Put your name here

connexionS'accréditer | S'abonner | Se connecter | Faire un don
> Logo ABP
ABP e brezhoneg | ABP in English |
- Communiqué de presse -
Nantes aura son cyclotron
En 2008, les chercheurs disposeront à Nantes, d´un cyclotron à haute énergie pour la recherche médicale sur le cancer. L´Etat, la Région Pays de la Loire et les collectivités territoriales partenaires se sont associés pour réaliser ensemble cet équipement de niveau international qui structure un axe majeur du cancéropole grand
Philippe Argouarch pour Region Pays de la Loire le 6/10/04 2:10

En 2008, les chercheurs disposeront à Nantes, d´un cyclotron à haute énergie pour la recherche médicale sur le cancer. L´Etat, la Région Pays de la Loire et les collectivités territoriales partenaires se sont associés pour réaliser ensemble cet équipement de niveau international qui structure un axe majeur du cancéropole grand ouest. L´installation, ce jour, du conseil scientifique international du projet, marque son lancement.

L´État et la Région Pays de la Loire, avec le soutien de collectivités territoriales du grand ouest - Régions Bretagne, Poitou-Charentes, Nantes Métropole, Département de Loire Atlantique - se sont associés pour l´implantation à Nantes, d´un cyclotron à haute énergie pour les besoins de la recherche sur le cancer.

Le projet validé par le ministère de la recherche, l´INSERM, le CNRS et le CEA, a été adopté par le comité interministériel d´aménagement et de développement du territoire du 18 décembre 2003 et placé au rang des grands équipements scientifiques en France.

L´objectif du cyclotron de Nantes est la conception, la production et l´utilisation de radioisotopes pour la recherche en médecine nucléaire. Cette spécialité médicale, mal connue du grand public, est pratiquée depuis plus de 40 ans. Elle consiste à administrer des médicaments radioactifs pour réaliser des diagnostics (par imagerie scintigraphique) ou des traitements (par radiothérapie). L´idée est d´être en capacité de « bombarder à bout portant » des tumeurs cancéreuses en apportant des médicaments radioactifs à leur proximité immédiate.

Le projet scientifique repose sur des unités de recherche de l´INSERM spécialisées en médecine nucléaire et sur un laboratoire spécialisé en physique des particules : l´unité mixte de recherche Subatech. Il doit permettre la conduite de programmes de recherche interdisciplinaires pour les équipes de Nantes, Angers, Rennes, Brest, Tours et Poitiers, mobilisées au sein du cancéropole grand ouest.

Un conseil scientifique international a été constitué pour suivre ce projet. Présidé par le professeur Frans CORSTENS, président de l´association européenne de médecine nucléaire, il s´est réuni pour la première fois le 30 septembre 2004 à l´université de Nantes et le 1er octobre à l´Hôtel de Région, marquant le lancement du projet dont la mise en service est prévue au deuxième semestre 2008.

Un accélérateur pour la recherche médicale

Un cyclotron est composé d´un gros aimant circulaire d´environ quatre mètres de diamètre. Dans cet aimant règnent un champ magnétique qui fait tourner des particules et un champ électrique qui accélère leur mouvement à chaque tour. Les particules décrivent des cercles de plus en plus grands. Lorsque le rayon de la trajectoire atteint la limite extérieure de l´aimant, les particules sont éjectées et peuvent être utilisées pour la recherche. Le cyclotron n´est pas un réacteur nucléaire et ne contient pas de combustible nucléaire.

Communiqué du Conseil Régional

A Nantes, les particules accélérées seront des protons (noyaux de l´atome d´hydrogène) ou des particules alpha (noyaux de l´atome d´hélium). L´énergie maximale des particules sera de 70 MeV (70 millions d´électron-volts). Cet équipement sera installé dans un bâtiment d´environ 2 000 m2 construit à Saint-Herblain près du CHU nord et du centre régional de lutte contre le cancer René Gauducheau.

Le coût de l´investissement est estimé à 30 M€. L´État en financera 28 % (8,4 M€), les collectivités territoriales partenaires 52% (15,6 M€) et l´Union européenne (FEDER) 20% (6 M€). Le coût de fonctionnement du cyclotron, estimé à 1,5 M€ par an, sera couvert par les participations de l´INSERM, du CNRS, de l´Ecole des Mines de Nantes, de l´université de Nantes et du centre régional de lutte contre le cancer René Gauducheau. Des entreprises de biologie médicale, notamment CISBIO International, utiliseront également cet équipement, permettant de couvrir une part du coût de fonctionnement annuel.

Philippe Argouarch

Vos 0 commentaires
Commenter :
Votre email est optionnel et restera confidentiel. Il ne sera utilisé que si vous voulez une réponse d'un lecteur via email. Par exemple si vous cherchez un co-voiturage pour cet évènement ou autre chose.
ANTI-SPAM : Combien font ( 7 multiplié par 6) + 2 ?

ABP

Publier

Nous suivre

2003-2024 © Agence Bretagne Presse, sauf Creative Commons