Put your name here

connexionS'accréditer | S'abonner | Se connecter | Faire un don
> Logo ABP
ABP e brezhoneg | ABP in English |
(Photo de son site).
(Photo de son site).
- Dépêche -
Kofi Yamgnane candidat à la présidence du Togo
Un Breton d'origine africaine candidat à la présidence de son pays d'origine. Kofi Yamgnane, qui n'était pas retourné au Togo depuis 1999, vient de s'y rendre le 15 mars dernier et, en qualité de président d'un mouvement baptisé "Sursaut Togo", il s'est officiellement déclaré candidat à la prochaine élection présidentielle qui aura lieu en 2010 au Togo.
Bernard Le Nail pour ABP le 29/03/09 9:05

Un Breton d'origine africaine candidat à la présidence de son pays d'origine.

Kofi Yamgnane, qui n'était pas retourné au Togo depuis 1999, vient de s'y rendre le 15 mars dernier et, en qualité de président d'un mouvement baptisé "Sursaut Togo", il s'est officiellement déclaré candidat à la prochaine élection présidentielle qui aura lieu en 2010 au Togo.

Il est utile de rappeler que le Togo a des dimensions assez comparables à celles de la Bretagne : une superficie de 56 000 km2 (Bretagne : 34 000 km2) et une population de 3 900 000 habitants (Bretagne : 4 25 000 hab.). La capitale Lomé compte 700 000 habitants (agglomération nantaise : 570 000 et agglomération rennaise : 350 000 hab.). Colonie allemande de 1884 à 1919, puis française jusqu'en 1958, le Togo est devenu totalement indépendant en 1960. Après une longue période d'instabilité, le pays a retrouvé une certaine stabilité sous la présidence de Gnassingbé Ayadéma et, à la mort soudaine de celui-ci, en avril 2005, c'est Faure Gnassingbé (aujourd'hui 42 ans) qui a été élu président. Son mandat arrivera à son terme l'an prochain.

La candidature de Kofi Yamgname n'est pas tout à fait une surprise car, déjà, en avril 2005, il avait déjà envisagé très sérieusement de se présenter, avant d'y renoncer finalement, mais, depuis, de mai 2005 à février 2008, il a tenu un blog consacré entièrement à la vie politique togolaise.

Né le 11 octobre 1945 à Bassar au Togo, Kofi Yamgnane a fait ses études secondaires au lycée de Lomé, puis il est venu en Bretagne faire des études mathématiques à l'Université de Bretagne Occidentale, à Brest, où il a obtenu une licence en 1969. En 1973, il est entré à la direction départementale de l'Équipement du Finistère à Quimper et, en 1975, il a obtenu la nationalité française. En 1979, il est entré à l'École des Mines de Nancy et il est sorti en 1981 avec le diplôme d'ingénieur. Entre temps, il avait épousé une Bretonne, Anne-Marie Baccon, dont il a eu deux enfants : Amina et Kwame.

En 1983, il a adhéré au Parti socialiste et a débuté dans la politique locale en se faisant élire conseiller municipal d'opposition dans sa commune de résidence, Saint-Coulitz (aujourd'hui 424 habitants), tout à côté de Châteaulin et à 30 km au nord de Quimper. Élu maire de la commune six ans plus tard, en 1989, le premier maire noir de Bretagne et de l'l'hexagone, Kofi Yamgnane s'y ait notamment distingué en créant un "conseil des sages", composé de personnes âgées, ce qui devait lui valoir le prix national du civisme et le titre de "Breton de l'année" décerné par Armor Magazine en 1990, puis une Marianne d'or en 1991.

En mai 1991, il fut appelé au gouvernement comme secrétaire d'État à l'intégration auprès d'Édith Cresson, puis de Pierre Bérégovoy, jusqu'en 1993. Cette année-là, il est entré au conseil national du Parti socialiste. Conseiller régional de 1992 à 1997, conseiller général du Finistère à partir de 1994 et jusqu'en 2007, il a été élu député de la 6e circonscription du Finistère en 1997, mais n'a pas retrouvé ce mandat en 2002.

