont produits, en formule concert, jusqu’en Australie, en passant, entre autres pays, du Danemark, Allemagne, Espagne, Pologne, à la Chine ou l’Indonésie (Ile de Bornéo)…

C’est, notamment, en s’inscrivant dans cette perspective artistique et identitaire à l’international que, sous un jour nouveau, vous allez découvrir STARTIJENN (énergie, en breton) groupe que vous avez, sans aucun doute, reconnu d’entrée, rien que par la mention des susnommés guitariste et bassiste.

Créant, sur des bases traditionnelles et avec un son bien spécifique, une identité musicale bretonne actuelle et incisive, la formation reste, à la fois, grand public, sans qu’il y ait de rupture stylistique avec ses créations antérieures, mais prolongation et étendue de son spectre musical, pouvant aller jusqu’à quelques phases expérimentales qui transcendent, plus particulièrement, le registre de certaines interventions des instruments traditionnels.

« Talm ur galon - Le battement d’un cœur », tel est le titre d’une prochaine tournée, en formule concert, destiné, également, aux déplacements hors de Bretagne. Un spectacle qui sera, en quelque sorte, mise en scène par le regard extérieur de Sylvain GIRAULT.

Celle-ci est précédée par la parution, le 8 avril 2022, d’un album de 10 titres taillés, avec une esthétique nouvelle, pour la scène et, bien évidemment, toujours, pour la danse.

9 compositions du groupe et une reprise constituent le programme, plus qu’énergique, de ce 7ème opus, tout à fait conforme au nom du groupe. Ecouté à bon, voire ample volume, ce Compact-Disk que nous vous présentons, au travers de cette chronique, restitue, grâce à un enregistrement irréprochable, une ambiance « live », toutefois bénéficiant d’une qualité d’écoute parfaitement structurée.

Produit par Paker Pod, distribué par Coop Breizh, le disque a été enregistré dans les Monts d’Arrée, au Studio Streat ar Skol, à Saint Cadou (Voir site) et mixé à Brest, par Ludo MESNIL et Tangi OILLO. Le mastering est signé de Bruno GRUEL (Voir site) Félicitations à tous, pour ce « gros » et, surtout, « bon » son, clefs de voûte indispensable à la couleur rock et à la puissance musicale volcanique de STARTIJENN !

Pour les musiciens, nous retrouvons, les trois copains bretonnants du collège Diwan du Relecq-Kerhuon, près de Brest, alors âgés de 13 ans et fondateurs du groupe, en avril 1997.

- Tangi OILLO : Guitare,

- Youenn ROUE : Bombarde et voix,

- Tangi LE GALL CARRE : Accordéon diatonique, membre, dès 1998,

et, bien sûr :

- Julien STEVENIN : Basse, membre depuis 2011,

- Lionel LE PAGE : Binioù et uilleann-pipes, membre depuis 2013.

Cette distribution met en exergue une spécificité instrumentale du groupe, celle de posséder, en son sein, sur une base rythmique musclée, basse et guitare, un emblématique couple de sonneurs biniou/bombarde, bien représentatif des fondements musicaux bretons.

Pour l’enregistrement de « Talm ur galon - Le battement d’un cœur », STARTIJENN a invité, sur 5 morceaux et le batteur, Jean-Marie NIVAIGNE. Passionné par les rythmes et cultures du monde pratiquant l’accompagnement de la danse, (Régions de France, Maroc, Algérie, Mali, Corée, Inde, Argentine, Brésil…) ce musicien a, entre bien d’autres, collaboré avec Sylvain, GirO, Erik MARCHAND, HAMON-MARTIN Quintet, KREIZ BREIZH AKADEMI #3, Gilles SERVAT...

Pour marquer ce « jour tout neuf, inattendu », comme le mentionne la fiche de presse qui accompagne cette nouvelle parution, il fallait que la jaquette qui contient le CD soit, aussi, par son image, son design, différente et évocatrice d’une certaine évolution artistique souhaitée par le groupe.

Une élégante sobriété a été privilégiée, avec une conception graphique, signée de Gwenael OILLO et des photos de l’incontournable et talentueux Eric LEGRET.

Le digipack cartonné, se développant en triptyque, présente en première de couverture, dans une ambiance, quelque peu, « Blues Brothers », une déambulation latérale des cinq musiciens, en costume, cravate et lunettes noires, voire pour Julien STEVENIN, chapeau.

Un STARTIJENN Inattendu, non ?

