Put your name here

connexionS'accréditer | S'abonner | Se connecter | Faire un don
> Logo ABP
ABP e brezhoneg | ABP in English |
- Lettre ouverte -
Des paysages condamnés dans le Morbihan
l'atlas des paysages du Morbihan Lettre ouverte à Monsieur le président du Conseil Général du Morbihan
Anne Marie Robic pour Association des Amis du Patrimoine de Bieuzy (APB) le 4/02/12 16:04

Pontivy le 1er février 2012

Monsieur le président du Conseil Général du Morbihan

Nous venons de prendre connaissance de l’atlas des paysages du Morbihan élaboré à votre demande ainsi qu’à celle du conseil Régional ; les réalisateurs étant la DREAL (Direction régionale de l’environnement, de l’aménagement et du logement en Bretagne), la DDTM (Direction départementale des territoires et de la mer du Morbihan) et le CAUE (Conseils d’Architecture, d’urbanisme et d’Environnement) du Morbihan

Une tâche noble d’analyse et de description de nos paysages dont nous aurions aimé vous remercier.

Hélas, sous couvert d’atlas, nous découvrons un outil se pliant très habilement aux projets industriels en cours et principalement aux centrales éoliennes fort embarrassantes.

En tout cas, nous notons que les auteurs de cet atlas disent implicitement, à plusieurs reprises, que les centrales éoliennes nuisent au paysage. Enfin !

Ce serait donc en vain qu’on a tenté de décrire les aérogénérateurs comme « un envol d’oiseaux migrateurs » (page 124 du dossier de ZDE de Pontivy : parc de Noyal/Gueltas).

Nous n’ignorons pas que cet atlas sera un outil important d’aide à la décision pour la commission des sites notamment.

En effet, l’un des volets de cet atlas s’intitule « Enjeux des centrales éoliennes et photovoltaïques » et le sous-titre annonce : « des potentialités à encadrer et à envisager à une échelle régionale »

Nous comprenons assez vite que l’auteur de l’atlas sera seul juge de cet « encadrement » afin de satisfaire les demandes des divers porteurs de projets industriels, et qu’il prétend détenir une compétence régionale !

Aussi nous indignons-nous : quelle légitimité ont les auteurs de cet atlas pour porter des jugements de valeur et faire des choix d’implantations de centrales éoliennes et photovoltaïques ?

Cette tâche incombait aux instances de concertation du schéma régional éolien. Or nous savons que ces travaux n’ont pas abouti.

Lors des réunions de concertation à Rennes, nous avons entendu dire, à plusieurs reprises, qu’il fallait s’interdire la sacralisation de certains sites. Et nous avons eu sous les yeux une cartographie des unités paysagères présentant des différences notables par rapport à l’atlas du Morbihan.

Or nous découvrons qu’un auteur de l’atlas du Morbihan écrit par exemple : « Il parait logique de ne pas voir des éoliennes dans des paysages qui font la renommée d’une région, à l’image établie, comme les paysages du Golfe. »

Subjectivité arrogante. Quels sont les critères de cette logique ?

Il poursuit : « Les zones favorables se concentrent principalement dans le plateau de Pontivy-Loudéac, et dans les plaines littorales. Ces zones favorables correspondent à des paysages aux composantes naturelles et bâties plutôt dispersées, aux reliefs peu prononcés, des territoires peu connus en tant que paysages et peu touristiques, et dont l’économie est orientée vers la production industrielle et agro–alimentaire. »

C’est méconnaître la Convention Européenne du Paysage devenu loi française en 2006 qui dit en préambule : « le paysage est partout un élément important de la qualité de vie des populations : dans les milieux urbains et dans les campagnes, dans les territoires dégradés comme dans ceux de grande qualité, dans les espaces remarquables comme dans ceux du quotidien »

Nous aurions pu tout aussi bien écrire : « les implantations de centrales éoliennes et photovoltaïques ne sont pas envisageables dans le Morbihan intérieur afin de ne pas renchérir sur les dégâts des décennies passées. Ces territoires entreprennent une restauration du bocage qui va permettre le renouveau culturel et touristique. Il ne convient pas de le compromettre »

De quel droit un urbaniste décide-t-il de l’avenir de notre territoire ?

