Put your name here

connexionS'accréditer | S'abonner | Se connecter | Faire un don
> Logo ABP
ABP e brezhoneg | ABP in English |
Photo prise quelques secondes avant le dérapage policier :
La terrasse est bondée ; le quartier calme ; des familles sont de sortie avec leurs enfants ; des trottinettes à côté des tables...<br>
Les forces de police  elles  sont déjà prêtes à l'attaque
Photo prise quelques secondes avant le dérapage policier : La terrasse est bondée ; le quartier calme ; des familles sont de sortie avec leurs enfants ; des trottinettes à côté des tables...
Les forces de police elles sont déjà prêtes à l'attaque
Dans la rue adjacente  les camions des forces de police sont déjà là pour les renforts.
Dans la rue adjacente les camions des forces de police sont déjà là pour les renforts.
En plus de la quinzaine de policiers intervenant à la terrasse du café  des
En plus de la quinzaine de policiers intervenant à la terrasse du café des "spectateurs" en uniformes observent la scène...
- Appel -
Samedi 25 avril : journée de mobilisation pour 44=Breizh, finissant par des interpellations, des coups et des blessures venant des forces de police...
Dès 14 heures, le collectif 44=BREIZH commençait sa journée militante par une intervention auprès du «débat participatif» proposé par le CRJ des Pays de la Loire, rue La Tour d'Auvergne à Nantes (...) Appelant à la manifestation unitaire contre toutes les répressions qui se tenait à 15 heures, les membres de notre collectif, du SLB/Skol-Veur et d'Emgann, se sont donc ensuite rassemblés derrière la banderole
Jonathan Guillaume pour 44=Breizh le 26/04/09 16:50

Dès 14 heures, 44=BREIZH commençait sa journée militante par une intervention auprès du « débat participatif » proposé par le CRJ des Pays de la Loire, rue La Tour d'Auvergne à Nantes. Par la voie de notre porte-parole, 44=BREIZH obtenait une courte intervention et exprimait son point de vue sur le caractère faussement démocratique que voulait souvent se donner la région Pays de la Loire dans ses campagnes de communication, alors que celle-ci s'oppose toujours depuis des dizaines d'années à toute forme de référendum sur la question de la Réunification de la Bretagne. Beaucoup de dents grincèrent, mais plusieurs personnes apprécièrent sourire en coin à l’appui.

Appelant à la manifestation unitaire contre toutes les répressions qui se tenait à 15 heures, les membres de notre collectif, du SLB/Skol-Veur et d'Emgann, se sont donc ensuite rassemblés derrière la banderole BREIZHISTANCE, afin de rappeler la répression politique dont souffre régulièrement le mouvement d'émancipation national breton et de dénoncer celle qui s’abat sur les défenseurs de l'Hôpital de Carhaix, les opposants à l'aéroport de Notre Dame des Landes, les manifestants de Saint-Nazaire, etc....

Après un début de manifestation unitaire et animé d'environ 400 personnes, à mi-parcours, un certain nombre de personnes a commencé à s'en prendre aux vitrines d'agences immobilières, de banques, d'assurances, etc... À ce moment, le cortège BREIZHISTANCE a choisi de quitter la manifestation avec d'autres comités de soutien et organisations politiques, afin notamment de protéger notre voiture sono.

Notre participation à cette manifestation a consisté à diffuser des tracts, crier quelques slogans et diffuser de la musique. En effet nous ne partageons pas l'analyse faite par certains sur l'utilité politique d'une contestation s'exprimant par le cassage systématique de vitrines. N'importe quelle personne présente ce jour n'aura pu confondre le mode d'action des autonomes et celui plus pacifique que nous avons choisi. Aucune interpellation n'était à déplorer durant la manifestation.


Après la manifestation, la préfecture veut des coupables

Près d'une heure après la fin de la manifestation, une vingtaine de personnes ayant composé notre cortège sirotait un verre dans une ambiance familiale en terrasse du Cercle Rouge, bar situé rue des Carmes. À un moment est apparu au bout de la rue l'officier de la DCRI chargé des « affaires bretonnes » sur Nantes, bien connu des militants et vice et versa. Accompagné de plusieurs policiers, il leur indiquait la terrasse à laquelle nous étions installés. En quelques secondes celle-ci fût entourée d'une dizaine de policiers exigeant que toutes les personnes présentes se soumettent à un contrôle d'identité. Surpris et étonnés nous fûmes plusieurs à leur poser la question de l'utilité de ce contrôle, sachant que l'identité de la plupart leur était déjà connue et que nous ne voyions pas le danger que nous pouvions représenter à boire un verre à cet endroit, accompagnés d'enfants qui plus est.

