Put your name here

connexionS'accréditer | S'abonner | Se connecter | Faire un don
> Logo ABP
ABP e brezhoneg | ABP in English |
- Compte rendu -
Un militant du gallo condamné pour menace de mort contre une élue régionale
Le tribunal de Rennes condamne un militant du gallo pour menace de mort contre une élue du Conseil régional de Bretagne.
Émile Granville pour ABP le 14/09/23 17:10
58375_2.png
Stéphanie Stoll (photo Conseil Régional de Bretagne)

Le mercredi 13 septembre 2023, le tribunal correctionnel de Rennes a condamné un militant du gallo pour avoir menacé de mort l'élue régionale Stéphanie Stoll. Cette personnalité bretonne bien connue est membre du groupe Nous la Bretagne - Ni Breizhiz au Conseil régional de Bretagne. Elle a été présidente de Diwan. De plus, elle a été désignée brittophone de l’année en 2018 et elle est titulaire du Collier de l'Hermine. Ce n’est pas rien !

En décembre 2021, elle se félicite sur Twitter (aujourd’hui X) de pouvoir désormais « parler en breton (et en gallo) lors des débats » grâce à un service de traduction simultanée au Conseil Régional.

C’était sans compter sur le mécontentement d’un militant du gallo qui lui envoie en réponse l’image d’un tireur d’élite qui équivaut explicitement à une menace de mort. Le condamné expliquera qu’il n’avait pas apprécié les parenthèses sans doute dévalorisantes pour le gallo. Le site penn-bazh.bzh nous apprend aussi que cette personne publie régulièrement des messages menaçants sur X, comme le 28 novembre 2022, envers des fonctionnaires de la Région concernant de futurs panneaux bilingues français-breton sur la RN 164 (Montauban-de-Bretagne). La personne condamnée, Ronan Buis, est un père de famille de 47 ans de La Bouëxière, infirmier libéral, qui donne aussi des cours de gallo en Ille-et-Vilaine. Il a été condamné à réaliser un stage de citoyenneté à ses frais et à verser 500 euros à Stéphanie Stoll pour son préjudice moral et 733 euros pour ses frais de procédure.

Bien évidemment, il ne s’agit ici que d’une attitude très singulière parmi les militants du gallo. C’est l’occasion toutefois d’apporter une précision. Les militants de la langue bretonne, ou toute autre personne d’ailleurs, ont le droit de défendre et de mentionner le breton sans devoir associer et mentionner systématiquement le gallo, avec ou sans parenthèse évidemment.

Voir aussi :
3  3  
Cet article a fait l'objet de 1472 lectures.
Émile Granville est un Chroniqueur ABP basé à Redon.
Voir tous les articles de de Émile Granville
Vos 4 commentaires
Penn Kaled Le Jeudi 14 septembre 2023 18:11
En tout cas certains militants du gallo , avant de s'en prendre à une soit disant hégémonie des promoteurs de la langue bretonne , seraient bien avisés de lire cet article , et d'en tirer les conséquences .
(2) 

Emilie Le Berre Le Jeudi 14 septembre 2023 18:42
Probablement un des (le ?) membres de la brigade qui s'attaquait aux panneaux en breton ?
(6) 

Loch Le Samedi 16 septembre 2023 21:17
C est ca la fine fleur du milieu gallo ?! Et encore vous avez eu la delicatesse de ne pas preciser son casier judiciaire charge. Je ne comprends pas comment on peut encore confier des responsabilites a un homme violent en 2023, ou croire que avec sa reputation il peut ameliorer l image de la langue aupres des gens : c est tout l inverse.
(4) 

Jean Voruz Le Mardi 19 septembre 2023 10:14
Du pain béni pour les ultra-jacobins les plus endurcis, alors que jamais le mouvement breton n'a menacé l'intégrité physique de qui que ce soit.
(0) 

Commenter :
Votre email est optionnel et restera confidentiel. Il ne sera utilisé que si vous voulez une réponse d'un lecteur via email. Par exemple si vous cherchez un co-voiturage pour cet évènement ou autre chose.
ANTI-SPAM : Combien font ( 1 multiplié par 0) + 2 ?

ABP

Publier

Nous suivre

2003-2024 © Agence Bretagne Presse, sauf Creative Commons