Put your name here

connexionS'accréditer | S'abonner | Se connecter | Faire un don
> Logo ABP
ABP e brezhoneg | ABP in English |
Mot d'accueil du cuisinier Jacques Le Divellec aux journalistes.
Mot d'accueil du cuisinier Jacques Le Divellec aux journalistes.
- Dépêche -
Ils ont lancé l'appel pour la réunification...
La presse est venue en nombre ce 10 février à Paris pour le lancement de l'appel pour la Bretagne tout entière. À la table du grand chef Le Divellec, le monde de l'économie et de la culture a revendiqué avec force le retour de la Loire-Atlantique. Une initiative née des efforts conjugués de Bretagne Prospective, du Conseil culturel, de Bretagne Réunie, de l'Institut de Locarn et de Produit en Bretagne. Cet appel signé par 100 personnalités de premier plan a été transmis à Édouard Balladur, grand architecte de la réforme territoriale. Les tout premiers échos de la rencontre.
Ronan Le Flécher pour ABP le 10/02/09 16:39

La presse est venue en nombre ce 10 février dans ce coin du 7e arrondissement de Paris pour le lancement de l'appel pour la Bretagne tout entière. À la table du grand cuisinier Jacques Le Divellec, la Bretagne de l'économie et de la culture a revendiqué avec force et conviction le retour de la Loire-Atlantique dans le giron breton. Une initiative née des efforts conjugués de Bretagne Prospective, du Conseil culturel de Bretagne, de Bretagne Réunie, de l'Institut de Locarn et de Produit en Bretagne. Cet appel signé par 100 personnalités de premier plan a été transmis à Édouard Balladur, grand architecte de la réforme territoriale. Les tout premiers échos de la rencontre.

Le père de TV Breizh Patrick Le Lay, la romancière Irène Frain, Denis Seznec, le patron du Routard Philippe Gloaguen, Noël Couédel du Festival Interceltique et l'éditorialiste Jean Bothorel étaient aux premières loges de cette rencontre qui avait déplacé les journalistes des rédactions parisiennes : des télés (TF1, France 3, Newzy, ...) aux radios (RTL, France Inter, ...), du Figaro aux grands hebdomadaires (L'Express, Le Nouvel Observateur, Marianne, ...) et même l'AFP. Représentée par Le Télégramme, Ouest France, armor, Bretons et Radio Pays, la presse bretonne n'était pas en reste. Le sujet semble avoir intéressé les médias au vu des premiers articles et reportages sortis l'après-midi même.

Dans son restaurant étoilé qui donne sur l'esplanades des Invalides, Jacques Le Divellec avait mis les petits plats dans les grands pour ce déjeuner gourmand à base d'huîtres Prat ar Coum et de produits de la mer arrosés de cidre. Mais, l'essentiel n'était pas là.

Union sacrée autour de la Bretagne réunie

Union sacrée de rigueur pour les élus de couleurs politiques variées présents chez Le Divellec : le président de région Jean-Yves Le Drian (PS), les parlementaires Marc Le Fur, Jacques Le Guen et Dominique de Legge (UMP), le député de Nantes François de Rugy (Les Verts), Mona Bras (UDB), Alix de la Bretesche (Nouveau Centre) et Fabrice Loher (MoDem) figuraient également au nombre des convives attentifs au message porté par des représentants de la société civile bretonne.

Tour à tour, l'entrepreneur Christian Guillemot (UbiSoft), le géographe Jean Ollivro, Patrick Malrieu et Jean-Yves Bourriau, président de Bretagne Réunie, ont défendu le principe des départements bretons unis comme les cinq doigts de la main. Animé par Ronan Le Flécher, ce rendez-vous a donné l'occasion aux personnalités bretonnes de témoigner sur cette question qui leur est chère. Un coup de projecteur efficace au moment où le comité Balladur planche sur le rapport sur les collectivités territoriales remis à Nicolas Sarkozy au plus tard début mars.

