Put your name here

connexionS'accréditer | S'abonner | Se connecter | Faire un don
> Logo ABP
ABP e brezhoneg | ABP in English |
logo Breizh Europa
logo Breizh Europa
- Communiqué de presse -
Qui a peur de Jean-Marc Ayrault ?
Après l'échec du « pacte de responsabilité », échec admis mardi par le ministre de l'économie Emmanuel Macron, on est en droit de se demander ce qui peut être mis
Frank Darcel pour Breizh Europa le 2/12/14 14:26

Après l'échec du « pacte de responsabilité », échec admis mardi par le ministre de l'économie Emmanuel Macron, on est en droit de se demander ce qui peut être mis à l'actif de cette première moitié de mandat du président Hollande. Si l'on ajoute à cela un choc de simplification dont l'onde a été très faiblement ressentie, c'est le moins que l'on puisse dire, on se demande surtout à quoi a servi la gouvernance de Jean-Marc Ayrault.

L'ancien premier ministre a en effet failli dans à peu près tout ce qu'il a entrepris, jusqu'à faire des erreurs de casting impressionnante, telle que la nomination, entre autres, de Jérôme Cahuzac au budget.

Il est patent que Jean-Marc Ayrault, l'homme qui pèse le plus contre la réunification de la Bretagne, a été un piètre premier ministre. Ceci doit faire réfléchir tous les habitants de Bretagne qui veulent cette légitime réunification : nous n'avons pas en face de nous de grands hommes d'État, pétris de l'intérêt général, mais plutôt des barons locaux, soucieux de leurs propres intérêts et des intérêts de leur famille politique avant tout.

Ces femmes et ces hommes, qui sont viscéralement opposés à la réunification, sont par ailleurs incapables d'appréhender l'évolution de l'Europe, incapables de se faire à l'idée que la République Française est en bout de course si elle ne réforme pas profondément.

Par-dessus tout, Jean-Marc Ayrault et ses émules sont dans l'impossibilité de comprendre qu'une Bretagne unie et solidaire est une chance pour l'avenir de tous les Bretons. D'une part parce que, bien qu'élus de Bretagne, ils ne la connaissent pas. D'autre part par ce que cette méconnaissance de la région, de son histoire, de ses langues, de ses véritables atouts et potentiels, les conduit à en avoir peur. Il ne faut donc rien lâcher, nous finirons par leur faire entendre raison.

Caroline Ollivro, présidente de Breizh Europa

Voir aussi :
logo
Breizh Europa est un mouvement autonomiste breton et fédéraliste européen. Site internet : (voir le site) Compte Twitter : @BreizhEuropa Page Facebook : Breizh Europa
Voir tous les articles de Breizh Europa
Vos 18 commentaires
eugène le tollec Le Mardi 2 décembre 2014 17:06
Si l'on réfléchit ..faut-il avoir peur de ces socialistes et de leurs tentatives permanentes de faire de l'individu un socialiste modèle...l'homme n'est pas l'esclave d'une theorie
(0) 

Ker itron al lann Le Mardi 2 décembre 2014 18:38
JM Ayrault était à sa façon pour la réunification, puisqu'il prônait la fusion des régions administratives Bretagne et PDLL.
Le Drian et ses valets s'y sont opposé prétextant la sauvegarde de l'intégrité de la Bretagne...
Ne travestissons pas déjà l'histoire et que chacun prenne ses responsabilités!
Que les gens qui s'acharnent sur les élus de 44 reconnaissent leur viscérale aversion envers ce pays nantais et cette région administrative dont le lien culturel historique matérialisée par ce fleuve vaut bien une langue qui a bien du mal à survivre (et qui a besoin de toute les forces par ailleurs).
Ce qui fait l'unité, l'identité d'un peuple, c'est surtout un savoir vivre ensemble, le partage de projets, l'activité économique.
Tous les lundi matins, je vois ces voitures immatriculées 56, 29, 22, 35 arriver en masse sur le périphérique nantais pour entamer une nouvelle semaine de travail ou un stage d'entreprise.
Certes, pour la plupart, le chemin du retour le vendredi est plus apprécié. On le comprend. Est ce une raison de nier l'évidence…
La réunification de la Bretagne, la seule, la vraie, celle qui contient la Loire-Atlantique, ne pourra se faire sans un dialogue respectueux et l'engagement d'un avenir commun fraternellement partagé.
Il était une époque où faire de la politique était porter une vision, défendre des valeurs. Aujourd'hui, l'immaturité politique manifeste de BE génère encore et encore le spectacle désolant d'un suivisme qui se croit opportun mais qui n'inspire que la lassitude.
Oui à la Bretagne, Oui à l'Europe, et que ces deux grandeurs conjuguées nous inspirent la force de la raison et celle du coeur. Mais que les petits faiseurs de "labels" nous épargne leur basse rengaine et leurs faux procès.
Mr Troadec, lui, est venu à Nantes et s'est toujours exprimé avec respect sans à aucun moment jeter son fiel sur JM Ayrault ou un autre élu de la République. Même si je ne partage pas toujours ses points de vue, j'ai pourtant l'intime conviction que c'est de gens comme lui dont à besoin en urgence notre belle Bretagne.
Que les jeteurs de discorde, que ceux qui n'ont de cesse de séparer la b4 de la Loire-Atlantique par des propos toujours accusatoires et irrespectueux prennent garde. Leur insignifiance n'amoindrira jamais notre vigilance et notre soif de justice!
(0) 