Réalisée d’après un cliché d’Eric LEGRET, l’image collective du groupe au noir saturé et au blanc translucide, s’incruste sur un fond rouge et nuancé de gris qui, dans un rapport 2/3 - 1/3 scinde horizontalement, la première de jaquette. Très discrètement, en haut et à gauche, comme une étiquette Dymo, lettrée en rouge sur fond noir… Le nom du groupe. Juste, en dessous, en simple lettrage noir : Le titre du disque.

En interne, au fond plus « acier », sur le panneau de gauche, toujours en lettrages type Dymo, blanc sur fond noir, ou, selon les lignes, l’inverse, est répertoriée la distribution technique et la production. Sur le pan de droite, sont mentionnés les noms des musiciens, les crédits et les remerciements.

Sur ce même volet, mais, cette fois, replié, figure une photo du groupe, de même texture graphique que le cliché de façade.

Le Compact Disk, harmonisé aux couleurs rouges et noires de la charge graphique du projet apparaît comme un vinyle 45 tours, 4 titres, avec son large trou central, son étiquette rouge, composée à l’ancienne et sa noire surface dédiée à l’enregistrement analogique où est simulée la trace de deux plages de microsillons.

On est en droit de me reprocher, au cœur de cette chronique, cette longue description du « contenant », mais je trouve que l’effort artistique graphique entrepris, comme ici, STARTIJENN, par nombre d’artistes, se doit d’être salué. Un bel objet ne peut que servir… de la bonne musique et un support musical physique bien présenté est, quand même, plus chaleureux et mieux documenté que des fichiers numériques, par ailleurs, diffusés par Believe.

Il faut savoir s’arrêter sur tous les noms des musiciens, techniciens, communicants producteurs, distributeurs qui construisent, pour notre plaisir, le plaisir, le rêve…

Quant à la charge graphique, elle semble, comme à nous, importante pour STARTIJENN, car étroitement liée au projet. Pour preuve, tout en nuances de gris, le sobre clip de « Skilfoù an noz - Les griffes de la nuit », sorti le 21 mars et réalisé par Yannick DERENNES, assisté de Stéfan GIRRES, avec ses images épurées, la respecte scrupuleusement.

A ce sujet, la production précise :

« La sobriété de la mise en scène est renforcée par l’esthétique de noir et blanc, en lien avec la direction artistique de l’album et des photos réalisées pour celui-ci ».

Il est temps, d’en venir au contenu… à la musique.

Je peux vous dire que, d’entrée, on n’est pas déçu !

C’est le titre éponyme qui ouvre le programme. Après une frissonnante introduction spectrale et des timbres d’inspiration électro joués à la basse, la bombarde, de quelques notes, devance l’accordéon qui, sur une base rythmique guitare et basse, vient souffler une fort enjôleuse, envoûtante, mais inquiétante mélodie. Dans cette atmosphère nocturne, nous semblons presser le pas…

A mi-parcours, un battement de cœur samplé introduit la voix de Youenn ROUE qui, tour à tour chuchote, scande, puis clame dans une langue bretonne bien timbrée, un texte aussi noir que porteur d’espoir, corroborant les primes intentions du propos musical :

- Talm ur galon.

« Dindan gouleier yen ar straedoù, korfoù goullonderet

O anal a dreuz prenester mein-bez bras ar vered

neoù marnaoniet ha dremmoù masklet ur boblañs hag a glemm

Danvez rust ar riblennoù gleborek ha klouar a gren

Pazenn ha pazenn, kammed ha kammed

Ar spi zo tec’het dindan zouar da glask kuzh

Da zisoñjal trouz skiltr lerenn sklas ar skourjez a stlak a-us

Mein ha beton faoutet ha frailhet a lez da vont

Trouz un dasson, trouz un dasson

Talm ur galon, talm ur galon ».

- Le battement d’un cœur

« Sous les lumières blafardes des rues, des corps étripés

Leurs souffles passent au travers des fenêtres des grandes pierres tombales du cimetière

Des âmes affamées et des visages masqués d’une population qui souffre

Sur la texture rugueuse des trottoirs humides et tièdes qui tremblent

Marche après marche, pas à pas

L’espoir a fui dans les sous-sols de la ville pour s'y réfugier

Afin d’oublier le son perçant de la lanière glacée du fouet qui claque au-dessus

Pierres et béton, fissurés et fendus laissent passer

Le bruit d’une résonance, le bruit d’une résonance

Le battement d’un cœur, le battement d’un cœur ».

Ce texte, écrit originellement, en breton, avec sa traduction en français, figure, comme celui de « Skilfoù an noz », sur un encart plié et inséré dans la jaquette. Son fond « acier », présente, en recto-verso, toujours inscrites dans l’esprit de la charge graphique sus-décrite, deux « photographismes » du groupe.

