Put your name here

connexionS'accréditer | S'abonner | Se connecter | Faire un don
> Logo ABP
ABP e brezhoneg | ABP in English |
- Chronique -
Laïcité française et communautarisme breton
On pourrait caractériser la dimension démocratique d'un pays par la conception qu'il se fait de son domaine public. En France, l'approche a peu évolué depuis le siècle des Lumières. Elle s'est cristallisée dans le concept de laïcité
Jean-Pierre Le Mat pour ABP le 13/04/13 15:13

Laïcité française et communautarisme breton

Dans ma précédente chronique (voir le site) , nous avancions sur les traces d'Hannah Arendt. J'évoquais l'évolution du domaine public, entre la « Polis » athénienne de l'antiquité et la société civile d'aujourd'hui, en passant par le monde du travail.

On pourrait caractériser la dimension démocratique d'un pays par la conception qu'il se fait de son domaine public. En France, l'approche a peu évolué depuis le siècle des Lumières. Elle s'est cristallisée dans le concept de laïcité, qui trace une frontière nette entre sphère publique et sphère privée. A l'image de la démocratie grecque, elle établit le droit pour tout citoyen d'intervenir dans le domaine politique. C'était un progrès par rapport à l'Ancien régime. Il s'agit là, néanmoins, d'une conception pré-moderne du domaine public.

Au XIXe siècle, le développement du capitalisme a conduit à réexaminer ce qu'était la sphère publique. Cette sphère, qui ne contenait que le "politique", s'est élargie au "social". Avec la révolution industrielle, le monde du travail est sorti du domaine privé pour pénétrer le domaine public. Cette extension a été théorisée et accompagnée par des penseurs allemands comme Hegel ou Marx.

Les Français ont très peu contribué à cette réflexion. Les "progressistes" des XIXe et XXe siècles se sont souvent contentés de considérer le socialisme comme un enfant de la Révolution de 1789. Malgré les analyses sévères de Marx sur la révolution bourgeoise, les clivages sociaux ont été ramenés à des clivages politiques. En France, aujourd'hui encore, on imagine que le chômage ou les inégalités sociales dépendent d'abord des décisions du gouvernement. La croyance religieuse, la fortune matérielle ou les acquis culturels, qui modèlent les échanges sociaux sans faire partie du domaine politique, sont refoulés dans la sphère privée.

Et nous autres, Bretons, où en sommes-nous, dans cette histoire ? Quelques uns de nos bourgeois ont participé à la Révolution française. Mais, du fait de notre langue étrangère, nous étions plutôt en dehors. Au siècle suivant, du fait de notre économie de subsistance, nous avons très peu participé à la révolution industrielle. Nous avons raté deux modernités successives. Nous sommes vraiment des ploucs !…

Notre sphère publique en est, jusqu'à aujourd'hui, restée vague. Nous suivons ce qui se fait ailleurs en Europe, en moins bien. Quand nous imaginons une république bretonne, nous manquons de recul et nos références sont celles des états-nations voisins. Nous ne sommes pas très bons non plus pour exprimer les guerres sociales, les haines ouvrières ou les arrogances patronales. Nous restons à l'aise dans les vieilles solidarités claniques, alors que la révolution de 1789 les avait remplacées par des solidarités administratives et la révolution industrielle par des solidarités de classe.

Heureusement pour nous, l'histoire n'est pas achevée... Depuis quelques années, nous vivons une troisième révolution, qui est à la fois technologique et culturelle. La première révolution était centrée sur Paris. La violence de la seconde était sensible en Grande-Bretagne. La révolution actuelle est mondiale. Cette fois-ci, nous y participons.

Partout, la sphère publique en est ébranlée et cherche à se recomposer. Le domaine politique, sous le coup des empilements administratifs, de l'appauvrissement de l'état-nation et de la corruption, se complexifie et se défait à la fois. Le domaine socio-économique, sous le coup de la globalisation, tourbillonne et devient incontrôlable.

Avec cette troisième révolution, un nouveau domaine public est apparu. C'est la société civile, ou la société réelle, comme on veut. C'est l'auto-organisation de la société, en dehors du cadre étatique et du cadre marchand. L'auto-organisation collective s'appuie sur des technologies qui permettent de court-circuiter les institutions politiques ou économiques traditionnelles. Elle passe par les associations, les communautés virtuelles, les bourses d'échanges, les monnaies complémentaires, les circuits courts. La nouvelle révolution dépasse les solidarités administratives et les solidarités de classe pour aboutir à des solidarités communautaires. Le futur, qui semblait s'être détourné de la Bretagne, nous adresse maintenant un mystérieux sourire.

Dis donc, Jean Pierre Le Mat, tu veux nous entraîner dans le communautarisme ?

A vrai dire, je ne fais que constater l'émergence de communautés non administratives et non marchandes. L'identité publique n'est plus obligatoirement celle qui est octroyée par un État ou par une classe sociale. C'est celle qui a été choisie par l'individu lui-même sur des critères qui jusque-là étaient considérées comme faisant partie de la sphère privée : la culture de référence, la religion, la langue, les affinités électives, la vision du futur.

Jusqu'à présent, seules les identités administratives étaient admises dans l'espace public. Les identités choisies y sont de plus en plus présentes à travers les ONG, les think-tanks, les réseaux culturels, les associations, les religions, les groupes d'amis sur internet, les suiveurs de tweets, les signataires de pétitions. Les nouvelles Constitutions, comme celle de la Bolivie, consacrent ce nouveau droit humain à l'identité (voir le site)

Nous avons encore du chemin à faire. La France monolingue accuse la Bretagne multilingue de repli identitaire. Elle inscrit ce paradoxe dans ses livres scolaires (voir l'illustration), et demande aux salariés de son Education Nationale de l'imprimer dans le cerveau de nos enfants.