PIERRE CAMARET Le Mardi 2 décembre 2014 19:55
Eugene . Je veux encore faire la difference entre "individual" .Je veux encore croire ( ai je raison ??) qu'il y a Socialiste et Socialiste . Je l'ai deja dit : je ne suis pas Socialiste , mais un dejeuner avec ROCARD ou /et ALLEGRE me plairait . Ces gens sont interessants et j'ai vu le travail de Mr ROCARD en NC .Il a evite une guerre civile . Il s'est souvent oppose avec MITTERAND .Par contre des gens comme LEBRANCHU , URVARS et quelques autres , je change de trottoirs si je les croise .
(0) 

Ed du Le Mardi 2 décembre 2014 20:11
NON! EUGÈNE LE TOLLEC. NANN! N' AM EUS KET AON!!! JE N'AI PAS PEUR !
(0) 

Josiane Rastapopoulos Le Mercredi 3 décembre 2014 04:17
Si ce n'était que JMA... Sa fille spirituelle prend à présent le relais, et sans doute pour longtemps, pauvre Nantes("où il fait bon vivre"). Quant à Ker itron, votre discours semble pour le moins pathologique !Enfin, chacun est libre de déblatérer les conneries qu'il veut.
(0) 

Ker Itron al lann Le Mercredi 3 décembre 2014 11:36
Peur, haine, irrespect, ne génèrent pas une attitude constructive. Le mouvement breton souffre cruellement de cela. Sa protestation continuelle se base sur la colère.
Pourquoi ne pas tenter un autre registre ?
Mr Ayrault a fait de nombreux mandats de maire de Nantes, de député,, élus pour ne pas dire plébicité régulièrement au premier tour. Sa carrière est longue, il fut le plus jeune maire de France (et de Bretagne), lors de son premier mandat à Saint Herblain.
Personne ne fait l'unanimité certes, mais je suis que Mr Camaret gagnerai à le rencontrer comme ce fut mon cas.
Républicain, il l'est. Originaire du Maine et Loire, il l'est. Adversaire sans pitié de la Bretagne, c'est archi faux.
A quoi bon cristaliser sa frustration sur un homme honnête qui n'a fait que servir l'intérêt général avec conviction.
Si vous ne partagez pas ses convictions, très bien, c'est le jeu démocratique. Respectons néanmoins le suffrage, et le choix exprimé par une majorité. Rien n'est éternel, mais au moins restons dignes.
Conneries peut être, Josiane...
Oui, je préfère la concertation et le compromis, comme Jaurès, à la haine et l'insulte. Oui, il m'aurait plu de voir nos élus de Bretagne et des Pddl, quelque soit leur engagement, s'assoir ensemble et réfléchir à un avenir commun.
Mr Ayrault est socialiste, oui ! Son engagement politique vous déplait, peut être. Pensez vous que la droite fera ce qu'elle n'a jamais fait, elle qui a été si longtemps au pouvoir ?
Quant au centre, que n'ai-je entendu Mr Bayrou promettre aux élections la signature de la charte des langues minoritaires pour s'en détourner une fois ministre. Est il « con » d'avoir de la mémoire ?
La solution viendra certainement en partie de nous, comme le souligne si justement Mr Troadec. Et cela commencera en premier lieu par un sens politique du dialogue.
S'en prendre continuellemnt à JM Ayrault et aux socialistes n'apportera rien de constructif au peuple breton.
Certains petits partis pensent récolter quelques miettes après une défaite annoncée. Beau calcul, mais guère porteur de vision.
Ils leur faudra bien tabler sur autre chose que l'insatisfaction et arrêter de taper sur les élus Nantais.
Je crains que certains y voient encore cette rivalié malsaine Rennes vs Nantes, si stérile, et qu'il conviendrait enfin de dépasser si l'on ne veut pas renforcer les adversaires mêmes de notre réunification.
Bec'h dezhi!
(0) 

