Put your name here

connexionS'accréditer | S'abonner | Se connecter | Faire un don
> Logo ABP
ABP e brezhoneg | ABP in English |
photo de campagne de daniel cueff
photo de campagne de daniel cueff
- Chronique -
Pour la création d'un grand Institut de la civilisation bretonne !
Il est temps de prendre les mesures qui s'imposent pour lutter contre le délabrement de notre patrimoine et pour le mettre en valeur comme n'importe quelle grande région d'Europe. Sortons du dénuement !
Yvon Ollivier pour ABP le 9/06/21 8:19

Pour un grand Institut de la Civilisation bretonne !

Une actualité récente témoigne encore de la déconsidération de notre patrimoine breton. La dalle gravée de Saint Belec dont une équipe de chercheurs assure, preuves à l’appui, qu’il s’agit de la première carte d’Europe, a végété durant un siècle dans la sombre cave d’un musée à SAINT GERMAIN EN LAYE.

Est-ce là toute la considération que mérite notre patrimoine de Bretagne ? Réduite à l’état de région, la Bretagne n’est aucunement digne d’intérêt pour les grands pontes de la culture en France, malgré la richesse inouïe de son patrimoine historique, culturel et religieux. On pourrait égrainer sans fin les exemples de cette surprenante déconsidération. Je songe au reliquaire en or du cœur de la duchesse Anne qui n’a dû son salut qu’à une enquête rapide menée par la police judiciaire de Nantes , sans laquelle, il aurait fini sa destinée dans un lingot. Les mesures de protection prises par le Conseil départemental de Loire-Atlantique n’étaient aucunement adaptées à un objet d’une telle valeur. On ne compte plus les superbes manoirs en voie de délabrement, comme celui de Jean-Edern Hallier à Edern.

Notre patrimoine religieux, avec notamment ses calvaires et enclos paroissiaux, est le plus fourni d’Europe et sans doute le plus riche. Il mériterait de figurer au patrimoine mondial de l’Unesco, mais nos élus ne s’agitent pas trop car la religion et la laïcité française ne font pas bon ménage.

Je songe à tous ces parchemins sur lesquels figurent des gloses en vieux breton, dispersés aux quatre vents, parfois au fond de vieilles malles poussiéreuses de musée et qui ne connaissent pas le regard des Universitaires. Ceux-ci s’intéressent à des sujets bien plus importants, à la grande Histoire, beaucoup moins à la nôtre.

Et pourtant, les plus anciennes traces écrites de la langue bretonne remontent au 6e siècle.

Le premier ouvrage écrit en breton, le manuscrit de Leiden, traité de médecine de la fin du 8e siècle, mériterait de retrouver son pays.

Je pense encore à ces enregistrements en langue bretonne de Radio Kimec’h, dans les années 50, qui n’ont pas été jugés suffisamment dignes d’être conservés alors qu’il s’agissait des « trésors » du parler breton.

La loi Molac récemment votée par l’Assemblée nationale nous assure que notre patrimoine mérite la considération dont il a toujours manqué. Mais il faut aller plus loin.

Peut-on encore concevoir l’absence d’une grande maison, mémorial ou institut du patrimoine et de la civilisation bretonne– qu’importe sa dénomination- doté de véritables moyens et destiné à la mise en valeur de notre patrimoine historique, culturel et linguistique ? Les musées de Bretagne ne sont que des lieux de second ordre. Sous-dotés, ils vivent mal ou ferment leurs portes au public comme le remarquable musée de la préhistoire de Penmarc’h.

Cette grande maison de la Bretagne devra être pensée comme un lieu d’Histoire, de recherches et de culture vivante. A la fois, un lieu destiné aux chercheurs, au grand public et un lieu de mémoire pour nos enfants qui se trouveraient ainsi confrontés à l’existence d’un patrimoine et d’une civilisation bretonne.

Nous avons tout à construire.

