Nantes, 19 avril 2014, la rencontre au grand-jour des politiques et du peuple.
Temoignage de Yann Lukaz

Publié le 24/04/14 20:02 -- mis à jour le 00/00/00 00:00
33636_1.jpg
Nantes, 19 avril 2014. T-shirt "Bagad de Lann-Bihoué" (56).

La Bretagne retenait son souffle ! Ce devait être une journée historique parce que décisive. Ce fut le cas.

Toutes nos newsletters et tous nos agrégateurs sont gratuits ! Abonnez-vous ! (voir le site)

Elle s'est déroulée en deux temps :

Le matin : à la Maison des Syndicats.

Je ne suis pas politicien, mais il est clair que cette matinée a montré et marqué, officiellement pourrait-on dire, l'entrée des politiques dans le jeu. Tous d'accord sur le fond : la Réunification. Lucides, conscients, expérimentés et professionnels, décidés aussi. Et ils n'auront pas trop de tout leur savoir-faire pour faire aboutir ce projet qui hante les têtes par centaines de milliers, peut-être par millions. Ils peuvent compter sur l'enthousiasme tellurique du peuple.

Ce n'est pas là un feu de paille, une flammèche prête à retomber. Les temps sont favorables, le contexte économique et politique fait de cette Réunification une nécessité. L'affaire de la Bretagne est emblématique. Notre péninsule a une place à part en ce sens qu'elle a une configuration à nulle autre pareille. Ajoutez-y histoire, culture, tempérament, vouloir-vivre ensemble, et vous avez tous les ingrédients d'une région à taille européenne.

La Bretagne péninsulaire est aussi l'une des plus belles figures de proue de l'Europe atlantique…

L'après-midi : dans les rues du centre-ville.

J'ai bien aimé, ces bribes de discussions glanées à l'emporte-pièce, ces regards croisés, complices, étonnés ou souriants, ces croisements improbables, ces rencontres fortuites, impossibles dans une société urbaine qui d'ordinaire s'ignore ou se disloque.

Voici la petite musicienne de rue habituelle que frôle un robuste kilt. Voici de jeunes filles noires, qu'on croise au quotidien dans le tramway et qui soudain découvrent, partout s'agitant, de multiples exemplaires de ce mystérieux drapeau « blanc…et noir », en breton « gwenn ha du » ! Qu'est-ce que cela signifie ? Qu'est-ce que cette revendication calme et massive, opiniâtre et non-agressive ? Voilà bien quelque chose d'important dont elles n'étaient pas prévenues, sans doute…

Aujourd'hui, il se passe quelque chose à Nantes. Il se passe que, enfin, les plus avisés de nos gouvernants se rendent compte qu'il faut dégripper le système France. Cesser de plaquer le masque technocratique sur un pays qui n'en peut plus, qui suffoque jusqu'à l'asphyxie. Pendant ce temps, la planète tourne ; Avec ses misères, mais aussi avec ses inventions et dynamismes.

Aujourd'hui à Nantes, il se passe que la réorganisation régionale a trouvé son véritable point de départ, son meilleur lieu de débat. Il se passe que la Bretagne s'invente, se dégourdit et veut se déployer.

Aujourd'hui quelque chose qui couvait depuis des décennies, a commencé d'apparaître au grand jour, véritablement. Authentiquement. Alors : arrière, barons et capitaines de mauvais augure !

Emañ Breizh o sevel en he sav ! La Bretagne se lève comme une étonnante princesse. Admirez-là, ou écartez-vous !

Voir aussi :

mailbox
imprimer
Photographe et rédacteur (Bretagne, Cornouaille).
Vos 0 commentaires
ANTI-SPAM : Combien font 2 multiplié par 7 ?
Cet espace est un lieu de débat. Les attaques personnelles ne sont pas autorisées. Le trolling est interdit. Les lois contre le racisme, le sexisme, et la diffamation doivent être respectées. Les pseudos sont tolérés mais ne sont pas encouragés.
MERCI DE RESPECTER LA LANGUE DE L'AUTEUR de l'article et donc des lecteurs. Les articles écrits en français doivent être commentés en français, les articles écrits en breton doivent être commentés en breton. Cacophonie ? Merci de ne pas mélanger les langues dans le même commentaire, sauf pour la traduction intégrale du commentaire.