Put your name here

connexionS'accréditer | S'abonner | Se connecter | Faire un don
> Logo ABP
ABP e brezhoneg | ABP in English |
- Lettre ouverte -
Lettre ouverte à Madame A Huchet, Présidente de la Communauté de Communes de Belle-Ile
Belle-Ile dont la biodiversité et la vie à l'année sont encore à peu près préservées, est particulièrement menacée depuis plusieurs mois suite à une spéculation massive. C'est la destruction active d'écosystèmes, d'une vie économique et sociale à l'année par une tension immobilière maximale, c'est la pénalisation progressive de l'agriculture et de la pêche, secteurs vitaux et traditionnels ici. Cela pour soutenir une croissance qui n'a plus de sens, pour développer encore davantage sur une île saturée en déchets avec capacité d'enfouissement atteinte, et en réserves d'eau limitées, un tourisme "haut de gamme" et les voyages d'affaire qui privilégient l'avion au ferry. C'est pourquoi 9 associations demandent à la Présidente de dire quelle est sa vision concrète de l'avenir de Belle-Ile et ses habitants humains et non humains, et quels sont les moyens concrets pour la mettre en œuvre.
MICHELINE LOCKWOOD-DAUMAS Par Gerveur da viken le 2/07/21 12:40

Collectif Ile Fertile & Solidaire Le 23 Juin 2021

Association Préserver l’Identité Environnementale de Belle Ile en Mer

Attac Pays de Vannes

Association le Cap des Possibles

Association Alors on s’bouge

Collectif Contre l’Antenne Relais du Bourg de Bangor

Association Gerveur da viken

Collectif Dolmen des Possibles

Association La Bruyère Vagabonde

LETTRE OUVERTE

A Madame Annaïck HUCHET, Présidente de la Communauté de Communes de Belle-Ile

A Madame Annaïck HUCHET, Maire de Bangor

Belle-Ile dont la biodiversité (jugée encore exceptionnelle sur le territoire breton) et la vie à l'année sont encore à peu près préservées, est particulièrement menacée depuis plusieurs mois suite à une spéculation massive:

-sur ses lieux emblématiques:

La Citadelle par Paris Society,

Castel Clara et hôtel du Grand Large par Paris inn Group,

Ancien Hopital démoli pour transformation en résidence St Louis pour appartements de standing par Icade : studio à partir de 171,000€,

Le quartier des Affaires Maritimes démoli pour résidences secondaires par Réalités « l’intelligence des territoires » : résidences secondaires à plus de 6200€ le m²,

Le petit camping familial de Kernest transformé en Terra Lodges Resort…

-sur ses terres:

SARL Pénécam, promoteur nantais, pour un lotissement ultra-compact de résidences secondaires à 300€ le m² constructible, dernièrement des zones Natura 2000 entre autres par le milliardaire Christian Latouche pour des vignobles et implantations de multiples antennes 4G à potentiel 5G..

-en mer:

parc de 60 éoliennes de 260m de hauteur entre Groix et Belle-Ile.

- dans le ciel:

par un aérodrome surchargé en été et la mise en place de liaisons régulières Brest et Vannes-Belle-ile par la compagnie Finist'Air en lien avec Salaun Holidays.

Sous les yeux de nos élus et parfois avec leur soutien :

C'est la destruction active d'écosystèmes (prairies encore classées patrimoine rural remarquable, nombreuses espèces protégées), c'est la destruction active d'une vie économique et sociale à l'année par une tension immobilière maximale (plus aucun logement n'est accessibles aux travailleurs à l'achat ou en location à l'année), c'est la pénalisation progressive de l'agriculture et de la pêche, secteurs vitaux et traditionnels ici.

Pour soutenir une croissance qui n'a plus de sens, pour développer encore davantage sur une île saturée en déchets avec capacité d'enfouissement atteinte, et en réserves d'eau limitées, un tourisme "haut de gamme" et les voyages d'affaire qui privilégient l'avion au ferry.

L’avenir de Belle-Ile dépend de votre réflexion en tant qu’élus et de vos choix. C'est pourquoi nous vous demandons, en tant que Présidente de la Communauté de Commune de Belle-Ile et Maire de la commune de Bangor sur laquelle se situe l’aérodrome, de dire quelle est votre vision concrète de l'avenir de Belle-Ile et ses habitants humains et non humains, et quels sont les moyens concrets pour la mettre en œuvre.

Dans l’attente de votre réponse, nous vous prions de recevoir, Madame la Présidente, l’assurance de notre considération distinguée.

