Le Rayon vert : un train de coûteuses économies écologiques
Enquete de Louis-Benoît Greffe

Publié le 27/12/11 1:47 -- mis à jour le 00/00/00 00:00

La région Pays de Loire ne manque pas une occasion de faire parler d'elle, ni de faire de la communication sur les thèmes si à la mode de l'innovation économique et de l'écologie. Les réalisations doivent être édifiantes, innovantes et utiles. Quoi de mieux qu'un train pour donner corps à l'identité rêvée des Pays de Loire, un territoire qui serait celui de l'innovation écologique.

Toutes nos newsletters et tous nos agrégateurs sont gratuits ! Abonnez-vous ! (voir le site)


Ainsi, en février 2011, une rame TER à deux niveaux de modèle Z24500 dénommée Rayon Vert a été mise en circulation sur les lignes de Nantes à Saint-Nazaire, Nantes au Mans et Le Mans à Laval. Cette rame très particulière est, selon le communiqué de presse de la Région Pays de Loire, « un concentré d'innovations ».

En effet, la toiture de la voiture intermédiaire est équipée de cellules solaires à haut rendement (22 % et non 21 % comme l'indique le communiqué de presse) qui alimentent son éclairage ; toute la rame est équipée par des diodes électroluminescentes (LED). Les graisseurs de boudin de roues sont guidés par GPS et activés uniquement dans les courbes, pour réduire la consommation de graisse et limiter le risque d'essieux surchauffés. Enfin, les voitures sont équipés de tablettes tactiles multimédia et les tissus recouvrant les sièges sont estampillés Altertex : plus légers que les produits homologues sur le marché de 20 %, ce sont les premiers sièges ferroviaires répondant aux critères du développement durable.

Les innovations sont fabriquées et conçues par des entreprises du territoire des Pays de Loire, essentiellement d'Anjou et du Maine. La région prend ainsi part à la bataille du haut rendement (voir le site) des panneaux solaires, menée au niveau mondial par l'Allemagne et le Japon, la Chine jouant la carte du bas coût. C'est la mise en œuvre de cette fameuse « croissance verte ».

Dans le cadre du Cluster In'Energie Pays de la Loire, la Région des Pays de la Loire finance le projet «Rayon vert » à hauteur de 450.000 € (soit 63 % du montant global de plus de 716.000 €) aux côtés de la SNCF. La rame est améliorée au Centre d'Ingénierie et du Matériel (CIM) basé au Mans.

Cela est juste et bon, mais quelles sont les économies ainsi dégagées ? Cellules solaires et LEDs combinées, l'économie prévue est de 16 kilowatts/heure par jour. Ce qui revient à 2 ou 3 € au tarif bleu, sans doute un peu plus puisque les lignes ferroviaires sont raccordées sous haute tension. Quoi qu'il en soit, à ce train là, il va falloir plusieurs siècles pour rentabiliser l'investissement de 450.000 €, d'autant plus qu'il a lui-même été très probablement souscrit suite à un emprunt de la Région, celle-ci, tout comme les structures d'investissement qui en émanent, manquant notoirement d'argent ; ces emprunts seront détaillés dans un de nos prochains articles.

De plus, la région Pays de Loire veut réduire son empreinte écologique, expliquait M. Auxiette, président du conseil régional. Or, les cellules solaires sont des B 50 Solar cells, fabriquées par la compagnie américaine Sunpower, dont l'actionnaire majoritaire est Total. Cette compagnie est en train de construire une usine à Mexicali (Mexique) (voir le site) et a ses autres usines aux Philippines et en Malaisie à Batangas. Ces usines ont beau être exemplaires par leur construction, l'empreinte écologique pour faire venir les cellules n'est pas négligeable. Les spots LED sont principalement fabriqués en Chine et à Taïwan, (voir le site) même question. Dernier élément : le projet se veut la mise en œuvre de compétences régionales, ce qui n'est vrai qu'en partie puisque la majeure partie des produits sont importés et seulement transformés en Pays de Loire ; mais l'Alpha 3x est l'invention d'une entreprise bourguignonne, à Charlieu (voir le site)


