Put your name here

connexionS'accréditer | S'abonner | Se connecter | Faire un don
> Logo ABP
ABP e brezhoneg | ABP in English |
Le vent est aussi le pétrole breton
Le vent est aussi le pétrole breton
- Dépêche -
Le projet d’éoliennes flottantes au large de l’île de Groix avance bien
Un débat public a été lancé ce lundi 20 juillet, à Lorient. Il se poursuit jusqu’au 30 novembre.
Philippe Argouarch pour ABP le 10/09/20 13:59
Le reportage France 3 :
Réalisation :
(383 vues)
La vidéo du débat public :
Réalisation :
(383 vues)

Une soixantaine d’éoliennes flottantes de plus de 200 mètres de hauteur qui produiront 750 MW sont prévues entre Belle-Ile-en-Mer et Groix. Un débat public a été lancé en juillet à Lorient, il se poursuivra jusqu’au 30 novembre 2020.

A la différence des éoliennes de la Baie de Saint-Brieuc qui sont des pylônes fixés sur le fond, les éoliennes de ce projet sont des éoliennes flottantes. Les éoliennes flottantes peuvent être installées à plus grande distance des terres et plus vous êtes au large, plus le vent est régulier et souvent plus fort. L’impact visuel est moindre. Le trafic maritime est moins gêné. L’écosystème sous-marin n’est pas affecté. La pêche n’est pas affectée. Que du positif ? Pas totalement. Plus on est au large, plus la pose du câble de relais qui transporte l’électricité vers la terre coûtera. De plus sur de telles distances, le courant doit être d’abord transformé en courant continu pour éviter les pertes. Les installations vont aussi coûter plus cher.

Pour participer au débat public

Pour voir le communiqué de la région

Vous pouvez aussi participer à la rencontre : vendredi 11 septembre à la Cité des Congrès de Lorient à 18h (calendrier de toutes les réunions sur le site du débat).

Voir aussi :
logo
Philippe Argouarch est un reporter multi-média ABP pour la Cornouaille. Il a lancé ABP en octobre 2003. Auparavant, il a été le webmaster de l'International Herald Tribune à Paris et avant ça, un des trois webmasters de la Wells Fargo Bank à San Francisco. Il a aussi travaillé dans des start-up et dans un laboratoire de recherche de l'université de Stanford.
Voir tous les articles de de Philippe Argouarch
Vos 2 commentaires
loic le Sellin Le Lundi 14 septembre 2020 19:18
Le courant continu c'est une blague ! Les sections de cables doivent etre beaucoup plus grosses pour eviter l'echauffement !!! Par contre, pour exporter ce courant pour des standarts autres que francais, c'est le bon calcul (cf Hydro Quebec vers les Etats Unis)
(0) 

Emilie Le Berre Le Mercredi 16 septembre 2020 18:13
Je suppose que l'argument des emplois locaux est sorti ? Sauf que ça marche comme sur les navires : le carré d'officiers est "local" et le crew sont des travailleurs détachés.
C'est en partie comme ça en on-shore. Cela sera encore plus le cas en off-shore vu le coup au moins 3 fois plus élevé des installations.
Il y a une série danoise sur le sujet Follow the money", vous devriez y jeter un oeil, très instructif. C'est quelqu'un trés au fait du monde du "renouvelable" qui vous le dit.
(0) 

Commenter :
Votre email est optionnel et restera confidentiel. Il ne sera utilisé que si vous voulez une réponse d'un lecteur via email. Par exemple si vous cherchez un co-voiturage pour cet évènement ou autre chose.
ANTI-SPAM : Combien font ( 0 multiplié par 0) + 2 ?

ABP

Publier

Nous suivre

2003-2024 © Agence Bretagne Presse, sauf Creative Commons