Ce que je constate aussi, c'est que la Bretagne, qui avait conservé les solidarités communautaires de type clanique, est devenue naturellement une communauté reconnue du nouveau monde. Elle fait partie, à la fois réellement et virtuellement, du village global. Cette communauté se reconnaît par des insignes, comme la petite bigoudène "A l'aise Breizh". Celle-ci n'est pas le fruit du politique. Elle est née dans l'espace économique, un espace public ouvert par la seconde révolution. Dans le nouveau monde, la France est à la peine. Elle n'arrive pas à être autre chose qu'une entité administrative. Imagine-t'on d'apposer sur sa voiture un autocollant "En transe, France !", délivré par le Ministère de l'Intérieur, et représentant un ancien combattant ou un retraité en charentaises ? Trop la honte !

Le terme de communautariste est pour l'instant une insulte et un épouvantail, comme le fut celui de sans-culotte lors de la première révolution et celui de communiste lors de la seconde. Elle nous met dans le même sac que les islamistes, les juifs orthodoxes, les éleveurs de chèvres du Larzac, les gays, les hackers et tous les groupes de frappadingues en quête de nouveaux rapports sociaux.

Ce n'est pas sympa. Ce n'est pas agréable. Mais la partie ne fait que commencer… et le jeu est devenu mondial. Les nouveaux domaines publics se dessinent. Laissons la France nous accuser d'être une communauté. Elle renonce, par là même, à en être une.

Nous avons raté les deux premières révolutions. A elle de rater la troisième.

Jean Pierre LE MAT

Voir aussi :
Cet article a fait l'objet de 1865 lectures.
Vos 31 commentaires
Yannig BARON Le Samedi 13 avril 2013 15:57
Le mot "communauté" est un des plus beaux mots de la langue française. Il existe une multitude de communautés familiales, humaines, religieuses, de communes, sans oublier la communauté européenne et l'internationale... Il est donc très curieux d'utiliser ce mot positif et chaleureux négativement.
Donc n'ayons pas peur de parler et de construire une communauté bretonne ayant en commun des valeurs qui nous sont communes, qui nous lient, qui sont vécu ici plus intensément qu'ailleurs...et laissons nos voisins se prendre les pieds dans leur tapis et leurs contradictions. Yannig Baron
(0) 

eugène Le Tollec Le Dimanche 14 avril 2013 11:00
j\'adore ,le verbe philosophique
Oui,nous sommes une nation
Oui ,nous sommes bretons
Oui ,nous intégrons
Oui nous sommes commuautaires,par la force des choses et parce que l\'on nous pousse dans cette voie,parce que nous sommes différents et égaux aux français.
Oui ,nous sommes attachés vicéralement à cette terre, (mes cendres iront ici et non ailleurs)
Oui ,je suis communautaire ,non par foi religieuse ,mais par foi dans mes racines ,mon identité,ma volonté.
Oui je suis communautaire par pragmatisme ,réalité et vérité, je le suis donc par obligation d\'être dans un état d\'asservissement et d\'une non volonté \"à non reconnaître \" ma communauté.
Je suis simplement Breton du pays de cornouaille, de mes rivages, de mes landes,de mes rivières,de mon devenir dans l\'âme et l\'esprit de mon passé.
Je n\'ai pas besoin d\'une dissection sémantique pour affirmer cela.
Je suis breton d\'une péninsule tournée vers son futur!Vous parlez de ratage de révoluton ,parce que ce peuple est soumis à une volonté supérieure depuis des siècles (la révolution n\'a rien arrangé).
L\'économie bretonne a été florissante mais peu à peu elle s\'est étiolée sous les volontés économiques centrales( nous sommes devenus réservoir et nouvelle économie \"à la solde\" du Français( outils humains - diaspora - émigration - remplissage des grandes métropoles (Paris ,autres)- déportation d\'ouvriers et de main d\'oeuvre ) Tout ça est élément de basculement dans un communautarisme.
Je suis fier d\'être communautaire (cela me distingue du bon français)dans mon raisonnement breton.
(0) 

JIPE 44 Le Dimanche 14 avril 2013 11:36
Quand les Britanniques utilisent le mot de \"Community\" ce n\'est pas non plus une insulte. C\'est plutôt la référence aux gens vivant dans un espace, soit administratif, soit ... quelconque!
\"Good citizens work for the welfare of the community \"
Viennent ensuite et seulement après, les groupements d\'intérêts communs, d\'occupations, nationalité, religion etc.
La \"Communauté\" paraît plus \"neutre\" que dans la langue française, interprétée ou pas.
(0) 

eugène Le Tollec Le Dimanche 14 avril 2013 13:50
M.Le Mat
Nous devons avoir
- deux niveaux de compréhension.
- Deux niveaux d'analyse.
- Deux niveaux d'être quelque chose.
-Deux niveaux d'être "politique" et dans la "cité".
J'ai appris à gérer et travailler dans ces deux aspects.
- deux niveaux d'analyse sur notre devenir "breton",où tout doit s'examiner ,notre niveau breton doit faire en sorte d'être le meilleur niveau,c'est un niveau de gagneur d'aujouurd'hui et de projection dans le futur.
à coup de ce que vous voulez ( individualisme- communautarisme - actions indépendantistes,nationalistes pures et dures ou de bonne tenue selon les cirsconstances, le tout étant une finalité et l'obtention d'un résultat).
Nous ne sommes pas dans le combat des mots,MAIS dans celui d'un champ de bataille
Salutations
ELT
(0) 

eugène Le Tollec Le Dimanche 14 avril 2013 17:35
La Laïcité
Pour moi,n'est qu'un instrument de management d'état( neutralité et impartialité),elle permet à l'état d'être au dessus de la mêlée,des sensibilités - des religions et de leurs pratiques.
Elle oblige à la rigueur ,elle doit bannir le laxisme!
On en est loin!
l'état est apolitique et areligieux,où est-ce?
(0) 

