Put your name here

connexionS'accréditer | S'abonner | Se connecter | Faire un don
> Logo ABP
ABP e brezhoneg | ABP in English |
- Communiqué de presse -
La position du Parti de Gauche sur les langues régionales
Le Parti de Gauche est parfois interpellé sur la question des langues régionales et/ou minoritaires et leur enseignement.
Claude Thomassin pour Parti de Gauche de Bretagne le 15/11/11 20:56

A propos des langues régionales et minoritaires

Le Parti de Gauche est parfois interpellé sur la question des langues régionales et/ou minoritaires et leur enseignement. Nous voulons, avec cet argumentaire, affirmer et préciser notre position de principe sur ce thème.

La France s'est dotée, depuis les années cinquante, d'un cadre législatif protecteur pour les langues régionales.

L'apprentissage des langues régionales et minoritaires est possible dans l'enseignement public : basque, breton, catalan, occitan, corse, tahitien, ainsi que 4 langues mélanésiennes. Les langues régionales et minoritaires sont prises en compte pour l'obtention du bac.

Rien donc n'empêche dans les textes la pratique des langues régionales pour celles et ceux qui le souhaitent.

Ce débat a lieu dans un contexte général d'offensive libérale.

En particulier, la réforme des collectivités territoriales constitue l'un des dispositifs de ce projet de concentrations imposées, renforçant la concurrence et les inégalités entre les territoires et nourrissant les inégalités sociales. De plus, la question d'un acte III de la décentralisation est aujourd'hui ouverte dans le débat public. Cette contre-réforme et ces projets ne font qu'obéir aux directives européennes qui visent à transformer la France en une juxtaposition de provinces et de grandes métropoles en compétition les unes avec les autres dans le cadre du grand marché transnational de la concurrence libre et non faussée.

La droite mène cette offensive libérale, elle qui orchestre la grande braderie du service public de l'Éducation nationale : suppressions de postes, marchandisation et mise en concurrence avec l'enseignement privé qui se voit accorder toujours plus de privilèges. Ainsi s'organise l'accès aux savoirs sous conditions de fortune, qui renforce les inégalités sociales devant l'accès au droit à l'éducation.

Les arguments qui sont avancés pour aller encore plus loin dans l'enseignement public des langues régionales ne sont pas recevables pour nous.

L'antagonisme entre les principes républicains et la prise en compte d'un patrimoine culturel et linguistique, avancé par certains, est factice : parce que nous sommes toutes et tous différents, tout en étant avant tout des semblables, nous avons besoin d'égalité. Revendiquer des droits particuliers à une catégorie de la population au nom des différences, est une atteinte à l'égalité républicaine.

Dispenser un enseignement public uniquement dans la langue de son choix, y compris en immersion, au détriment de l'apprentissage de la langue commune, le français, signifierait que des groupes entiers de locuteurs ne se verraient enseigner durant toute leur scolarité qu'une langue compréhensible uniquement par une fraction de la population de notre pays. Nous réaffirmons avec vigueur notre attachement au maintien d'une langue véhiculaire commune permettant à tous les citoyens de se comprendre. Le français doit être la langue de référence unique dans l'ensemble du service public d'éducation.

C'est aussi une erreur de faire des langues régionales une catégorie à part par rapport aux autres langues : par exemple les langues mortes et les autres langues étrangères dans leur diversité.

Nos principes et propositions :

Le PG réaffirme son attachement aux principes républicains qui sont évidemment compatibles avec la valorisation de tout patrimoine culturel.

Le PG s'oppose au projet libéral de l'Europe des régions qui vise à la mise en concurrence des territoires et affaiblir le rôle régulateur des états. Pour le PG, l’État devrait d'ailleurs être un rempart contre la dérégulation néolibérale qui détruit les solidarités et les services publics.

Le PG rappelle son attachement à l'attribution exclusive des fonds publics à l'enseignement public.

Le PG réaffirme son attachement à l'apprentissage par toutes et tous de la langue française dès le plus jeune âge comme garantie de la cohésion nationale et s'oppose à l'institution de droits particuliers pour des groupes particuliers. Nous réaffirmons l'unité et l'indivisibilité de la République par la préservation d'un langage commun.

Le PG n'est pas pour la ratification de la Charte européenne des langues régionales et minoritaires car elle impose d'introduire des droits particuliers pour une catégorie de citoyens.

Le PG est favorable à l'enseignement des langues minoritaires de manière optionnelle dans le cadre du service public d'éducation.

Le PG réaffirme que le français est la langue administrative et la langue véhiculaire commune.

Voir aussi :
Cet article a fait l'objet de 2659 lectures.
Le Parti de Gauche est présent en Bretagne depuis le mois de Décembre 2008.
Voir tous les articles de Parti de Gauche de Bretagne
Vos 47 commentaires
SPERED DIEUB Le Mardi 15 novembre 2011 21:40
Conclusion diwan doit être éradiqué ce qui ne serait pas impossible si un cartel des gauches arrivait au pouvoir et vu la puissance du pouvoir jacobin centralisateur tous les moyens les plus pervers et insidieux seraient mis en oeuvre pour faire taire des protestations comme celles qui pourraient venir des écologistes
(0) 

Mikael Le Mardi 15 novembre 2011 22:44
Cela me conforte dans le sens que le Parti de Gauche ne vaut pas mieux que le FN. Oui le PG pense qu'il y a des langues supérieures et d'autres inférieures. Si ça ce n'est pas du nationalisme français ! Les contorsions qui font un lien entre les langues minorisées et le libéralismes sont risibles. L'Europe des régions respectueuse des différences ou le principe de subsidiarité et de solidarité régionale n'a rien à voir avec le portrait que vous faite du projet européen fédéral.
(0) 

Laurent Guenneugues Le Mardi 15 novembre 2011 23:39
Faudrait aussi remettre des panneaux dans les écoles, du style "Interdit de cracher et de parler breton", non? Vous êtes vraiment ultra-ringards et jacobins sur ces questions. La République française ne se grandit pas en gommant ses différences. Vive la vraie gauche moderne: vive EELV et l'UDB!
(0) 

François Gauthier, québécois Le Mercredi 16 novembre 2011 05:26
Les francophones sont minoritaires au Canada.
Au Québec, les francophones sont encore majoritaires mais probablement pour peu d'années.
La ville de Montréal, prétendument la deuxième plus grande ville française du monde est maintenant à majorité non-francophone. Les néo-québécois s'intègrent massivement à la MINORITÉ anglophone du Québec.
Nous vivons une situation coloniale sous domination anglophone raciste depuis plus de deux siècles et il est très difficile de maintenir l'usage de notre langue en particulier dans de nombreux lieux de travail.
Pour cette raison, je peux comprendre l'attachement de nombreuses personnes pour leur langue ancestrale, en France ou ailleurs.
Mais tout en comprenant cet attachement, je constate que le véritable danger en France n'est pas la langue française, mais plutôt la langue anglaise.
Si la langue anglaise remplace le français comme certains traîtres français souhaitent, alors les langues ancestrales de France disparaîtront en même temps que la langue française. La parcellisation linguistique de la France en plusieurs langues régionales rendra toutes ses langues plus vulnérables à l'anglais.
Est-ce cela que vous voulez ?
(0) 

