Put your name here

connexionS'accréditer | S'abonner | Se connecter | Faire un don
> Logo ABP
ABP e brezhoneg | ABP in English |
- Chronique -
Réforme territoriale : et maintenant ?
Réforme territoriale : et maintenant ? Après le vote en première lecture du projet de loi sur la réforme territoriale à l’Assemblée nationale, qui conforte la partition de la Bretagne,
Yvon Ollivier pour Yvon Ollivier le 8/08/14 10:53

Réforme territoriale : et maintenant ?

Après le vote en première lecture du projet de loi sur la réforme territoriale à l'Assemblée nationale, qui conforte la partition de la Bretagne, il est peut-être temps de dresser un rapide état des lieux.

Le Pouvoir serait le premier responsable du statu quo ?

La sphère publique se défie de la résilience de nos vieux peuples qu'elle perçoit comme une menace pour ses fondations républicaines. Fallait-il attendre autre chose du Pouvoir convaincu de son droit de bouleverser la carte territoriale selon son bon plaisir, car il ne connaît que de citoyens abstraits dépourvus de liens et d'affects ?

Sa première préoccupation est moins la promotion des intérêts locaux que le contrôle sociétal par tous moyens : média, clientélisme, ou fonctionnarisation des forces militantes. Et il sait y faire comme en témoigne le déminage de la fronde des bonnets rouges dans un pacte d'avenir dont on ne parle déjà plus. La sphère publique hypertrophiée imprègne sans difficulté la société de son idéologie.

Le PS aurait perdu sa vocation émancipatrice ? Souvenons-nous de la responsabilité de la SFIO dans la partition de la Bretagne et le colonialisme abject.

Mais nous évoluons au sein d'une société gouvernée par les formes de la démocratie où il ne tient qu'à la société civile d'imposer ses valeurs, d'affirmer haut et fort la volonté des Bretons de vivre dans une Bretagne réunifiée et dotée d'une véritable autorité politique. Entre la sphère politique qui s'abreuve aux dogmes jacobins et la société civile bretonne, se livre une lutte de tous les instants où il revient à l'une ou à l'autre de dicter sa loi. Comment ne pas constater, après le vote en première lecture de la réforme territoriale, que la sphère publique conserve nettement l'avantage ? Nos grands élus qui, il y a peu de temps encore, poussaient à la réunification, se taisent à présent. Certains vont même jusqu'à promouvoir la disparition de la Bretagne dans le grand-ouest. M'en voudra-t-on si je dresse ici le constat d'une société civile bretonne encore embryonnaire et qui, par manque d'unité ou de conscience d'elle-même, demeure peu audible ?

Mais cet été, un vent se lève, une volonté nouvelle -et pas seulement parmi les acteurs du monde culturel-, comme un désir de Bretagne unie et suffisamment forte pour gérer ce qui ne concerne qu'elle. Conscients de l'échec du modèle français, les acteurs économiques sentent que les véritables réformes ne peuvent plus attendre et que la Bretagne réunifiée dotée de larges compétences devient incontournable au soutien de l'économie locale. La réunification conditionne notre capacité à concevoir un projet de développement global, ambitieux, et à sauvegarder notre culture. A défaut, la société bretonne n'aura aucune prise sur elle-même, plus que jamais soumise au bon vouloir de la centralité dans une France en crise budgétaire et morale sans précédent.

Ce désir de Bretagne unie, il nous faut lui donner forme aujourd'hui et le traduire dans les termes du rapport de force politique. Aussi, regardons loin ! Lançons une de ces dynamiques qui comptent dans l'histoire! La réunification ne concerne pas que « Bretagne réunie » et « 44 Breizh », mais toute la Bretagne

Rassemblons toutes les énergies bretonnes dans une plate forme citoyenne autour de l'indispensable réunification et jetons, si possible, les bases d'un projet de développement global pour la Bretagne. A défaut d'une telle dynamique, pensons-nous vraiment pouvoir inverser le rapport de force politique en septembre ? Le temps du débat et des beaux arguments est déjà derrière nous car la grande bagarre, c'est maintenant ! Et il nous reste deux mois.

Yvon OLLIVIER

L'un des porte-parole de la Coordination des juristes de Bretagne

Auteur des ouvrages « la désunion française » éd L'harmattan 2012 ; « gueule cassée, Lom ar geol » Ed Yoran embanner 2014.

Voir aussi :
Cet article a fait l'objet de 1690 lectures.
logo
Yvon OLLIVIER est juriste, auteur de l'ouvrage "la désunion française essai sur l'altérité au sein de la République" ed l'harmattan 2012 et membre de la coordination des juristes de Bretagne blog associé desunion-francaise.over-blog.com
Voir tous les articles de Yvon Ollivier
Vos 34 commentaires
Paul Chérel Le Vendredi 8 août 2014 13:04
Très bon appel à la mobilisation ! Les Bretons, ces braves esclaves subjugués, sauront-ils l'entendre ? L'économie doit se libérer de la politique ; la France est loin de comprendre et admettre cet axiome. Les Bretons doivent l'adopter, ce sera l'arme de leur libération. Paul Chérel
(0) 