Notre plateau serait en quelque sorte dépourvu de … « paysages » ce qui présente très opportunément une faculté rare : « la faculté d’accueillir de nombreuses évolutions possibles, sans craindre de perdre leur identité. »

Autant dire que le plateau de Pontivy/Loudéac va être sacrifié.

Inacceptable.

Le conseil d’administration de notre association réuni le lundi 30 janvier 2012 à Noyal-Pontivy a décidé à l’unanimité de dénoncer cet atlas élaboré sans concertation et au mépris de la population rurale du plateau de Pontivy/Loudéac.

De plus, nous savons que c’est là défendre une production d’énergie largement dépassée à l’heure actuelle et ne servant qu’à enchérir le coût de l’électricité.

Nous observons que les pays initiateurs de ce marché sont en train de revoir leur position allant pour certains d’entre eux jusqu’à l’abandon de toute subvention à l’éolien en raison du manque de rentabilité et d’objectifs. (L’Allemagne, l’Espagne, et le Danemark)

Nous ne comprenons pas l’aveuglement de nos élus qui s’agrippent ainsi à leur totem idéologique au mépris des nuisances causées à la population et à la dégradation des paysages de manière irréversible pour l’avenir.

Nous tenons à citer Frédéric Mitterrand, ministre de la culture, qui dans son discours du 15 décembre dernier aux préfets de régions déclarait :

"Dernier enjeu, d'importance, dans les mois et les années à venir : celui de la préservation de nos paysages. Je sillonne très régulièrement et fréquemment la France. Je suis souvent très inquiet de voir à quel point notre cadre de vie se dégrade, que ce soit par le biais de champs d'éoliennes anarchiques, visibles à des kilomètres à la ronde (alors que beaucoup de schémas départementaux cohérents avaient été établis avec les Services territoriaux d’architecture et du patrimoine), ou par des abords de ville dénaturés et bardés d'enseignes et de constructions sans ambition esthétique »

Le ministre aurait même pu dire « à plus de 30 kilomètres à la ronde » car ce sont bien ces distances qui ont été retenues pour le rejet des projets éoliens proches du Mont Saint Michel.

Que dire enfin des erreurs et omissions des bureaux d’études basés il est vrai à Paris et à Rennes et qui n’ont sans doute travaillé que sur des données bibliographiques.

En exemple nous prendrons les Montagnes Noires ; nous lisons : « c’est là que se trouve le point culminant du Morbihan : 299 m au nord de Gourin, à la limite du Finistère. » C’était là en effet, c’était le Rocher de la Madeleine. Mais nous savons tous qu’il est passé depuis longtemps dans les concasseurs de l’exploitant de la carrière !

Quant au point culminant actuel, la calotte Saint Joseph située à Langonnet à 297 m, elle n’apparaît même pas sur cet atlas, pas plus que la commune.

Aussi, notre association, choquée par cette initiative antidémocratique, a décidé de vous adresser cette lettre ouverte ainsi qu’à Mr le préfet de Région, à Mr le préfet du Morbihan, à Mr le sous-préfet de Pontivy et aux maires des communes du plateau de Pontivy/Loudéac afin de dénoncer cet atlas.

Nous demandons que l'Atlas des paysages du Morbihan soit revu par des géographes compétents avec le concours des associations en dehors de tout objectif autre que celui de la connaissance des paysages.

pour l'APB la présidente Anne Marie Robic

Copies à : Mr Le préfet de Région, Mr Le Président du Conseil Régional, Mr le préfet du Morbihan, Mr Le sous-préfet de Pontivy, Mesdames et Messieurs les maires des communes du plateau de Pontivy/Loudéac, à la presse

aux lecteurs: lisez-nous bien, notre sujet c'est la hiérachie des paysages telle qu'elle apparait dans l'atlas du Morbihan. Or, en lisant certaines réactions, nous sentons surgir une colère hors de propos.