Michel prigent Le Mercredi 16 novembre 2011 05:35
On retrouve là tous les ingrédients du cathéchisme républicain (version 1789) communs à la libre pensée, au réseau Voltaire, au GRIB de F.Morvan, au syndicat "national-trotskyste" FO...bref toutes les officines intégristes du jacobinisme pur et dur que tout militant breton de base connaît bien.
A quand une fatwa sur dissidents anti-jacobins ?
(0) 

Alwenn Le Mercredi 16 novembre 2011 09:25
Bref, le Parti de gauche est jacobin et stalinien, hypocrite comme c'est pas permis, et veut la disparition des langues minorées et minoritaires.
Même en Chine communiste, les minorités sont reconnues et leur langue sont relativement enseignées (relativement)
Nihil novi sub sole
Jacobinisme du Parti de Gauche = Jacobinisme du Front National
(0) 

Yannig Coraud Le Mercredi 16 novembre 2011 09:49
Comme le FN et beaucoup d'autres partis français, le Parti de Gauche nationaliste français s'oppose à la démocratie et refuse de signer la Charte européenne des langues minoritaires.
Aucun avenir avec ceux là, oublions les rapidement ...
Yannig
Saint Nazaire de Bretagne
(0) 

Stéphane P. Le Mercredi 16 novembre 2011 10:02
Pourquoi réclamer des droits ?
Il suffit simplement d'avoir plus de pouvoirs au niveau régional pour bâtir une politique linguistique qui répond à la réalité de la demande et de mener en parallèle une politique dans le domaine des médias (TV, radios ...).
Le pouvoir, ça se prend comme dirait un Président socialiste ...
(0) 

Jean Landais Le Mercredi 16 novembre 2011 10:07
@ François le Québécois : et ben avec de tels propos, ça donne envie de voir disparaître le français au Canada .... Il faudrait que nous nous sacrifions au nom de la cause sacrée du français?? je rêve .....ou plutôt, je cauchemarde....
(0) 

Loeiz Le Mercredi 16 novembre 2011 10:15
"Si la langue anglaise remplace le français comme certains traîtres français souhaitent, alors les langues ancestrales de France disparaîtront en même temps que la langue française. La parcellisation linguistique de la France en plusieurs langues régionales rendra toutes ses langues plus vulnérables à l'anglais. Est-ce cela que vous voulez ?"
Tout cela n'est pas notre affaire. Nous sommes francophones depuis une génération, par accident de l'Histoire. Si demain nous devons nous mettre à l'anglais, cela ne pose aucun problème. Nous ne sommes point attaché à cette langue françoise, qui n'est qu'un outil parmi d'autres.
Ce qui nous importe, c'est nous. Ni hon-unan, da gentañ !
(0) 

yann pourlet Le Mercredi 16 novembre 2011 10:38
Les francophones sont toujours prêts à défendre leur langue quand elle est minoritaire et à nier celle des autres quand elle est majoritaire. Cela dit,la situation au Québec montre que les lois si nombreuses soient-elles ne suffisent pas sur le "marché libre" des langues. C'est aussi aux gens de lutter. Et flinguer les langues des autres n'y aide en rien. Quand on entend certains québecois parler des indiens, traiter les anglophones de racistes est risible
(0) 

Yann le Bleiz Le Mercredi 16 novembre 2011 10:53
@ François Gauthier, québécois
Vous connaissez les accadiens?
Eux aussi ils parlent français, et en plus ils réussissent à amener les anglophones en école bilingue avec le programme d'immersion.
En Bretagne, la guerre linguistique franco-anglaise ne nous intéresse pas!
Nous souhaitons rester neutre sur ce sujet!
PS : Le breton n'est pas une langue ancestrale de France mais de Bretagne (Grande-Bretagne et Petite-Bretagne)!
Et nos cousins Gallois se réapproprient très bien leur langue dans un environnement anglophone démocratique.
(0) 

Léon-Paul Creton Le Mercredi 16 novembre 2011 11:51

Il est clair, ou ça devrait l’être enfin ! Malgré toutes les espérances que beaucoup d’entre nous ont placées dans « La Gauche », pendant des années et des années, a été catastrophique pour la BRETAGNE !
Il nous faut surtout « accepter », en fin de compte, que sous les mots « Socialisme » et « Gauche » se cachent de petites entreprises _globalement très jacobines_ en Escroquerie et Arnaque intellectuelles.
Il n'y aucune différence entre cette croyance en la Gauche Socialiste avec promesses, et celle de croire depuis des millénaires à l'arrivée sur terre d'un Messie, qui règlera tous les problèmes et désirs des Hommes !
Tous ces hommes et femmes, sous les étiquettes de Droite ou de Gauche, sont parfaitement interchangeables, démago-compatibles. L’on ne peut se prétendre Lucky Lucke et n’être que le « bon » Docteur Doxey fabricant pour crédules, d'une potion …sans effet ! Qui ne mérite dans le Far Grand West, que des plumes et du goudron pour 2012 !
J’ajouterais que L’Udb et « sa » Bretagne a barré à « gauche toute Ps », elle a perdu ! Le Psu et son autogestion a barré à « gauche toute Ps », il a perdu ! Les Écologistes (EELV), barrent à « gauche toute Ps », ils sont en train de perdre ! Le Pc… Tous ils perdent, et nous avec ! Sur la Bretagne ! Sur l’autonomie/autogestion ! Sur l’écologie et l’environnement de notre pays !
Ils nous font perdre en BRETAGNE et partout. Tous ! À gauche comme à droite.
Reste, pour nous, à trouver de meilleurs «timoniers » et le bon « cap », puisque le langage de la mer inspire beaucoup nos «haddocks» de péniches…de Loire ou de Seine.
(0) 

Yves Le Gonidec Le Mercredi 16 novembre 2011 12:17
@ Fañch ar gebekad : Le Québec a été colonisé par un breton (Jakez Karter - Jacques Quartier), peuplé par une majorité de breton parlant LE GALLO, rejoins ensuite par des poitevins, parlant le poitevin. L'Accadien est le mélange de ces deux langues romanes COUSINES au français, et non des patois de français. Le fait que les québecois soient francophones aujourd'hui est du à une colonisation linguistique des français, pour mater le Québec. Comme les cajuns qui disent parler français alors que leur langue est un mélange de gallo, d'anglais et de mots venus d'Afrique.
Les québécois feraient mieux d'enlever de leur bouche ce français faussement historique, parler accadien et virer les fleurs de Lys de leur drapeau ! 4 hermines, plutôt mourir que d'être souillés !
(0) 