Jeff de Mangorvenec Le Vendredi 8 août 2014 13:20
Tout a fait d'accord mais comment s'organiser ?
(0) 

CDH Le Vendredi 8 août 2014 15:04
Quelle analyse du découpage régional la Coordination des Juristes de Bretagne fait-elle d'un point de vue juridique? Quel est son avis sur la conformité de la partition de la Bretagne à la Constitution (principe d'égalité) et au Pacte International relatif aux droits civils et politiques?
(0) 

Sebastien Guivarch Le Vendredi 8 août 2014 15:44
Effectivement , le VENT doit se lever !!! merci de traduire si bien mes penseés !! Mais je me pose une question tout de même : "Le peuple Breton ce sent il vraiment concerné " ? Je le vois tout les jours autour de moi , sur des personnes de mon ages (32 ans ) que beaucoup n'en ont rien a faire hélas .... des années pourtant que je rabache ( ceux qui me connaissent le savent ) .... Les sondages disent que oui , depuis des lustres mais seul les personnes concernées réponde sincerement ....Oui péssimiste, mais je ne cesserrais jamais ..... Je pense aussi a ceux qui ont dans les 60 ans aujourd'hui et qui y croit toujours.... Ne Lachons rien , car aujourd'hui même l'europe n'est plus un soutiens pour cette question !.. Mais je vous le dit , ce sont essentiellement les gens de ma génération qu'il faut convaincre ! Là le vent changeras de direction ! bref encore .... Naoned e Breizh !!!
(0) 

Paul Chérel Le Vendredi 8 août 2014 15:47
@CDH. Il me semble que l'auteur de l'article analyse très bien cette question purement bretonne sous TOUS les aspects. Que vaut l"aspect juridique dans un pays qui se moque pas mal du simple respect de ses engagements internationaux ? Louis Melennec passe son temps à présenter arguments sur arguments pour défendre la Bretagne sous cet angle juridique. L'article de Y.O. dit en son cinquième paragraphe « il ne tient qu'à la société civile d'imposer ses valeurs, d'affirmer haut et fort la volonté des Bretons de vivre dans une Bretagne réunifiée et dotée d'une véritable autorité politique » N'est-ce pas clair et net ? Comment s'organiser, demande JEFF ? Surtout en faisant front commun. Laisser tomber toutes ces petites divisions franco-françaises; patrons, employés, riches-pauvres, gauche-droite.Les bonnets rouges nous montrent le chemin, suivons-les ! Et entraînons avec nous tous les "régionaux" de l'hexagone qui réclament leur simple droit à vivre comme ils l'entendent. Cette réforme territoriale est abominable, un vrai déni à l'existence des peuples typique d'un pays totalitaire.. Paul Chérel
(0) 

Alwenn Le Vendredi 8 août 2014 15:56
"Mais nous évoluons au sein d'une société gouvernée par les formes de la démocratie où il ne tient qu'à la société civile d'imposer ses valeurs, d'affirmer haut et fort la volonté des Bretons de vivre dans une Bretagne réunifiée et dotée d'une véritable autorité politique."
Ben, non puisque le "peuple" n'est pas invité à se prononcer sur la réforme, et qu'il n'a en réalité pas d'autre moyen d'expression (il s'exprime dans les sondages pour la réunification, mais les politiciens ne prenent en compte les sondages que quand ils vont dans leur sens, ou plus souvent manipulent les sondages.
La "société civile" ? Disons les gens qui ont une conscience bretonne plus ou moins affirmée. Elle s'exprime mais un peu dans tous les sens, de manière désordonnée et inefficace.
Ce qui manque en Bretagne, c'est un leadership, je suis presque désolé de le dire, parce que je n'aime pas particulièrement les chefs, mais c'est une réalité, pour mener une communauté ou un peuple dans une direction, il faut des gens capables de lui montrer le chemin.
Or, à part publier des communiqué sur ABP, ce qui est très bien, on ne voit pas quelqu'un, une personne ou un groupe de personnes montrer la voie, expliquer quel est le chemin à suivre.
Pas étonnant que le peuple breton soit désemparé, il n'y a personne capable de montrer le chemin, capable de s'imposer dans les medias, de dire pourquoi la réunification est impérative, pourquoi une assemblée de Bretagne est impérative, etc.
Ce devrait être le rôle du "président" de région, et on a pu croire qu'il allait le prendre, ce rôle, lorsqu'il a publié sa lettre à la Bretagne, mais depuis, c'est marche arrière toute. Quand à Ledrian, il a déserté son poste.
A défaut d'un leader qui sache montrer la voie, il faut qu'un groupe de personnes s'en charge. Or ce qu'on voit, à part un semblant d'union lors des manifestations, c'est une sorte de chacun pour soi (ce n'est pas la "désunion française", mais la désunion bretonne". Chacun y va de son communiqué, plus pertinent les uns que les autres, mais qui au final conduisent où ???
Il n'y a psa de leadership en Bretagne parce que le parti socialiste y a tous les pouvoirs et qu'il est majoritairement jacobin. Il y a une minorité disons girondine, celle qui se fait élire, mais derrière, les jacobins bloquent toute avancée, bloque la réunification.
Comment on s'en sort ? Qui sera assez inteligent pour trouver la solution qui permettra de sortir de cette situation de blocage ?
"Les Bretons, ces braves esclaves subjugués, sauront-ils l'entendre ?"
Le problème ne vient pas des Bretons qui seraient incapables d'entendre, mais de l'absence de leaders capables de se faire entendre.
(0) 