Naon-e-dad Le Mercredi 3 décembre 2014 13:06
@Ker Itron al Lann
"JM Ayrault était à sa façon pour la réunification, puisqu'il prônait la fusion des régions administratives Bretagne et PDLL. "
Comment pouvez-vous écrie pareille ineptie sémantique ? Nul ne vous demande de connaître - si peu que ce soit -la langue bretonne, mais au moins essayez de vous souvenir du sens des mots en français.
Quant aux plaques minéralogiques, êtes vous bien certain que tout ce qui se voit à Nantes indique que le propriétaire vient directement, le matin même, du département arboré. Moi pas! :-)
Quand au bilan Ayrault, pour finir, socialiste ou pas, il faut bien convenir que l'article n'exagère en rien.
Réunification OUI, fusion NON
Adunaniñ YA, teuziñ NANN
Da betra emaoc'h o c'hoari? A quoi jouez vous?
(0) 

Ker itron al lann Le Mercredi 3 décembre 2014 17:49
Da wirionez evel just!!! Ne blij ket dit? Kial
(0) 

Naon-e-dad Le Mercredi 3 décembre 2014 18:59
@Ker itron al lann
Mélanger les mots, leur faire perdre leur sens est le début de la barbarie. Le hic est que cela survient en France, aujourd'hui. Votre posture en atteste.
Vous connaissez Nantes (ou ses environs) mieux que moi (ou sur une plus longue période) très vraisemblablement.
Mais j'ai pris la peine, moi aussi, d'écouter in vivo l'ancien maire de Saint-Herblain, puis de Nantes.
Si vous pensez que le quinquennat en cours a été à la hauteur des enjeux, je ne vais pas prétendre vous convaincre du contraire. Je trouve seulement que vous manquez cruellement de lucidité.
Pas la peine de vous énerver, soyez honnête.
N'eo ket dav deoc'h mont da fuloriñ, bezañ onest a vo a-walc'h.
(0) 

Ker itron al lann Le Mercredi 3 décembre 2014 19:50
Un vrai breton de L.A. arbore sur sa plaque un 44 Bzh, orné du prestigieux gwenn ha du. :>)
Hep Naoned Breizh ebet, n'eo ket gwir?
A galon
Kial adarre
(0) 

Pôtr ar skluj Le Jeudi 4 décembre 2014 00:50
"Adunaniñ YA, teuziñ NANN"
Quand on répond "nann" à une question, c'est qu'on est d'accord avec ce qui a été dit, sinon on utilise la structure avec "ket". Il vous reste beaucoup à apprendre en breton.
(0) 

Léon-Paul Creton Le Jeudi 4 décembre 2014 08:35
Nann = c'est un NON plus ou moins catégorique!
Par contre chez moi en Kernev... Ket = PAS ou POINT / N'eo ket = Il n'est pas / Neket avec(?) ou pas suivant l'intention = non pas (?), n'est ce pas (?), n'est il pas ?
Ou encore Neketa constitué de "ne-ket" et de "ta" qui est une contraction de "eta"=donc.
Enfin je pense que, encore chez moi, "skluj" serait plutôt "skluz"= l'écluse.
Á vous lire je serais tenté de croire, que par une fausse modestie (?), vous voulez vous faire passer pour un garçon de l'écluse (paotr ar skluz), alors que vous vous pensez le baron de l'Écluse (Baron ar skluz)...
Les "pinailleries" sur la langue ont toujours fait beaucoup frétiller le "mouvement breton"!
Beaucoup, encore s'en serve pour dévaloriser l'autre! Moins souvent quand même. Enfin il me semble.
(0) 