Jean le Guellec Le Mercredi 16 novembre 2011 12:24
Les principes républicains à la française identifient faussement de par le monde la France à une démocratie alors que ce pays n'a jamais cessé d'anéantir les peuples et les cultures et a toujours été impérialiste et ultra-nationaliste. Les paroles de Jules Ferry sont toujours d'actualité chez les jacobins :" Il y a pour les races supérieures un droit parce qu'il y a un devoir pour elles. Elles ont le devoir de civiliser les races inférieures". A la façon d'Adolf, cela a conduit à tous les massacres coloniaux .
(0) 

Yann le Bleiz Le Mercredi 16 novembre 2011 12:43
Vraiment très intéressant le programme du Parti de Gauche en Bretagne!
"Le français doit être la langue de référence unique dans l'ensemble du service public d'éducation".
Quand je pense aux enseignants de Diwan, ou d'autres écoles bilingues, qui votent à gauche et souhaite voir leur école devenir un service publique! Là, ou moins, le PG est clair!!! Dans vos rêves mes amis bretons, dans vos rêves!
"Le PG n'est pas pour la ratification de la Charte européenne des langues régionales et minoritaires car elle impose d'introduire des droits particuliers pour une catégorie de citoyens".
C'est clair, la France viole le droit des minorités, il n'y a qu'une seule culture légale qui est la culture française!
Heureusement que nos amis PG sont à gauche! Car visiblement les théories sur le droit des races supérieures dépassent les clivages politiques traditionnels!
Là bravo, vous avez fait très fort!
(0) 

Yann le Bleiz Le Mercredi 16 novembre 2011 14:44
@ Jean le Guellec :
L'allocution de Jules Ferry date du 28 juillet 1885, le sujet était : Les fondements de la politique coloniale!
Une colonie, c'est visiblement la vision que le Parti de Gauche à de la Bretagne! Malheureusement, il semble que leur vision sur la question soit assez juste!
Pauvre Eva Jolie, sa famille politique doit vraiment lui peser sur les épaules!
(0) 

Laëtitia Fitamant Le Mercredi 16 novembre 2011 16:17
Eva Joly et Parti de Gauche? Faudrait lire un peu pour savoir qu'ils se fréquentent peu voire pas! Et tous les électeurs de droite collent aux basques du FN aussi, non?
(0) 

Nevenoe Le Mercredi 16 novembre 2011 16:22
"Dispenser un enseignement public uniquement dans la langue de son choix, y compris en immersion, au détriment de l'apprentissage de la langue commune, le français,"
Peta ??? Celle là elle est jolie :) "au détriment"... ben mon vieux. A croire que les Bretons bilingues ne parlent pas bien le français...
(0) 

Joseph Victor Le Mercredi 16 novembre 2011 16:24
@ Yann Le Bleiz
Vous savez ou vous devriez savoir qu'il y a plusieurs gauches, comme il y a plusieurs droites... Procéder par amalgame n'est jamais une bonne pratique, en politique comme ailleurs. Il y a la gauche jacobine et souverainniste, comme il y la droite jacobine et souverainniste... Et il y a une gauche et une droite disons plus démocratiques...
Le Parti de Gauche est ultra jacobin, comme l'est son chef Mélenchon, mais pas plus que ne l'est à droite Dupont-Aignan. Ce n'est pas très honnête que de généraliser comme vous le faites et de caricaturer toute la gauche à partir d'une ...caricature.
Que vous le vouliez ou non, les premières lois de décentralisation ont été mise en oeuvre par la gauche, en 1982. C'est une réalité. Diwan existe depuis 1977 et n'a pas été "éradiquée" par l'union de la gauche quand celle-ci est arrivée au pouvoir en 1981.
Je ne dis pas que la gauche, quand elle gouverne, en fait suffisamment sur les questions qui nous préoccupent. Loin s'en faut. Mais je sais qu'il n'y a rien à attendre de la droite sarkozienne et de leur chef de file qui "se fout des Bretons" et les méprise. La droite est au pouvoir, sans partage, depuis 10 ans : quelles avancées pour la Bretagne ? Pour la réunification ? Pour la "régionalisation" ? Pour la langue bretonne ?
Alors... ce dont on peut être sûr c'est que ce n'est pas un parti breton qui gagnera l'élection présidentielle...! On aura le droit soit à Sarko pour 5 ans de plus, soit au PS. Avec Sarko, on sait que ça ne bougera pas. Il n'y a donc rien à perdre à essayer Hollande. Tout en essayant de donner le plus de poids possible à la revendication bretonne. Comment ? En votant UDB aux prochaines législatives...
(0) 

Léon-Paul Creton Le Mercredi 16 novembre 2011 17:12
C'est un discours pour les moins de dix-huit ans que vous faites là, J.Victor ?(:0)
(0) 

SPERED DIEUB Le Mercredi 16 novembre 2011 17:40
@Victor
J'ai bien écrit ( qui ne serait pas impossible) mais le pire n'est jamais sur .Seulement si le résultats des élections était serré le front de gauche même avec 4% pourrait jouer un rôle d'arbitre et croyez moi que le parti de gauche même s'ils ont des proximités avec le FN ou les souverainistes de droite ne va sans doute ??? pas faire alliance avec eux mais bien avec la gauche plurielle voilà pourquoi j'ai bien précisé cartel des gauches et partir de là il pourrait y avoir des compromis qui irait vers un renforcement du pouvoir jacobin par mauvais réflexe par rapport crise économique car elle peut menacer les fondamentaux de l'une et indivisible .Il faut savoir que sur certaines questions dont le nucléaire il y a des proximités de vue entre le pg et Europe écologie et que le parti de gauche n'est pas sans influence sur les écolos vu sa filiale rouge verts anti- bretons entre autre mais présent en Ille et Vilaine C'est à partir de la synthèse de ces éléments que j'ai conclu à ce possible scénario
cordialement
(0) 

Loïc Le Mercredi 16 novembre 2011 18:04
Je trouve au contraire qu'il est inutile de taper sur le PG. Ce parti est honnête en ce sens qu'il annonce clairement la couleur. La démocratie c'est aussi accepter des positions opposées aux siennes. Personnellement, je ne voterai donc pas pour eux parce qu'ils ne représentent pas mes idées. Ce n'est pas pour autant que je critiquerai ceux qui votent pour eux et qui sont dans leur droit de le faire.
(0) 