À en croire le milieu cheminot, le projet « Rayon vert » connaitrait un échec sans ambigüité. L'expérience ne devait durer que huit mois au demeurant, de février à octobre 2011. Une rame Rayon Vert a été aperçue mi-décembre remisée sur les voies de l'avant-gare d'Angers, preuve qu'elle circule encore. Quand on se met à chercher sur la Toile des résultats tangibles du Rayon Vert, on ne trouve que des articles pour la promotion de cette expérience et un PDF de 16 pages du dossier réalisé par la société VilleRail et Transports communication pour son magazine. En matière de train « écologique » les Pays de Loire sont à la traîne… de la région Poitou-Charentes qui a investi 5 millions d'euros pour la construction d'un centre de maintenance à Saintes et conçu une rame dont le toit est recouvert de panneaux photovoltaïques qui circule depuis 2010 (voir le site)

Économies négligeables, empreinte écologique considérable, étant donné l'import de pièces fabriquées à l'autre bout du monde, la croissance verte dont le train Rayon Vert se fait le symbole manque à la fois de pragmatisme économique tout en souscrivant à ses dérives : délocalisation des productions et utilisation du bas coût des travailleurs de l'Asie. Ce projet digne du Sottisier dilapide l'argent public, sacrifie aux lieux communs de l'écologie politique et se place dans la continuité de la communication mégalomaniaque et désordonnée d'une région à l'identité artificielle, qui ne sait que faire pour se faire remarquer, entre la diversivie (voir le site) et l'ambassade en Inde ( voir l'article ). La communication représente chaque année plus de 20 millions d'euros de dépenses, en augmentation croissante (voir le site) … pour un résultat proche du néant…


Louis Bouveron

Document PDF 110204_cp_mise_en_circulation_rayon_vert[1].pdf Communiqué de presse relatif au train Rayon Vert (février 2011). Source : Région Pays de Loire
Document PDF b50solarcell.pdf Caractéristiques techniques de la cellule B50 Solar Cell. . Source : Sunpower Company
Voir aussi :

mailbox
imprimer
Cet article a fait l'objet de 1907 lectures.
Délégué départemental de la SPPEF (Société pour la Protection des Paysages et de l'Esthétique de la France), association d'utilité publique qui a pour but de défendre, depuis sa création en 1901, le patrimoine historique, architectural et naturel français.
Vos 2 commentaires
  jacques nantais
  le Mardi 27 décembre 2011 11:30

20 millions d'euros par an, ça fait 5 euros par ligérien et par an !
houlala c'est le scandale du siècle ;o)
(0) 
  Louis Le Bras
  le Mardi 27 décembre 2011 15:21
"20 millions d'euros par an, ça fait 5 euros par ligérien et par an !"
20.000.000 divisé par 5 euros = 4 millions de "ligériens".
C'est merveilleux, il y a donc 574.000 "ligériens" cachés !
Peut-être se sont ils cachés au fond de la Loire ? Ou alors l'Indre-et-Loire ou le Morbihan ont été rattachés à la région la nuit dernière par décret ??
Et sinon c'est vraiment merveilleux : les nourissons, enfants , pauvres et chomeurs sont donc imposés en Pédélie !
Le seul pays où chaque habitant est imposable, où chaque habitant est imposé.
Merci pour ces statistiques "soviétiques" !
A cette allure, on pourrait faire venir 4 millions de non-imposés, et on arriverait à une moyenne de coût de la propagande par habitants de... 2,5 euros !!!...
Il y aurait peut-être même de quoi payer une page de pub entière dans Ouest-France pour montrer tous ces merveilleux efforts en matière de dépenses-propagande !
Allez, encore un petit effort, et demain en Pédélie il y aura + d'électeurs que de citoyens !!
On est plus à une statistique soviétique prés !
(0) 
ANTI-SPAM : Combien font 3 multiplié par 9 ?
Cet espace est un lieu de débat. Les attaques personnelles ne sont pas autorisées. Le trolling est interdit. Les lois contre le racisme, le sexisme, et la diffamation doivent être respectées. Les pseudos sont tolérés mais ne sont pas encouragés.
MERCI DE RESPECTER LA LANGUE DE L'AUTEUR de l'article et donc des lecteurs. Les articles écrits en français doivent être commentés en français, les articles écrits en breton doivent être commentés en breton. Cacophonie ? Merci de ne pas mélanger les langues dans le même commentaire, sauf pour la traduction intégrale du commentaire.