Sebastien Guivarch Le Vendredi 8 août 2014 16:32
Tout a fait , et le mouvement des "bonnets rouge" quoi que le nom aurait pu etre mieux choisi , c mon avis avait le mérite de rassembler beaucoup de gens de différents horizons , choses qui ne s'etait pas vu depuis longtemps !! J'était a carhaix et Quimper et je dois dire que j'ai vraiment eu chaud au coeur !! On peut critiqué le mélange et la forme certe , certain le font , mais au moins le peuple étaient rassemblés ! je n'ai jamais voulu "appartenir a tel ou tel organisation ni parti politique Breton , faute au clivage qui existe au sein de l'emsav ..si elle existe encore...bref ! Prenons les idées , les formes de toutes horizons et montrons a l'état français que le clivage " rive gauche , rive droite " se dépasse dans un sens commun voulu !! OUI , Utopiste ? surement ......
(0) 

LHERITIER Jakez Le Vendredi 8 août 2014 16:32
Pour une ASSEMBLEE BRETONNE préparant l'automne des actions bretonnes:Je propose que les "responsables" divers politiques associatifs,les "bretons non encartés" d'esprit dynamique,tolérant mais actifs de retrouvent sur un site qui ne nécessite pas de réservation.
La date pourrait être le samedi 6 Septembre à compter de 12 h jusqu'en soirée.Pic Nic ,résolutions,programmes d'actions,élection d'une assemblée bretonne..
Ou ?parking de Ty Kendalk à St Vincent sur Oust.Haut lieu de la culture Bretonne(où nous avons travaillé sur le 1er bâtiment en 1968 et 1969).Ces bâtiments viennent d'être rachetés par la Communauté de communes de Redon .Ils nous appartiennent en parties.Il faut les redynamisés et les réinvestir en collaboration avec l'intercommunalité.J'ai des propositions.
Ce rendez vous doit être confirmé par plusieurs organisations bretonnes.cela serait excellent en vue de la journée du 27 Septembre.
Qui suit cette idée?
(0) 

Paul Kerguelen Le Vendredi 8 août 2014 17:07
@ LHERITIER Jakez
Nous ne serons peut-être que 2, mais rendez vous pris!
Pour ma part, je trouve que cette idée de nous rencontrer afin d'agir est excellente...
Ce n'est pas la première fois que je le clame haut et fort, il nous faut nous rassembler, nous unir... il n'est plus temps de juste blablater mais d'agir...
Vous pouvez toujours me joindre sur ma mail adresse ( tugdual.radiguet at gmail.com ) afin que nous organisions cette journée...
Un bémol cependant: le lieu. Si nous pouvions trouver un point plus central (Loudéac? Pontivy?) cela évitera de faire trop de kilomètres aux plus éloignés... Si quelqu'un connaît un lieu plus central...
(0) 

Yves Lainé Le Vendredi 8 août 2014 17:22
bravo Yvon ;je prends l' avion pour parler de la Bretagne aux Hongrois. de Transylvanie. Des parlementaires de L'UE de seront la A galon Yves
(0) 

Alwenn Le Vendredi 8 août 2014 17:50
Il ne s'agit pas tant de réunir TOUTES les associations et partis sur un ... parking pour créer une Assemblée bretonne !? (il n'y aura d'Assemblée bretonne qu'élue par l'ensemble des Bretons) mais que quelques intellectuels, artistes, écrivains, juristes (eventuellement des membres de partis politiques, Molac, Le Fur, ...), se coordonnent pour exposer la situation et la nécessité de la réunification et de l'Assemblée bretonne
Il faut un PLAN MEDIA qui s'appuie sur ce que le socialiste Urvoas a lui-même mis en avant : Réunification + Assemblée de Bretagne.
Il faut exposer clairement le blocage et les bloqueurs : les Pays de Loire, ayrault, ...
Il faut des gens qui aient accès aux medias ou qui sachent pousser la porte des medias : ça existe quant même en Bretagne !
Et il faut envoyer un dossier clair au MEDIA, pour leur expliquer la situation : 2-3 pages suffisent, avec une belle carte.
(0) 

eugène le tollec Le Vendredi 8 août 2014 19:09
À Tous
Prenez contacter avec Bretagne Réunie(direction)à titre informel...je le demande depuis très longtemps car la matière d'union est là. Hors des différentes vérités...associatives où de cercles de réflexion.
Le seul lien commun est Bretagne(tout aspect)
(0) 

eugène le tollec Le Vendredi 8 août 2014 19:47
Paul Cherel
C'est pourquoi je dis...
Seule la puissance économique sortira la Bretagne.
Toute propective doit tenir compte de cette vérité
(0) 

