Put your name here

connexionS'accréditer | S'abonner | Se connecter | Faire un don
> Logo ABP
ABP e brezhoneg | ABP in English |
- Chronique -
Opération Wuambushu à Mayotte, quelques réflexions, peuple historique et peuple juridique
La situation à Mayotte met en lumière des points de contradiction sur les notions de République, de Nation française, et de population française.
Émile Granville pour Action Pays de Redon le 8/05/23 11:20

L’opération Wuambushu à Mayotte met en lumière des points de contradiction sur les notions de République, de Nation française, et de population française. L’objectif du gouvernement est de s’attaquer à la délinquance et à l’immigration illégale, en procédant à des expulsions massives d’étrangers en situation irrégulière et à des destructions de bidonvilles.

Les Comores comprennent quatre îles colonisées par la France, en 1841 pour Mayotte et 1886 pour le reste de l'archipel. En 1974, un référendum pour l'indépendance s’est tenu dans chacune des îles. Dans l'ensemble de l'archipel, plus de 90% des habitants ont souhaité l'indépendance. Mais sur l'île de Mayotte, 65% de la population ont voté pour le maintien de la France. Les Comores proclament leur indépendance en 1975 et revendiquent l'intégralité de leur territoire. L'ONU donne raison aux Comoriens et « demande au Gouvernement français de se retirer immédiatement de l’île comorienne de Mayotte, partie intégrante de la République indépendante des Comores, et de respecter sa souveraineté » (Résolution 31 du 4/10/1976). La France continue donc d'administrer Mayotte illégalement selon la législation internationale. Un argument aussi évoqué pour le choix des Mahorais à rejoindre la France est le fait qu’il n’y aurait pas eu de nation comorienne avant la colonisation française, mais des peuples différents pour chacune des îles. L’intégration à la République française s’est ensuite poursuivie. Suite au référendum local de 2009, Mayotte devient département et région d'Outre-mer (DROM). En 2014, Mayotte change également de statut au niveau européen et devient une région ultrapériphérique de l'Union européenne. En parallèle, l’échec de l’indépendance de la République des Comores entraîne une immigration clandestine vers Mayotte. Les Comores n’ont profité aucunement de leur indépendance comme en témoigne le PIB par habitant en 2020 : 703 € aux Comores pour 9714 € à Mayotte (O.F. 23/04/2023).

Il y a plusieurs points de vue qui s’affrontent. Premier point de vue : les habitants de Mayotte sont des Comoriens et donc les migrants venant des autres îles de l’archipel ne sont pas intrinsèquement des étrangers. Deuxième point de vue : les habitants de Mayotte sont Français car Mayotte est un territoire français, seule la définition théorique de la République française sur ce territoire fait que les deux parties de cette population seraient de nature différente. Un troisième point de vue fait peu de cas de la population : le fait de revendiquer Mayotte pour des questions géopolitiques, une façon implicite d’avouer une situation coloniale de Mayotte, même si cela est fait au nom de la grandeur de la France. Généralement, les partisans de la République française à Mayotte font référence à la conception de la Nation d’Ernest Renan. Dans sa conférence de 1882, Qu'est-ce qu'une nation ?, Ernest Renan (1823-1892) définit la nation française comme le vouloir-vivre ensemble. C'est-à-dire une communauté d'individus qui, quelle que soit l’origine culturelle ou ethnique des individus en question, ont cette envie de faire partie d'une même entité.

Il est probable que les Mahorais français sont déjà minoritaires dans l’île. En 2017, 48 % des habitants étaient de nationalité étrangère dont 95 % de nationalité comorienne (O.F. 23/04/2023). Mais justement, les migrants étrangers qui s’installent à Mayotte veulent également ce vivre ensemble. Selon la définition de la nation française, ils seraient donc de facto Français. On voit bien que cette définition ne fonctionne pas. Une nation ne peut s’appuyer que sur l’existence d’un peuple historique. Cette distinction entre le peuple juridique et le peuple historique se retrouve en France comme clivage politique. Par exemple, Les Insoumis défendent une créolisation de la société : seule la citoyenneté compte et l’identité n’aurait pas d’importance. Au contraire, pour le Rassemblement National, une immigration massive et incontrôlée met en péril l’identité française. En fonction du point de perspective géographique, le type de nation auquel on se réfère est à géométrie variable. Les Mahorais, en dépit de leurs particularités ethniques justifieront leur appartenance à la France au nom de la nation exposée par Ernest Renan et refuseront d’être débordés par l’immigration incontrôlée d’une population qui leur est ethniquement très proche. Par contre, en France, c’est plutôt au nom du peuple historique français que l’on s’oppose à l’immigration incontrôlée.