Cet article a fait l'objet de 1556 lectures.
Veille à la sauvegarde de l'environnement, du patrimoine bâti et des paysages des cantons de Baud et Pontivy.
Voir tous les articles de Association des Amis du Patrimoine de Bieuzy (APB)
Vos 20 commentaires
Jean-Paul Bourdon Le Dimanche 5 février 2012 09:02
Chers amis, vous avez fait une très bonne analyse de l'impasse "paysagère" dans laquelle se fourrent les instances officielles locales avec leurs Atlas paysagers. Leurs travaux se fondent sur des conceptions propres aux bourgeois voyageurs (et étriqués) du XIXe siècle. Autrement dit, c'est le guide Michelin qui les guide !!!
ERREUR complète. Ce qu'ils appellent le "paysage" ne peut plus être abordé comme au temps de la locomotive à vapeur et des premières torpédos (et des guides Michelin). Pourquoi ? Les riverains, les autochtones – ceux qui habitent et travaillent là en permanence – ne sont pas des touristes dans leur propre cadre de vie. Ces Atlas en sont encore à confondre paysage, cadre de vie et champ visuel. C'est une conception surannée, très "conseil général" et "office du tourisme" qui doit être dénoncée et combattue.
Comment ? Mais dans ces Atlas, il n'est JAMAIS question ce ceux qui habitent les lieux. C'est la faille principale de leur conception. En se basant sur les derniers recensement de l'INSEE, on peut additionner le nombre d'habitants par "unité paysagère", comme ils disent, et on voit tout de suite qu'elles sont très peuplées. Et en se référant, comme vous le faites à la Convention européenne du paysage, on les met au pied du mur.
Tout Atlas soi-disant paysager doit commencer par indiquer le nombre des habitants en jeu et venir expliquer aux dites populations ce qu'il compte faire AVANT DE REALISER cet Atlas, comme le recommande la Convention européenne du paysage.
(0) 

Michel Blain Le Dimanche 5 février 2012 12:09
Dans la liste des personnes ou associations auditionnées pour la réalisation de cette étude, je note l\\\'absence de représentants d\\\'associations tant locales que nationales qui ont une certaine expertise en ce domaine.
Je pense en particulier aux nombreuses associations locales qui se battent pour faire respecter leur cadre de vie, mais aussi à la compétence reconue de l\\\'association des géographes de Bretagne.
Dans cette étude paysagère, 3 thèmes importants concernant la banalisation des paysages n\\\'ont pas été développés :
le mitage du paysage (typiquement breton) du à l\\\'édification de constructions diverses et variées hors de toute continuité urbaine.
la consommation effrénée du foncier agricole à un point tel que la survie de l\\\'agriculture en Bretagne pourait être compromise à long terme si le phénomène perdure.
la banalisation et le désordre visuel de nos entrées de villes avec les zones d\\\'activités ou commerciales dont l\\\'architecture et l\\\'urbanisme sont une insulte aux paysages. (laideur accentuée par les débordements des publicités et des enseignes).
(0) 

Charpentier Dominique Le Dimanche 5 février 2012 13:47
je vous invite à lire un petit ouvrage de Aude walker "un homme jetable" aux éditions du Moteur
et peut-être que vous aurez envie de changer de jugement à moins que pour vous la vie et la santé des hommes vous importent peu.
Merci
(0) 

SPERED DIEUB Le Dimanche 5 février 2012 16:53
Oui en effet tous les moyens sont bons pour conditionner la population en vue d'un retour du spectre nucléaire en Bretagne et là je me permets de douter de la sincérité des opposants systématiques à l'éolien , je dis bien systématique car il n'est pas normal non plus les éoliennes soient trop près des habitations ,mais pourquoi rejeter le bébé avec l'eau du bain ??? Quand aux protestations contre cette énergie dans les pays du nord de l'Europe je demande à avoir une information plus impartiale et plus sérieuse ,nous avons déjà l'ile longue çà suffit et je doute que ces opposants aux énergies renouvelables auraient autant de courage et de ténacité à s'opposer au lobby nucléaire comme l'on fait naguère les héros de Plogoff L'énergie éolienne est la plus rentable des énergies renouvelables. Si on rentre dans la logique de certains ou certaines nos ancêtres n'auraient jamais construit de moulins à vent !!! La défense de l'environnement çà va de soi, par contre le sacraliser excessivement c'est remettre en cause toute activité humaine sur cette planète
(0) 