Jean Pierre LE MAT Le Dimanche 14 avril 2013 21:08
Suite à l'intervention d'E. Le Tollec ;
Une réflexion bretonne sur la laïcité me semble indispensable. Eugène définit la laïcité par la neutralité et l'impartialité. C'est exact, et c'est justement ce qui en fait un concept très français. Dans les pays anglo-saxons, qui considèrent que la religion et les langues minoritaires font partie de la sphère publique, l'approche est une approche d'intégration et non pas une approche de neutralité. Comment intégrer dans la sphère publique les différences ? Comment intégrer plusieurs religions, plusieurs langues, plusieurs cultures ? La laïcité française n'a pas choisi la tolérance, mais la neutralité. En pratique, la neutralité correspond à un refus de la différence et, comme dit Eugène, à une volonté d'être "au-dessus".
La question que pose l'actualité est la suivante : l'Etat, les institutions, les hauts fonctionnaires peuvent-ils être "au-dessus" ?
Et s'ils ne le sont pas, si les gouvernants ne sont ni neutres ni supérieurs, comment faire vivre ensemble des groupes différents ?
(0) 

Yann LeBleiz Le Dimanche 14 avril 2013 22:01
L'Etat doit être issu de la volonté du peuple : Article 21, alinéa 3 de la déclaration huniverselle des droits de l'homme.
Oui, la vision d'un état laïque est donc une illusion, sauf quand l'Etat devient lui même une église : c'est le cas l'Etat français!
Du fait, l'Etat français n'étant pas une représentation de la volonté du peuple, il se trouve au-dessus du peuple et entend que le peuple se conforme à sa volonté! Il faut l'admirer, il faut le vénérer!
Ce modèle d'Etat "supérieur" au peuple n'est pas, et de loin, plébiscité en Europe!
Il faut sortir de la prison intellectuelle "France" et arrêter de croire que son modèle est "le" modèle!
(0) 

Michel Prigent Le Lundi 15 avril 2013 05:22
Y.Lebleiz a bien résumé la situation.
De tout temps l'Etat français s'est construit sans la volonté du peuple, voire contre sa volonté;
C'est d'ailleurs ce que disait Rocard, (admiratif), en 2009.
Elite monarchiste, puis républicaine (bourgeoise) et maintenant oligarchie politicienne même pas perturbée par les élections controlée par une démocratie à minima, c'est l'Etat souverain qui règne, non le peuple gavé de cathéchisme républicain et de ses prétendues valeurs élevées au niveau des 10 commandements.
(0) 

Pierre CAMARET Le Lundi 15 avril 2013 11:38
Tres bien MICHEL PRIGENT .Tout a fait cela .
Ou est le Contre Poison?????? en quantite suffisante pour 4 millions de bretons
(0) 