Yann le Bleiz Le Mercredi 16 novembre 2011 18:06
@Joseph Victor
Je vais êtes honnête avec vous, j'attendais votre réaction.
Rappelez-vous ce que vous disiez, en accusant gratuitement la droite bretonne d'avoir des véléïtés d'alliance avec l'extrême droite!
Cet article du PG est une bonne leçon pour la gauche bretonne bien pensante, qui par idéologie primaire a du mal à parler avec ses concitoyens démocrates de droite!
Par contre, votre analyse sur les 10 ans de droite manque cruellement d'objectivité!
Vous avez vu le projet de l'Alsace?
Fusionner les CG et le CR, et une obtention de transferts de compétances supplémentaires (dont l'enseignement de la langue)!
Quand ils défendent l'Alsace, ils ne font pas de gue-guerre droite-gauche à la mode de France, eux!
Bon, j'espère que cette fois vous (l'UDB) me répondrez à ma question : A quand les prochaines demandes de transferts de compétences vers le CR?!!!
(Je ne souhaite pas vous accuser, mais j'aurai souhaité voir en Bretagne, les mêmes initiatives qu'en Alsace...!)
(0) 

Joseph Victor Le Mercredi 16 novembre 2011 18:22
Pour eux aussi, Léon Paul.
Je ne suis pas contre l'idée d'abaisser l'âge du droit de vote à 17 voire même 16 ans...
(0) 

Herri Lamour Le Mercredi 16 novembre 2011 21:41
Attention néanmoins à ne pas confondre "Gauche" et "Parti de gauche" . Une partie de la gauche française (Verts, NPA, certains socialos) est favorable aux langues dites minoritaires. Mais il est vrai que le jacobinisme ne connait pas les frontières partisanes.
(0) 

Ar Vran Le Jeudi 17 novembre 2011 10:32
Enfin un parti qui a le courage de dire tout haut ce que pense la grande majorité des partis dits français.
Croyez-vous que la France dans son fonctionnement actuel jacobin va accorder des droits à ses minorités sous prétexte de quelques demandes ponctuelles venant d’une minorité de personnes ? Pensez-vous réellement que d’un seul coup d’un seul, cette France va s’autoflageller et accorder à la Bretagne tout ce qu’elle demande ?
L’oubli, la non-considération ont si bien fonctionné pendant des siècles, pourquoi changer ? En face, «c’est combien de divisions ? » …
Un petit commentaire à ceux qui naïvement seraient tentés de voter pour des partis français pour espérer faire progresser la Bretagne.
- Le système actuel politique français repose sur l’alternance des 2 partis traditionnels (système UMP-PS), je crois que tout a été dit : ces partis sont à la base de tout et vous croyez réellement qu'ils vont changer de mentalité vis à vis de la Bretagne sans un réel rapport de force.
Même si de temps en temps un élu de ces partis peuvent être à l’origine d’un projet de loi intéressant, la discipline du parti va vite le rattraper (ne jamais voter pour une proposition de loi venant de l’autre parti, menace de ne pas avoir l’investiture du parti pour les prochaines élections, mise à l’index par les autres membres du parti…) Donc il n’y a rien à espérer de ces partis à moins d’avoir des élus responsables (qui pensent d’abord à leur région, ce qui est loin d’être le cas actuellement) ou des « agents doubles « (ce qui est autre chose…)
- Concernant les nouveaux partis dits progressistes type EELV, Modem, etc...
Ces partis sont encore jeunes mais si dans le futur ils devaient progresser, à votre avis à qui vont-ils faire appel pour structurer leur parti, pour communiquer ?
A des politiciens expérimentés et/ou à des personnes formées par les structures politiques françaises (type Ena et autres grands corps d'Etat…).
Or ces structures sont justement à l'origine du « jacobinisme » français. Tous les jeunes diplômés sortant de ces institutions sont moulés pour appliquer le même modèle.
Quant aux politiciens expérimentés, quand ils verront que la soupe est bonne du côté des nouveaux partis français, ils adhéreront en masse à ces nouveaux partis et imposeront du coup leur façon de penser ! Bref, retour à la case départ !
Pour moi, la seule solution doit venir des Bretons eux-mêmes. Ils doivent compter que sur eux-mêmes sans attendre un quelconque changement de cette France jacobine. L’âge de l’adolescence est passé, il faut se prendre en main pour décider soi-même. Ni-hon unan !
Mais pour cela il faut des hommes et des femmes responsables qui puissent crédibles aux yeux de tous les Bretons et appartenant à des partis qui proposent de vrais solutions à tous les Bretons sans exclusive.
(0) 

Joseph Victor Le Jeudi 17 novembre 2011 10:56
@ YLB,
Une mise au point pour commencer : je n'ai pas accusé la "droite bretonne" de vouloir s'allier avec "l'extrême droite". Je ne fais pas de procès d'intention, moi. J'ai simplement refusé l'idée, avancée par certains, d'un "front breton" allant d'un bout à l'autre (donc incluant l'extrême droite) de ce qu'on appelle l'Emsav.
L'article du PG n'est "une bonne leçon" que pour ceux qui ne connaissaient pas Mélenchon... Pour tous les autres, c'est juste une confirmation... Vous vivez sur quelle planète ? Cela fait des années que cet olibrius s'en prend à Diwan, aux langues régionales, à la Breizh Touch... etc.
L'UDB est pour la suppression des départements. Le projet de fusion en Alsace va dans ce sens. C'est un bon projet pour l'Alsace, qui, vous le savez sûrement, bénéficie déjà d'un statut à part dans cette France réputée une, indivisible et égalitaire... Il faut sans doute pousser dans ce sens en Bretagne, en sachant que si (ou quand) cela se généralise, cela compliquera encore le combat pour la réunification.
Le droit à l'expérimentation, réclamé par l'UDB pour la Bretagne, s'est toujours heurté à une fin de non recevoir. Comme le Président du CR de Bretagne, l'UDB a réclamé la compétence "eau". Réponse négative du gouvernement. L'UDB réclame la compétence "enseignement du breton". Pas de réponse... A quoi cela sert-il de "demander" des transferts de compétence quand on sait que c'est toujours : niet !
Au demeurant, le projet de l'UDB pour la Bretagne va bien au-delà d'un simple transfert de quelques compétences. L'UDB veut pour notre pays un vrai statut d'autonomie, lequel est développé sur notre site internet (Un statut particulier pour la Bretagne). Et défend le principe de subsidiarité. Dans ce cadre, les compétences "régionales" seraient nombreuses puisqu'il ne resterait à l'Etat (ou à l'Europe), que les seules fonctions régaliennes (défense, monnaie, justice...
En espérant avoir répondu à votre attente...
(0) 