Avel Glaz Le Dimanche 5 février 2012 19:34
Non seulement les éoliennes détruisent les paysages de part leurs gigantismes, mais en plus elles sont trop peu productrices, avec en prime une inconstance de production qui implique qu\'elles soient couplées avec du thermique, gaz, fioul ou charbon!
C\'est une énergie qui n\'est viable qu\'à cause des conditions financières avantageuses accordées aux promoteurs! Retirez les subventions et vous n\'aurez plus une seule éolienne d\'installées!
Sachez qu\'au Danemark ils importent 800 000 tonnes de charbon par an pour produire de l\'électricité!L\'Espagne stoppe les subventions pour l\'éolien car c\'est un gouffre financier! L’Allemagne qui arrête le nucléaire sous la pression des écolos va construire des centrales à charbon en quantité et les milliers d\'éoliennes n\'y changent rien, bien au contraire!
Pour SPERED DIEUB, si les moulins à vent ne sont plus utilisés depuis longtemps ce n\'est pas par hasard!
Pourquoi personne ne parle des hydroliennes, bien plus constantes en production. En plus il est facile de prévoir leur capacité de production longtemps à l\'avance ce qui n\'est absolument pas le cas des éoliennes! L\'Ecosse serait pour nous, Bretons, un exemple à suivre quand à l\'exploitation des énergies maritimes, malheureusement, ce qui intéressent les élus et les agriculteurs, et donc ce pourquoi ils font tout pour avoir des éoliennes sur leurs terres, ce sont les profits financiers!!!!
(0) 

MALIGORN Nikolaz Le Dimanche 5 février 2012 20:47
\"Retirez les subventions et vous n\'aurez plus une seule éolienne d\'installées!\"
retirez les subventions et vous n\'aurez plus non plus de nucléaire, retirez les subventions et vous n\'aurez plus non plus d\'agriculture.
(0) 

SPERED DIEUB Le Dimanche 5 février 2012 21:33
S'il vous plait je demande à ABP rétablir la vérité de manière impartiale au sujet de cette source d'énergie car nous assistons ici à une offensive de désinformation en effet le Danemark produit 25% de son électricité de part l'énergie éolienne et çà ce n'est pas de la fiction des vents de folie
(0) 

yvon le breton Le Lundi 6 février 2012 17:06
Nous devrions donner tout de suite l\'indépendance à la Bretagne, y compris l\'indépendance énergétique, comme cela vous remettrez en service la centrale nucléaire de brennilis, celle ci s\'insère très bien dans le paysage et vous pourrez la garder très longtemps.
Cela nous permettra de faire beaucoup d\'économie et éviter d\'installer des centrales nucléaires ailleurs qu\'en Bretagne (puisque vous ne voulez pas des vilains profiteurs, qui prennent votre argent pour vous distribuer de l\'électricité). Nous en profiterons pour relancer l\'économie Bretonne en construisant une superbe fabrique de bougie (pour les périodes plus froides), on la construira sous terre car il ne faudra pas la voir.
Une autre possibilité est d\'installer des centrales au gaz d\'excréments de cochon, on aura surement moins de nitrate dans les nappes phréatiques et moins d\'algues vertes à Saint-Brieuc.
Signé, un amoureux de la Bretagne
(0) 

SPERED DIEUB Le Lundi 6 février 2012 17:43
YVON PROVOCATION
(0) 