Vincent Le Floc'h Le Lundi 15 avril 2013 11:55
Bon analyse de la Bretagne du XXème siècle. Cependant, l\\\'analyse a un cran de retard : la Bretagne d\\\'aujourd\\\'hui, et depuis une dizaine d\\\'années, s\\\'auto-érige en Nation de conflit : jacobinisme néo-émergent (Libre Pensée, Front de Gauche, Franc-Maçonnerie libérale-socialiste, Ancrage à \\\"gauche\\\" etc et réponses tout aussi jacobines, à droite) d\\\'un côté, face aux régionalismes divers (indépendantisme radical, modéré ou dilué : autonomisme et régionalisme \\\"en attendant que Paris se décide\\\"). En réalité, nous n\\\'avons loupé le coche des modernités successives : nous avons été prudents du côté du Peuple et de la bourgeoisie populaire, bien que la situation de Ploukistan occidental ai été maintenu par des pseudos élites bretonnes pour les intérêts d\\\'unité jacobine de la République (les Bretons, forts de guerres de chapelles et avec leur caractère décentralisateur, auraient choisi le fédéralisme anglo-saxon ou allemand actuel, en cas de réussite économique \\\"Nationale bretonne\\\").
Là où le Breton séparatiste pourrait dire comme le disait mon Grand-Père \\\"le jour où tu ne verras plus de talus au bord des champs, tu ne seras plus en Bretagne\\\", le média ou le politique inféodé à Paris dit \\\"rasez moi tout, les Bretons vous ne comprenez pas le progrès\\\". Une idée a donc toujours germé en Bretagne, du fait d\\\'une culture non expansionniste : l\\\'idée de l\\\'archéo-progressisme breton. Un progressisme qui repose sur des bases, celles-ci ancestrales, héritées, de filiation, sans coupures. Un \\\"trans-classes sociales\\\" breton émerge : ouvriers et patrons ensembles pour dire \\\"La Bretagne indépendante est notre futur, travaillons-y ensemble\\\"... pendant que les jacobins nous baratinent encore d\\\'un affrontement entre patrons et ouvriers, riches et pauvres, privilégiés et démunis. En réalité, cette vision de classe est une erreur pour les Bretons, il me semble tant culturellement que de façon conforme et spécifique inhérents aux traits particuliers du territoire qui est le nôtre.
L\\\'opposition de ces discours, breton d\\\'un côté et français de l\\\'autre, révèlent maintenant qui se bat pour la Bretagne et se tiendra prêt dès demain, et qui se bat d\\\'abord pour des courants politiques communs avec les courants jacobins, dans le plus pur actualitalisme. Vision d\\\'Avenir et vision du présent s\\\'affrontent.
Pour illustrer très simplement ce que j\\\'avance, je fais part des réponses que l\\\'on m\\\'oppose parfois, en Bretagne, lorsque je parle de socle ethnoculturel et linguistique, de rectification de tir pour asseoir une base saine et étendue d\\\'esprit, et donc en bout de course d\\\'indépendance :
\\\"la Bretagne ne peut pas survivre seule\\\", on voit que la réponse n\\\'a aucun argument souvent, et lorsque des contre-arguments économiques, politiques, géopolitiques, géographiques se font précis pour la défense d\\\'une Bretagne souveraine, on assiste très rapidement à un refuge du pseudo contradicteur (cultivé ou non, politisé ou non) vers \\\"je suis D\\\'ABORD de gauche, de droite ou centre etc\\\" et systématiquement dans la condamnation idiote \\\"tu es extrémiste\\\", \\\"tu n\\\'es pas républicain\\\", \\\"tu n\\\'es pas de gauche\\\", \\\"tu es fermé d\\\'esprit\\\", \\\"tu es déconnecté des réalités\\\" etc. Quelles réalités ? Celles des médias dominants bien sur, et ceux-ci sont jacobins.
\\\"la Bretagne bretonnante c\\\'est le passé, le présent c\\\'est la Bretagne française\\\"... jamais, je dis bien JAMAIS, on ne me rétorque \\\"la Bretagne de demain, c\\\'est...\\\" (peu importe la fin de la phrase)... JAMAIS. Les Bretons se satisfont toujours du passé comme étant révolu et indiscutable dans les interprétations politiques même fondamentalement culturelles (=la Bretagne ETAIT une région pauvre, ni plus ni moins, sans aucune ajustation sur les faits : Bretagne indépendante, prospère, centre politico-économique de l\\\'Europe de l\\\'Ouest ? JAMAIS, \\\"je ne l\\\'ai jamais appris\\\" - \\\"appris\\\" = \\\"vu à la télé\\\", après une telle discussion, amusez-vous à faire chanter les slogans publicitaires des années 90 !), ou se satisferaient du présent somme toute relativement acceptable : allocations diverses, subventions, construction des routes, services publics encore actifs etc.
L\\\'Avenir breton est relégué au stade des peurs, craintes et autres interrogations stressants (qui découlent du jacobinisme...) auquel on colle très vite au dossier le tampon \\\"on verra bien\\\".
Les Bretons ne se posent pas la question du demain matin, mais celle-ci : \\\"qu\\\'est-ce qui fait qu\\\'aujourd\\\'hui je sois suffisamment rassurable et rassuré pour ne pas y penser et laisser cela à des personnes dont je ne connais pas les intérêts ?\\\"
L\\\'indépendantiste étant un challenger, il est décrit cérébralement par le breton comme étant une représentation abstraite identique à celle attribuée aux jacobins : \\\"je doutes de toi car je ne connais pas tes intérêts\\\". Ainsi, la seule réponse valable, bien que nous n\\\'ayons pas plus grâce aux yeux des Bretons que les jacobins extrémistes, est de continuer à maintenir le système en votant pour eux, comme si \\\"puisque le système ne s\\\'écroule pas, ne tentons pas le diable\\\"... la peur du lendemain. Si l\\\'Emsav prenait le pouvoir de la place forte Bretagne, peu importe par quelle structure ou quelconque couleur politique ; d\\\'avance, il est aujourd\\\'hui déjà suspect de tout faire foirer demain, de tout détruire, avantages comme inconvénients rentables pour le portefeuille ou l\\\'esprit, de tout casser, de ne pas satisfaire, de n\\\'être qu\\\'une épuration d\\\'apparences pour éviter de montrer la poursuite d\\\'un système gangrené : la gangrène jacobine est donc DE FAIT directement plébiscitée, au risque que leurs opposants - les Bretons séparatistes - en soient aussi de friands instigateurs... comme lorsqu\\\'on vous demande de changer de boulanger : \\\"c\\\'est le même pas, mais le nouveau, LUI, JE NE LE CONNAIS PAS\\\" donc \\\"j\\\'ai peur de bouffer de la merde, par extension\\\".
L\\\'Emsav politique, proche des partis jacobins, est donc déjà une erreur, autant que son absence totale d\\\'inféodalité !
La base du combat breton est ailleurs, dans les airs de l\\\'esprit, sur les terres des romantiques. De façon pratique et pragmatique, le combat devrait se diriger sur la différenciation apparente comme profonde (déjà plus ou moins acquis sur l\\\'analyse). Un système breton qui n\\\'a nul part d\\\'exacte reproduction ou modèle ? Pourquoi pas. Les Bretons aiment leur caractère toujours unique en son genre, proche de l\\\'initiatique restreint, ce qui n\\\'empêche jamais d\\\'aimer d\\\'autres parts du Monde, il est entendu. Un business à la bretonne, unique en son genre ? Deux fois oui ! Une vision spécifiquement bretonne de l\\\'Avenir, du présent et des concepts passés ? Clairement OUI !
C\\\'est si simple, et chacun ici me dira \\\"pourquoi écrire une tartine sur ce que nous savons/pensons déjà ?\\\"... je réponds par une autre question : si nous le savons, pourquoi peinons nous à simplement l\\\'expliquer au Peuple ?
L\\\'amateurisme breton n\\\'est pas une conspiration jacobine !
A galon d\\\'an holl.
(0) 

eugène Le Tollec Le Lundi 15 avril 2013 12:10
Jean Pierre LE MAT
Vos réflexions (communautarisme - Laïcité - Nation )amènent à une finalité pour la Bretagne
Quelle société bretonne?
Quelle émanation supérieure = l'état breton?
Cet état doit être impersonnel,apolitique ,impartial mais dans sa pensée bretonne.
La société peut se choisir dans tous les types de société ( à partir des valeurs saines de chacune).
La Bretagne a déjà sa société,nous les bretons devont encore la faire évoluer.
L'état breton
entité supérieure support de l'état "d'être breton".
C'est cette pensée qui doit se confronter à la pensée d'état français.
La pensée bretonne c'est le peuple breton et non le peuple français.
L'état français a failli dans son rôle,la Bretagne doit donc relever le gant.
L'état doit être un guide et non un fléau.
L'état ne peut pas se diriger par un binôme issu d'une démocratie mal appliquée.
( voir les majorités issues des votes),jusqu'à quel niveau faudra-t-il accepter cette démesure?
Que la Bretagne future n'arrive pas à ses extrémités!
Dernier point
L'état n'est pas qu'une simple technocratie, donc l'état n'est pas un outil!aux mains de certains spécialistes!
(0) 

