Put your name here

connexionS'accréditer | S'abonner | Se connecter | Faire un don
> Logo ABP
ABP e brezhoneg | ABP in English |
- Communiqué de presse -
Paris a une nouvelle fois charcuté la Bretagne
Ce serait officiel. Selon la presse, François Hollande a appelé Jacques Auxiette pour lui annoncer la fusion de la région des Pays de la Loire avec la région Poitou-Charentes.
Christian Troadec pour Christian Troadec le 2/06/14 19:21

Ce serait officiel. Selon la presse, François Hollande a appelé Jacques Auxiette pour lui annoncer la fusion de la région des Pays de la Loire avec la région Poitou-Charentes.

C'est un nouveau mauvais coup porté à la réunification de la Bretagne. La Région Bretagne se maintiendrait à quatre départements. Le courage politique aurait consisté, dans le cadre de cette réforme territoriale, qu'il soit immédiatement mis fin à cette séparation décidée par la régime de Vichy et du maréchal Pétain. Nantes est en Bretagne et cette réforme aurait dû mener à la réunification réclamée et réaffirmée par le Bretonnes et les Bretonnes des cinq départements à chaque consultation, à chaque sondage !

L'avenir de la Bretagne a donc une nouvelle fois été décidé par des technocrates dans un bureau à Paris. C'est à se demander si ceux qui tiennent les ciseaux du redécoupage ont réellement le cerveau bien irrigué ! Paris a une nouvelle fois charcuté la Bretagne. Que de retard pris même si, demain, on nous promet un hypothétique droit à l'option pour les départements qui le souhaiteraient de quitter une région pour en gagner une autre. Nous allons demeurer des nains politiques alors même qu'à 5 départements, nous aurions pesé plus de 4,5 millions d'habitants et pu dialoguer avec d'autres Etats ou Pays européens comme l'Ecosse, la Catalogne, les landers allemands... Notre capacité de développement économique se serait vu décupler. Nos emplois et notre niveau de vie aussi.

D'ores et déjà, la résistance doit s'organiser. La réparation historique doit s'effectuer. Nantes doit retrouver la Bretagne administrative immédiatement. D'ici le vote au parlement, j'invite chaque Bretonne et Breton à mettre toute leur énergie pour ce juste combat. Si la décision de replacer Nantes en Bretagne n'était pas prise, le PS, qui porte à lui seul l'entière responsabilité de cette décision révoltante, doit savoir que les prochaines échéances électorales lui seront très compliquées. Nous y veillerons. Nous nous en chargerons. Comme le disait Xavier Grall : « Nous te ferons Bretagne ! »

Christian TROADEC

Maire de Carhaix

Conseiller général du Finistère

Vos 8 commentaires
Anonymous44 Le Lundi 2 juin 2014 19:39
Ne vous inquiétez pas, c'est le pire scénario possible, c'est tactique ! personne n'en veut, demain il annonce BZH+PDL et tout le monde se dis "ouf !" et voilà, ça passe crème, et B5 : bisous !
(0) 

PIERRE CAMARET Le Lundi 2 juin 2014 19:50
Alors maintenant nous avons contre Nous ,BRETONS, Mr et Mme , AUXIETTE + SEGOLENE .
Jacobins de l'annee : Mr HOLLANDE , Mr AUXIETTE ,et Mme SEGOLENE ..... cela ne va pas . Mr HOLLANDE doit partir ,on ne peut pas continuer 3 ans comme cela .
(0) 

anne-marie CHAPALAIN Le Lundi 2 juin 2014 20:05
Bretagne tu vas devoir encore te battre !
(0) 

Lom Le Page Le Lundi 2 juin 2014 20:27
Bravo Christian ! Bevet Breizh ! J'espère que les socialistes parisiens vont s'en mordre les doigts et que la gauche bretonne ne sera pas une fois de plus le dindon de la farce.
Cette fois-ci, c'est la goutte d'eau qui fait déborder le vase. Le mépris, ça suffit ! Re zo re !
(0) 

Jacques Le Mardi 3 juin 2014 10:23
Ils n'ont pas compris malgré toutes les fois ou les urnes lqu'ils faut qu'ils dégagent Je vais plus loin je réclame que la Bretagne retrouve en son château de Nantes un Roi ou une Reine On n'est pas contre que du côté du Poitou le royaume de Neuneuland voit le jour ni même qu'une reine soit nommée avec comme fou de la reine Fanchic Qu'il dégagent cette équipe qui ressemblent a Blanche fesses (la reine) et les sept nains ( Fanchic. Manu Nono etc...)
(0) 

Lukaz Seznec Le Mardi 3 juin 2014 12:56
La preuve du mépris, pour ceux qui en doutaient encore est là: devant nos yeux.
L'absence de démocratie, sans consultation populaire, ni des parlementaires, est là devant nos yeux.
Face à l'absence de démocratie constatée et au mépris avéré, beaucoup de bretons se sentent une fois de plus, atteints dans leur identité, dans leur nationalité, car la Bretagne est une nation. La violence est mauvaise conseillère, la provocation, le dialogue et les mobilisations inutiles. Quelles solutions s'offrent alors aux bretons? On voudrait nous faire croire qu'il s'agit là d'une impasse, alors que la solution qui apparaît comme une évidence, n'est plus une forme d'autonomie que l'on ne nous concèdera jamais, mais bien l'indépendance. C'est à un combat d'une autre dimension qu'il faut donc nous atteler.
Bevet Breizh.
(0) 

AlterEgo Le Mardi 3 juin 2014 15:41
Madame Royal, anti-bretonne? Qu'en pensent les membres du Collectif breton pour l'élection de Ségolène Royal?
(0) 

Un Nantais Le Mardi 3 juin 2014 15:51
Si Paris ne veux pas laisser la Bretagne redevenir unie, alors, il serait probablement temps de se détacher de la France et de reprendre son indépendance, comme les irlandais l'ont partiellement fait et que les écossais envisagent de le faire.
Je suis donc partisan de la rédaction d'une nouvelle constitution pour la Bretagne indépendante (évidemment à cinq départements). Par rapport à la constitution de la cinquième république, cela pourrait difficilement être pire.
Le droit des peuples à disposer d'eux-mêmes est applicable pour exiger le référendum sur les cinq départements au nom de l'unité géographique millénaire de la Bretagne (alors que la France est loin d'avoir eu des frontières aussi stables au cours du dernier millénaire).
(0) 

Commenter :
Votre email est optionnel et restera confidentiel. Il ne sera utilisé que si vous voulez une réponse d'un lecteur via email. Par exemple si vous cherchez un co-voiturage pour cet évènement ou autre chose.
ANTI-SPAM : Combien font ( 0 multiplié par 0) + 2 ?

ABP

Publier

Nous suivre

2003-2024 © Agence Bretagne Presse, sauf Creative Commons