Les premières impressions de Christian Guillemot, porte-parole du monde économique breton : à visionner sur ABP-TV (voir le site)

Voir aussi :
Cet article a fait l'objet de 5307 lectures.
Vos 8 commentaires
jan michel Le Mardi 31 août 2010 23:27
...pourquoi cet appel fut-il lancé depuis Paris ?
...pourquoi ne fut-il pas lancé depuis la Bretagne : Nantes par exemple ?????? !!!!!!!!!
(0) 

Ronan Le Flécher Le Mardi 31 août 2010 23:27
Le message avait vocation à porter loin et à toucher la presse nationale. 80% des rédactions des titres de référence sont situés à Paris. On peut le regretter, mais c'est comme ça.
Le système médiatique est fait de telle sorte que pour exister vous devez créer l'événement à Paris au plus près des médias.
Mais, peut-être un jour y aura-t-il aussi un appel de Nantes ?
(0) 

jean-françois Borgat Le Mardi 31 août 2010 23:27
Bravo quelle belle initiative ! je suis fier de voir nos compatriotes de tout bords faire l'union sacrée pour la Bretagne. Mais l'histoire de Bretagne nous la démontrée plus d'une fois " ATTENTION AUX TRAITRES " (d'ailleurs combien sont ils et sais t-on s'ils cherchent à s'organiser)
(0) 

michel jan Le Mardi 31 août 2010 23:27
Comme quoi : si nos élites et nos élus le voulaient vraiment , il y a longtemps que la marche vers l'autonomie de la Bretagne serait enclanchée !!!
(0) 

DE LOUIS MELENNEC, PARIS. Le Mardi 31 août 2010 23:27
Bravo, messieurs et mesdames les politiques, les chevaliers d'industrie, les hommes d'affaires, les intellectuels bretons !
IL Y A CINQ SIECLES QUE NOUS ATTENDIONS CELA ! Cinq siècles, n'est-ce pas beaucoup trop ! Fallait-il attendre l'année 2008 pour se décider enfin, après tant de dizaines d'années de militantisme, le ou des Bretons ont été poursuivis, emprisonnés, persécutés ?
En effet, il est absurde d'énoncer : "Nantes va-t-elle devenir bretonne ?" Comme si la question était même posée ! La ville de Nantes EST bretonne, comme toutes les villes du département de "Loire Inférieure", ainsi que fut baptisé notre superbe Comté de Nantes par le" Pays des droits de l'homme".
Confidence: il n'y a jamais eu de traité "de réunion" entre la France et la Bretagne. A Vannes, en 1532, le roi de France vint avec 12000 hommes de sa Cour, autant de chevaux, plusieurs milliers de soldats. Les députés bretons étaient TERRORISES. La séance des Etats fut présidée par un chef militaire français (de Montejean), qui vint tout armé et botté, et qui descendit de sa tribune pour flanquer une "trempe" à deux bretons récalcitrants; les principaux du Duché avaient été "travaillés" par la chancellerie française; certains acceptèrent d'être achetés (pouvaient-ils faire autrement d'ailleurs ?).
Dès lors, la Bretagne, en droit international, EST ET RESTE UN ETAT SOUVERAIN.
On ne regrette pas que les choses "bougent" enfin! Mais est-ce au restaurant Le Divellec que cela doit se faire ? Allons, mesdames et messieurs! Courage! Nous finiront par être fiers de vous !
Dr MELENNEC, historien, docteur en droit. Copie et amplification de ce message sur LE BLOG DE LOUIS MELENNEC.
(0) 

Alan-E Coraud Le Mardi 31 août 2010 23:27
Bravo, mille fois bravo! Seul regret, que Monsieur Le Divellec n'ait pas proposé de MUSCADET, le vin breton par excellence et qui va tellement bien avec les produits de la mer! Et s'eut été un encouragement aux - pas assez nombreux- vignerons nantais qui revendiquent la bretonnité de leur vin et refusent le concept "étranger" de val de Loire.
(0) 

louis Mélennec Le Vendredi 20 avril 2012 02:12
DE LOUIS MELENNEC, le 20 avril 2012.
Qu'ont-ils obtenus, à ce jour, tous ces héros en plume et en déclarations sympathiques autour de bouteilles de champagne chez le Divellec ???
RIEN, RIEN, RIEN.
(0) 

louis Mélennec Le Vendredi 20 avril 2012 02:13
J'ai fait une faute d'orthographe : obtenu est un singulier, pas un pluriel.
(0) 

Commenter :
Votre email est optionnel et restera confidentiel. Il ne sera utilisé que si vous voulez une réponse d'un lecteur via email. Par exemple si vous cherchez un co-voiturage pour cet évènement ou autre chose.
ANTI-SPAM : Combien font ( 9 multiplié par 8) + 2 ?

ABP

Publier

Nous suivre

2003-2024 © Agence Bretagne Presse, sauf Creative Commons