André Corlay Le Vendredi 8 août 2014 19:57
J'aime "...Les Bretons, ces braves esclaves subjugués..." de Paul Chérel
Cette expression et le vote systématique des Bretons incapables de s'extirper du carcan installé depuis 500 ans par leur colonisateur, me font invariablement penser au paradoxe du syndrome de Stockholm "qui décrit une situation, fondamentalement paradoxale, où les agressés vont développer des sentiments de sympathie, d'affection, voire d'amour, de fraternité, de grande compréhension vis-à-vis de leurs agresseurs. Il y a souvent adhésion à la cause des agresseurs."
Remplacez "agresseurs" par "Français" et "agressés" par "Bretons", et le tour est joué.
"Étonnant, non ?" aurait dit Pierre Desproges.
Consulter : http://www.lepsychologue.be/psychologie/syndrome-de-stockholm.php
(0) 

Marcel Texier Le Vendredi 8 août 2014 20:19
à Yves Lainé,
Ta politique est la bonne, Yves, et les Hongrois sont parmi ceux qui sont comprennent le mieux le problème breton qu'il faut impérativement internationaliser. J'ai fait un exposé d'un quart d'heure, en allemand, dans les locaux du Land de Nord-Rhein-Westfalen, il y a deux ans, sur la situation de la langue bretonne, situation qu'on ne peut comprendre sans un rappel de l'histoire bretonne, devant un public composé pour moitié de représentants des Hongrois vivant en Allemagne et pour moitié d'Allemand vivant hors d'Allemagne. J'ai eu droit à une "standing ovation" due moins à mon humble personne qu'à la sympathie des Hongrois pour la Bretagne. Quand j'ai dit que la défaite de Saint-Aubin-du-Cormier avait été note Mohacs, j'ai senti comme un frémissement parcourir l'assemblée (140 personnes). J'ai compris alors que c'était gagné !
Je te souhaite un bon voyage qui sera, j'en suis sûr, un plein succès.
(0) 

marc iliou Le Vendredi 8 août 2014 20:50
bravo Yvon Olivier pour ton livre mais il est difficile à lire bien que je sois soit disant un "intellectuel" mais je pense que je n'en ai pas compris la totalité même si j'adhère au sens profond de ce que tu veux exprimer pour notre pays ! en clair c'est difficile à appréhender sans doute pour une bonne partie de nos concitoyens mais persévère dans ton approche en faveur de notre pays qui est la bonne !
(0) 

LHERITIER Jakez Le Samedi 9 août 2014 10:33
Une réunion sur un "parking" à Ty kendalc'h est aussi bonne que des réunions en salles où l'on entends toujours les mêmes discours de spécialistes du mouvement breton.Si le lieu ne plait pas à certains,on peut proposer qu'on la fasse dans une grande cité d'HLM de Bretagne ?Le peuple breton est là aussi en majorité.
Quant à l'assemblée bretonne issue de la base,comme cela doit se faire,et non pas du haut,on la fait quand alors???Cela fait des décennies que quelques uns en parlent,sans suite....?
Quant à la Hongrie,y étant allé 4 fois,je suis très méfiant sur le pouvoir en place actuellement .Ils ont toujours été violents envers la communauté Tzigane et les objectifs du gouvernement hongrois actuel, ne sont pas un bon exemple pour nous.Mais je reconnais bien volontiers que des hongrois sont aussi respectueux du droit des peuples.Bonne chance à Yves.
Quant au 27 septembre et la manif de Nantes.je soutiens qu'il faut un rassemblement préparatoire avec l'ensemble des organisations de terrains,plus des actions de terrain,envisagées avant le 27 septembre après midi .Une simple manif de 20 à 30000 personnes dans la rue ne fera pas reculer le gouvernement actuel et ce n'est pas l'opposition UMP,UDI,FN qui nous donnera satisfaction,car ils sont d'accord avec le PS,PCF pour ne pas reconnaitre la Bretagne comme entité territoriale.Parlez en à vos "députés ,conseiller régionaux ,départementaux français dans la rue,c'est excellent.
(0) 

Alwenn Le Samedi 9 août 2014 16:00
"Rassemblons toutes les énergies bretonnes dans une plate forme citoyenne autour de l'indispensable réunification et jetons, si possible, les bases d'un projet de développement global pour la Bretagne."
Mais on est tous d'accord là-dessus. Là où ça achoppe, c'est, COMMENT on y arrive ?!?
(0) 

PIERRE CAMARET Le Dimanche 10 août 2014 02:43
Tres bien , Excellent programme . Quand commence -t-on ????.
Cela fait 54 ans , que j'entends cette recommendation .
qui est tres pertinente ... mais qui semble n'interesser,vraiment , personne .......... .
(0) 

IFFIG COCHEVELOU Le Dimanche 10 août 2014 11:19
Cela fait 50 ans que l'on tourne en rond.
On peut dire , faire tout ce que l'on veut, tant que les Bretons n'aurons pas compris que la Bretagne n'est pas une exception, et que l'on réussira uniquement par les élections : ce n'est pas avec 300 ou même 500 militants actifs que l'on obtient 20% des voix , le seuil pour avoir une reconnaissance.
Jusqu'ici en Europe, toutes les minorités qui arrivent au pouvoir , l'auront fait par les urnes
Attendez la victoire pour poursuivre les débats négatifs, engagez vous dans les mouvements qui existent et faites les évoluer s'il le faut sans pinailler sur le moindre mot qui ne vous convient pas,
Soyons nombreux a défendre la cause de la Bretagne
Nous n'avons pas d'autres choix !
(0) 