Suivant, en plage 2, « Skeulenn Richter - Gamme de Richter », un plinn, très dense, très danse, très transe, éclairé par le fin et alerte jeu de batterie de Jean-Marie NIVAIGNE qui dialogue, notamment avec le couple de sonneurs ROUE/LE PAGE et l’entêtant accordéon de Tangi LE GALL CARRE, voici « Mojenn Alan Torrboc’h - La légende d’Alan Torrboc’h » et la magnifique et prenante intervention de Lionel LE PAGE, cette fois, à l’Uilleann-pipes.

Cette présente version studio est beaucoup plus concentrée que celle de plus de 11 minutes, enregistrée au festival des Vieilles Charrues, sur l’EP « STARTIJENN et Cyril ATEF » (2020), avec ses digressions rythmiques et interactives, bien à propos, sur scène et, de plus, en présence d’un remarquable batteur et percussionniste invité.

Ici, on reste dans la tradition de la gwerz, avec prédominance du couple Uilleann-pipes/Accordéon diatonique, sur picking de guitare. En tous cas, un très bel et émouvant moment.

Après sa sortie en EP, le 7 mars, et je l’ai évoqué plus haut, la récente réalisation d’un clip, dont il fait l’objet, mais aussi, une deuxième fois présent, en version « Radio-Edit », sur la dernière plage de ce CD, voici « Skilfoù an noz - Les griffes de la nuit ».

C’est visiblement le morceau « promo » de « Talm ur galon ».

Pour les inconditionnels du rap, et ils sont très nombreux (En 2021, le rap français se taille la part du lion dans le top 10), ils seront comblés.

J’ai, pour ma part, préféré la « partie instrumentale » et sa rythmique rock, avec, en premier lieu, l’époustouflant solo de biniou qui va chercher des aigus extrêmes, habituellement, propres aux envolées des guitar heroes. Quelle performance !

Par contre, lisez avec grande attention l’édifiant texte écrit, comme un vibrant manifeste, par le bretonnant Youenn ROUE qui, après avoir confirmé, au nom du groupe, le viscéral attachement de STARTIJENN au fest-noz, à la danse, aux danseurs et à la langue bretonne, rend, musicalement, hommage au feu et légendaire guitariste Jacques PELLEN et au plus que vivant accordéoniste diatonique, Fred GUICHEN, co-créateur du groupe Are Yaouank (A.R.Y.), dans les années 90.

[.../…]

Pobl a zañs zo kreñv evel ur panzer

An dañser zo priziusoc’h ‘vit kant mil stream

Ur skoed a-dal d'ar c’haoc’h a strev an ardivink

Selaou ‘ta Jacques hag e c’hwec’h kordenn strink

Nerzh an hengoun a vir ur strakell diouzh an tuning

Paket e vi etre skilfoù an noz

'vel gant Freddy gant A.R.Y ».

[.../…]

[.../…]

« Ni zo ‘tal sal ar fest ha prest d’he deviñ

Ivin ma biz kreiz a gresk da vout ur skilfenn

Ni ‘vo ar re o bounto ‘tal dor an Ifern ».

[.../…]

« Un peuple qui danse est puissant comme un panzer

Un danseur est, pour nous, plus précieux que cent mille streams

Il est un rempart face à la médiocrité que nous crache la machine

Écoute donc Jacques et ses six cordes de cristal

La force de la tradition nous préserve de la misère culturelle

Tu seras prisonnier des griffes de la nuit

Comme avec Freddy dans A.R.Y. »

[.../…]

[.../…]

« Nous sommes en face de la salle de concert, prêts à y mettre le feu

L'ongle de mon majeur pousse jusqu'à devenir une griffe

Nous serons ceux qui pousseront l'Ankou jusqu'aux portes de l'enfer ».

Plage 5, « Backpaker » : Electrique, puissant, endiablé, avec une belle ligne de basse de Julien STEVENIN, sur une base de jig irlandaise, le thème s’accélère…

Après, « Dor an Ifern - Porte de l’Enfer », où le précédent suraigu biniou de « Skilfoù an noz » retrouve, ici, des notes bien plus graves que son registre habituel, grâce à l’ajout de clefs, sans doute, dans les profondeurs d’un enfer, pourtant bien agréable à écouter, on accède, en piste 7, à la seule reprise de l’album…

STARTIJENN rend hommage, nous en parlions dès l’orée de cette chronique, aux musiques folk du monde entier en reprenant « Lady L », un morceau de SHAKTI, groupe de musique indienne des années 70, qui avait enregistré ce morceau avec John Mac LAUGHLING et Zakir HUSSAIN.