Ar Vran Le Jeudi 17 novembre 2011 11:54
@ Joseph Victor.
Pour répondre à votre question :" A quoi cela sert-il de "demander" des transferts de compétence quand on sait que c'est toujours : niet !"
Si vous attendez docilement que l'état français vous accorde quoi que soit, vous pouvez toujours rêver!
Que l'UDB propose c'est trèsbien , qu'elle organise une commission et fasse des actes, c'est mieux.
Pour info, vous croyez que diwan s'est fait en demandant l'autorisation à la France? s'il avait fallu attendre une réponse pour sa création, je crois que Diwan n'existerait pas de nos jours!
Face au refus de la France et du CSA de créer une chaîne de télévision en langue bretonne, Brezhoweb a été créé via la Web et cela marche.
Pour la compétence "eaux", "enseignement du breton", imposez-vous auprès du CR et des élus locaux et s'ils refusent (ou vous ignorent) faites le savoir !
en tout cas, merci d'avoir pu faire partager vos idées. Courage
(0) 

Pierre Le Lostec Le Jeudi 17 novembre 2011 12:04
"Le PG réaffirme son attachement aux principes républicains qui sont évidemment compatibles avec la valorisation de tout patrimoine culturel."
Et comment s'applique concrètement cette compatibilité si vous faites de l'Egalité qui gomme toute différence, une condition sine qua non à la République, opposée à l'expression des différences ?
"Le PG s'oppose au projet libéral de l'Europe des régions qui vise à la mise en concurrence des territoires et affaiblir le rôle régulateur des états."
Il y a en effet des inégalités entre territoires mais il serait inadmissible d'abreuver de subventions des territoires incapables de gérer sereinement leur économie. la concurrence est une chose très saine, facteur d'émulation et d'innovation. Ceci dit, la langue bretonne n'a rien à voir avec cette problèmatique : celle-ci n'étant défendue que sur le territoire breton pour l'heure, où est la concurrence ?
"Pour le PG, l'Etat devrait d'ailleurs être un rempart contre la dérégulation néolibérale qui détruit les solidarités et les services publics."
La promotion du breton, loin de détruire les solidarités nationales et les services publics, permettrait au contraire de redonner envie et confiance aux Bretons en une France à l'écoute des légitimes revendications de ses citoyens -dont la nationalité est paraît-il un plébiscite quotidien-. De même, cette promotion est créatrice d'emploi public par l'usage qui serait fait dans les écoles, à la poste et les différents conseils territoriaux de la langue bretonne. Quant à la dérégulation néolibérale, elle n'a rien à voir avec cette problématique. Il ne suffit pas de répéter une chose à satiété, encore faut-il la prouver, or vous n'étayez jamais vos affirmations.
"Le PG rappelle son attachement à l'attribution exclusive des fonds publics à l'enseignement public."
Voilà, une chose qui ne peut que choquer les Bretons alors que près de 40% des enfants bretons sont scolarisés dans l'Enseignement Catholique en Bretagne et que plusieurs miliers le sont dans les écoles Diwan. Vous ne pouvez que dégoûter les gens avec vos idées farfelues. En gros, vous souhaiteriez que l'Enseignement Catholique promulgue ses propres programmes. Finalement, certains ne seraient pas contre, cela permettrait de n'avoir aucun compte à rendre à la République et à faire de nos écoles un vivier de haine anti-française...
"Le PG réaffirme son attachement à l'apprentissage par toutes et tous de la langue française dès le plus jeune âge comme garantie de la cohésion nationale et s'oppose à l'institution de droits particuliers pour des groupes particuliers. Nous réaffirmons l'unité et l'indivisibilité de la République par la préservation d'un langage commun."
On peut apprendre le français et le breton, il n'y a aucun paradoxe ici. L'enseignement des langues dites "régionales" ne va pas à l'encontre de la cohésion nationale. L'enseignement du breton pouvant se faire partout et de tout temps, sa promotion ne vise pas un groupe particulier mais devrait être, dans l'optique républicaine, l'enjeu d'une conservation à l'échelle nationale, n'importe quel citoyen ayant les capacités d'apprendre une langue et le breton faisant partie du patrimoine national. L'unité et l'indivisibilité de votre chère République, étant de pures abstractions, ne concernant que des idées et donc l'Etat, et non le vécu des citoyens au quotidien -la Nation-, rien n'empêche que vous continuiez à les entretenir dans un langage commun, celui du pédantisme.
"Le PG n'est pas pour la ratification de la Charte européenne des langues régionales et minoritaires car elle impose d'introduire des droits particuliers pour une catégorie de citoyens."
Encore une fois, n'importe quel citoyen peut apprendre le breton, qu'il soit de Vannes, Rennes, Paris, Bordeaux ou Point-à-Pitre...On ne parle donc pas d'une catégorie de citoyens et de "droits particuliers" quand on se place dans la problématique des langues dites "régionales". C'est un non-sens très grave. La non-ratification de cette charte "impose d'introduire des droits particuliers pour une catégorie de citoyens", le droit pour les populations exclusivement francophones de négliger et piétiner la culture des trois-quart de Français originaires d'un territoire où la langue citoyenne et locale n'est pas le français : Alsace, Aquitaine, Auvergne, Bretagne, Corse, Guadeloupe, Guyane Française, Langudeoc-Roussilon, La Réunion, Lorraine, Martinique, Mayotte, Midi-Pyrénées, Nord, Provence-Alpes-Côte d'Azur, Rhône-Alpes...
"Le PG est favorable à l'enseignement des langues minoritaires de manière optionnelle dans le cadre du service public d'éducation."
Duplicité ou imbécilité ? Quoiqu'il en soit, ceci est en parfaite contradiction avec ce que vous affirmez précédemment car vous ne disposez d'aucun texte prouvant concrètement cette non-opposition, qui doit nécessairement passer par une défense.
"Le PG réaffirme que le français est la langue administrative et la langue véhiculaire commune."
Certes, et ?
(0) 

Joseph Victor Le Jeudi 17 novembre 2011 13:28

@ Ar Vran,
Je vous rassure, l'UDB ne se contente pas de "demander". Elle "fait des actes", comme vous le dites, dans le domaine qui est le sien, la politique.
Elle participe à toutes les manifestations pour la défense des intérêts bretons, et de façon visible et importante. A Rennes le 15 octobre contre le nucléaire. Au mois de juin à Nantes pour la réunification... Inutile de poursuivre l'énumération, vous en connaissez les résultats...
Elle participe aux élections, pour essayer de donner du poids à la revendication bretonne. Là aussi vous connaissez les résultats...
Elle pèse du poids qui est le sien (ou plutôt que lui ont donné les électeurs bretons) au Conseil Régional de Bretagne (B4) : 4 élus sur 83... convenez que cela ne fait pas une majorité...
Vous évoquez Diwan et Brezhoweb, qui sont effectivement d'excellentes initiatives, et vous concluez "ça marche". Vous en êtes persuadé ? Pourtant, si vous ramenez le nombre d'enfants scolarisés à Diwan au nombre total d'enfants scolarisés en Bretagne, si vous ramenez la fréquentation de Brezhoweb à celle de TF1 et des autres chaînes TNT comprise, vous verrez que ces succès sont très relatifs...
Comme l'est celui de l'UDB, qui a pourtant le mérite de porter la revendication bretonne sur le terrain politique depuis 45 ans, contre vents et marées et en dépit de toutes les difficultés.
Je me répète : l'UDB pèse du poids que lui donnent les électeurs bretons... Pas plus. Pas moins...
PS pour Pierre Le Lostec : merci pour cette efficace démonstration. Au nom de l'égalité, le PG défend une France profondément inégalitaire, que ce soit entre les territoires (avec le poids de la région parisienne) ou entre les individus (notamment à l'école).
(0) 