Ker Abîme Le Dimanche 10 août 2014 21:41
«Jean-Marc Ayrault, ou l'ignorance heureuse.» C'est une petite phrase retranscrite dans le Ouest-France du 3 juin 2014, page 16; celui qui titre;«France à 14 régions:Hollande s'explique» et qui présente la fameuse nouvelle, vieille carte des régions française.J.M.A n'étant plus premier ministre s'exprime alors sans l'intermédiaire d'un rédacteur de discours et cela se voit tout de suite.Cette phrase sensée défendre la pérénité des pays de la loire, ne la cherchez plus dans les gazouillis (compte twitter) d'Ayrault, car après s'être relu, il a corrigé sa copie en faisant disparaître une des trois villes citées (Brest). Je vous le jure devant Ste Anne, je n'ai changé aucune virgule au texte d'origine!Jean-Marc s'exprime en ces termes: «La Bretagne et les pays de la loire ont plusieurs métropoles à elles deux: Nantes, Rennes, Brest.Elles fonctionnent déjà ensemble, elles sont proches géographiquement, historiquement, politiquement:quelle puissance et quelle force cela pourrait représenter.(sic!)À chacun l'âge venu, la découverte ou l'ignorance écrivait le nantais Morvan Lebesque; après 40 ans passés en Bretagne Jean-Marc Ayrault l'angevin, a choisi l'ignorance et semble toujours heureux de l'être...
(0) 

Louis Le Bars Le Mardi 12 août 2014 00:21
Important : Lu sur le portail marocain "Menara" qui est le 1er portail francophone d'Afrique, sachant que globalement le Maroc suit de très près tout ce qui se passe en Espagne (une partie des programmes de la TV marocaine sont d'ailleurs en espagnol)) :
Cet article date du 24 juillet (à replacer dans le contexte de réforme territoriale en France, juste après les votes en 1ère lecture des députés) avec des déclarations précises de Manuel Valls totalement non relayées dans les médias français, ce qui me parait extrêmement curieux...
" Madrid, 24 juil 2014 (MAP) - Le premier ministre français, Manuel Valls, a mis en garde, mercredi à Madrid, contre une éventuelle indépendance de la Catalogne (Nord-est de l'Espagne) qui aura des conséquences "dangereuses" sur toute l'Europe.
La sécession de la région autonome de la Catalogne, dont le président Artur Mas a convoqué un référendum d'autodétermination pour le 9 novembre prochain, aura des conséquences "dangereuses" premièrement sur cette région espagnole, sur l'Espagne et même sur l'Europe, a affirmé Valls dans une déclaration à la presse au terme d'une réunion avec le président du gouvernement espagnol, Mariano Rajoy.
"Il se trompe celui qui pense que la séparation (de la Catalogne) n'aura pas des conséquences sur l'économie, sur l'appartenance à la zone euro et à l'Union européenne", a encore insisté le premier ministre français qui plaide pour une Espagne "forte et unie".
Dans ce sens, Valls a appelé les dirigeants européens à faire face aux "défis" indépendantistes qui surgissent en Europe et cela, a-t-il dit, pour défendre le projet européen commun.
"L'UE est un projet extraordinaire qui peut être détruit par les velléités indépendantistes" a averti le responsable français qui a tenu, lors de son séjour à Madrid, une réunion avec le nouveau secrétaire général du Parti socialiste ouvrier espagnol (PSOE, opposition), Pedro Sanchez.(MAP). "
Comment ces déclarations ont-elles pu être à ce point être passées sous silence ???
Moi je ne crois pas du tout à ces histoires de projets d'économie de cette réforme territoriale : le gouvernement ne réduit même pas de 1 % le nombre de conseillers régionaux avec les fusions et leurs indemnités vont être harmonisées par le haut. C'est tout bonnement incroyable !
Par ailleurs tout le monde connaît la solution pour alléger le millefeuille d'un strict point de vue économique-simplification-arithématique : supprimer les départements (il suffisait pour cela de créer un conseiller territorial sur des cantons régionaux "démographiques" ), supprimer les communes...le tout sans augmenter le nombre d'élus régionaux et intercommunaux.
Donc quel est le but du gouvernement ??? décaler les élections régionales, certes, mais cela me parait tellement petit bras et insignifiant que cela me parait léger. Faire semblant de réformer...pourquoi pas, mais bon je doute qu'à Bruxelles ou Berlin ils soient si stupides ou peu renseignés sur le fonctionnement des institutions locales françaises et la réalité des pouvoirs en France...
Donc moi :
- au vu du contexte européen (Ecosse, Catalogne, Crimée), Les positions de Manuel Valls sur ces dossiers (1ère mesure en tant que ministre de l'intérieur : donner Aurore Martin aux espagnols. 1ère mesure en tant que Premier Ministre : la "réforme" des régions)
- au vu du black-out médiatique total en France qui ne peut pas être un hasard ( en contraste avec les déclarations sur ces questions catalo-écossaises de commissaires européens quasi inconnus , qui sont elles relayées par les médias français !!)
... il y a de bonne chance pour que LE VRAI BUT DE CETTE OPERATION, C'EST D'EFFACER CERTAINES REGIONS ayant une grande légitimité démocratique aux yeux de leurs habitants (sentiment d'appartenance).
(0) 