Une créative transposition, en une danse du Pays de Redon : La ridée 6 temps. Là, encore, sur une belle ligne de basse, tous les instruments s’expriment largement, dans une approche scénique incontestable.

Le communiqué de presse semble cautionner notre ressenti :

« Dans la reprise Lady L, Tangi Le Gall-Carré surprend par son jeu et la texture sonore de son accordéon doublé avec saturation, renforce ainsi le côté live et brut ».

Puis, tradition oblige, comme le précise, au micro de Glenn JEGOU, Julien STEVENIN, « Sur chaque album de STARTIJENN, il y a, toujours une valse ». Celle-ci figurait, enregistrée en public, en plage 9 du CD « STARTIJENN Paker Tour Live » (Notre chronique) .

La voici, à présent, en version studio, c’est : « Typhaine », menée sur de virevoltantes et légères spires mélodiques.

Piste 9 réel dernier morceau, avant le « Radio Edit » de « Skilfoù an noz - Les griffes de la nuit », avec « Danvezh-Tarz - Matière explosive ».

Au début de cette pièce, la mèche se consume progressivement, en trio guitare-accordéon-basse, puis la matière prend vives flammes avec l’arrivée des sonneurs, avant d’exploser dans une énergie très rock, au final quasi-métal.

A noter, aussi, certes, dans un tempo et une notation différents, à 02:15 et 05:02, une petite parenté mélodique avec « Vie, violence », de Claude NOUGARO, nous semble perceptible.

Avec ce nouvel album « Talm ur galon - Le battement d’un cœur », STARTIJENN réussit, une fois encore, à faire battre notre cœur jusque dans nos veines.

On reçoit de plein fouet la puissance et la ferveur de sa musique, de son « gros son », toutefois, ciselé, qui, de ce fait, n’altère, en aucun cas, les fort nombreuses subtilités mélodiques et instrumentales particulièrement travaillées qui concourent à produire un opus de grande qualité, au sein duquel, STARTIJENN repousse, même, les limites des instruments traditionnels.

Amis danseurs, soyez rassurés, même si la forme peut surprendre, voire, dérouter, la majorité des morceaux reste praticable à votre expression corporelle traditionnelle favorite.

STARTIJENN est un groupe qui sait parler, sur parquets, comme en salles de concerts, notamment, par l’entremise de ses fondamentaux dictés par la danse, aux corps et aux âmes des exigeants danseurs et auditeurs.

« Talm ur galon - Le battement d’un cœur », est un album à vivre, écouter et ré-écouter, de plein corps et de plein cœur et à pleine puissance sur votre platine, en prémices de la prochaine tournée de… STARTIJENN !

Gérard SIMON

Illustration sonore de la page : STARTIJENN - "Talm ur galon - Le battement d’un cœur" - (Extrait de 00:55).

D'autres extraits sonores sur Culture et celtie, l'e-MAGazine (Voir site)

Les titres du CD "Talm ur galon"

01 - Talm ur galon / Le battement d’un coeur - 04:50.

02 - Skeulenn Richter / Gamme de Richter - (Plinn) - 05:25.

03 - Mojenn Alan Torrboc’h / La légende d’Alan Torrboc’h - (Ballade) - 04:27.

04 - Skilfoù an noz / Les griffes de la nuit (Rond de Saint Vincent) - 04:38.

05 - Backpaker - (Jig) - 05:05.

06 - Dor an Ifern / Porte de l’Enfer - 03:39.

07 - Lady L - (Ridée 6 temps) - 04:17.

08 - Typhaine - (Valse) - 03:39.

09 - Danvez Tarzh / Matière explosive - (Kas a-barh) - 06:59.

10 - Skilfoù an noz - (Radio edit) - 03:25.

CD "Talm ur galon" - STARTIJENN

Parution : 8 avril 2022 - Réf : 4016462

Edité chez PAKER Prod (Voir site)

Distribué par Coop Breizh (Voir site)

Site Internet de STARTIJENN (Voir site)

© Culture et Celtie

Voir aussi :

0  0  
mailbox
imprimer
logo
« Culture et Celtie… le magazine » C'est le magazine en ligne des événements celtiques et artistiques en Presqu'île guérandaise et, d'ailleurs... Des 5 départements bretons... à la Celtie !
L'auteur a décidé de ne pas autoriser les commentaires pour cet article.