Laurent G. Le Jeudi 17 novembre 2011 14:34
Jusqu'à preuve du contraire, le français est toujours "la langue de la République"...
Ceci n'a pourtant pas protégé les Bretons face à l'appétit des grands groupes industriels et commerciaux (dont certains portent même la Bretagne en étendard).
Depuis un demi siècle et avec la bénédiction de l'État ceux-ci ont considérablement déstructuré les tissus social et industriel, établi des règles de concurrence disproportionnées au profit des puissants, poussé à la ruine de très nombreuses entreprises, désertifié et déséquilibré le territoire, enfin précarisé un nombre croissant de travailleurs.
Il y a effectivement une minorité qui vit de privilèges sur le dos de l'immense majorité de la population, mais on ne les voit pas à Diwan. Ils fréquentent quelques lycées publics parisiens réputés. L'été venu ils ne bossent pas dans les pizzerias sur la côte pour payer leurs études. Ils vont aux States perfectionner leur anglais.
Enfin, ils iront étudier dans une de ces grandes écoles qui font la fierté de la République.
Les meilleurs deviendront cadres sup dans de grandes sociétés privés, les autres seront grouillots dans les ministères avec pour mission de privatiser ce qui reste du service public !
(0) 

Yann le Bleiz Le Jeudi 17 novembre 2011 15:38
@ Joseph Victor :
"Une mise au point pour commencer : je n'ai pas accusé la "droite bretonne" de vouloir s'allier avec "l'extrême droite". Je ne fais pas de procès d'intention, moi"!
Article ABP 23699, commentaire de Joseph Victor : "Pour le reste, je vous laisse à vos désirs d'alliance avec l'extrême droite, c'est votre choix, ce n'est certainement pas le mien... "
Monsieur Victor, vous me décevez...! Comment voulez-vous convaincre les bretons si votre parole n'est que pirouette!
Pour Mélanchon,... Jules Ferry n'était pas du PG mais il était favorable à la domination des races dites "supérieures" sur les races dites "inférieures"...
C'est quand même le personnage emblématique!
Oui, la gauche à des cadavres dans ses placards, le nier est une négation de l'histoire! Votre acharnement vers tout ce qui est de droite trouve peut-être sa réponse à ce niveau là!
Ce n'est pas pour rien que les Européens préfèrent parler de nos jours de "SOCIALE-DEMOCRATIE"!
" A quoi cela sert-il de "demander" des transferts de compétence quand on sait que c'est toujours : niet !"
M. Ar Van a répondu très clairement à votre question!
C'est malheureusement, une question en forme de réponse sur ce que fait l'UDB depuis des années! Même Eva Joly défend mieux la Bretagne que vous!
Pour votre statut d'autonomie, vous l'avez fait dans votre coin, sans en parler ni à vos collègues de droite, ni aux bretons (personne ne connait votre document)!
De plus, c'est moi qui vous ait amené sur ce terrain là! Bizarre, mais l'UDB ne semble vraiment pas vouloir le faire connaître son document! Ca déplait au PSF?
Les Républicains catalants (sociale-démocrate) eux, ils ont partagé leur projet avec tous les autres partis, les Alsaciens disposent d'un livre expliquant le projet!
Franchement M. Victor! Et vous appelez à voter UDB?!!!
Il est grand temps que l'UDB se reprenne! Mais en êtes-vous capable?
(0) 

Joseph Victor Le Jeudi 17 novembre 2011 17:31

@ YLB,
Question pirouettes, vous semblez être assez performant...
Quand je réponds à l'un des intervenants de ce forum "je vous laisse à vos désirs d'alliance", je n'ai pas l'impression de m'adresser à toute la droite bretonne.
Pour le reste, j'ai répondu à Ar Vran, mais il est probable que ma réponse ne vous conviendra pas. Ni ne vous convaincra.
L'UDB a rédigé son "Statut Particulier pour la Bretagne" en 1999 et l'a publié (en version bilingue, breton et français) dans les Cahiers du Peuple Breton. Il est en ligne sur le site Internet de l'UDB, que chacun peut consulter. Il n'est donc pas "planqué", même s'il doit être réactualisé pour tenir compte des évolutions intervenues depuis sa publication. L'UDB a décidé d'y travailler lors de son dernier Congrès.
Eva Joly, plus efficace que l'UDB ? Possible. Au moins, vous savez désormais pour qui voter en avril prochain... Et pour le mois de juin, oui, bien sûr, j'appelle à voter pour l'UDB. Compte tenu des propos que je tiens ici, c'est assez logique, non ?
(0) 

Bertrand Deléon Le Jeudi 17 novembre 2011 19:01
Le parfait discours hypocrite du gros français bien ignard. En fait, comme l'ensemble des partis de gauche et droite français (du NPA au PS), cette dialectique cache un mésirable petit nationalisme souverainiste bien mièvre et bien recroquevillé sur lui-même.
Le plus misérable est de travailler avec ces pauvres gens.
Je sens qu'on va les entendre pleurer et manifester entre les deux tours des élections. La France aura créé ce qu'elle mérite, ce que ses politiques de tous bords ont généré.
(0) 

Laurent G. Le Jeudi 17 novembre 2011 21:10
L'opinion anecdotique du PG sur les langues régionales m'intéresse peu.
Ce qui m'intéresse, c'est sa position concernant le voyage de M. Juppé, ministre de la République, aux Emirats pour défendre les intérêts commerciaux du Groupe (privé) Dassault.
Rappelons que la France est dans le peloton de tête des vendeurs d'armes. Elle a fait de cette industrie une fierté "nationale" et préserve un secteur pourvoyeur d'emplois.
Ces armes desservent cependant les intérêts des peuples et des travailleurs dans le monde par les coûts de leur acquisition et de leur entretien.
Par ailleurs, elles encouragent des relations dissuasives entre les nations au détriment de relations collaboratives bénéfiques pour tous.
(0) 

LE GOUSSE ARNAUD Le Jeudi 17 novembre 2011 23:44
Il y aura toujours des mendiants pour mandier leur pain, si vous êtes hors emsav vous perdez votre temps à quémander, la politique ne peut pas être dissocier de la culture, la preuve dans ce texte. Les communistes russes respectaient les cultures minoritaires au moins dans les textes, qu'un ultragauche se prétende républicain, ça fait versaillais en guenilles
(0) 