PIERRE CAMARET Le Mardi 12 août 2014 08:31
Eugene . Oui biensur une Economie forte est un facteur incontournable ...... mais une Economie forte ne se cree pas en une semaine . Il y a des statistiques a etablir ( si ,ils n'ont pas encore ete faits: Situation Locale ,situation Europeenne , situation Mondiale ) puis des technologies , des investissements ,des marches potentiels ,a trouver .Cela prend au moins 3 ans ( tres grossiere estimation ) .
Les investisseurs serieux( et lesquels?? , il faudra evaluer et choisir ) viendront , si les arguments economiques sont bons , ils voudront rentabiliser leurs investissements , et si la situation politique est stable . Eux aussi ont leur base de calculs , eux aussi ont des objectifs cibles .Il faudra fournir sur place , autant que possible la ressource humaine: employes , cadres .
Il faut mettre tout cela en place . C'est faisable .Il y a des pays qui nous donnent l'exemple de succes. Priorite des priorites Bon gouvernement , competent et honnete . Il est certain qu'a l'heure actuelle , nous sommes mal places. La promotion VOLTAIRE , a ce jour ne me semble pas avoir produit de Grands Genies en Economie /Finance... et ailleurs aussi.
(0) 

Alwenn Le Mardi 12 août 2014 11:13
@ Louis Le Bars
... il y a de bonne chance pour que LE VRAI BUT DE CETTE OPERATION, C'EST D'EFFACER CERTAINES REGIONS ayant une grande légitimité démocratique aux yeux de leurs habitants (sentiment d'appartenance)."
Ce n'est sans doute pas le but premier, la réforme des régions traine depuis des années, mais pour Valls, c'est sûr, la disparition de la Corse et de la Bretagne serait très conforme à son agenda. Pour la Corse, il n'a pas insisté et elle garde son statut, pour la Bretagne ...
Valls est un fasciste jacobin pur jus, refus du corse comme langue officielle, refus de créer une région spécifique pour le Pays Basque Nord, refus de la réunification de la Bretagne...
C'est un ennemi déterminé, autant le savoir. Et ce n'est pas une manifestation à Nantes ou ailleurs, quelle qu'en soit le niveau de participation, qui pourrra lui faire changer d'avis. Autant le savoir aussi.
Le problème du mouvement breton, c'est de ne pas réfléchir à la nature du pouvoir fasciste jacobin, dont ayrault et valls sont des spécimen, et donc de ne pas avoir de stratégie efficace pour mettre à bas cette idéologie.
Du coup, le mouvement tourne en rond depuis 50 ans.
(0) 

Alwenn Le Mardi 12 août 2014 11:21
Pour compléter sur valls, et pour rire un peu !
"Valls, qui s'est défini comme "mi-Catalan, mi-Français", n'a pas souhaité s'exprimer sur le désir d'indépendance de la Catalogne. "Comment je vis ce qu'il se passe en Catalogne en ce moment? Je suis le ministre de l'Intérieur français et j'ai une relation excellente avec le gouvernement central espagnol. J'ai une relation personnelle et de travail avec le ministre de l'Intérieur espagnol Jorge Fernandez-Diaz pour la lutte contre le terrorisme, contre le trafic de drogue... L'Espagne a cette culture d'autonomies fortes qui doit être une force et pas un problème. En France, c'est très différent, c'est plus centralisé. C'est très difficile de comprendre (vu de France) ce qu'il se passe en Espagne"."
Vu de france, ou vu de paris ???? ,1792068.php
(0) 

Alwenn Le Mardi 12 août 2014 11:26
« Souvenons-nous toujours, et notamment ici en Catalogne, et à Barcelone, que l'Europe a besoin d'unité et de solidarité. Ne laissons pas se produire de nouvelles fractures! Ce qui nous rassemble nous rend plus forts, ce qui nous divise nous affaiblit, sachons allier le combat pour nos identités à celui qui nous rendra plus fort pour peser à l'échelle mondiale »
Diviser la Bretagne pour mieux régner.
"Ce qui nous rassemble nous rend plus forts, ce qui nous divise nous affaiblit, sachons allier le combat pour nos identités à celui qui nous rendra plus fort pour peser à l'échelle mondiale"
Voilà un programme pour la Bretagne au sein de l'Europe.
(0) 

eugène le tollec Le Mardi 12 août 2014 12:43
Pierre,bonjour ....c'est pourquoi je hurle cela...partout...c'est un de mes points fixes...personne ne veut comprendre...cela aurait du être entrepris depuis Novelli de Roman avec le pool "CCI"et toute structure économique bretonne...Je pensais aussi au JY Le Drian aurait approfondi cette perspective....
J'ai parlé...un jour d'ambassade économique bretonne ( une approche se fait sur la Chine).
UN CERCLE DE REFLEXION (LOCARN)...depuis des annees aurait du prendre le problème"à bras le corps")...
Nous pouvons faire un tas de choses hors de la structure d'État..
Je pensais à "BREIZ Impacte" où certainement les intelligences sont "au top"...
Est ce que tous ces gens ont intégré ...ce qu'est puissance économique nécessaire à toutes autres actions d'ampleur?
(0) 

