Put your name here

connexionS'accréditer | S'abonner | Se connecter | Faire un don
> Logo ABP
ABP e brezhoneg | ABP in English |
Rassemblement à Nantes devant l'hôtel du département, voisin de la préfecture, quai Ceineray le 3 juin 2014.
Rassemblement à Nantes devant l'hôtel du département, voisin de la préfecture, quai Ceineray le 3 juin 2014.
Jonathan Guillaume, porte-parole du collectif <i>44=Breizh</i> à Nantes le 3 juin 2014.
Jonathan Guillaume, porte-parole du collectif 44=Breizh à Nantes le 3 juin 2014.
... à Nantes le 3 juin 2014.
... à Nantes le 3 juin 2014.
- Communiqué de presse -
Réforme territoriale : le Conseil général de Loire-Atlantique investi par les manifestants pour réclamer un référendum
À l’appel de 44=Breizh et Bretagne Réunie, environ un millier de personnes se sont rassemblées devant les différentes préfectures de Bretagne pour dénoncer la nouvelle carte des régions issue de la réforme territoriale
Jonathan Guillaume pour 44=Breizh le 4/06/14 10:20

À l'appel de 44=Breizh et Bretagne Réunie, environ un millier de personnes se sont rassemblées devant les différentes préfectures de Bretagne pour dénoncer la nouvelle carte des régions issue de la réforme territoriale. ( voir l'article ) et (voir le site)

À Brest (1), Rennes (2), Quimper (3), Vannes (4), Saint-Brieuc (5), Saint-Nazaire (6) et Nantes (7), les manifestants ont demandé le droit de pouvoir décider des limites de leur région et de prendre en compte la revendication d'une Bretagne à cinq départements. En effet, la nouvelle carte des régions présentée par l'Élysée est la conséquence de jeux de pouvoirs au sein du PS et n'a pas laissé la place à un débat populaire et à l'émergence de véritables espaces régionaux.

À Nantes

Les manifestants ont envahi la cour du Conseil général de Loire-Atlantique aux cris de " démocratie pour la Bretagne " et " Vichy c'est fini, démocratie " pour réclamer le droit à un référendum départemental sur le redécoupage.

Cette action spontanée est le fait d'une exaspération face à l'absence d'un débat contradictoire associant les citoyens sur leur avenir institutionnel.

Il n'est en effet pas acceptable que la ville de Nantes, la Région Pays de la Loire et maintenant le département prennent des décisions sur l'avenir des régions sans aucune consultation des populations.

Jacques Auxiette a beau dénoncer notre action, nous, nous dénonçons l'utilisation de l'argent public et le détournement des outils techniques de sa collectivité pour créer un lobbying ne laissant pas la place à un véritable débat.

Entre une occupation pacifique d'un bâtiment ou se plier à une démocratie bafouée, nous avons fait notre choix.

Un référendum en Loire-Atlantique ? Oui puis non...

Un exercice démocratique, c'est d'ailleurs ce que proposait le président du Conseil général avant de se contredire complètement. Philippe Grosvalet déclarait en effet il y a quelques jours la possibilité d'un référendum d'initiative locale si le département de Loire-Atlantique n'était pas intégré à la Bretagne, quel que soit le découpage ( voir l'article ).

Aujourd'hui, le président du Conseil général n'est plus dans cette dynamique malgré le maintien du découpage actuel et a déclaré que " le projet de réunification est enterré " tout en se permettant de qualifier les habitants favorables à la réunification de personnes " qui se complaisent dans des débats passéistes " (8).

Philippe Grosvalet a également déclaré que " Le président de la Loire-Atlantique n'a pas la capacité à organiser un référendum d'initiative locale sur un sujet qui n'est pas de sa compétence ".

Il semblerait que décider à la place des citoyens de leur cadre institutionnel ne soit pas plus de sa compétence…

Ce revirement, tout en dénigrant les partisans de la réunification, est une honte.

Après deux heures d'attente dans la cour du Conseil général, le Collectif 44=Breizh et Bretagne Réunie ont été reçus par deux conseillers généraux et le directeur du cabinet de Philippe Grosvalet.