Ronan KERGUELEN Le Jeudi 4 décembre 2014 09:00
Je ne vais pas dire de bêtises ... mais je pense que notre ex PM a du sang breton du côté maternel.
(0) 

Léon-Paul Creton Le Jeudi 4 décembre 2014 12:19
Ce PM( Pistolet Mitrailleur?)n'a sans doute pas été élevé au sein maternel... Une nourrice étrangère peut-être?
Ou alors dépendant de la garde d'un père fervent admirateur de Marchais, de Napoléon et de Carrier?...
On se perd en conjectures débridées...
(0) 

Naon-e-dad Le Jeudi 4 décembre 2014 12:54
@Pôtr ar skluj
On peut répondre NANN à une question négative, pour exprimer son assentiment à la question. Ce qui peut dérouter un francophone. J'ai d'ailleurs un souvenir d'enfance très précis sur un quiproquo à ce sujet.
Tout petit, mes oreilles ont baigné dans les « n'eo ket » (sur un mode chuinté le plus souvent, mais pas systématiquement. Ceux qui connaissent le terrain comprendront l'importance de cette remarque).
Dans un dialogue en breton, il y a une grande prise en compte de la manière dont les questions sont formulées et donc de la préoccupation réelle de l'interlocuteur : on peut dire que la langue bretonne est une école de l'écoute.
Dans le cas présent :
Réunification OUI, fusion NON
Adunaniñ YA, teuziñ NANN
Il n'y a pas de question -en tout cas pas pour moi  - . il s'agit juste d'une expression en forme de slogan, ou d'une feuille de route .
Vous trouvez que j'ai beaucoup à apprendre en breton. Tout à fait d'accord. La pratique d'une langue est un peu comme la pratique d'un élément naturel (mer, montagne, forêt, désert,...), on sait quand l'on commence, puis l'on s'aperçoit que les choses deviennent subtiles, diversifiées, colorées, plus qu'on ne l'avait imaginé.
Si j'avais un conseil à donner aux néo-bretonnants, ce serait – dès qu'ils en ont la possibilité et la capacité - de fréquenter les auteurs du XX° siècle ou antérieurs, et pas seulement de se contenter de ce qui se publie à l'heure actuelle. Quoiqu'il existe d'excellents auteurs contemporains, à l'écriture très moderne.
Cependant, saisir cette opportunité (voir le KDSK de Vannes ou Saint-Herblain, ou équivalent ailleurs, les bibliothèques, etc…) de lire ce qui a été écrit il y à 50 ou 100 ans, notamment par des auteurs situés à la croisée de la langue écrite et de la langue parlée, est hautement profitable pour rentrer dans la logique et la couleur de la langue.
Enfin, un gallicisme se cachait dans ma prose. Vous auriez pu le relever, c'eût été plus convaincant de votre part. En français on « joue à ». Ce n'est le cas ni en breton, ni en anglais… Je rectifie donc au passage :
Petra emaoc'h o c'hoari? 
@Ker itron al lann
Votre discours me semble bien titubant. Je ne vois donc pas en quoi je peux vous répondre.
Ah si ! Venez donc à un cours de breton. Avec ou sans autocollant sur votre voiture. Peut-être ( ?) prendrez-vous de la distance avec ce que peut être un supposé « vrai breton ». En ce qui me concerne, et malgré ou justement à cause de mes origines bretonnes, je ne me risque pas à ce genre de spéculation…une spécialité très…française !
@d'an holl / à tous
Salud d'an holl lennerion ! Brezhonegerion pe get ! 
(0) 

Ker itron al lann Le Vendredi 5 décembre 2014 13:27
#N…d

En respect de vos cheveux blancs, je ne soulignerai pas le caractère déraisonné de vos propos. L'écriture conserve, c'est là l'essentiel.
Deux remarques, si vous me le permettez.
1> Pourquoi voulez vous que je prenne de la distance avec :"ce que peut être un supposé « vrai breton »"??????????
2> Vous soulignez vos origines bretonnes, vous Naon-e-dad, que doit-on comprendre?
Etes vous de ces faux nantais qui le week-end partent en Bretagne???
Comme Le Drian, les 2 caractères b 4 semblent à jamais gravé dans votre esprit. Supposeriez vous être un vrai breton comme le bars?
Voilà une attitude fort nuisible. Reprenez vous tant qu''il est encore temps!
Naoned e Breizh!
(0) 