PIERRE CAMARET Le Mardi 12 août 2014 12:49
ALWENN. Il est tres bien cet individu nomme , je crois , VALLS , Il fait les demandes et donnent les reponses .
L'esprit Jacobin , rend les gens superintelligents .
Je crois parceque , il est d'origine etrangere , catalan .. il veut demontrer qu'il est deux fois francais dans son discours politique . Ai quelques fois rencontre , des gens qui avaient la meme attitude .. et pour les memes raisons .
Moi , aussi , je veux l'Europe .... mais pas la sienne.
(0) 

eugène le tollec Le Mardi 12 août 2014 13:58
Je vois qu'il y encore une mauvaise transcription
Je voulais noter ..depuis jocelin de Rohan( président de région)..et je rajoute ,l'action économique aurait être entreprise...!
(0) 

PIERRE CAMARET Le Mercredi 13 août 2014 01:45
ELT. La France , c'est ROME de la decadence . Nos elites (sic) ne sont guere interessees par l'Economie , mais par la Politique .
Je me souviens des "Tetes d'affiche "des Partis , Associations, Bretons , autoproclamees ,d'il y a 25 - 30 ans et qui m'influencaient beaucoup a l'Epoque ( j'etais expatrie) ....... et qui ne pensaient qu'a cela .On voit le resultat aujourdhui : La Bretagne a echoue , eux memes ont echoue dans leur ambition .... on en entend que peu parler , maintenant ... des anciens combattants qui doivent se raconter leurs campagnes .......... un peu comme Jean Marie LEPEN , mais lui au moins fait,helas !, toujours parler de lui , par famille interposee.
(0) 

bernard Uguen Le Samedi 30 août 2014 11:49
l'opportunité démocratique du pataquès Régional.
Les élections régionales devraient avoir lieu en juin 2015 ; Voir la dépêche AFP ; .
Ainsi contrairement à ce qu'il était prévu dans la loi sur la carte des régions, les élections régionales et départementales de décembre 2015 seraient avancées. "« Si l'on doit avancer la date des élections ce qui semble probable, il convient de créer des régions à une date antérieure ».
Or il semble bien qu'il soit anticonstitutionnel de modifier les circonscriptions électorales dans l'année qui précède les élections correspondantes. !!
Bon d'accord, on ne sait pas trop où on en est dans cette affaire. C'est même le grand foutoir. Mais, si les élections ont lieu en juin 2015, ce n'est pas plus mal, du point de vue citoyen. Le parlement pourrait attendre pour voter la loi sur la carte des régions. Ce serait ainsi aux citoyens de saisir l'occasion pour mettre de l'ordre dans cette organisation territoriale. Le grand débat public sur cette question de la carte des régions et de la décentralisation sera ainsi ouvert grâce au bévues du gouvernement.
De fait les élections régionales et départementales seront l'équivalent d'un grand référendum sur ces questions, avec du fait même de l'enjeu électoral, un vrai et grand débat public animé.
C'est pour cette raison qu'il est important de saisir l'occasion, et, en conséquence de se préparer à poser des revendications citoyennes sur la vie démocratique des institutions et pouvoirs décentralisés.
La révolution citoyenne doit partir de la base. il est donc logique de commencer le travail par les institutions locales, en l'occurrence régionale et départementale, et l'occasion nous en est donnée par ces prochaines échéances électorales à venir.
C' est l'occasion de se battre " Ici et maintenant", chacun dans sa région, pour faire avancer les principes d'une démocratie citoyenne à l'échelon régional. L'avantage formidable est que c'est dans chaque région et chaque département qu'il est alors utile et intéressant de démultiplier les cercles de réflexions et de propositions, avec une échéance déterminée à l'avance ; JUIN 2015. Au lieu de s'escrimer sur un travail théorique et assez vain pour une constituante nationale éventuelle, il s'agit d'enclencher des travaux pratiques réels à l'échelon décentralisé, sanctionnés électoralement dans les dix mois. C'est ce double aspect, durée limitée, et sanction électorale, qui forme le caractère responsable mais aussi motivant de ce projet.
Ainsi il serait alors envisageable d'établir une grande proposition de "Contre-pouvoir citoyen régional", sorte d'assemblée de citoyens tirés au sort chargés du contrôle des institutions, et d'en revendiquer l'institutionnalisation dans sa propre région. Pour avoir une idée plus précise de cette proposition, voir ; et les autres articles qui en parlent sur le blog "changer la république".
Bien sûr il faut retravailler tout cela, l'adapter concrètement au niveau régional, soigner la présentation et développer un argumentaire percutant avec des justificatifs sur les réalités et les pratiques de la vie politique régionale et départementale.
Il en serait de même pour chaque proposition d'innovation démocratique (renouvellement des élus, référendums locaux d'initiative citoyenne, pouvoirs et compétences des assemblées régionales, politique de sensibilisation et de formation à la vie politique, aux libertés publiques, aux droits et devoirs du citoyen....) .
Un tel programme régional limité de façon volontaire aux seules questions de rénovation démocratique, est un combat essentiel à mener, d'autant que l'agrandissement envisagé des territoires régionaux et la suppression à terme des départements présentent des risques évidents d'éloignement du citoyen des lieux de décisions démocratiques, et de professionnalisation du personnel politique..
(0) 