Les policiers nous demandaient de nous exécuter, point. Désapprouvant cette mascarade policière nous avons refusé et leur avons demandé de nous laisser et de partir, ce qu’ils n’ont pas fait. Les gérants du bar extrêmement surpris de la situation leur ont demandé à leur tour de ne pas faire de problèmes et de nous laisser tranquille sachant que nous étions les clients de son bar, lieu privé. Voyant que les policiers appelaient des renforts, nous avons décidé d'appeler la presse. C’est à ce moment là que tout s'est enchaîné, et qu’un un militant ainsi que notre porte-parole furent interpellés :

« J'étais rentré dans le bar pour appeler la presse. J’y étais depuis cinq bonnes minutes et je discutais avec un journaliste au téléphone. D'un coup, une demi douzaine de policier en tenue anti-émeute entra dans le bar. Sans que je m'y attende un policier me fit une clef de bras en me passant les menottes, j'eus à peine le temps de comprendre ce qui se passait que je vis des coups de matraque pleuvoir autour de moi avant d'être violemment projeté au sol. Menotté et un genou de policier posé sur le visage j'entendais autour de moi des cris et des bruits de verre sans discerner ce qui se passait. Une fois relevé, j'eus le temps d'apercevoir un camarade la tête en sang et l'enfant d'un ami terrorisé qui pleurait. Les passants autour restaient pantois, indignés par les méthodes des policiers. Une fois au poste, ceux d’entre eux qui m'avaient interpellé m'indiquèrent que j'avais été arrêté car j'avais été vu cassant des vitrines boulevard Guist'hau. Alors que les policiers se foutaient de moi et me criaient dessus, je m'aperçus qu'ils croyaient qu'il n'y avait que moi à avoir été contrôlé. Quelque temps après je vis arriver Alan Haye au poste, qui avait connu la même infortune que moi », témoigne Jonathan Guillaume


Solidarité face à la répression !

Pendant ce temps la solidarité s'organisait et une quarantaine de personnes se sont rassemblées pendant plusieurs heures devant le commissariat Waldeck-Rousseau. Les premières brèves à la radio indiquaient que « deux jeunes casseurs avaient été interpellés lors de la manifestation ». Après plus de 16 longues heures de garde à vue éprouvante, nos deux camarades sortaient ce matin avec une convocation au tribunal de Nantes pour rébellion le 14 octobre 2009.


Nous dénonçons fermement la répression politique arbitraire qui s'exerce contre notre mouvement et notamment notre porte-parole. En effet, alors que 6 de nos membres ont été condamnés en février dernier à 30 000 euros d'amende, 2 mois de prison avec sursis et 100 heures de TIG pour de simples tags sur des panneaux Pays de la Loire®, nous souhaitons faire savoir que notre porte-parole a été convoqué quatre fois à la gendarmerie et au commissariat pour des interrogatoires et qu'il passera en comparution le 16 juin à Nantes pour avoir été surpris en compagnie d'un membre de 44=BREIZH en train de prendre en photo un barbouillage pro réunification sur un panneau PdL® à Nozay, un jour de novembre 2008. L'arrestation clairement ciblée et arbitraire de samedi, témoigne de la répression politique que nous dénoncions ce même jour.

Plusieurs personnes ont été blessées, et une personne hospitalisée. Des plaintes vont sûrement être déposées contre les policiers. Nous demandons à toute personne ayant été témoin de la scène, ou possédant des photos ou vidéos de ce moment de nous contacter par mail à stourmomp [at] no-log.org

Plutôt que de nous faire peur, la répression nous montre la nécessité de nous mobiliser ensemble contre les dérives autoritaires et antidémocratiques de l'État français en Bretagne !

