Put your name here

connexionS'accréditer | S'abonner | Se connecter | Faire un don
> Logo ABP
ABP e brezhoneg | ABP in English |
Michel Feltin-Pallas
Michel Feltin-Pallas
- Reportage -
Michel Feltin-Palas : Le français doit être la langue commune, pas la langue unique
Avoir fait du français la seule langue de l'enseignement à l'école en France c'est avoir signé l'arrêt de mort des autres langues qui y existaient. Le français aurait dû devenir la langue commune sans être la langue unique.
Philippe Argouarch pour ABP le 11/02/23 10:03
Sauver les langues régionales : La conférence de Quimper du 10/02/2023 dans son intégralité
Réalisation : ABP
(210 vues)

Depuis une vingtaine d'années, Michel Feltin-Palas écrit sur les langues et depuis cinq ans il écrit sur les langues minoritaires, dites langues régionales, dans le cadre de son travail comme journaliste pour l'hebdomadaire L'Express. Il animait vendredi soir à Quimper une conférence au pôle Pierre-Jakez Hélias de l'université.

Dans son livre Sauvons les langues régionales ?, Michel Feltin-Palas réaffirme que toutes les langues sont égales. Toutes ont des singularités et des richesses et portent une vision du monde spécifique, coeur de la diversité culturelle. « La France possède la plus grande richesse linguistique d'Europe mais elle méprise ce trésor », déplore Michel Feltin-Palas.

« Avoir fait du français la seule langue de l'enseignement à l'école en France » c'est avoir signé l'arrêt de mort des autres langues qui existaient. « Le français aurait pu devenir la langue commune sans être la langue unique » écrit et dit Feltin-Palas.

Michel Feltin-Palas explique que le séparatisme n'est pas le résultat du communautarisme, mais tout au contraire, le résultat d'un État qui ne veut pas reconnaitre et encourager les autres langues et les autres cultures. Citant la Suisse, il explique que si l'allemand, langue majoritaire, était imposé dans le canton de Genève, Genève demanderait son indépendance.

Les langues régionales peuvent-elle être sauvées ?

Oui. Pour Michel Feltin-Palas tout d'abord il faut créer des crèches bilingues partout en France. L'études des langues régionales doit être obligatoire jusqu'à 16 ans. Des universités en langues régionales doivent être créées. Les administrations locales doivent être ouvertes en priorité aux langues régionales. On doit pouvoir plaider au tribunal en langue régionale. Il faut un ministre dédié aux langues de France. Les commerces et les entreprises doivent être bilingues. Les langues régionales doivent être officialisées et les locuteurs doivent être recensés durant les recensements. L'enseignement par immersion doit être inscrit dans la constitution.

Voir aussi :
11  0  
logo
Philippe Argouarch est un reporter multi-média ABP pour la Cornouaille. Il a lancé ABP en octobre 2003. Auparavant, il a été le webmaster de l'International Herald Tribune à Paris et avant ça, un des trois webmasters de la Wells Fargo Bank à San Francisco. Il a aussi travaillé dans des start-up et dans un laboratoire de recherche de l'université de Stanford.
Voir tous les articles de de Philippe Argouarch
Vos 9 commentaires
Anne Merrien Le Samedi 11 février 2023 11:20
La langue bretonne s'est écroulée d'un seul coup, alors qu'on pensait que c'était du chiendent. La conscience bretonne en Loire-Atlantique, c'est un peu pareil, une mémoire qui ne s'est pas transmise.
(1) 

pierre daniel Le Samedi 11 février 2023 13:31
La langue ne s'est pas écroulée elle a été détruite volontairement par un état criminel .
Anne imaginez que l'Europe que le français n'est pas utile et supprime son enseignement;et interdit son usage dans le domaine publique
. Pensez -vous que cette langue survivra ?
diriez vous qu'elle s'est écroulée ?
Et trouvez -vous normal qu'un état central interdise a un peuple l'usage de sa langue ?
Le crime commis par la france contre la langue Bretonne n'est ni excusable ni pardonnable par contre ce crime peu etre réparé par l'officialisation de la langue bretonne .
Pour etre né en Loire-Atlantique et y avoir vécu je peu vous assurer que la conscience Bretonne n'est pas morte bien au contraire .
Je vois dans votre pensée une démission et déja une soumission a la doxa anti Bretonne ,un partisan n'abandonne jamais la lutte
Pour la langue je partage le point de vue de Mr feltin-Palas et j'y ajouterai une petite réflexion .
La langue Française langue unique devient la langue de l'autre ,alors que le Français langue commune devient l'autre langue comme dans tous les pays francophones ou plusieurs langues se cotoient : val d'Aoste,Suisse,Belgique etc
pas d'autre solution que la coofficialité
a galon Bevet Breizh
(3) 

Anne Merrien Le Samedi 11 février 2023 14:43
Je ne prétends pas que la langue bretonne qui se transmettait depuis quinze siècles se soit écroulée de façon naturelle. Je constate seulement que la soudaineté de la catastrophe a surpris même les gens qui défendaient cette langue. Par la suite, on a annoncé sa mort comme imminente, et finalement le chiendent résiste encore.
Si la Bretagne était réunifiée, redonner une conscience bretonne aux gens qui l'auraient perdue serait assez facile. Quand des habitants de Loire-Atlantique prétendent qu'ils ne sont pas Bretons, ils pensent au pays Bigouden et non à Rennes.
(1) 

Naon-e-dad Le Lundi 13 février 2023 09:09
Je mange du pain (19mn20 environ):
. Me a zebr bara
. Debriñ a ran bara
. Bara a zebran
Hervez ar skouerenn choajet gant Michel Feltin-Palas
(0) 

KLG Le Lundi 13 février 2023 14:40
Le concept de langues régionales condamne à mort le breton car il le range au même niveau que le morvandiau ou le saintongeais.
Et en plus, linguistiquement parlant, le vannetais notamment, est bien plus une langue que ne l'est le saintongeais ou l'angevin. Cette classification en petits départements territoriaux homogènes, de langues et pseudo langues a un effet ravageur dont le mouvement breton n'a non seulement pas pris la mesure, mais y collabore activement avec une totale naiveté.
Il n'y aura jamais 100 langues officielles en France (je ne suis d'ailleurs pas certain de vouloir y vivre !!), surtout dans un pays où les 2/3 des habitants ont ou auront des origines étrangères (sans remonter à un siècle), avec pour ciment fondamental unificateur, LA langue.
(4) 

Anne Merrien Le Lundi 13 février 2023 15:25
Ce qui signifie "je suis mangeur de pain" et non "je suis en train de manger du pain".
(0) 

Anne Merrien Le Mardi 14 février 2023 17:00
"Je mange du pain sans sel." aurait évité la confusion entre le duratif et le progressif.
(0) 

Anne Merrien Le Mardi 14 février 2023 17:04
"Je mange du pain sans sel." aurait évité la confusion entre le duratif et le progressif.
(0) 

Anne Merrien Le Jeudi 16 février 2023 13:43
Même à la forme progressive, il y a trois façons de manger un morceau de pain.
Me a zo o tebriñ un tamm bara.
O tebriñ un tamm bara emaon.
Un tamm bara emaon o tebriñ.
(1) 

Commenter :
Votre email est optionnel et restera confidentiel. Il ne sera utilisé que si vous voulez une réponse d'un lecteur via email. Par exemple si vous cherchez un co-voiturage pour cet évènement ou autre chose.
ANTI-SPAM : Combien font ( 0 multiplié par 7) + 2 ?

ABP

Publier

Nous suivre

2003-2024 © Agence Bretagne Presse, sauf Creative Commons