Pour le Collectif Ile Fertile & Solidaire, Rue du Pont Orgo, 56360 LE PALAIS,

ile-fertile-et-solidaire [at] gozmail.bzh

Document PDF 52921-lettreouvertepresccbi.pdf Lettre ouverte à Madame la Présidente de la Communauté de Communes de Belle-Ile-en-Mer. Source : association gerveur da viken
Voir aussi :
Association Bellîloise qui veut apporter informations, commentaires, analyses, réflexions sur des sujets considérés sous l'angle de l'insularité et de ce qui fait la spécificité de Belle-Ile. Elle s'intéresse à tout ce qui fait la qualité de vie, au développement judicieux de l'économie insulaire et à la protection de l'île.
Voir tous les articles de Gerveur da viken
Vos 2 commentaires
Pcosquer Le Samedi 3 juillet 2021 22:35
Setu petra vez kavet 'ba levr" REUNIFIER LA BRETAGNE " Région contre métropole? collectif Géographes de Bretagne. Pajennoù 140 / 141 emañ an arroudenn da heul : "Ainsi une véritable conurbation Nord Sud de plus d'un Million et demi d'habitants est en cours de constitution entre St Malo , Rennes, Nantes St Nazaire, La Roche sur Yon sans que rien ne s'y oppose. Pire elle semble souhaitée. Les aires urbaines de chacune de ces villes, encore bien séparées il y a 20 ans, entrent en coalescence.... Ainsi un front urbain se met en place selon le schéma décrit par la SDAU de Porto sur l'est de la région...
Dans le même temps , une conurbation littorale se met en place également sur la côte sud, reliant les agglomérations de vannes, Auray, Lorient, Quimperlé, Quimper. Ici il s'agit de l'économie de villégiature. mais il n'en reste pas moins que cette seconde conurbation représentera d'ici peu près d'un Million d'habitants également"
Un hael brav a douristelezh a zo oc'h en em staliañ da vat betek ar Vro Vigouden... Siwazh! A-hervez ar strollad tud en deus savet al levr-mañ e pad an diorren-mañ abaoe 16 vloaz bremañ hep den gouzout an dister dra diwarnañ. Ma z' eus ur c'huzul a blij din reiñ d'an dud da gompren bewech ez eo hini implij ar brezhoneg. Perak 'ta? Peogwir e teu an dud kalz tommoc'h ouzh o bro dezho pa vez gouezet yezh ar vro. An hini a-orin me lâr. Gant se int tuet kalz gwelloc'h da glask bevañ ur vuhez tost ouzh Breizh dre ma 'z eo kreñvaet o gwriziennoù kozh a zo o eiennoù e douar ar vro. Da lavarout eo bezañ gouest da lâr " Nann , 'm eus ket ezhomm eus o arc'hant". E Bro Vigouden ez eo ar memes tra. Pezh' zo eo bet tapet ar pleg gant ar vretoned da arc'hanta; Se a oa ret d'an dud goude ar brezel bed kentañ met n'eus abeg ebet ken hiziv an deiz. Stourmañ ouzh ar bolitikourien a zo war an tu-mañ a zo ret evel just met ar yezh a vo kalz donoc'h dre hir amzer. Ma ne faziañ ket ez eus ur plac'h a desk brezhoneg er Gerveur. Kizidik eo-hi ouzh taol mouezh gwenedeg ouzhpenn...
kalon vat deoc'h
(0) 

Michel bernard Le Jeudi 22 juillet 2021 05:46
Bonne analyse ,l' entassement des populations autour des villes centre et de la mer ,avec des rocades pour les zones d activites et commerciales est notre avenir,quant a ce qu 'on appelle encore la campagne elle sera polluee par les cultures industrielles et l' elevage intensif ,les gens y seront ravitailles par les corbeaux s il en reste . Quelle que soit la couleur des gouvernants rose rouge noir ou vert ils servent le meme pate immobilier ,entasse et de mauvaise qualite et on aime ca il suffit de voir la ruee sur les plages les rues les routes de la mer,la Bretagne est menacee par une metropolisation acceleree ,celui qui trouve la solution pour convaincre ces foules gregaires de s'ammonceler il gagnera le yoyo en bois du japon avec la ficelle du meme metal ,comme disaient les charlots
(0) 

Commenter :
Votre email est optionnel et restera confidentiel. Il ne sera utilisé que si vous voulez une réponse d'un lecteur via email. Par exemple si vous cherchez un co-voiturage pour cet évènement ou autre chose.
ANTI-SPAM : Combien font 0 multiplié par 3 ?

ABP

Publier

Nous suivre

2003-2024 © Agence Bretagne Presse, sauf Creative Commons