Pour 44=Breizh, Blandine Baudoux

Document PDF 14908_2.pdf Tract diffusé lors du rassemblement au CRJ des PDL.. Source : 44=Breizh
Voir aussi :
Cet article a fait l'objet de 3588 lectures.
logo
44=Breizh est un collectif de jeunes militants pour la Réunification de la Bretagne et contre la propagande assimilatrice de la Région Pays de la Loire.
44=Breizh, c’est parce que la propagande « Pays de la Loire » qui inonde notre vie quotidienne, nos lycées, nos lieux de formation, mérite une réponse.
44=Breizh, c’est parce la politique d’acculturation « ligérienne » est inadmissible.
44=Breizh, c’est parce que depuis trop longtemps le peuple breton réclame son unité territoriale, avec beaucoup de promesses et d’espoirs, mais jamais d’actes.
Constitué depuis début 2008, le collectif 44=Breizh vise à regrouper la jeunesse bretonne qui dit non à la partition et à la région « PdL ». Malgré 37 ans de « PdL » et de séparation, nous, jeunes de 15 à 30 ans, réclamons fortement
Voir tous les articles de 44=Breizh
Vos 5 commentaires
Luc Guihard Le Mardi 31 août 2010 23:27
Il y a de toute évidence une volonté de discréditer le mouvement breton à Nantes, et je soutiens sans réserve les militants qui, sans violence et à visage découvert, défendent leur droit à vivre dans leur véritable région.
(0) 

Prigent Michel Le Mardi 31 août 2010 23:27
Si certains manifestants, masqués (et qui courent toujours), étaient venus pour casser des vitrines, les forces de police avaient manifestement pour consigne de "casser du breton" à tout prix. Pour ce faire, les "forces de l'ordre" n'ont pas lésinés sur les moyens ni agit dans la discrétion. Certes, ces jeunes sont probablement de gauche, voire tendance NPA de Besancenot, mais c'est surtout les revendications bretonnes qui sont visées par cette répression organisée et ciblée. Celà augure bien mal de la suite des propositions Balladur concernant le réaménagement des régions et notamment les réunifications Bretonnes et Normande. Déjà, "...les associations d'élus (maires, présidents de conseils généraux et régionaux)" se sont mis d'accord concernant les attributions des départements et régions, achoppant seulement sur "..le renforcement intercommunal". Comme prévisible, les partis "fréquentables" dominants UMPS sauront défendre avec une solidarité corporatrice leurs intérèts électoraux. Avec ce consensus droite-gauche sur une réforme territoriale à minima, il m'étonnerait fort que le gouvernement prenne le risque de "fâcher" ses collègues en redécoupant les régions. La réunification attendra ! Je le crains.
(0) 

yves le mestric Le Mardi 31 août 2010 23:27
On ne saura sans doute jamais qui a cassé les vitrines. La passivité de la police française lors de cette action laisse place à toute les spéculations: mouvements d'extrême droite, ou d'ultra-nationaliste français, dont l'action sert de "casus belli" à la police française pour effrayer les militants bretons, ou d'éléments incontrôlés et stupides laissant la colère s'exprimer pour envenimer tout mouvement de contestation, par exemple.
L'affirmation concernant Jonathan, soi-disant ayant été vu en train de casser des vitrines, de même que le message dans les médias affirmant que "deux jeunes casseurs avaient été interpellés lors de la manifestation", est un indice de plus de la stratégie de l'état français (il faut noter le qualificatif de "jeune").
Plus que le pourrissement de la situation, c'est une campagne de désinformation et de harcèlement des leaders du mouvement breton. Les récentes victoire politique de la justice française (condamnation des militants bretons, confirmation de la condamnation d'Yvan Colonna) donnent des ailes aux tenants de la politique répressive, cette dernière n'ayant plus besoins de preuves pour condamner.
La crainte que les évênements grecs provoquent associé au livre "l'Insurrection qui vient" doit surement inciter l'état français à mener des actions préventives, en décapitant toute organisation susceptible d'en être un moteur. Lors de l'opération de Tarnac, la police politique française à montrée sur quel schémas elle s'appuie: elle recherche des mouvements d'extrême gauche et notamment leur "chef". C'est exactement ce qui a été appliqué à Nantes.
Cette paranoïa des institutions étatiques peut avoir 2 conséquences qui auto-justifieront leur stratégie: - si les mouvements de contestations deviennent plus discrètes, voire disparaissent. La stratégie de décapitation s'en trouvera confirmée. - si des actions plus dures ont lieu, la vision des tenant de la stratégie s'en trouvera renforcée, incitant à plus d'action encore.
Avec un peu de recul, le problème de fond que cette situation dévoile n'est évidemment pas traité par l'état français. Elle pourrait se résumer par la pertinence de la représentativité des "représentants du peuple". La meilleurs chose que pourrait proposer le gouvernement hexagonal, s'il était effectivement animé par l'intérêt général, serait de proposer d'inscrire dans la constitution le mode de scrutin à la proportionnelle des représentants élus. Que l'extrême gauche (entre autre) ait des députés, qu'ils soient entendus et qu'ils aient une action sur la législation, que la volonté des peuples s'appliquent là ou elle s'exprime et tous ces mouvements n'auront plus lieu d'être. Car dans l'état actuel, l'intérêt général n'est vraiment que la défense d'intérêts particulier de classe qui non seulement sont archaïques, mais on de plus en plus de mal à se justifier.
(0) 