SPERED DIEUB Le Samedi 30 août 2014 13:58
d'autant que l'agrandissement envisagé des territoires régionaux et la suppression à terme des départements présentent des risques évidents d'éloignement du citoyen des lieux de décisions démocratiques, et de professionnalisation du personnel politique..
Non Monsieur Uguen les départements ne seront pas supprimés ,Valls l'a confirmé hier C'est justement à se demander si derrière cette farce du redécoupage ne se cache pas en fait un sursaut jacobin ,qui réagit tel un sanglier blessé La procédure consiste en la créations grandes régions artificielles donnant un aspect trompeur d'une évolution administrative, dont le pouvoir comme vous le dites est encore plus éloigné du citoyen .En donnant une opportunité prévisible aux départementalistes,qui prennent prétexte de cet éloignement pour justifier leur revendication de maintien des départements ,Claudy Lebreton doit jubiler !! Ensuite le peu de pouvoirs que disposaient les régions actuelles depuis 1981 revient d'une part aux départements qui est le représentant local de l'état et quelques compétences pour ces grandes régions dans un but de communication pour montrer une image moderne de la France mais en réalité trompeuse .
La boucle est bouclée ,c'est ni plus ni moins une reprise en main par le pouvoir central ,qui conviendra a une situation politique malsaine du moment ,en répondant à un mouvement d'opinion souverainiste qui surfe sur la crise FN? FRONT DE GAUCHE ,MRC DLR sans compter les courants jacobins des autres partis ,jusqu'au MODEM
Si l'entreprise de la réforme territoriale s'était faite sur une base sincère ,ce sont les communautés de communes réformées et transformés en pays ,transgressant si nécessaire les limites départementales ,qui se seraient substitués aux départements comme échelons de proximité .Ensuite un découpage régional prenant en compte les réalités ,historiques ,humaines ,identitaires économiques voir géopolitiques en ce qui concerne les entités périphériques comme la Bretagne . La notion de fédéralisme aurait pu être appliquée à géographie variable ,davantage de décentralisations pour les régions excentrées par rapport à Paris ,par contre le pourtour de la capitale française ainsi que d'autres grandes métropoles auraient pu conserver ,si elles le jugent nécessaires, des formes d'administration plus centralisées
(0) 

An Floc'h Le Samedi 30 août 2014 18:36
@bernard Uguen
J'ai du mal à saisir la cohérence entre "Au lieu de s'escrimer sur un travail théorique et assez vain pour une constituante nationale éventuelle" et "changer la république".
Le 1er point de vue n'est pas plus fumeux que le 2nd.
Et concrètement, depuis une cinquantaine d'années, les régionalistes se complaisent dans cette vision idéale d'une société qui évoluerait tranquillement grâce à la sagesse d'une ultra-minorité de citoyens exemplaire...
Il est au contraire urgent de changer de stratégie (sans pour autant jeter ce qui a réellement eu du succès dans cette voie).
Le citoyen préfère regarder la télé-réalité et faire les soldes plutôt que d'aller à des réunions politiques après une journée de dur labeur.
La France est un pays de révolution, qui explose régulièrement quand la chape du pouvoir central devient trop lourde mais qui n'a pas encore réussi à s'en débarrasser complètement.
La seule expression politique qui pèse, encore, quelque chose, en dehors de la violence type Bonnets Rouges et ZAD-NDDL, est l'élection présidentielle.
Les régions doivent prendre Paris si elles veulent espérer gagner quoi que ce soit. Et faire tomber la capitale.
Si j'approuve complètement les idées du type de David Van Reybrouck et son essai "Contre les élections", il y a des moments où il est urgent de relire Sun Tzu.
(0) 

PIERRE CAMARET Le Vendredi 26 septembre 2014 06:30
Tiens le Conseil Municipal de REDON ( je connais la ville ayant vecu dans un village a 10 Kms ) a vote pour la reunification , sauf les Socialos qui se sont abstenus... le doigt sur la couture du Pantalon , ecoutant la voix de ses maîtres a Paris . Ces gens la , Messieurs ne sont pas des hommes , seulement des Socialistes .
(0) 

Commenter :
Votre email est optionnel et restera confidentiel. Il ne sera utilisé que si vous voulez une réponse d'un lecteur via email. Par exemple si vous cherchez un co-voiturage pour cet évènement ou autre chose.
ANTI-SPAM : Combien font ( 0 multiplié par 4) + 2 ?

ABP

Publier

Nous suivre

2003-2024 © Agence Bretagne Presse, sauf Creative Commons