Pour un débat honnête sur le statut de résident principal
Communiqué de presse

Publié le 25/10/22 15:41 -- mis à jour le 25/10/22 15:41

Interviewée sur le logement, la conseillère régionale Gladys Grelaud s’est déclarée opposée au projet de statut de résident principal, en expliquant qu’il ne s’agirait pas de savoir si l’on est “Breton ou pas Breton”. Il est étonnant de la voir utiliser cet argument, puisque le statut de résident est justement fondé sur le lieu de résidence, en aucun cas sur la nationalité ou l’identité. En fait, sans le savoir, Gladys Grelaud semble bien être d’accord avec la philosophie du projet porté par l’UDB.

Pour rappel, il s’agit de réduire très fortement les achats de résidences secondaires et donc de faire baisser les prix des logements et le niveau des loyers, grâce à une règle réservant (dans les zones sous forte pression touristique) l’achat de logements aux habitants du territoire, quelle que soit leur origine ou leur nationalité, incluant les nouveaux arrivants installés depuis au moins un an. La spéculation comme l’usage non-principal des logements en seraient considérablement réduit, et les politiques de développement du logement social et abordable en seraient facilités.

Cette proposition sociale n’a donc rien à voir avec des critères d’identité, malgré les tentatives de plusieurs responsables politiques pour détourner le débat vers une opposition breton/non breton.

Afin d’éclaircir la situation et d’éviter à l’avenir de nouvelles erreurs de la part de responsables du Parti communiste, l’UDB propose à Gladys Grelaud (ou à tout autre responsable du PCF en Bretagne) un débat public sur le projet de statut de résident principal.

Pierre-Emmanuel Marais, porte-parole de l’Union démocratique bretonne

L’article Pour un débat honnête sur le statut de résident principal est apparu en premier sur UDB.Ce communiqué est paru sur UDB

Voir aussi :

0  0  
mailbox
imprimer
Vos 1 commentaires
  Penn Kaled
  le Samedi 29 octobre 2022 11:30
Si actuellement dans les transactions immobilières la tendance est à l'achat de résidences par des personnes extérieures à la Bretagne , en particulier les parisiens ,il ne faut pas oublier que un certain nombre de Bretons ont des résidences secondaires sur la côte , c'est sans doute déplorable , mais c'est ainsi et à la limite électoralement si pouvez bénéficiez d'un soutien des personnes en recherche de logements , vous pouvez également en perdre de l'autre vu que dans le nombre , je suppose qu'il y en a un certains nombre de ceux qui possèdent des résidences sont proches de la cause bretonne ,elles peuvent très bien d'autre part voter à gauche donc pour l'udb !!!.Le problème c'est aussi le tourisme de masse qu'il faudrait freiner ,car il est un facteur d'attirance pour l'"achat de l'immobilier pour des gens de l'extérieur de la Bretagne ,sans compter les conséquences néfastes pour l'environnement et le maintien de l'agriculture littorale .D'autre part dans votre revendication pour le droit au logement ,vous devriez demander une assurance garantie systématique pour les propriétaires face aux impayés de loyers de plus en plus fréquents tout comme en ce qui concerne les dégradations d'habitations par des locataires sans scrupules ,résultat d'un ensauvagement de la société . Si cette situation s'atténuerait , je suis persuadé que davantage de bailleurs n'hésiteraient pas à mettre leur biens en location et même à faire des travaux de mise au normes qui pourtant deviennent de plus en plus onéreux .
(0) 
ANTI-SPAM : Combien font 6 multiplié par 6 ?
Cet espace est un lieu de débat. Les attaques personnelles ne sont pas autorisées. Le trolling est interdit. Les lois contre le racisme, le sexisme, et la diffamation doivent être respectées. Les pseudos sont tolérés mais ne sont pas encouragés.
MERCI DE RESPECTER LA LANGUE DE L'AUTEUR de l'article et donc des lecteurs. Les articles écrits en français doivent être commentés en français, les articles écrits en breton doivent être commentés en breton. Cacophonie ? Merci de ne pas mélanger les langues dans le même commentaire, sauf pour la traduction intégrale du commentaire.