Mickaël Schmitt Le Lundi 6 février 2012 19:07

L'éolien industriel a comme objectif de lutter contre les émissions de CO2 dans la production d’électricité ET NON CONTRE LE NUCLÉAIRE !!!
Cependant, la production électrique éolienne sera toujours trop faible pour avoir la moindre influence sur les 45 à 50 milliards de tonnes de gaz à effet de serre émises chaque année dans le monde. Il faut bien lire MILLIARDS. Nos 500 000 tonnes de CO2 évitées ne peuvent rien contre le mastodonte des émissions mondiales qui continuent à aller bon train (aux États-Unis, Inde, Chine, Afrique du Sud, etc.). L'éolien ne sert à rien.
L’Allemagne a essayé de remplacer le nucléaire par l’éolien. Les conséquences négatives sont très nettes :
prolifération de l’éolien ET des centrales à charbon (donc du CO2)
Les conséquences de l’éoliennisation massive de l’Allemagne méritent toute notre attention :
• 27 000 mégawatts éoliens installés, le plus grand parc d’Europe
• qui fournissent seulement 7 % de la production électrique.
• Malgré cela, l’Allemagne reste le plus grand émetteur de gaz à effet de serre d’Europe (centrales à charbon, gaz, lignite) : 900 millions de tonnes de GES en 2009 (500 millions pour la France, 45 à 50 milliards de tonnes pour le monde entier).
Et il faut construire 4 500 km de lignes à haute tension pour transporter l’électricité éolienne du nord au sud.
Pour un coût exorbitant !!
Bonjour les dégâts !!!
(0) 

Vent d\'Ével / Avel d\'Ével Le Lundi 6 février 2012 20:45
Au lieu de subventionner des éoliennes et autres centrales (qu’elles soient nucléaires, thermiques …) l’État dans toute sa splendeur devrait regarder le problème sous un autre angle.
D’un sujet il y a 360 façons de l’aborder, de le regarder, le découvrir, l’appréhender.
La question à se poser et « pourquoi produire encore plus d’électricité ? ».
Tout d’abord parce que nous consommons plus au travers de nos appareils électroniques, nos téléviseurs, notre mode de vie et les appareils qui sont supposés nous la rendre plus facile ou agréable.
Mais aussi et surtout par les 65% de logements Français qui se chauffent à l’électricité !
Renseignez-vous Messieurs les détracteurs !
Lorsque vous souhaitez construire une maison ou en rénover une, les agents de notre belle entreprise EDF, vous préconisent un chauffage électrique car moins contraignant, moins salissant, moins cher à l’achat et à l’usage qu’une autre source de chauffage.
Le summum est atteint lorsque cette même enseigne vous propose un prêt à tarif hyper privilégié mais avec la condition sine qua non d’opter pour un chauffage exclusivement électrique !
Ils deviennent juge et partie.
C’est une concurrence déloyale pour les autres énergies, certes, mais c’est surtout prêcher pour son Église tout en sachant pertinemment que la production actuelle n’est pas en mesure de subvenir aux besoins de tous les foyers en même temps.
Donc ils menacent de « couper » l’approvisionnement des régions qui ne sont pas équipées d’une jolie centrale fusse-t-elle nucléaire ou non.
D’ailleurs, en passant, si les éoliennes étaient si performantes, la Bretagne avec tous ses aérogénérateurs ne devrait pas peser si lourd dans la balance de consommation Nationale ! Non ?
CQFD : Si je modifie le mode de chauffage des maisons à venir et de celles déjà construites, j’évite la construction de ces éol-hyènes et par-dessus le marché je permets la fermeture de quelques centrales nucléaires, thermiques…
Pour éviter les GES (gaz à effet de serre) une incitation à une meilleure isolation, donc un plus grand confort et une dépense énergétique maîtrisée.
J’entends déjà quelques voix qui demandent « oui, mais avec quoi remplacer l’énergie électrique des convecteurs ? ».
Avec des énergies vertes telles que les poêles à granulés notamment.
Sachant qu’un poêle consomme 110 Watts heure soit seulement 10% du plus petit des convecteurs et qu’il fournit entre 6 à 12 Kwatts heure de chauffage, qu’une tonne de granulés coûte autour de 300€ et qu’il faut 1,5 tonne de granulés par an pour chauffer un pavillon normalement isolé de 120 M² !
Le client utilisateur ne consommera qu’un kw toutes les 10 heures contre actuellement 12kw par heure ! Le lambda est énorme !
Sa facture de chauffage passera de 1200€ à 500€ par an !
C’est une économie pour tout le monde, sauf pour EDF, et c’est la raison pour laquelle ils agissent de la sorte.
Cessons de subventionner ces méthodes de voyous et diversifions nos énergies, pourvue qu’elles soient vertes et moins coûteuses…
(0) 