L’objet de cet article n’est pas d’apporter un avis tranché sur la situation à Mayotte qui est devenue très complexe et par certains côtés inextricable. Je n’en ai pas la compétence. Par contre, cette situation illustre le hiatus qu’il y a en France entre le peuple juridique et le peuple historique. Pour nous, en Bretagne, notre objectif devrait être justement de faire correspondre, à plus ou moins long terme, le peuple breton historique avec une citoyenneté bretonne officielle. Faire correspondre au mieux ces deux réalités est justement la chance des petits pays comme le nôtre, la Bretagne. Sans jamais oublier que le maintien du peuple historique est la première pierre d’une citoyenneté véritable, et non pas d’une citoyenneté hors-sol et fourre-tout qui déracine les peuples.

Emile Granville, le 8/05/2023

Voir aussi :
4  0  
Vos 3 commentaires
Brec'h Le Lundi 8 mai 2023 12:43
Merci de nous parler de ce sujet, étonnamment passé sous silence sur les sites bretons et uniquement repris par les partisans du colonialisme français.
En 1974, un référendum a eu lieu concernant l'indépendance des 4 îles unies de l'archipel comorien (lui-même détaché de l'administration par Madagascar quelques temps auparavant devant l'insurrection malgache et le risque d'indépendance globale).
Le Oui à l'indépendance l'a emporté de façon écrasante à plus de 90 %.
La présence française à Mayotte est donc illégale. Dans une procédure normale, les Comores indépendantes auraient été composées de 4 îles, sans l'appel d'air socio-économique artificiel de la France située à quelques kilomètres.
Cet appel d'air a notamment contribué à fragiliser immédiatement l'état comorien réduit illégalement à 3 îles, par le soutien de la France à des mercenaires (type Bob Denard) et dictateurs en tous genre depuis 40 ans. Cette fragilisation a aussi fait prospérer un délitement territorial avec une île d'Anjouan complètement perturbée par le voisinage immédiat d'une Mayotte sous administration français et sous perfusion financière.
Vous dites "Au contraire, pour le Rassemblement National, une immigration massive et incontrôlée met en péril l’identité française." Mais le Rassemblement National est un inconditionnel de Mayotte française, et même des Comores françaises.
Là est justement située l'arnaque intellectuelle du programme du RN. Ils défendent bien la France coloniale, dont nous voyons les conséquences actuelles en Métropole ! Absolument pas un principe de peuples historiques ou de périmètres géographiques naturels, "éco-responsable" comme on dirait aujourd'hui.
(4) 

R. Le Bris Le Lundi 8 mai 2023 20:38
Mayotte ne partage en rien la Nation d'Ernest Renan et ne ressemble en rien à un Département :
- le droit du sol, principe de base de la République de la France ne s'y applique pas.
Ainsi des personnes nées à Mayotte et y passent toute leur vie n'ont pas la nationalité française, ni le droit de vote. Leurs parents nés à Anjouan généralement (l'île voisine) ont la même langue et religion que les mahorais...
- Les mahorais doivent présenter un visa spécifique pour pouvoir se déplacer dans un autre département français, y compris la Réunion.
En quoi ce type de statut qui ressemble comme deux gouttes d'eau au système colonial d'antan (inégalités en droits, en citoyenneté et en libertés de circuler) se rapproche du statut d'un département français ??
(2) 

jakez Lhéritier de Sant Nazer Le Mardi 9 mai 2023 09:03
Cette bonne observation d'Emile Grandville en lien avec le silence actuel sur ce qu'il se passe réellement à Mayotte est intéréssante.
Lorsque l'on y ajoute les génocides par substitutions qui concernent touts les territoires colonisés par la France,avec comme conséquence le droit de vote à des fonctionnaires,des coopérants demeurant depuis peu sur ces "territoires" .
la situation est complexe,et explosive un peu partout.
Côté breton ,le manque de réaction politique populaire pose question aussi.
Le problème du logement devrait pourtant être une des mèches
S'il y avait des élections à organiser sur la Bretagne?Qui aurait le droit de voter?
Y compris ceux arrivés avec les effets du Covid et du Télé travail...?
les critères pour voter?
On voit les conditions pour la Nouvelle Calédonie,..
(1) 

Commenter :
Votre email est optionnel et restera confidentiel. Il ne sera utilisé que si vous voulez une réponse d'un lecteur via email. Par exemple si vous cherchez un co-voiturage pour cet évènement ou autre chose.
ANTI-SPAM : Combien font ( 3 multiplié par 3) + 2 ?

ABP

Publier

Nous suivre

2003-2024 © Agence Bretagne Presse, sauf Creative Commons