Put your name here

connexionS'accréditer | S'abonner | Se connecter | Faire un don
> Logo ABP
ABP e brezhoneg | ABP in English |
- Lettre ouverte -
Lettre ouverte à Mme Rachida Dati, ministre de la Culture
.
Yvon Ollivier pour Koun Breizh - Bertaign Tenant - Mémoire-de-Bretagne le 5/04/24 13:52

Objet : Demande d’enquête administrative sur les dysfonctionnements des pouvoirs publics dans le cadre de l’affaire de la destruction des menhirs de Carnac, chemin de Montauban.

 

Le 4 avril 2024

  

Madame la Ministre,

  

Comme vous le savez, l’affaire de la destruction de menhirs, chemin de Montauban à Carnac, pour permettre la construction d’un magasin Mr Bricolage, a soulevé l’indignation en Bretagne et bien au-delà.

Sur la plainte des associations Koun Breizh et Sites & Monuments, une enquête pénale a été ouverte et est actuellement menée par la brigade de recherches de Lorient.

Ces mêmes associations ont également demandé au juge administratif d’annuler le refus du maire de Carnac de retirer le permis de construire du projet, manifestement entaché de fraude.

Dans le cadre de l’instruction d’une précédente demande d’autorisation d’urbanisme en 2015 concernant les mêmes protagonistes et la même parcelle, l’INRAP avait effectué en 2015 un diagnostic sans appel sur la présence de vestiges archéologiques sur le terrain du projet : deux files sécantes de stèles en granite, se déployant chacune sur une cinquantaine de mètres de long. L’une était sans doute à sa place d’origine depuis 7000 ans. Considérant que « le diagnostic a mis en évidence la présence de monolithes dressés dans des limites parcellaires qui pourraient tout à fait correspondre aux vestiges d’un ouvrage mégalithique de type alignement », le préfet de région a pris un arrêté de prescription de fouilles le 31 juillet 2015.

Cet arrêté précise qu’il sera notifié au maire de Carnac et au pétitionnaire, la SAS AU MARCHE DES DRUIDES, représentée par M. Doriel. Le courrier de notification à la SAS AU MARCHE DES DRUIDES est d’ailleurs annexé à l’arrêté . Aucune suite n’a été donnée à cet arrêté de prescription de fouilles.

Cela est d’autant plus inexplicable que ce site, dénommé « du chemin de Montauban », a été inscrit à la carte archéologique nationale au cours de l’année 2015 sous l’intitulé de « groupe de menhir ».

Malgré l’arrêté de prescription de fouilles du site et son inscription sur la carte archéologique, la zone de présomption de prescription archéologique n’a pas été modifiée pour l’inclure (ce qui aurait entrainé la transmission systématique des permis le concernant à la DRAC).

En outre, dès 2017, il figure parmi 46 autres dans le dossier adressé au ministère de la Culture pour la candidature au patrimoine mondial de l’UNESCO visant à conserver la cohérence architecturale et environnementale des monuments mégalithiques de Carnac. L’inclusion du site du chemin de Montauban dans le dossier de candidature a été confirmée à l’occasion d’une deuxième audition devant le Comité français du Patrimoine Mondial, le 8 juin 2021, alors que la labellisation UNESCO devait aboutir à la fin de l’année 2023.

Cela n’a pas empêché le maire de Carnac de délivrer, le 26 août 2022, malgré la notification de l’arrêté de prescription de fouilles, un permis de construire à la SCI DES MENHIRS, représentée par M. Doriel, et à la SAS BRICODOLMEN pour édifier un Mr Bricolage sur le site de Montauban.

Celui-ci a en conséquence été détruit dans le cadre des travaux, des témoignages inestimables de notre histoire étant réduits à l’état de gravats.

Dans le cadre de la procédure administrative, le propriétaire du terrain affirme ne jamais avoir reçu le courrier de prescription de fouilles de 2015 et ignorer totalement la présence de vestiges archéologiques sur son terrain. Il affirme que la DRAC aurait elle-même admis que les arrêtés de prescription de fouilles ne sont pas envoyés par courrier recommandé à leurs destinataires.

Par ailleurs, comment expliquer que l’Architecte des bâtiments de France, fonctionnaire rattaché à la DRAC, ait apposé son visa sur le permis ? Comment expliquer, également, l’absence de réaction de la préfecture du Morbihan - également destinataire de l’arrêté de prescription de fouilles - lors du contrôle de la légalité du permis ?

Nous sommes stupéfaits par l’amoncellement des dysfonctionnements dans cette affaire révélant l’absence de circulation de l’information au sein des administrations, comme l’insuffisante protection administrative des vestiges archéologiques ainsi qu’un désintérêt pour notre patrimoine archéologique en Bretagne.

En dépit de l’écho médiatique de cette affaire et des demandes des associations Koun Breizh et Sites & Monuments, votre prédécesseure n’a pas eu la moindre réaction.

Comment le ministère de la Culture peut-il se désintéresser à ce point d’un dysfonctionnement majeur ayant contribué, peut-être, à la destruction de vestiges du berceau de la civilisation mégalithique occidentale ?

A deux cents mètres de là ont en effet été répertoriés les plus anciens vestiges mégalithiques de la façade maritime occidentale - 5400 ans avant Jésus Christ -, en tous points similaires à ceux qui viennent d’être détruits.

Il est pour le moins étonnant de voir les différentes instances en charge de la protection du patrimoine se renvoyer la faute.

Les signataires du présent courrier vous demandent d’ouvrir une enquête administrative pour pointer l’origine de ces dysfonctionnements et questionner, si nécessaire, le corpus législatif et règlementaire de la protection du patrimoine archéologique.