Avec la liste « Bretagne ma vie » menée par Daniel Cueff, nous allons créer cette grande maison de la Bretagne, enfin digne de notre culture et civilisation, en lien étroit avec toutes les structures déjà existantes : notamment BCD et Institut culturel de Bretagne.

Il suffit juste de vouloir sortir du dénuement !

Yvon Ollivier

auteur

logo
Yvon OLLIVIER est juriste, auteur de l'ouvrage "la désunion française essai sur l'altérité au sein de la République" ed l'harmattan 2012 et membre de la coordination des juristes de Bretagne blog associé desunion-francaise.over-blog.com
Voir tous les articles de de Yvon Ollivier
Vos 7 commentaires
Emilie Le Berre Le Mercredi 9 juin 2021 10:56
Ce serait un magnifique projet :-)
Le musée de la préhistoire de Penmarc'h fermé ? Triste, je me souviens d'une sortie scolaire dans ce musée, 40 après j'en ai gardé souvenir, c'était une belle journée.
(0) 

Rafig Le Mercredi 9 juin 2021 13:31
La dalle gravée d'Armorique dans un musée en région parisienne, c'est comme les masques africains à l'expo coloniale !
Parlons aussi des gens qui seront chargés de gérer cet Institut dans une région bretagne sans le musée Dobrée à Nantes ? ... parce que ce n'est pas la même région et qu'ils n'ont pas les mêmes budgets ....
(0) 

Naon-e-dad Le Mercredi 9 juin 2021 14:33
Sur la dalle de Saint Bélec / Sant Beleg (haute vallée de l'Odet / traonienn an Odet), voir la vidéo (3mn) géniale des chercheurs de l'UBO (Univesité de Bretagne Occidentale).
A-hend all, a du on ganeoc'h: ezhomm braz en deus Breizh eus lec'hiou ma vefe miret he zenzorioù istorel ha sevenadurel.
La Bretagne a grand besoin de lieux où seraient sauvegardés, sécurisés, mis-en-valeur ses trésors patrimoniaux historiques et culturels..… y compris ceux des périodes de l’antiquité (âge du bronze, etc..)
(0) 

Bernez Jestin Le Mercredi 9 juin 2021 15:51
A-du penn-da-benn !
(0) 

PCosquer Le Jeudi 10 juin 2021 11:30
" Le premier ouvrage écrit en breton, le manuscrit de Leiden, traité de médecine de la fin du 8e siècle, mériterait de retrouver son pays." Cette demande doit être faite... je me suis toujours demandé pourquoi elle n'avait pas encore été faite...Demande à médiatiser évidemment pour l'information des Bretons et Bretonnes.
(0) 

Jakez de Poulpiquet Le Jeudi 10 juin 2021 17:36
La dalle gravée de Saint Belec qui a végété durant un siècle dans la sombre cave d’un musée à SAINT GERMAIN EN LAYE, provenait sans doute du premier musée préhistorique de Bretagne créé au château de Kernuz près de Pont-L'Abbé par Paul Maufras du Chatellier (1833-1911), président de la Société Archéologique du Finistère) et propriétaire du lieu . Après sa mort la majeure partie du contenu sera transférée au Musée d’Archéologie Nationale de Saint-Germain-en-Laye : encore un pillage de notre patrimoine par l'Etat français !
(0) 

Alter Écho & Ego machin Le Vendredi 11 juin 2021 10:05
Sans oublier les restes et tombes de "l'Homme de Téviec", disséminés en France!
(0) 

Commenter :
Votre email est optionnel et restera confidentiel. Il ne sera utilisé que si vous voulez une réponse d'un lecteur via email. Par exemple si vous cherchez un co-voiturage pour cet évènement ou autre chose.
ANTI-SPAM : Combien font ( 6 multiplié par 2) + 2 ?

ABP

Publier

Nous suivre

2003-2024 © Agence Bretagne Presse, sauf Creative Commons