Put your name here

connexionS'accréditer | S'abonner | Se connecter | Faire un don
> Logo ABP
ABP e brezhoneg | ABP in English |
dessin d'Erig sur le cornique et le breton
dessin d'Erig sur le cornique et le breton
cornique et breton : dessin d'humour
cornique et breton : dessin d'humour
cornique
cornique
cornique
cornique
- Communiqué de presse -
Le cornique et le cornouaillais : quelles différences ?

Le cornouaillais est le breton parlé en Cornouaille de la Petite Bretagne

Fanny Chauffin pour FC le 14/08/15 1:23

Le cornouaillais est le breton parlé en Cornouaille de la Petite Bretagne, qui n'a pour l'instant aucune reconnaissance officielle de la France, alors que le cornique est la langue de Cornouailles, région de Grande Bretagne où elle a un statut de langue officielle, reconnue autant que le gallois ou le gaélique d'Écosse. Première leçon, la prononciation et les différences avec le breton.

Alors qu'on prononce "piou out-té? " en breton, on dit "piou ossé ? " en cornique (traduction de "qui es-tu ?"). Le breton s'écrit "piv out-te ?" et le cornique : "Piw os sy ?" et

"Trist out-te ?" se dit "Osta trist" (es-tu triste ?). En fait, les choix orthographiques sont assez différents, par exemple pour dire "oui, elle est maigre", la prononciation est pratiquement identique : "ya, moén éo-i". Mais pour l'écrire, on écrira ,"Ya, moan eo-hi" en breton et "Yw, moen yw hi" en cornique. Pas étonnant que les querelles orthographiques aient fleuri des deux côtés de la Mor Breizh (Manche, en breton), freinant souvent les mouvements de revitalisation linguistique : comment enseigner, apprendre à lire dans une langue tant qu'une standardisation de l'orthographe n'a pas eu lieu ? Morwena Jenkin a montré lors de sa conférence la difficulté d'établir une graphie commune. En gallo, une dizaine d'orthographe cohabitent, en corse, ils utilisent une "polynomie" et acceptent de nombreuses variations dialectales.

Pour l'heure, saluons le bel effort des Cornouaillais avec l'édition du livre "Kentelioù kerneveureg evit an deraouidi" édité par the Cornish Language Board (l'office de la langue cornique, équivalent de notre office de la langue bretonne ici), qui permet aux bretonnants d'apprendre le cornique sans passer par l'anglais ni le français. Un bel ouvrage, pour lequel il ne manque qu'un CD ou l'alphabet phonétique pour ne pas se tromper de prononciation. Ou courez au Pavillon des Cornouailles et de l'île de Man pour prendre une leçon avec les nombreux bénévoles en ticheurt (tea-shirt en breton) jaune (melen en breton, melyn en cornique), qui vous donneront tous les détails , et vous en serez tout laouen, lowen, heureux, quoi...

Holyewgh an Lergh, Kentelioù kerneveureg evit an deraouidi, Graham Sandercock, lakaet e brehzoneg gant Len George, deux volumes (2004-2014), Kesva an Taves Kernewek

Voir aussi :
Cet article a fait l'objet de 2146 lectures.
Vos 8 commentaires
yanneutch Le Vendredi 14 août 2015 11:57
Dispar !
E pe lec'h e c'haller en prenan e Breizh ?
(0) 

Rafael Le Vendredi 14 août 2015 12:30
Ezhomm-bras a oa da skrivañ seurt pennad-se e galleg, hep mar !
Dreist-holl evit lenn seurt prederiadennoù : "...breton standard de la Petite Bretagne, en France" !
(0) 

Jeannotin Le Vendredi 14 août 2015 14:29
""ya, moén éo-i". Mais pour l'écrire, on écrira , "Ya, moan eo-hi""
Le H de hi s'entend assez fréquemment et la diphtongue de eo est presque partout réduite à é. Il est d'ailleurs dommage que l'imitation maladroite de la prononciation léonarde par certains néo-locuteurs ait donné naissance à l'aberrant : "é-o" en deux syllabes.
(0) 