Vincent Le Floc'h Le Lundi 15 avril 2013 12:29
Bonne analyse de la Bretagne du XXème siècle. Cependant, l'analyse a un cran de retard : la Bretagne d'aujourd'hui, et depuis une dizaine d'années, s'auto-érige en Nation de conflit : jacobinisme néo-émergeant (Libre Pensée, Front de Gauche, Franc-Maçonnerie libérale-socialiste, Ancrage à "gauche" etc et réponses tout aussi jacobines, à droite) d'un côté, face aux régionalismes divers (indépendantisme radical, modéré ou dilué : autonomisme et régionalisme "en attendant que Paris se décide"). En réalité, nous n'avons loupé le coche des modernités successives : nous avons été prudents du côté du Peuple et de la bourgeoisie populaire, bien que la situation de Ploukistan occidental ait été maintenue par des pseudos élites bretonnes pour les intérêts d'unité jacobine de la République (les Bretons, forts de guerres de chapelles et avec leur caractère décentralisateur, auraient choisi le fédéralisme anglo-saxon ou allemand actuel, en cas de réussite économique "Nationale bretonne").
Là où le Breton séparatiste pourrait dire, comme le disait mon Grand-Père, "le jour où tu ne verras plus de talus au bord des champs, tu ne seras plus en Bretagne", le média ou le politique inféodé à Paris dit "rasez moi tout, les Bretons vous ne comprenez pas le progrès". Une idée a donc toujours germé en Bretagne, du fait d'une culture non expansionniste : l'idée de l'archéo-progressisme breton. Un progressisme qui repose sur des bases, celles-ci ancestrales, héritées, de filiation, sans coupures. Un "trans-classes sociales" breton émerge : ouvriers et patrons ensemble pour dire "La Bretagne indépendante est notre futur, travaillons-y ensemble"... pendant que les jacobins nous baratinent encore d'un affrontement entre patrons et ouvriers, riches et pauvres, privilégiés et démunis. En réalité, cette vision de classe est une erreur pour les Bretons, il me semble tant culturellement que de façon conforme et spécifique, inhérente aux traits particuliers du territoire qui est le nôtre.
L'opposition de ces discours, breton d'un côté et français de l'autre, révèle maintenant QUI se bat pour la Bretagne et se tiendra prêt dès demain, et QUI se bat d'abord pour des courants politiques communs avec les courants jacobins, dans le plus pur actualitalisme. Vision d'Avenir et vision du présent s'affrontent.
Pour illustrer très simplement ce que j'avance, je fais part des réponses que l'on m'oppose parfois, en Bretagne, lorsque je parle de socle ethnoculturel et linguistique, de rectification de tir pour asseoir une base saine et étendue d'esprit, et donc en bout de course d'indépendance :
"La Bretagne ne peut pas survivre seule". On voit que la réponse n'a aucun argument souvent, et lorsque des contre-arguments économiques, politiques, géopolitiques, géographiques se font précis pour la défense d'une Bretagne souveraine, on assiste très rapidement à un refuge du pseudo contradicteur (cultivé ou non, politisé ou non) vers "je suis D'ABORD de gauche, de droite ou centre etc" et systématiquement dans la condamnation idiote "tu es extrémiste", "tu n'es pas républicain", "tu n'es pas de gauche", "tu es fermé d'esprit", "tu es déconnecté des réalités" etc. Quelles réalités ? Celles des médias dominants bien sur, et ceux-ci sont jacobins.
"La Bretagne bretonnante c'est le passé, le présent c'est la Bretagne française"... jamais, je dis bien JAMAIS, on ne me rétorque "la Bretagne de demain, c'est..." (peu importe la fin de la phrase)... JAMAIS. Les Bretons se satisfont toujours du passé comme étant révolu et indiscutable dans les interprétations politiques même fondamentalement culturelles (=la Bretagne ETAIT une région pauvre, ni plus ni moins, sans aucun ajustement sur les faits : Bretagne indépendante, prospère, centre politico-économique de l'Europe de l'Ouest ? JAMAIS, "je ne l'ai jamais appris" - "appris" = "vu à la télé", après une telle discussion, amusez-vous à faire chanter les slogans publicitaires des années 90 !), ou se satisferaient du présent, somme toute, relativement acceptable : allocations diverses, subventions, construction des routes, services publics encore actifs etc.
L'Avenir breton est relégué au stade des peurs, craintes et autres interrogations stressantes (stress qui découle pourtant du jacobinisme...) auquel on colle très vite au dossier le tampon "on verra bien".
Les Bretons ne se posent pas la question du demain matin, mais celle-ci : "qu'est-ce qui fait qu'aujourd'hui je sois suffisamment rassurable et rassuré pour ne pas y penser et laisser cela à des personnes dont je ne connais pas les intérêts ?"
L'indépendantiste étant un challenger, il est décrit cérébralement par le breton comme étant une représentation abstraite identique à celle attribuée aux jacobins : "je doute de toi car je ne connais pas tes intérêts". Ainsi, la seule réponse valable, bien que nous n'ayons pas plus grâce aux yeux des Bretons que les jacobins extrémistes, est de continuer à maintenir le système en votant pour eux, comme si "puisque le système ne s'écroule pas, ne tentons pas le diable"... la peur du lendemain. Si l'Emsav prenait le pouvoir de la place forte Bretagne, peu importe par quelle structure ou quelconque couleur politique ; d'avance, il est aujourd'hui déjà suspect de tout faire foirer demain, de tout détruire, avantages comme inconvénients rentables pour le portefeuille ou l'esprit, de tout casser, de ne pas satisfaire, de n'être qu'une épuration d'apparences pour éviter de montrer la poursuite d'un système gangrené : la gangrène jacobine est donc DE FAIT directement plébiscitée, au risque que leurs opposants - les Bretons séparatistes - en soient aussi de friands instigateurs... comme lorsqu'on vous demande de changer de boulanger : "c'est le même pain, mais le nouveau boulanger, LUI, JE NE LE CONNAIS PAS" donc « j'ai peur de bouffer de la merde », par extension et extrapolation irréfléchie. Irréflexion basée sur une peur face à laquelle on n'oppose aucune réponse.
L'Emsav politique proche des partis jacobins est donc déjà une erreur, autant que l'absence totale d'inféodalité ! Comme des poissons hors de l'eau qui s'agitent pour survivre... l'issue est fatale quoi qu'il arrive.
La base du combat breton est ailleurs, peut-être d'abord dans les airs de l'esprit, sur les terres des romantiques. De façon pratique et pragmatique, le combat breton devrait se diriger sur la différenciation apparente comme profonde (déjà plus ou moins acquise, sur l'analyse objective).
Que faut-il faire alors ? Un système breton qui n'a nulle part d'exacte reproduction ou de dominant modèle ? Pourquoi pas. Les Bretons aiment leur caractère toujours unique en son genre, proche de l'initiatique restreint, ce qui n'empêche jamais d'aimer d'autres parts du Monde, il est entendu. Un business à la bretonne, unique en son genre ? Deux fois oui ! Une vision spécifiquement bretonne de l'Avenir, du présent et des concepts passés ? Clairement OUI !
C'est si simple, et chacun ici me dira "pourquoi écrire une tartine sur ce que nous savons/pensons déjà ?"... je réponds par une autre question : si nous le savons, pourquoi peinons nous à simplement l'expliquer au Peuple ? Peut-être ne savons-nous encore pas comment « labelliser » l'Avenir breton. Le jacobin labellise constamment sa République, même si pour pire objectif 99 % ne comprennent pas de quoi il parle ; dans la musique Hiphop (Rap) on parle de « punchlines », de « phases » : « la morale républicaine », « les valeurs de la République », « un et indivisible » etc etc. A cela nous n'opposons que bien souvent des « propositions », « demandes », « réclamations »... « doléances »... au lieu de bâtir devant notre Peuple et pour lui, un Parlement digne de ce que réclament les Bretons en son sein.
L'amateurisme breton n'est pas une conspiration jacobine !
(0) 

