Put your name here

connexionS'accréditer | S'abonner | Se connecter | Faire un don
> Logo ABP
ABP e brezhoneg | ABP in English |
- Conference -
Les militants des .bzh .cym et .gal se réunissent en Galice
es militants des extensions Internet pour la Bretagne, la Galice, le pays Basque et le Pays de Galles doivent se réunir en septembre à Santiago de Compostela (Galice) pour examiner la possibilité d'une coalition d'offres pour les administrateurs du réseau Internet mondial. Ils ont été inspirés par le succès retentissant
Mikaël Le Bihannic pour Skol-Uhel Ar Vro / Institut Culturel de Bretagne le 14/08/07 17:40

Traduit de Eurolang (voir le site)

Les militants des extensions Internet pour la Bretagne, la Galice, le pays Basque et le Pays de Galles doivent se réunir en septembre à Santiago de Compostela (Galice) pour examiner la possibilité d'une coalition d'offres pour les administrateurs du réseau Internet mondial.

Ils ont été inspirés par le succès retentissant du domaine « .cat » pour les sites Web catalans. Une augmentation de 33% de l'utilisation de la langue catalane sur le Web a été observée depuis qu'il a été mis en application l'année dernière, avec plus de 22 000 sites Web en utilisant le « .cat ». Amadeu Abril, le chef de la campagne pour le « .cat » a été très actif en conseillant et en soutenant les autres pays.

Les campagnes en Bretagne, Galice et Pays de Galles ont toutes connues un franc succès, non seulement en recevant un soutien considérable, mais aussi en remplissant leurs objectifs d'être indépendant de tout partie politique. Les trois campagnes ont évité la polémique qui se produit souvent quand les pays qui n'ont pas leur propre Etat tentent de gagner des formes de statut indépendant.

Près de 15 000 signatures ont été rassemblées par la campagne bretonne pour le « .bzh » et Nicolas Sarkozy s'est déclaré en faveur de celui-ci. En Galice, le Partido Popular (le parti conservateur espagnol) a prêté son appui au « .gal ». Bien que les campagnes aient été très actives, il n'y aura pas d'application s'il y a opposition de la part des différents gouvernements.

Au Pays de Galles tous les partis présents à l'Assemblée nationale soutiennent le « .cym », et le Ministère du commerce et de l'industrie du gouvernement de Londres a déclaré qu'il « ne voient aucune raison pour s'opposer à l'application du .cym » à condition que des mesures soient prises pour empêcher « cybersquatting » - cette pratique malveillante consistant à reprendre des noms de sites semblables à ceux de célèbres marques ou entreprises.

Le Pays de Galles a gagné un statut officiel pour sa langue au cours des 30 dernières années, cependant beaucoup de locuteurs de Gallois considèrent encore que l'anglais est la seule langue de la technologie de l'information de la même manière que l'anglais était considéré dans le passé comme la seule langue de l'éducation, de la radiodiffusion et du gouvernement. Selon Dewi Bryn Jones, de l'association pour des logiciels en Gallois, l'espoir est que le « .cym » vienne s'ajouter à l'attente des gens de voir du Gallois à l'écran. Eurolang 2007 (voir le site)

Campagnes pour les noms de domaine: Galice: (voir le site) Flandres: (voir le site) Bretagne: (voir le site) Ecosse:www.dotsco.org Pays de Galles: (voir le site) Administration du réseau Internet mondial: Internet Corporation for Assigned Names and Numbers: (voir le site)

Voir aussi :
Cet article a fait l'objet de 2743 lectures.
L'Institut Culturel de Bretagne est chargé de développer et de diffuser la culture bretonne "sous toutes ses formes" depuis 1981. La pluridisciplinarité, qui fait de l'institut une "université populaire de la culture bretonne" se traduit par une organisation en dix-sept sections.
Voir tous les articles de Skol-Uhel Ar Vro / Institut Culturel de Bretagne
Vos 0 commentaires
Commenter :
Votre email est optionnel et restera confidentiel. Il ne sera utilisé que si vous voulez une réponse d'un lecteur via email. Par exemple si vous cherchez un co-voiturage pour cet évènement ou autre chose.
ANTI-SPAM : Combien font ( 8 multiplié par 3) + 2 ?

ABP

Publier

Nous suivre

2003-2024 © Agence Bretagne Presse, sauf Creative Commons