Yann le Bleiz Le Vendredi 18 novembre 2011 00:22
@JV
Eva Joly, probablement... pour le premier tour du moins!
Statut particulier : "L'UDB a décidé d'y travailler lors de son dernier Congrès."
Et ben en voilà une bonne nouvelle!
Faites là partager, faites que tout le monde l'adopte, et si d'autres ont le même projet faite en sorte de travailler ensemble pour arriver à un résultat fédérateur!
Pensez à l'exemple réussi des Républicains Catalans! Seul le résultat compte!
Ensuite, il n'y aura que des bonnes volontés pour le faire connaître et diffuser! Car croyez-moi, le boulot est bien là... 4,5 millions de citoyens bretons à informer!
(0) 

Léon-Paul Creton Le Vendredi 18 novembre 2011 11:10
Pour informer si on le désire, il y a internet et l'ABP! Même pour organiser un vote 2012 parallèle. Présidentielle et législative.
(0) 

Ar Vran Le Vendredi 18 novembre 2011 12:32
@ Joseph Victor,
Bonjour et merci pour votre franchise.
Quand je parlais d\'actes, je ne parlais pas bien sûr de participer à des manif.
Ce qui peut être en soit très bien mais cela ne fait pas tellement avancer le chimilibik surtout quand peu de personnes sont mobilisées pour la manif et que la manif n\'est même pas reprise dans les quotidiens « suppots » type OF ou le Télégramme.
Je voulais parler d\'actes concrets.
A l\'UDB, vous avez de la chance d\'avoir des élus régionaux (pas beaucoup certes mais ils peuvent faire du bruit) et des conseillers locaux.
Que font-ils au quotidien ?
Désolé, mais quand on est en dehors des instances de l’UDB, on ne voit rien.
Je ne doute pas que beaucoup de vos membres soient actifs (voire même pour certains qui ont l’impression d’effectuer un sacerdoce) mais le problème est qu\'on ne les entend pas !
Accordez- nous le fait que ce n\'est pas dans l\'organe écrit de l\'UDB (le Peuple breton) que ces actes doivent être seulement diffusés mais par des communiqués adressés à tous les Bretons.
Il faut communiquer ! et cela en dehors des échéances électorales !
Franchement croyez-vous que le Breton lambda quand il se réveille le matin, achète de suite le Peuple breton et le lit assidument ? (je pense qu’il ne sait même pas que ce périodique existe) Croyez-vous que ce Breton lambda dans sa vie quotidienne se soucie de l’UDB (à supposer qu’il soit au courant que votre parti existe) ? Et si d’aventure il avait entendu parler de l’UDB, pourquoi voudriez-vous qu’il vote pour vous, on ne vous voit pas (sans compter les préjugés qu’il peut avoir sur l’UDB)
Que fait l’UDB au quotidien 1/en tant que force politique en Bretagne et 2/ quels sont ses projets ?
Quand je citais comme exemple d\'actions concrètes réalisées sans ATTENDRE l\'approbation du gouvernement français, (cf. les cas de Diwan ou celui de Brezhoweb) vous savez bien tout comme moi que si les personnes à l\'origine de leur création avaient attendu quoique ce soit, il n\'y aurait rien du tout à l\'heure actuelle.
Diwan : Ne croyez-vous pas que les créations de Div Yezh et Dihun n’ont été possibles que parce qu’il y a eu un précédent ? Certes je vous l\'accorde pour Diwan, il y encore trop peu d\'élèves scolarisés en Breton mais ne croyez-vous pas que justement il est temps de passer à une deuxième étape. Si l’UDB se veut une réelle force politique bretonne, il serait bon de l’entendre à chaque fois que l’on attaque les écoles en immersion. J’irai même plus loin : quand l’UDB fera-t-elle un communiqué pour se désolidariser clairement des propos tenus par des gauchistes français (type Parti de Gauche, Chevènement, Lutte ouvrière et autre libre pensée) qui clament à hue et à dia leur haine des langues régionales ? Même si ces personnes sont positionnées à gauche comme l’UDB, est-il acceptable de ne rien dire ? (Attention à l’adage qui dit « qui ne dit mot, consent » ; cela peut faire partie de la confusion d’image que le public peut avoir vis-à-vis de l’UDB).
Concernant Brezhoweb, il est intéressant de constater que cette chaine s’est créée suite à un refus clair du « conseil supérieur de la propagande audiovisuelle française » alias le CSA quant à une chaîne régionale émettant en Français et en Breton. Pour ce qui est de sa fréquentation par rapport à TF1 ou des autres chaînes de la TNT, comparons ce qui est comparable ! Connaissez-vous beaucoup de personnes dont l’âge est supérieur à 40 ans qui préfèrent regarder des webTV (à supposer qu’elles sachent que cela existe d’ailleurs) ? Non, nous sommes bien d’accord il faudrait que Brezhoweb puisse avoir le droit d’émettre sur la TNT, ce qui est loin d’être gagné.
En tout cas l’initiative est concluante puisque cette WebTV reçoit même des subventions de la région bretonne et de certains conseils généraux bretons. Intéressant, n’est-ce pas ?
Je n’interviendrai pas sur le positionnement uniquement à Gauche de l’UDB, c’est une analyse que je ne partage pas. Elle a au moins le mérite d’exister et il faut saluer comme vous le dites sa permanence depuis plus de 40 ans. En revanche il est urgent que l’UDB arrête de déconsidérer les autres mouvements bretons et fasse le choix de son positionnement : Est-elle régionaliste (c’est-à-dire être pour une Bretagne retrouvée dans le cadre d’une république française décentralisée) ou autonomiste (être pour une Bretagne libérée des contraintes françaises qui lui pèsent dans son développement, quitte à prendre son destin en main si cela doit se faire?) Les mots ont un sens et avouez que cela ajouterait à la clarification de l’emsav dans son ensemble.
A galon
(0) 

Caroline Le Douarin Le Vendredi 18 novembre 2011 15:25
J'espère ne pas répéter trop ce que d'autres auraient dit, n'ayant pas eu le temps de tout lire...
Merci au PG de s’être dévoilé. Je ne sais pas pour qui je voterai en 2012 mais je sais de plus en plus pour qui je ne voterai pas. Merci
Un cadre législatif protecteur pour les langues régionales.
Lequel ? Et la charte non ratifiée, et les blocages et la suppression de la filière « breton » à l’université de Nantes ? C’est protecteur ?
Dispenser un enseignement public uniquement dans la langue de son choix, y compris en immersion, au détriment de l'apprentissage de la langue commune, le français, signifierait que des groupes entiers de locuteurs ne se verraient enseigner durant toute leur scolarité qu'une langue compréhensible uniquement par une fraction de la population de notre pays.
Qu’est-ce que c’est que ça ? Au détriment ? Mais fréquentez un peu les enfants, n’ayez pas peur, ils sont normaux et parlent et écrivent français aussi... (et démarrent très bien en anglais, finie la France honte linguistique grâce au trilinguisme des Bretons !)
La preuve je rappelle la première promotion des lycéens Diwan : ils ont tous et toutes eu le bac, passé en français, avec leur scolarité en breton (20 élèves). Alors. Que craignez-vous ? Sur quoi râlez-vous ?
En plus, connaître le breton offre des emplois... Voir Ti ar Vro Kemper récemment
(0) 