zorzal Le Lundi 15 avril 2013 13:24
l'amateurisme breton n'est pas une conspiration jacobine ! ...
Bien dit ..
(0) 

eugène Le Tollec Le Lundi 15 avril 2013 14:39
Vincent Le Floc'h
à ce nveau ,je commence à apprécier.....
Mais quel contre poison
à Pierre Camaret,je dis:
- le vote breton( hors parti inféodé).
- L'émergence de la pensée supérieure bretonne (état -société -outils- philosophie d'un partenariat /confiance entre les hommes- synergie des composanntes décisionnelles ET DU COUPLE économie / administratif)
- La Création d'un véritable front breton.
- Sortir du jacobinisme breton.
(0) 

kadog Le Lundi 15 avril 2013 18:16
Se qu'il nous faut c'est un, nationalisme tribale!
(0) 

eugène Le Tollec Le Lundi 15 avril 2013 20:20
zorzal
Mais il nous faut sortir de l'amateurisme car au niveau de la pensée bretonne niveau "état" ... il faut des stratèges et de la finesse politicienne.
Le tout est de passer le couesnon
(0) 

Yann LeBleiz Le Lundi 15 avril 2013 22:16
Je lis "L'Etat doit être un guide"...!
L'esprit français est décidément bien marqué!
Si les bretons veulent avancer et renconstruire leur état, ils doivent d'abord s'avoir se qu'ils veulent!
Une fois cette volonté affirmée, la création d'un état sera un simple jeu car, au risque de répéter les textes internationnaux... l'état provient de la volonté du peuple!!!
Arrêtons de penser par fainiantise comme les français, pensons en Européens, pensons en Bretons : "Le peuple est "supérieur", l'état se construit de sa volonté!"
La suite... Elle viendra plus vite que certains l'imagine!
(0) 

eugène Le Tollec Le Mardi 16 avril 2013 11:00
LeBleiz
vous reprenez
\"
Je lis «L\'Etat doit être un guide»...!
L\'esprit français est décidément bien marqué!\"
je dis
Il n\'y a pas d\'état sans société ,la société crée son état ,du moins essaie de se construire un lieu de vie apte à diriger les structures et à donner les grands axes et principes à terme et en devenir.
La société s\'est toujours donnée \"un guide\"( l\'émanation supérieure de sa pensée commune
(ceci depuis le début des temps ....) et quand la société en a assez de son \"état\" et des couches dirigeantes,elle change pour améliorer l\'existant( d\'où les révolutions - les conquêtes - les soumissions d\'autres peuples,etc).
Mais la société ne doit pas rater ces basculements ( voir la révolution russe - voir la notre ,on en subit encore certains relents philosophiques - voir certaines révlutions modernes!)
Nous devons mettre en place ,la meilleure des solutions digne de notre passé ,de notre présent et surtout de nos devenirs.
Nous ne sommes plus au temps des \"bonnets rouges\", de la chouannerie,mais dans celui d\'un peuple qui se relève.
La Bretagne ,le peuple Breton ,la société bretonne arrivent à un point d\'inflexion(très difficile à prendre au vu de la situation actuelle des choses)
Que propose ,les hardis penseurs \"aux commentaires insipides\",quel est leur type d\'état,de société?
Que veulent-ils?
Expliquez nous votre état,ses structures ?
Idem pour le sieur Louis Le Bars ?
QUE PROPOSEZ VOUS AUX BRETONS ?
(0) 