Les élus ont confirmé leur position sur le Grand Ouest. Nous avons demandé, simplement, que les habitants aient le droit de s'exprimer démocratiquement sur leur avenir institutionnel.

Cette perspective a été refusée par les élus qui, rassurés de ne pas avoir été fusionnés avec le Centre ou le Poitou, ne semblent plus voir l'utilité de consulter la population. Ce n'est pas notre conception de la démocratie.

Si nous ne pouvons voter, décider de notre avenir institutionnel, si nos élus se permettent de dénigrer ceux qui souhaitent un autre avenir pour nos territoires alors nous détruirons nos carte d'électeurs devant la presse lors de la manifestation du 28 juin à Nantes pour dénoncer cette situation.

Toutes et tous à Nantes,

le 28 juin à 14 h devant la préfecture !

Démocratie pour la Bretagne !

(voir le site)

Notes en forme de revue de presse

(1) - Brest  : (voir le site) de maville : une quarantaine... pro-réunification. De la mairie ils sont allés à la sous-préfecture.

(2) - Rennes : (voir le site) de Ouest France : une centaine... avec des drapeaux gwenn ha ruz de Breizhistance pour refuser la nouvelle carte territoriale et réclamer une Bretagne réunifiée avec la Loire-Atlantique.

(3) - Quimper : (voir le site) de maville : deux cents... Video de 35 secondes Les manifestants entonnent un chant breton alors qu'ils scandent seulement Naoned e Breizh ! Puis une video de 1' 22 : Christian Troadec a pris la parole.

(4) - Vannes : (voir le site) de Ouest France : quatre-vingts... avec video de 1' 51 : Explication de M. Calvez de Bretagne Réunie et de Gilles Servat qui revient sur la réaction de son père pendant la guerre à la partition du 30 juin 1941. Puis Christian Derrien. Enfin Michel Chauvin lance le Bro gozh avec Gilles.

(5) - Saint-Brieuc : (voir le site) de Ouest France : une centaine pour une Bretagne à cinq, rassemblement annoncé la veille : (voir le site)

(6) - Saint-Nazaire : (voir le site) de maville : une soixantaine... Le journaliste n'a visiblement rien compris : Des personnes qui soutiennent le rapprochement des régions Pays de Loire et Bretagne et qui ne pouvaient se rendre à Nantes...

(7) - Nantes : (voir le site) de Presse Océan : plus de 300... Avec video de 45''. Très encadrés par les CRS.

Et

(voir le site) Pour Ouest France Pays de la Loire, c'est 150 militants, avec video d'une minute.

(8) Propos rapportés dans (voir le site) de Presse Océan. Titre : Réforme. Philippe Grosvalet (PS) “enterre définitivement” la Bretagne réunifiée., 3 juin, 13 h 02. Propos atténués dans son communiqué de presse officiel de 17 h 18 ( voir l'article )

Voir aussi :
logo
44=Breizh est un collectif de jeunes militants pour la Réunification de la Bretagne et contre la propagande assimilatrice de la Région Pays de la Loire.
44=Breizh, c’est parce que la propagande « Pays de la Loire » qui inonde notre vie quotidienne, nos lycées, nos lieux de formation, mérite une réponse.
44=Breizh, c’est parce la politique d’acculturation « ligérienne » est inadmissible.
44=Breizh, c’est parce que depuis trop longtemps le peuple breton réclame son unité territoriale, avec beaucoup de promesses et d’espoirs, mais jamais d’actes.
Constitué depuis début 2008, le collectif 44=Breizh vise à regrouper la jeunesse bretonne qui dit non à la partition et à la région « PdL ». Malgré 37 ans de « PdL » et de séparation, nous, jeunes de 15 à 30 ans, réclamons fortement
Voir tous les articles de 44=Breizh
Vos 0 commentaires
Commenter :
Votre email est optionnel et restera confidentiel. Il ne sera utilisé que si vous voulez une réponse d'un lecteur via email. Par exemple si vous cherchez un co-voiturage pour cet évènement ou autre chose.
ANTI-SPAM : Combien font ( 5 multiplié par 5) + 2 ?

ABP

Publier

Nous suivre

2003-2024 © Agence Bretagne Presse, sauf Creative Commons