Louis Le Bras Le Lundi 6 février 2012 21:44
Honnêtement si la maîtrise de consommation d'énergies et de dépendance au pétrole était une priorité la construction de pavillons individuels dans les périphéries ou en campagne serait purement interdite...cela crée des pertes d'énergies évidentes qui n'existent pas dans des habitats collectifs...de plus les pavillons individuels favorisent la consommation de terrain à n'en plus finir, l'étalement urbain, et donc l'utilisation massive de la voiture.
La conception de l'habitat et de la ville est la clé de la maitrise énergétique. Il faut bien le dire, l'hyperconcentration urbaine est une vraie solution écologique, avec des villes d'abord reliées en train plutot qu'en autoroutes....et des habitants qui utilisent avant tout les transports urbains en commun. hyperconcentration urbaine = moins de chauffage, moins de terrains utilisés, moins de voitures, moins de déplacements.
(0) 

Avel Glaz Le Mardi 7 février 2012 00:01
Pour info, production d\'électricité à partir du charbon au Danemark en 2010: 43,9%, en Allemagne: 44,1% toujours en 2010!
Pour 2011, il n\'y encore que des estimations, cherchez l\'info, c\'est très simple, vérifiable et incontestable!
(0) 

Mickaël Schmitt Le Mardi 7 février 2012 09:07
1° L'éolien industriel est une invention des industriels de l'éolien allemands et danois.
2° Les industriels allemands et danois de l'éolien ont réussi assez facilement à faire croire au mirage de l'éolien aux Verts allemands et danois : l’éolien pourra remplacer le nucléaire !!!
Comme les Verts ne vérifient jamais rien, ce n'était pas difficile de leur faire avaler cette couleuvre.
3° Les Verts français ayant les Verts allemands comme modèle, ils ont à leur tour fait un pacte avec l'industrie éolienne.
4° Les Verts français, ne vérifiant jamais leurs informations, ont "oublié" de faire évaluer l'efficacité et l'utilité de l'éolien allemand et danois.
5° Or, justement, l'Allemagne et le Danemark restent les plus grands émetteurs de CO2 d'Europe et le resteront toujours sans doute.
6° Malgré une éoliennisation massive de ces pays, l'éolien n'a servi à rien. Si ce n'est à enrichir les actionnaires des firmes multinationales éoliennes. L'éolien, c'est l'un des plus beaux hold-up du siècle.
7° L'éolien industriel n'a jamais eu comme objectif de lutter contre le nucléaire, mais de lutter contre les émissions de CO2 dans la production d'électricité (voir le protocole de Kyoto).
8° Si le fait que les aérogénérateurs tuent des oiseaux et des chauves-souris est un scandale, c'est parce que ces machines ne servent à rien, si ce n'est à pomper les sous des citoyens.
9° Il est donc inutile de planter ces nouvelles asperges de Rommel géantes dans le champ visuel et le cadre de vie des riverains, puisqu'elles ne servent à rien.
10° Les agriculteurs pollueurs qui implantent sur leurs parcelles des aérogénérateurs, soi-disant pour sauver la planète, touchent de gros sous de la part du promoteur. Mais rien ne les incite à stopper leur agriculture productiviste et polluante et cet argent repartira en CO2. !! L’éolien n’aura servi à rien.
(0) 

