Put your name here

connexionS'accréditer | S'abonner | Se connecter | Faire un don
> Logo ABP
ABP e brezhoneg | ABP in English |
- Communiqué de presse -
QAG – Situation de crise aux urgences : Paul Molac interpelle le Gouvernement

      Lors de la séance de Questions au Gouvernement de ce mardi 3 octobre, j’ai souhaité interpeller le Gouvernement sur un problème de société majeur : la fermeture des services d’urgences dans certains hôpitaux...

pour Le blog de paul Molac le 3/10/23 21:48

 

 

 

Lors de la séance de Questions au Gouvernement de ce mardi 3 octobre, j’ai souhaité interpeller le Gouvernement sur un problème de société majeur : la fermeture des services d’urgences dans certains hôpitaux la nuit.

 

Le syndicat « SMUR – Urgences de France » estime qu’à la fin de l’été, au moins 163 structures ont fermé au moins ponctuellement cet été. En ce qui concerne l’hôpital de Redon, cette fermeture va se poursuivre jusqu’au 6 novembre. Cette situation est intolérable : le maintien des services des urgences dans nos campagnes est indispensable.

 

Depuis mon élection en tant que député en 2012, je martèle aux différents Gouvernements la crise qui couve en matière de désertification médicale. Face à cela, le numerus clausus a été relevé de 20%. C’est grandement insuffisant, et je crains que le pire soit devant nous. Je considère que ce seuil doit dès à présent être relevé de 50%.

 

Je prends acte le fait que le Ministre Aurélien Rousseau n’a pas cherché à minimiser la portée de cette crise. Mais les annonces ne me paraissent pas être à la hauteur de l’enjeu. La question de l’accès aux soins, que ce soit l’hôpital, la médecine générale ou les spécialistes doit devenir un enjeu national.

 Ce communiqué est paru sur Le blog de paul Molac

Voir aussi :
1  0  
mailbox
imprimer
Vos 1 commentaires
  Alain E. VALLÉE
  le Mercredi 11 octobre 2023 11:46
En effet, les Urgences des CHU ne sont pas nécessaires pour la Bobologie.
Il existe des causes à la "saturation des Urgences hospitalières" :
- Pas de prise de RDV ;
- Pas d'avance des frais avant éventuel remboursement ;
- Apparente gratuité pour les patients ;
- Pas de dépassements d'honoraires (cf : secteur 2) ;
- Insuffisante organisation de la Médecine générale qui ne capte pas assez la "Bobologie" ;
- Instrumentalisation de la "saturation des Urgences" comme puissant levier salarial hospitalier ;
Ainsi, ces vrais problèmes devraient être, au moins, évoqués et, qui sait ?, traités avant d'aller expliquer dans les médias que 'l"hôpital est en crise" et même que la "République serait en danger" !
A contrario, on voit le grand succès des Centre de médicaux où les patients trouvent à proximité les professionnels compétents pour leurs problèmes.
AV
(0) 
Commenter :
Votre email est optionnel et restera confidentiel. Il ne sera utilisé que si vous voulez une réponse d'un lecteur via email. Par exemple si vous cherchez un co-voiturage pour cet évènement ou autre chose.
ANTI-SPAM : Combien font 5 multiplié par 0 ?