Iffig Cochevelou Le Vendredi 18 novembre 2011 16:22
Je vais encore me répéter , ce sont des dangers publics ces extrèmistes, nationalistes français exacerbés, qui à gauche comme à droite ont un poids énorme sur les partis majoritaires et ce qui se traduit par aucune avancée possible dans ces domaines.
Encore plus insupportable, c'est de voir des Bretons qui vivent de la langue bretonne , enseignants, chanteurs.... supporter cette idéologie et qui vont jusqu'à se présenter aux élections en leur nom (cantonale et régionale), je ne citerai personne : mais cherchez bien.
Ce n'est pas la peine d'en rajouter : le seul contre-poids possible ce sont des partis bretons, mais on est encore loin d'arriver à leur niveau : il faudrait que les Bretons en prennent conscience et qu'ils s'engagent !
(0) 

Joseph Victor Le Vendredi 18 novembre 2011 16:53
Cher Ar Vran,
En réalité, nous ne sommes sans doute pas d'accord sur tout, mais nos propos respectifs ne sont pas si éloignés que ça.
L'UDB communique, beaucoup, mais (heureusement en un sens...) ne maîtrise pas les médias... Ceux-ci ne répercutent que très peu les nombreux communiqués du parti et les prises de position de ses élus, qui ne sont donc pas connus du grand public. Nous le regrettons, vous aussi visiblement.
Ces interventions, vous pouvez les retrouver (au moins en partie) non seulement dans le Peuple Breton mais aussi sur le site internet de l'UDB et sur le blog de l'Association des Elus Progressistes Bretons (AEPB) dont font partie notamment les élus UDB (régionaux et municipaux) :
Croyez-moi, ces interventions sont nombreuses. Les actions aussi. Dans leurs communes, les élus UDB sont à l'origine de nombreuses signatures de la Charte Ya d'ar Brezhoneg (je pourrais vous donner des noms), de voeux pour la réunification, voire d'ouvertures de classes bilingues (là aussi j'ai des noms). Pour ne parler que des sujets "strictement" bretons...
Je ne peux pas dresser ici la liste de toutes nos prises de position, mais croyez-moi, Mélenchon ou Chevènement en ont déjà pris pour leur grade sous la plume de nos porte- parole.
Diwan ? Brezhowed ? C'est bien, évidemment. Je soutiens. L'UDB aussi. Je constate simplement que leur audience est insuffisante. Comme l'est celle de l'UDB. Comme celles de Div Yezh ou Dihun.
Une double précision : l'UDB est un parti autonomiste mais autonomie ne signifie pas indépendance, ni séparation. Mais il est vrai que les mots sont piégeant...
Enfin, nous n'avons aucune volonté de "déconsidérer" les autres formations bretonnes (en dehors de l'extrême droite que nous combattons sans ambiguïté). Nous voulons simplement que les choses soient clairement dites... Je reviendrai là-dessus si vous le souhaitez...
Cordialement,
(0) 

Yves Le Gonidec Le Samedi 19 novembre 2011 17:59
Quel était le but du PG ici, à part de se faire lyncher ? Je savais les bretons portés sur le sado-masochisme, mais à ce point ?! OUI AU PARLEMENT BRETON !
(0) 

Kristian Braz Le Dimanche 20 novembre 2011 10:37
Oublions les nazes du PdG, leur vulgate fascisto-républicaine et leur petit führer JLM.
Pour répondre à certains commentaires dénonçant une passivité de l'UDB, rappelons que nos élus UDB sont, EUX, bien présents sur le terrain, en particulier celui de l'autonomie énergétique de la Bretagne (voir projets centrales à gaz) .
(0) 

Yves Le Gonidec Le Mardi 22 novembre 2011 01:22
L'UDB occupe l'esprit breton, pour ce qu'il en ai actuellement, à savoir, un auriculaire de main de nain sous un pouce de pied de géant ; mais quelle alternative propose CONCRÈTEMENT l'UDB à la centrale gaz (entre nous une vraie connerie ce projet) ? RIEN. Non qu'elle ne veuille pas, mais qu'elle ne peut pas. L'UDB vit au dessus de ses moyens idéologiques. Mais soit, on a espoir pour vous : rejoignez le Front Breton sur internet.
(0) 

Antoine L. Le Samedi 3 décembre 2011 13:32
Ha ha, certains commentaires sont vraiment à mourir de rire. Le PG, dans cet article a bien clarifié le fait qu'il n'était pas hostile à l'apprentissage des langues régionales. Cependant, certains ne lisent que ce qu'ils veulent comprendre, ou bien ne lisent même pas. Le communiqué met simplement en avant qu'ils n'accepteront pas un apprentissage "élitiste", je dirai. Certains avancent le fait que le PG penserait des langues supérieures aux autres. C'est justement le contraire. Chacun apprend la langue qu'il veut, mais il faut une langue commune pour nous comprendre.
Par contre, beaucoup vont aller penser le breton, et la culture bretonne comme supérieure, voir comme devant être unique. Il ne faudrait pas tout inverser. On peut être breton, car vivant en Bretagne, et ne pas parler, et ne pas vouloir parler Breton. Quand on lis certains, être Breton devrait se gagner, se mériter. Pas loin, ça par contre, de certains propos nationalos réactionnaire. Simplement, quand c'est diminué à la région, ça passe mieux.
J'ai longtemps trouvé très bien le fait de parler breton. Cependant, je suis de plus en plus dégouté. Ca tourne à un sentiment d'élitisme, d'inégalité. "on vaut mieux que vous parce qu'on parle breton". Comme très bien dit dans l'article du PG : "Revendiquer des droits particuliers à une catégorie de la population au nom des différences, est une atteinte à l'égalité républicaine."
La langue bretonne est belle, la culture bretonne est belle, mais ne doit, comme toutes les cultures, pas être unique. La Bretagne vit, n'a pas besoin d'être considérée comme un musée vivant.
Je trouve que cette discussion manque énormément d'objectivité.
(0) 

Commenter :
Votre email est optionnel et restera confidentiel. Il ne sera utilisé que si vous voulez une réponse d'un lecteur via email. Par exemple si vous cherchez un co-voiturage pour cet évènement ou autre chose.
ANTI-SPAM : Combien font ( 5 multiplié par 7) + 2 ?

ABP

Publier

Nous suivre

2003-2024 © Agence Bretagne Presse, sauf Creative Commons