Jack Leguen Le Mardi 16 avril 2013 14:15
Ce que je trouve contradictoire et une faille de taille dans le système jacobin, c'est qu'en principe aucune communauté n'est officiellement reconnue par la République. Or l'état a établi un dialogue avec les communautés religieuses. Il y a un concordat entre l'église et la république. Sarkozy s'adressait aux représentants de la communauté musulmane en tant que leaders officiels de cette communauté. Donc l'état et donc la république reconnaissent dans les faits des communautés. L'état reconnait des communautés religieuses mais s'interdit de dialoguer ( et donc de reconnaitre des communautés ethniques ou minorités nationales). Quelqu'un peut-il m'expliquer cette contradiction en delà du fait que les communauté ethniques ont une zone géographique plus clairement déterminée et donc une représentation parlementaire plus réelle que les communautés religieuses qui sont diffuses sur tout l'hexagone ?
(0) 

Pétillon Pierre-Yves Le Mardi 16 avril 2013 16:09
Votre réponse est dans votre question ! "Quelqu'un peut-il m'expliquer cette contradiction en delà du fait que les communauté ethniques ont une zone géographique plus clairement déterminée et donc une représentation parlementaire plus réelle que les communautés religieuses qui sont diffuses sur tout l 'hexagone ?"
La République française est selon sa constitution 1 et indivisible, non seulement dans ses institutions mais aussi territorialement. Le plus surprenant est non pas qu'elle ne peut se diviser (sauf conflits armés, comme la guerre d'Algérie), par contre rien ne l'empêche de d'annexer d'autres territoires...
Si demain, des rattachistes wallons prenez le pouvoir en Wallonie et décider de façon unilatérale leur rattachement à l'hexagone, vous pouvez être sûr que les institutions françaises ni verraient aucuns problèmes, ainsi qu'une partie de la classe politique française... Le dernier exemple en date de se "rattachisme" français et Mayotte. L'Etat français y a organisé un référendum pour la départementalisation, ce territoire dépendait soit disant de la République française, hors il fait officiellement (selon l'ONU) partie de l'archipel indépendant des Comorres (un certain Bob, ancien militaire français, y ayant sévit durant quelques temps)... Personne (ni politiques, ni ong, ni lDH, etc...) n'a dénoncé, du moins en Hexagonie centrale à ma connaissance, ce fait du prince. CQFD
L'Etat français préfère donc avoir à faire à des "communautés" (religieuses ou autres) aux contours flous, quite à remettre en cause son sacro-saint principe de laïcité ou d'indivisibilité, plutôt que de devoir reconnaître et négocier un quelconque statut avec une entité culturo-ethno-social (pour ne pas parler de peuple) bien réelle et géographiquement localisée qui, pense-t-il, ferait s'écrouler son édifice de pouvoir.
(0) 

eugène Le Tollec Le Mardi 16 avril 2013 17:50
Je pense que l'état français doit revenir sur ses principes d'unicité et d'indivisibilité. Nous ne sommes plus aux siècles précédents. Le concept "fédéral" doit se mettre en place .
La nation française ,l'état ,ne sont qu'une somme d'éléments unis par des racines profondes, une culture fotgée dans le creuset de son histoire,un socle judéo chrétien,en puissance permanente de progrès.
Notre Bretagne est élément de ces ensembles;
La France pour survivre doit infléchir sa ligne de survie,pour ses peuples dans l'Europe.
(0) 

kadog Le Mardi 16 avril 2013 18:30
L'anti-communautarisme c'est juste pour les blancs et les catholiques
(0) 

Yann LeBleiz Le Mardi 16 avril 2013 21:25
@ eugène Le Tollec
Il n'y a rien a expliquer, reprenez la déclaration universelle des droits de l'homme (ONU), article 21.
Un Etat qui est un "guide" se voit "supérieur" au peuple, il est donc d'obédience totalitaire. La France est en cela un bon exemple (totalitaire ne voulant pas dire nécessairement "dictateur à casquette", cela veut dire que l'appareil étatique prend le contrôle sur le peuple en s'imposant à lui).
L'état doit être un élément issu du peuple et au service du peuple. L'état ne doit avoir aucune existance possible hors de la volonté du peuple.
Les bretons ont une culture démocratique très ancienne, comme l'histoire des "Etats de Bretagne", du vote par "pions" ou de la séparation des pouvoir législatif/exécutif (Rennes / Nantes) sont là pour nous le rappeller!
Imaginer un état breton sans prendre en compte le peuple breton est une erreur... Les bretons ne sont pas des français!
Les bretons détestent culturellement le totalitarisme, ils sont favorables au droit et à la démocratie!
Leur proposer un modèle français bretonisé est une erreur!
Leur rappeller la réalité du droit international, et LEUR droit d'exercer leurs droits...est une bien meilleur solution!
(0) 

SPERED DIEUB Le Mardi 16 avril 2013 21:45
Yann cette fois je vous approuve seulement si le mouvement breton aurait eu un peu plus conscience de cette réalité en 1939 au lieu de vouloir créer une Bretagne indépendante dans le dos du peuple on n'en serait pas là mais peut être plutôt au niveau des basques des catalans des québecois ou des écossais ,le pire c'est que la pente sera très difficile à remonter car le temps ne joue pas forcément en notre faveur
(0) 

eugène Le Tollec Le Mardi 16 avril 2013 23:46
SPERED DIEUB
voilà un des éléments principal moderne de l'état de méfiance /Défiance de la pensée d'état français envers la Bretagne. EN 1939 et avant le mouvement breton a détruit son devenir.
La rancune d'un état est pire que la rancune d'un homme;
lA HAUTE POLITIQUE NE SE FAIT PAS DANS L5UTOPIE;
(0) 