En 1991, Hervé Quéméner, journaliste au Télégramme, lui a consacré un livre : "Kofi, histoire d'une intégration" (Payot) et, en 1993, Kofi Yamgnane a lui-même publié un livre : "Droits, devoirs et crocodile" (Laffont).

(voir le site)

Cet article a fait l'objet de 2903 lectures.
Bernard Le Nail est un écrivain fondateur de la maison d'édition LES PORTES DU LARGE. Contributeur ABP
Voir tous les articles de de Bernard Le Nail
Vos 3 commentaires
Henri de Lesquen Le Mardi 31 août 2010 23:27
Breton, français, togolais, il faudra bien un jour qu'il choisisse... et que la presse cesse d'être aussi obséquieuse à son égard. Dans un pays anglo-saxon, le sieur eut été soigneusement "cuisiné" sur ces choix politiques et "identitaires"...
Lors de sa dernière tentative la presse togolaise n'était pas aussi mièvre qu'une autre avec Mr Yamgnane. On lui disait tout simplement que les "parachutés" n'avaient pas leur place au Togo et qu'il n'avait qu'à rester en France.
Il est réellement choquant de voir un individu s'installer en Bretagne, militer et se faire élire dans un parti français, aller se présenter pour la plus haute fonction d'un pays dans lequel il ne vit pas au quotidien.
Quelqu'un imaginerait il un candidat à la présidence française qui soit en même temps maire et habitant de Tokyo ?
Si son attachement au Togo est aussi cavalier, je me mets à douter d'autres attachements affichés qui ont peut être les mêmes buts mais à une échelle différente.
Voilà les questions qu'une presse soucieuse de vérité devrait poser à ce monsieur.
(0) 

Luc Bernicot Le Mardi 31 août 2010 23:27
Monsieur Yamgnane semble manquer de cohérence dans ses choix identitaires, ou peut-être est-il encore en recherche de sa propre identité. En fait ceci est son problème, ..., et sera celui des togolais en 2010. Par contre, ce qui est notre problème, c'est le manque de discernement d'Armor Magazine qui lui a attribué le titre de "Breton de l'année" dès 1990, alors que 20 ans plus tard, son attachement à la Bretagne lui paraît toujours moins important que sa carrière politique. A qui peut-on se fier pour distinguer les vrais promoteurs de la Bretagne?
(0) 

herve leray Le Mardi 31 août 2010 23:27
"Breton de l'année" On peut se demander si Armor magazine à l'époque ne succombait pas à une espece de mode :"faire ouvert". "Breton de coeur" etc...
Apres le cursus de Kofi Yamgnane , on peut légitimement se demander si il n'a pas une soif de pouvoir (comme la plupart des hommes politiques), on peut aussi comprendre son envie d'aider son pays (le Togo), mais on a du mal à comprendre la logique et surtout les dégats que peuvent provoquer des propos comme "je suis pret a abandonner la nationalité française". (dégats dans le sens où ça compromet l'intégration des étrangers aux yeux des Français)
Ces propos de "renier la nationalité française" remettent completement en question la notion même de citoyenneté basé sur le sol : si l'attachement à son pays d'adoption est aussi faible , qu'est ce que cela signifie il ?
On peut légitimement se questionner sur une nationalité bretonne du futur, personnellement je suis partisan d'une nationalité "filiale". Ce qui n'exclue pas les naturalisations quand la Bretagne aura un Etat , ou tout du moins une personnalité juridique consequente.
Mais declarer par esprit d'ouverture, toute personne résidant en Bretagne comme Bretonne est irréaliste et même contre-productive, souvent les "naturalisés" d'office (et par l'Emsav souvent !) n'ont jamais pensé qu'ils étaient Bretons !
C'est mon avis et je comprends que nombre d'entre nous ne seront pas d'accord !
(0) 

Commenter :
Votre email est optionnel et restera confidentiel. Il ne sera utilisé que si vous voulez une réponse d'un lecteur via email. Par exemple si vous cherchez un co-voiturage pour cet évènement ou autre chose.
ANTI-SPAM : Combien font ( 5 multiplié par 3) + 2 ?

ABP

Publier

Nous suivre

2003-2024 © Agence Bretagne Presse, sauf Creative Commons