Put your name here

connexionS'accréditer | S'abonner | Se connecter | Faire un don
> Logo ABP
ABP e brezhoneg | ABP in English |
Figure 1 - Le Lewis Model
Figure 1 - Le Lewis Model
Figure 2 - Confrontation culturelle
Figure 2 - Confrontation culturelle
- Chronique -
Rencontre avec Richard Lewis
La section "Économie et culture" de l’Institut Culturel de Bretagne a initié un projet original : Atouts Breizh. L’objectif est le suivant : Dans un univers globalisé, identifier les facteurs
Jean-Pierre Le Mat pour JPLM le 31/08/16 16:17

La section "Économie et culture" de l’Institut Culturel de Bretagne a initié un projet original : Atouts Breizh. L’objectif est le suivant : "Dans un univers globalisé, identifier les facteurs culturels qui permettent à des entreprises bretonnes de durer, d’évoluer, de gagner ou de se différencier".

Projet original en effet. Quand on parle de culture bretonne, on pense d’abord à la langue et à l’histoire, bref à une connaissance. Être cultivé, c’est savoir des choses. Or la culture est beaucoup plus large que cela. C’est le savoir conscient d’une communauté humaine, mais aussi son héritage inconscient : ses comportements, ses réactions, ses valeurs, son type d’humour, sa conception du travail ou de la justice.

Richard Lewis (voir le site) est un jeune homme de 86 ans à l’esprit vif, sans aucune arrogance. Il est reconnu comme le spécialiste mondial des cultures, du dialogue interculturel et du management transculturel. Il a été conseiller de l’empereur du Japon, du gouvernement finlandais, de grandes entreprises multinationales. Il parle plus d’une dizaine de langues. Descendant de mineurs gallois, le projet Atouts Breizh lui apparaît comme un enjeu intéressant.

Richard Lewis a écrit plusieurs ouvrages de référence, dont "When cultures collide", Quand les cultures se confrontent. Ce livre est extrêmement riche, passionnant et souvent drôle. Mais Richard Lewis n’a pas seulement écrit des livres et conseillé des gros bonnets. Il a modélisé le dialogue interculturel dans un ensemble d’algorithmes, le « Lewis Model ». Il a d’autre part inscrit son savoir, son expérience et ceux de ses collaborateurs dans un logiciel accessible sur internet, CulturalActive.

CulturalActive, à partir d’un questionnaire qui vous prendra plus d’une heure, analyse votre comportement et vos valeurs. Il les compare aux moyennes nationales qui vous intéressent. Si par exemple, vous cherchez à exporter en Allemagne ou à travailler avec une ONG irlandaise, cela vous permet de voir quelles sont les zones où vous serez en phase avec vos interlocuteurs, et quelles sont les zones où vous risquez des incompréhensions ou des conflits. Si vous cherchez à dialoguer avec des Arabes ou des Brésiliens, vous verrez quelles sont les erreurs à ne pas faire pour que le dialogue soit réel et fécond.

J’ai réalisé mon profil culturel avec CultureActive. Je m’aperçois que mon comportement est plus proche de celui d’un Canadien ou d’un Finlandais moyen que du Français moyen (figure 1). Mais je ne suis qu’un Breton parmi d’autres. L’objectif du projet Atouts Breizh est d’identifier les spécificités bretonnes à partir d’un panel de plusieurs centaines de Bretons.

Les saisies d’écran présentées ici ne constituent qu’une infime partie des informations fournies par le logiciel. L’intérêt pratique est étonnant. Le logiciel identifie les possibilités de conflits ou d’incompréhension dues à la distance culturelle, et donne des conseils pour les surmonter. Sur la figure 2, les conseils du logiciel sur 2 points qui me différencient du Français moyen. Il y en a d’autres, plus personnels, que je ne livrerai pas…

Le projet Atouts Breizh vise à obtenir la participation de plusieurs centaines de Bretons au questionnaire. La sélection se fera par quotas, en particulier par catégories socio-professionnelles. En retour, les volontaires bénéficieront de leur profil culturel individuel. Pour la Bretagne, l’intérêt sera de disposer d’un profil culturel « national » que nous pourrons comparer à d’autres pays. Et ainsi atteindre le but fixé : identifier les facteurs culturels qui sont favorables et ceux qui sont défavorables à la Bretagne dans un univers de compétition globale ; perfectionner nos relations internationales, qu’elles soient économiques, sociales ou simplement humaines. Les conseils de Richard Lewis seront utiles.

Ceux qui sont intéressés par le projet Atouts Breizh peuvent adhérer à la section "Économie et culture" de l’Institut culturel de Bretagne. Envoyer pour cela un courriel au secrétariat de l’ICB : icb [at] skoluhelarvro.bzh

Les entreprises bretonnes (ou les associations d’entreprises) qui veulent affiner leur approche internationale en utilisant le Lewis Model Peuvent prendre contact avec le secrétariat de l’Institut de Locarn : administration [at] institut-locarn.com

Vos 0 commentaires
Commenter :
Votre email est optionnel et restera confidentiel. Il ne sera utilisé que si vous voulez une réponse d'un lecteur via email. Par exemple si vous cherchez un co-voiturage pour cet évènement ou autre chose.
ANTI-SPAM : Combien font ( 8 multiplié par 0) + 2 ?

ABP

Publier

Nous suivre

2003-2024 © Agence Bretagne Presse, sauf Creative Commons