Ar Vran Le Mardi 7 février 2012 09:54
Petit message d\'humeur
Les énergies dites alternatives me font doucement \"marrer\". quand on commence à regarder les investissements, les rendements obtenus en terme d\'energie, la polution visuelle ou sonore, on s\'aperçoit vite qu\'il y a encore beaucoup de chemins à faire pour arriver aux rendements de l\'énergie nucléaire. Le problème est qu\'actuellement on a rien trouvé de mieux que l\'énergie nucléaire malgré ces inconvénients notoires. Donc on ne pourra jamais abandonner l\'énergie nucléaire à moins de vivre dans un environnement pollué tout plein de CO2.
Le pire c\'est que cela n\'est pas pret de changer avec la croissance des besoins en énergie (due à la surpopulation et à la croissance démographique et à l\'arrivée de nouvelles populations voulant vivre selon le standard des pays développés) !
A moins de créer des centrales nucléaires sur la Lune, mais cela est encore de la science fiction...
(0) 

SPERED DIEUB Le Mardi 7 février 2012 11:31
Toutes les sources d'énergie présentent des inconvénients mais il me semble que certains malgré les accidents récents soient encore complètement inconscients du danger que fait courir le nucléaire à la planète mais le puissant lobby met tout en oeuvre pour banaliser les conséquences de cette source d'énergie hélas indolores dans un premier temps
Mikael votre farce est petit peu grosse !!! mais la plupart des gens ne sont pas à ce point ignorants pour la croire
La vapeur d'eau dégagée par les centrales nucléaires est également à l'origine du réchauffement climatique .
(0) 

mickaël Schmitt Le Mardi 7 février 2012 21:13
Spered, que voulez-vous dire ? De quelle farce parlez-vous ?
Que savez-vous des problèmes posés par l'industrie multinationale éolienne ? L'avez-vous étudiée de près ? Dans les moindres détails ? Dans tous les domaines techniques, énergétiques, économiques, fiscal, etc. ?
Avez-vous étudié de très près le rapport de Vincent Le Biez ?
Etc.
Je ne comprends rien à votre réaction.
(0) 

pierre yves jan Le Dimanche 12 février 2012 12:29
De quoi vous plaignez vous? du progres? et apres vous etes bien content d avoir du confort moderne.
au lieu de vociferer proposer autre chose.
vous n aimez pas les eolienne par rapport au bruit, au laideur qu elle sont.
vous deviez faire avec. observez les et voyez comment y remedier sans les enlever.
je suis pas ingenieur alors je me tait.
je connais l enjeux.
rappelez vous des grandes tempetrs qu ont mis la bretagne dans le noir.
c des energie propres et qu on c maitriser.
vous voulez remettre brennilis en route sinon?
le nucleaire c tro to pour nous on ne le connais pas assez alors. cesser de vous plaindre.
merci
(0) 

Hubert Montaldo Le Vendredi 24 février 2012 21:38
Est-ce que les éminents membres de l'APB se servent encore des pierres à silex, se chauffent au bois uniquement, roulent à bicyclette ou se servent du cheval pour leur trajet ou le labour de leur jardin, se sont remis aux torches de suif de leurs ascendants préhistoriques pour voir clair la nuit, n'ont donc pas d'électricité?
Je ne le pense pas car ils ont aussi des ordinateurs,des connections Adsl, des grosses berlines !!!!N'est-ce pas?
(0) 

philippe sirius Le Samedi 19 mai 2012 00:48
La seule solution :stopper le gaspillage ,sous toutes ses formes, ce qui n'a rien à voir avec le rebattu :
" retour à la bougie. "
Inutile de saccager tous nos sites par des machines plus indiscrètes que tous les pylônes,auxquels elles s'ajoutent et qu'elles ne font pas disparaître, 10000 éoliennes pour moins de 10 % de notre électricité,le jeu n'en vaut pas les chandelles de 150 m. de haut;
(0) 

Commenter :
Votre email est optionnel et restera confidentiel. Il ne sera utilisé que si vous voulez une réponse d'un lecteur via email. Par exemple si vous cherchez un co-voiturage pour cet évènement ou autre chose.
ANTI-SPAM : Combien font ( 4 multiplié par 0) + 2 ?

ABP

Publier

Nous suivre

2003-2024 © Agence Bretagne Presse, sauf Creative Commons