eugène Le Tollec Le Mercredi 17 avril 2013 10:31
Yann LeBleiz
vous écrivez
\"Un Etat qui est un «guide» se voit «supérieur» au peuple, il est donc d\'obédience totalitaire. La France est en cela un bon exemple (totalitaire ne voulant pas dire nécessairement «dictateur à casquette», cela veut dire que l\'appareil étatique prend le contrôle sur le peuple en s\'imposant à lui).
SOIT
L\'Etat doit être un élément issu du peuple et au service du peuple. L\'état ne doit avoir aucune existance possible hors de la volonté du peuple.\"
soit
Ce que je veux dire pour la mise en place d\'un Etat breton... il faut faire un état breton \"guide\" et non issu de l\'exemple français ( la révolution française a permis un etat dont certaines résultantes sont néfastes(voir le bipolarime ultra néfaste)
La Bretagne doit donc se doter d\'un outil étatique hors du schéma français ,mais il faut que ce schéma soit directeur(autrefois le peuple breton parlait de son curé de paroisse ,en disant Monsieur le Recteur).
Connaissant le peuple breton qui se connait parfaitement ,il doit mettre en entité coiffante ...une pensée directrice, un système \"Recteur\".C\'est pourquoi je parle de \"guide\"
Le reste,n\'est qu\'une évidence livresque ou d\'appéciation
(\"Imaginer un état breton sans prendre en compte le peuple breton est une erreur... Les bretons ne sont pas des français!\")
Où avez vous lu qu\'un breton propose aux bretons, ce que vous écrivez
\"Leur proposer un modèle français bretonisé est une erreur!\"
l\'interprétation est souvent mauvaise conseilière.
Dernier point
Un peuple sans état n\'existe pas ou si peu
wikipédia
L’État[1] a une double signification[2] : l\'organisation politique et juridique d\'un territoire délimité, ce que la première édition du dictionnaire de l’Académie française de 1696[2] appelle l\'État en tant que « gouvernement d’un peuple vivant sous la domination d’un prince ou en république », ou bien le pays lui-même, c\'est-à-dire l\'État entendu « pour le pays même qui est sous une telle domination ».
En droit international, un État souverain est vu comme délimité par des frontières territoriales établies, à l\'intérieur desquelles ses lois s\'appliquent à une population permanente, et comme constitué d’institutions par lesquelles il exerce une autorité et un pouvoir effectif. La légitimité de cette autorité devant en principe reposer – au moins pour les États se disant démocratiques – sur la souveraineté du peuple ou de la nation.
La nation quant à elle ne se confond pas non plus avec l’État sauf dans le modèle de l’État-nation. Si l\'État se distingue du gouvernement car la notion inclut toute une dimension administrative et juridique, il arrive que sur le continent européen, l\'influence de la pensée de Hegel fasse que l\'on parle d\'État là où le mot gouvernement serait plus exact[3].
Lorsque je parle de la pensée supérieure bretonne ,toutes ces approches en constituent les thèmes.
Arrêtez de me prêter des propos imaginaires!
(0) 

kadog Le Mercredi 17 avril 2013 15:56
Les nationalistes Flamand ou Lituanien ont totalement assumé leur passé et ne s'en porte pas plus mal.
(0) 

Yann LeBleiz Le Mercredi 17 avril 2013 17:24
@ eugène Le Tollec
Je reprendre votre texte de wikipédia :
"La légitimité de cette autorité devant en principe reposer – au moins pour les États se disant démocratiques – sur la souveraineté du peuple ou de la nation. "
Ce texte est évidemment un texte français, car il utilise le terme "en principe" pour le fait de "reposer sur la souveraineté du peuple"...
En principe, oui, car la France se considére "démocratique" malgrè une souveraineté officielle de l'Etat, une contradiction avec le principe même de démocratie!
La légitimité d'un Etat repose UNIQUEMENT sur la souveraineté du peuple... Il n'y a pas de "en principe"!
C'est ce que dit l'"article 21" (texte de l'ONU)!
Je pense sincèrement que les bretons concoivent (consciemment ou inconciemment) leur état sous cet angle de vision! (de Nominoé, François II, à La Rouerie)
Donc, une vision de l'Etat, bien différente de la vision traditionnelle française(de Clovis, Richelieu à F.Holland)!
Cette différence sur la vision l'Etat, est à mon sens, un point de divergence majeur entre nos 2 peuples!
(0) 

SPERED DIEUB Le Mercredi 17 avril 2013 18:05
flamand belge wallon même combat une autre voici une autre lecture de la question
(0) 

eugène Le Tollec Le Mercredi 17 avril 2013 23:44
Où est la démocratie en France?
Quel type de démocratie avons nous ?
Quel type de démocratie voulons nous pour la Bretagne? une nouvelle hégémonie d'une bipolarité?
(0) 

Jo Pevedic Le Lundi 22 avril 2013 11:13
Et attention, le ministre de l'Education nationale française prévoit d'imposer partout sur le territoire dont il a le ressort, des "cours de morale laïque". On se croirait en Turquie sous Mustapha Kemal. Tous les républicains barbus — à chacun ses barbus finalement ! — qui sentent la naphtaline et la IIIe République, le néo-conservatisme franchouillard, applaudiront : "Bravo, très belle initiative ! Il était grand temps". Les manuels seront rédigés par Alain Finkielkrault, Caroline Fourest, Elisabeth Levy, Michel Onfray ou plus sérieusement — moins grand guignol — la rédaction des cours sera confiée à Henri Peña-Ruiz, le philosophe doctrinaire et autoritaire de la laïcité telle que prônée par les corps constitués de l'Etat français …
On n'est pas sorti de l'auberge.
(0) 

Commenter :
Votre email est optionnel et restera confidentiel. Il ne sera utilisé que si vous voulez une réponse d'un lecteur via email. Par exemple si vous cherchez un co-voiturage pour cet évènement ou autre chose.
ANTI-SPAM : Combien font ( 9 multiplié par 7) + 2 ?

ABP

Publier

Nous suivre

2003-2024 © Agence Bretagne Presse, sauf Creative Commons