Put your name here

connexionS'accréditer | S'abonner | Se connecter | Faire un don
> Logo ABP
ABP e brezhoneg | ABP in English |
- Communiqué de presse -
L’UDB demande un statut européen pour nos langues.

Le Conseil de l’Union européenne a reçu une demande du gouvernement espagnol pour que le catalan, le basque et le galicien soient reconnues comme langues officielles de l’Union.

pour UDB le 1/09/23 7:54

Le Conseil de l’Union européenne a reçu une demande du gouvernement espagnol pour que le catalan, le basque et le galicien soient reconnues comme langues officielles de l’Union.

Le régime linguistique de l’Union européenne (UE) date de 1958 et a été modifié avec les élargissements successifs de l’UE. Il est passé de quatre langues officielles dans un premier temps – néerlandais, français, allemand et italien – aux vingt-quatre actuelles.

A ce jour, seul le gaélique est langue co-officielle de l’UE. Cela en fait un cas proche du catalan, du basque et du galicien. L’UDB se félicite de la demande du gouvernement Sanchez qui s’inscrit dans le cadre de la devise de l’UE, Uni-e-s dans la diversité. Si cette demande devait être acceptée, à l’unanimité des États membres, cela poserait la question du statut du catalan et du basque en France et plus largement de la co-officialité des langues dites Régionales. A ce jour, les langues dites régionales ne sont qu’un élément de patrimoine au regard de l’article 75-1 de la constitution, article en rien protecteur de la diversité linguistique en France. Ainsi, en Bretagne, le breton et le gallo sont considérées comme langues en grand danger d’extinction.

Pour l’UDB, il est temps qu’au même titre que d’autres langues minorisées de France, le breton ait un statut de co-officialité en France et en Europe, sur le modèle d’une autre langue celtique, le gaélique irlandais.

PE Marais-Jégat

Co-porte-parole de l’UDB

Ce communiqué est paru sur UDB

Voir aussi :
8  0  
Vos 8 commentaires
H Duhamel Le Vendredi 1 septembre 2023 11:46
Seule la reconnaissance officielle par la France sera de nature à permettre à l'UDB de rédiger des communiqués en breton. La grève du breton, malin comme tactique, il fallait y penser ! Pas d'officialité, pas de breton. Bravo l'UDB, votre abnégation et votre ténacité forcent le respect.
(0) 

Rafig Le Vendredi 1 septembre 2023 13:06
Très bien l'UDB. Allez faites quelque chose de constructif pour la Bretagne en espérant que le parti français en Bretagne ne vous en empêche pas ?
Nous tenir au courant des avancées du dossier.
Autre dossier qui traine un peu : celui de la Réunification !
Si possible d'en glisser un mot à l'Union Européenne ?
à bientôt
(1) 
De Kristof Bach-Bourdelier à RafigLe Lundi 4 septembre 2023 09:20
Bien d'accord avec vous, Rafig, sur le dossier de la Reunification de la Bretagne - Quelle est / Quelles sont les prochaines etapes sur le calendrier ? A la Bretonne poursuit son combat - Mais qu'en est-il de l'etude d'impact annoncee ... l'annee derniere (!) >Voir le site et au sujet de laquelle nous (les habitant.e.s de la Bretagne et la diaspora Bretonne et toutes ceux et celles qui se reconnaissent comme etant Breton.ne.s) avons si peu d'informations - L'impression est grande, loin des 'decideurs et decideuses de metier / politiques de carriere', que cet etude d'impact est simplement un 'joujou' de plus pour faire patienter les foules (certes calmes et peu mobilisees sur ce sujet de la Reunification - le fameux 'consensus mou' autour d'une / des identite.s Bretonne.s qui nous fait bien du tort) - Bref - Y a-t-il une date a mettre dans le calendrier de cette annee 2023-2024 sur le sujet de la Reunification de la Bretagne ou allons nous devoir attendre 50 annees supplementaires (il y a 50 ans avait lieu la premiere manifestation -reconnue comme telle- au sujet de la Reunification de la Bretagne) ? En attendant une date pour l'etude d'impact, en voici une de 'A la Bretonne' - Le 14 Septembre au Cafe Toutes-Aides a Doulon - Peurchene / Keno
(0)
De Anne Merrien à RafigLe Mardi 5 septembre 2023 11:50
A mon avis, le CD 44 souhaiterait plutôt payer une étude d'impact sur la fusion B4+PDL. Or cela ne fait pas partie de ses compétences. En revanche, une étude d'impact sur la Réunification est possible parce que la B4 la cofinance.
(0)

Alain E. VALLÉE Le Vendredi 1 septembre 2023 17:18
Obtenir un statut en France pour nos langues serait déjà un petit miracle ...!
AV
(0) 
De Jojo à Alain E. VALLÉELe Samedi 2 septembre 2023 10:12
Oui... il semblerait que les gens en république française ne sont pas conscients de la situation en Espagne. En Galice, Catalogne et Euskadi, les langues ont un statut oficiel à côté du castillan (d'ailleurs l'aranais, dialecte gascon, est aussi officiel en Catalogne). Donc on peut y faire toutes ses demarches dans la langue de la comunauté autonome et pour Être embauché dans la fonction publique il faut maitriser cette langue.
(0)

Jiler Le Samedi 2 septembre 2023 08:13
Il faut d'abord sauver l'enseignement du breton ! L'UDB ne communique pas assez sur le contrat signé par l'état et qui prévoir 30 000 enfants/ados dans l'enseignement bilingue dans 6 ans ? Où en est-on ? Que font nos élus pour faire respecter ce qui a été signé ? Il faut dire la vérité, même si elle est dure, voire cruelle à entendre ! Si le plan n'st pas respecté, ce que je crois, quelle sont les actions prévues pour manifester note colère ?
(0) 

jojo Le Samedi 2 septembre 2023 10:24
Ce qui est fou, c'est l'attitude de l'état français avec ses langues. L'Espagne vient de demander le statut européen à ses langues (pour motif électoral certes), le Danemark discute de rendre officiels le groenlandais et le féroïens au parlement après qu'une député de Groenland ait fait un discours dans sa langue en refusant de passer au danois. En France entre les attaques des préfets de Corse, du Roussillon, de Martinique, etc.. on reste rêveurs...
(0) 

Commenter :
Votre email est optionnel et restera confidentiel. Il ne sera utilisé que si vous voulez une réponse d'un lecteur via email. Par exemple si vous cherchez un co-voiturage pour cet évènement ou autre chose.
ANTI-SPAM : Combien font ( 3 multiplié par 8) + 2 ?

ABP

Publier

Nous suivre

2003-2024 © Agence Bretagne Presse, sauf Creative Commons