En espérant avoir su retenir toute votre attention, veuillez agréer, Madame la ministre, l’expression de notre haute considération. Les documents évoqués dans ce courrier peuvent être consultés en suivant ce lien : Dysfonctionnements à la pelle à Carnac - Sites & Monuments

Yvon Ollivier, Président de Koun Breizh, olliviery at wanadoo.fr

Julien Lacaze, Président de Sites et Monuments, julien.lacaze at sitesetmonuments.org

Eugene Riguidel, Président du collectif Soulèvement des pierres, riguideleugen at gmail.

Document PDF 70131-lettreouverterachidadatireluej.pdf La lettre ouverte. Source : Assos
Document PDF 70131-arretedeprescriptiondefouilles.pdf Arrêté n° 2015-128. Source : Préfecture de la région Bretagne
Voir aussi :
5  0  
L'association Koun Breizh - Bertaign Tenant - Mémoire de Bretagne a pour but de développer la connaissance par la jeunesse des cinq départements bretons (22, 29, 35, 44, 56) et plus largement par toute la population bretonne ou de la diaspora de l’Histoire de leur pays, la Bretagne par toutes les actions possibles, permettant ainsi une prise de conscience du lien qui unit le peuple breton, et permettant de réfléchir sur son avenir. Koun Breizh érigera en un lieu à définir une stèle mémorielle, et un lieu de mémoire à proximité (exposition de documents de toute nature).
Voir tous les articles de Koun Breizh - Bertaign Tenant - Mémoire-de-Bretagne
Vos 4 commentaires :
Léon-Paul Creton Le Samedi 6 avril 2024 10:12
Koun Breizh/ Bertaign Tenant/Mémoire de Bretagne – Yvon Ollivier quel, ou quels éléments, de vos réflexions de vos convictions personnelles et de vos expériences observées et vécues, vous laisseraient penser que Rachida Dati serait plus encline à agir ( le baratin étant exclu de ce qu'est fondamentalement l'action, de celle-là qui serait enfin positive) en faveur des cultures nationales de France? Bien plus que tous les autres ministres passant, passés depuis tant de lurettes ?
(0)  Envoyer un mail à Léon-Paul Creton
De P. Argouarch à Léon-Paul CretonLe Samedi 6 avril 2024 16:10
Quand elle était garde des Sceaux, ministre de la Justice au sein des gouvernements François Fillon, elle fut chargée de réformer la carte judiciaire et finit en 2008 par abandonner l'idée de rattacher le 44 à la cours d'Appel d'Angers au lieu de celle de Rennes. Donc elle est capable d'écouter. Voir le site .
(4)
De Léon-Paul Creton à Léon-Paul CretonLe Dimanche 7 avril 2024 07:50
De Léon-Paul Creton à P Argouarch L’on peut considérer qu’en France, en raison de son Histoire coloniale « de l’intérieur », de la continuité de nos jours des modes de sa pensée politique autoritaire, appliquée masquée et toujours centraliste et jacobine, que des Bretons « informés » n’acceptent pas le dépeçage final exécuté au fil des siècles par l’état français, qu’ils soient suffisamment et encore révoltés pour discuter et refuser au moins intellectuellement que perdure la liquidation de tous les aspects particuliers qui ont fait la BRETAGNE ; et qu’ils aient la réaction de s’opposer à la dissolution, déplacement/liquéfaction dans celle d’ Angers. Mais aussi que ces Bretons puissent et doivent s’interroger tout à fait « naturellement » sur la question de savoir si Madame Rachida Dati est la personne qui peut apporter, non une éventuelle et seule réponse creuse et politicienne à une lettre ouverte, mais bien remédier par les actes appropriés aux vicissitudes imposées au cours de l’Histoire par cette France qu’elle sert, Mais également s’interroger si Madame Rachida en avait la profonde et réelle volonté ? Pensez-vous un instant qu’elle serait la seule à en décider ; et que certaines forces la laisseraient faire , poser ces actes? L’administration judiciaire qu’importe où elle s’exerce en France est la même partout et ce n’est pas le cas concernant LES cultures en France, notamment celles anciennes des nations qui sont toujours considérées comme nuisibles à l’état français ! Même si je suis sûr que des « jacobins » eussent préféré pour le symbole déposséder un peu plus la BRETAGNE en la vidant de « sa » Cour d’Appel de Rennes. Accepter de la maintenir à Rennes pouvait être toléré par eux vu que cela ne remettait pas en question des fondamentaux français ! L’accorder à Madame Rachida Dati en son temps la mettait en valeur politique, cela faisait quelques économies et ne remettait rien en question de fondamental des chinoiseries françaises ! Question subsidiaire Philippe Argouarc’h: « La justice française est-elle mieux rendue à Rennes, en BRETAGNE avec une Cour d’Appel locale et …un peu bretonne ? ». Je regarde la politique française depuis longtemps et ceux qui, élus ou non la pratique et l’exécute à Paris, ainsi que dans les métropoles provinciales ! Madame Rachida Dati si à votre avis elle écoute, peut-elle aller plus loin dans un domaine plus sensible, avoir l’envie et l’intérêt ?
(0)

Anne Merrien Le Samedi 13 avril 2024 11:07
Les vieux murs peuvent aussi abriter des espèces protégées, comme des musaraignes, des lézards...
(0) 

Commenter :
Votre email est optionnel et restera confidentiel. Il ne sera utilisé que si vous voulez une réponse d'un lecteur via email. Par exemple si vous cherchez un co-voiturage pour cet évènement ou autre chose.
ANTI-SPAM : Combien font 1 multiplié par 2 ?

ABP

Publier

Nous suivre

2003-2024 © Agence Bretagne Presse, sauf Creative Commons