Damien Kern Le Dimanche 16 août 2015 01:11
En 2015, on écrit sur des claviers. Le monde de l'écriture latine se divise en 2. Le clavier AZERTY est conçu uniquement pour le français et le reste sur des claviers QWERTY.
Le cornish semble très simple à écrire sur un clavier. Pas de é,è,ñ,',- ... Il doit être sous QWERTY.
J'ai l'impression que le breton a encore hérité d'un handicap francophone. AZERTY.
Le français n'est pas simple à écrire, et avec un clavier QWERTY on s'amuse.
Les accents en français ont été créés au 17ème (?). En fait, on a pas besoin de cette rigidité. Le français n'a que 20 sons et l'anglais le double.
L'anglais fait tout le contraire. Le son "i" peut découler de 4 ou 5 voyelles. Ex : business - u -> i.
(la phonétique ISA est dans les dictionnaires)
--
Y a t_il une raison pour le "c'h" ? Alors que le néerlandais a le "ch" qui est la même chose.
Le ñ (j'ai du faire un copy paste), pourquoi pas un simple "n". Pourquoi les ù et pas un u.
Oui, le coup du éo en 2 syllabes est typique de l'apprentissage francophone.
(0) 

Jeannotin Le Dimanche 16 août 2015 14:28
"Y a t_il une raison pour le c'h"
Oui, distinguer le [ʃ] (ch français) du [h] prononcé [x] (ach-laut) en moyen-breton et en breton moderne dans certains environnements phonétiques (essentiellement en finale absolue). Longtemps les deux phonèmes ont été confondus dans l'orthographe et écrits tous deux "ch". Le c'h a été introduit pour répondre aux besoins des prêtres francophones qui devaient apprendre le breton pour remplir leur tâche évangélique.
"Le ñ pourquoi pas un simple n"
Le ñ indique que la voyelle qui le précède est nasale mais que la consonne [n] ne se fait pas entendre. On peut ainsi distinguer "amañ" ['ãmã] (ici) de "amann" [ã'mãn] (beurre). Il s'agit d'un choix tardif (Luzel n'écrivait pas ainsi) mais il me paraît pratique.
"Pourquoi les ù et pas un u"
Il s'agit d'une lettre utilisée en vannetais littéraire et intégrée au peurunvan. La notation "-où" cherche à unifier les diverses prononciations de cette terminaison de pluriel : [u], [o], [ow], [aw] et [əɥ] (schwa suivi d'un ü consonne, noté -eù en vannetais). Albert Deshayes propose d'écrire -ow, qui suit la prononciation la plus archaïque (vivante en Haute-Cornouaille). Quant à moi, je note simplement -ou quand j'écris le parler de chez moi.
"Oui, le coup du éo en 2 syllabes est typique de l'apprentissage francophone."
Albert Deshayes propose d'écrire "ew" qui est plus clair et rapproche graphiquement le breton du cornique et du gallois.
(0) 

Benj Le Dimanche 16 août 2015 19:29
'Vez ket distaget "piou" ar ger "piv" ... met "piu" kentoc'h ! Ar fazi-mañ 'vez klevet alies gant an dud 'zo 'teskiñ brezhoneg maleurusaman ... Ha "div" 'vez distaget "diu" ivez !
Le mot "piv" ne se prononce pas du tout "piou" mais "piu" ! C'est une faute qu'on entend beaucoup trop chez les apprenants du breton hélas ! Et le mot "div" (deux au féminin) se prononce également diu
(0) 

Jeannotin Le Dimanche 16 août 2015 21:41
Le mot "piv" ne se prononce pas du tout "piou" mais "piu" ! C'est une faute qu'on entend beaucoup trop chez les apprenants du breton hélas ! Et le mot "div" (deux au féminin) se prononce également diu
Dans le domaine vannetais, oui sans contredite. En KLT, c'est plutôt "piw" et "diw". En tout cas, la constante en breton naturelle est de prononcer une diphtongue. Seul les néo-locuteurs maladroits prononcent piw et diw en deux syllabes.
(0) 

yanneutch Le Dimanche 23 août 2015 21:02
Je n'ai jamais entendu de néo-locuteur prononcer pi-ou...
Si Deshayes propose -ow et -ew, c'est qu'il reprend Alan Raude à ce sujet, et plus loin dans le temps Guyonvarc'h, Pennaod et Mordrel.
On écrit toujours avec un capital historique derrière nous. Le pluriel ancien-breton était diphtongué, écrit -ou. Et fut toujours écrit ou par la suite, diphtongué ou pas, réduit en -o en Trégor, et -eù en sud-est.
le c'h est je crois une innovation de Maunoir, tandis que le n-tilde a d'abord été proposé par le Gonidec mais pour -gn ; pour la nasalisation il avait proposé un n avec une barre au-dessus
(0) 

Commenter :
Votre email est optionnel et restera confidentiel. Il ne sera utilisé que si vous voulez une réponse d'un lecteur via email. Par exemple si vous cherchez un co-voiturage pour cet évènement ou autre chose.
ANTI-SPAM : Combien font 8 multiplié par 9 ?

ABP

Publier

Nous suivre

2003-2024 © Agence Bretagne Presse, sauf Creative Commons