Yves Bourriaud Le Mardi 31 août 2010 23:27
Je suis scandalisé de voir mes collègues pris pour cible à chaque fois. Adhérent à Bretagne Réunie, j'étais souvent avec eux à manifester et je suis témoin que les flics à Auxiette nous ont empèché de nous exprimer lors de débats "publics" ou autres en faisant barrage et en provoquant physiquement alors qu'il ny avais pas d'agressions de la part de mes collègues. AU HAZARD !! Pour ma part, je peux vous certifier que le pays Nantais est bien breton et pas "ligérien" , de mes origines, de mon lieu d'habitation, mon nom, mon prénom etc... J'anime pour Bretagne Réunie un stand dans certaines fêtes bretonnes sur l'histoire, la culture et l'économie de la Bretagne et je n'hésite pas à donner des adresses internet pour s'informer de nos actions. Erwann !!
(0) 

pierre daniel Le Mardi 31 août 2010 23:27
Un constat s'impose,la volonté affichée du gouvernement français et de ses alliées (socialistes jacobins - car il y a des socialistes humanistes et democrates et ils restent encore majoritaires ,je le pense) cette volonté est la disparition de toutes les minorités hexagonales pour former cet 'homme civilisé' heritier de la grande révolution française, dont le rôle sera d'éclairer le monde car n'en douter pas les jacobins croient encore à leur rôle de civilisateur de l'humanité.
Mais il y a un très gros problème,le modèle jacobin n'intérresse plus personne dans le monde, et est en train de vivre ses derniers instants( OUF)
Les défenseurs de ce modèle dépassé sont ceux qui en vivent et il n'est pas besoin de citer de noms nous les connaissons tous dans nos régions de l'ouest :bretagne,poitou,maine,anjou etc Ce sont tous les thuriféraires d'un pouvoir qui les nourris,a vivre à genoux ils ont pris des habitudes de soumission.
Comme toute civilisation,pays,nation,il y a avant toute transformation radicale une phase de répression,de régression et la France n'échappe pas a ce mouvement de l'histoire. La règle est : S'ADAPTER OU DISPARAITRE valable aussi pour l'état jacobin
Cette accentuation de la répression est le résultat de la prise de conscience par les Jacobins de l'Échec de leur modèle,ils savent qu'ils seront obligés de donner des droits aux minorités il tentent donc de les affaiblir au maximum,voir de les faire disparaitre.
Il appartient aux Bretons de choisir des dirigeants ayant à coeur la défense de la bretagne dans son integrité,car apres viendra un temps de reconstruction et il appartiendra a la bretagne de prendre son destin en main pour redevenir une nation européenne.
gardés en mémoire,et médités cet phrase de machiavel ,je pense
MALHEUR AU PAYS DONT LE PRINCE EST UN ENFANT
(0) 

Commenter :
Votre email est optionnel et restera confidentiel. Il ne sera utilisé que si vous voulez une réponse d'un lecteur via email. Par exemple si vous cherchez un co-voiturage pour cet évènement ou autre chose.
ANTI-SPAM : Combien font ( 1 multiplié par 4) + 2 ?

ABP

Publier

Nous suivre

2003-2024 © Agence Bretagne Presse, sauf Creative Commons