An Floc'h Le Vendredi 5 décembre 2014 19:29
Ker itron al lann a dit:
"le rencontrer comme ce fut mon cas"
Bon, bah voilà, je pense qu'il n'y a pas à chercher plus loin.
"ce pays nantais et cette région administrative dont le lien culturel historique matérialisée par ce fleuve"
Faut vraiment mais alors ne rien comprendre à la géographie et à l'Histoire de la Loire pour penser une seule seconde que le fleuve a permis un lien particulier entre son estuaire et sa vallée.
Bien joli de dire qu'on respecte un fleuve et tous les départements des PdL à la différence des Bretons revendicatifs, encore faudrait-il s'y intéresser.
Vous ne voyez que par Nantes.
Mentalité de Parisien jacobin qui se complait dans son rôle de pseudo-martyr.
(0) 

An Floc'h Le Vendredi 5 décembre 2014 19:36
@Ker itron al lann
Commentaire que j'avais rédigé sur un autre article...
La Loire n'est pas innommable. Elle est simplement manipulée. Tout comme le terme ligérien. Il a été pendant deux siècles surtout réservé aux habitants du département de la Loire (42).
Au sens large, et vrai, il nomme les habitants de la vallée de la Loire.
Vous vous vantez de penser à nos amis de Vendée, de Sarthe et de Mayenne ? Moi aussi, et en commençant par remarquer que, de Loire, il ne la voit que rarement.
Maintenant, si ce fleuve propose des paysages magnifiques et rarement défiguré par l'industrialisation comme la plupart en Europe, c'est aussi parce qu'il est difficilement navigable. Intéressant aussi de constater que dans le 49, seul autre département PdL où la Loire passe effectivement, sa capitale Angers s'est développée sur le bord de la Maine.
Maine, née de la confluence de la Sarthe, de la Mayenne et du Loir.
La symbolique de la Loire portée par le discours auquel vous succombez comme lien et axe primordial d'échange est dans les faits bien limitée.
Au niveau du bassin hydraulique, Nantes est à part. Elle choisit la mer. Donc la Bretagne.
Je verrais une cohérence dans une B5+Vendée. Mais comme je ne souhaite pas que la Bretagne soit diluée, je ne souhaite pas que la Vendée le soit dans la Bretagne. Elle a plus d'avantages à rejoindre son Poitou d'origine. Et rien n'empêchera les Vendéens de venir faire du shopping à Nantes et les Nantais d'envahir les magnifiques plages vendéennes (avec malheureusement, souvent une attitude de petits Parisiens).
Nantes n'est donc pas sur la vallée de la Loire. Mais son estuaire. Donc, la mer qui a autant, si ce n'est plus, façonnée ses berges que l'eau douce.
Il y a plusieurs définitions d'un estuaire. La plus vieille, car ne demandant que des techniques d'observations sommaires est celle de l'influence des marées. Dans le cas de l'estuaire de la Loire, elles se ressentent jusqu'à Ancenis ! Les Namnètes, déjà. Alliés des Vénètes, déjà.
Je crois en l'importance de la géographie pour organiser un territoire.
Nantes, ville de l'estuaire de la Loire, oui. De sa vallée, pas du tout, donc pas ligérienne.
Étant particulièrement admiratif de l'oeuvre et de la pensée de George Orwell, il y a des diables dans les détails sémantiques.
Au jeu des mensonges et des manipulations, l'emsav est petit joueur.
Une campagne PdL de communication il y a quelques années présentait déjà 44+49+53+72+85=1 (addition écrite par un enfant sur un tableau noir, ce qui est lourd de sens).
J'attends le moment où on nous dira que l'union PdL/Bretagne sera tellement grandiose qu'elle vaudra 1+1=3.
(0) 

Commenter :
Votre email est optionnel et restera confidentiel. Il ne sera utilisé que si vous voulez une réponse d'un lecteur via email. Par exemple si vous cherchez un co-voiturage pour cet évènement ou autre chose.
ANTI-SPAM : Combien font ( 6 multiplié par 4) + 2 ?

ABP

Publier

Nous suivre

2003-2024 © Agence Bretagne Presse, sauf Creative Commons