Bretagne Réunie à l'Unesco : Nantes n'est pas en ''Val de Loire''
Communiqué de presse de Bretagne Réunie. Comité local Nantes

Publié le 30/06/09 19:52 -- mis à jour le 00/00/00 00:00

C'est en 2000, que l'Unesco a classé au patrimoine mondial de l'Humanité, le « Val de Loire entre Sully-sur-Loire et Chalonnes ». Le site protégé traverse les départements du Loiret, Loir-et-Cher, Indre-et-Loire et Maine-et-Loire, et c'est fort logiquement qu'il s'arrête aux confins du massif armoricain.

Toutes nos newsletters et tous nos agrégateurs sont gratuits ! Abonnez-vous ! (voir le site)

Hélas, certains élus se sont appropriés le label protégé, pour y intégrer des châteaux et abbayes qui ne sont pas dans le « Val de Loire », dont le château des ducs de Bretagne de Nantes, au motif de bénéficier du développement touristique autour du site classé.

En réalité, il sert une cause moins noble de destruction de l'identité bretonne de la Loire-Atlantique et de ses monuments. Le château des ducs de Bretagne de Nantes a déjà payé un lourd tribut à cette politique « illégale ».

Le musée des Arts et Traditions Populaires a été supprimé. Il était pourtant avec ceux de Quimper et de Rennes, l'un des plus importants de Bretagne. Le musée des Salorges, trop maritime et pas assez fluvial, a également été supprimé. L'histoire du duché de Bretagne et des ducs de Bretagne sur plus de six siècles a été occultée. Et enfin le Conseil municipal de Nantes a refusé la proposition des autres départements bretons d'intégrer la société d'exploitation du Château.


Lorsque l'on sait que les Archives départementales de la Loire-Atlantique conservent un trésor : « Les Registres de la Chancellerie du Duché de Bretagne », que le Musée Dobrée possède une formidable collection de pièces de monnaies des Ducs de Bretagne, on peut s'interroger sur les aménagements du château des ducs de Bretagne, et la volonté politique de cacher l'histoire des Nantais jusqu'au XVIe siècle.

Visiblement, l'intégration du château des ducs de Bretagne dans le « Val de Loire » était préméditée, et toute son histoire, ses collections devaient disparaître, au profit d'un musée municipal.

L'association Bretagne Réunie a pu prendre connaissance d'une plaquette intitulée « Châteaux de la Loire, Vallée des Rois, Dames de Touraine » estampillé du logo de l'Unesco Patrimoine Mondial, incluant le château des ducs de Bretagne.

L'association Bretagne Réunie, avec l'Institut Culturel de Bretagne, le Collectif Breton pour la Démocratie et Eurominority, a donc adressé le 6 juin dernier un courrier aux membres du Comité du patrimoine mondial de l'Humanité de l'Unesco, pour demander que le secteur classé « Val de Loire » soit protégé de toutes ingérences politiques.

Par son action, Bretagne Réunie souhaite rappeler que le droit à son histoire et à sa culture fait partie intégrante des droits et libertés fondamentales protégées par de nombreuses conventions internationales.


Bretagne Réunie souhaite également rappeler les termes de la Recommandation 1283 (1996) du Conseil de l'Europe, relative à l'histoire et à l'apprentissage de l'histoire en Europe, qui devrait guider les décisions de nos élus dans ce domaine.

1. Tout individu a le droit de connaître son passé ainsi que le droit de le désavouer. L'histoire est un des moyens de retrouver ce passé et de forger une identité culturelle. C'est aussi une porte ouverte sur l'expérience et la richesse du passé et d'autres cultures. L'histoire est une discipline qui développe l'approche critique de l'information et l'imagination contrôlée.

3. La connaissance de l'histoire est importante pour la vie civile. Sans elle, l'individu est plus vulnérable, sujet à la manipulation, politique ou autre….

8. Les hommes politiques ont leur propre interprétation de l'histoire, et certains sont tentés de la manipuler. Presque tous les systèmes politiques ont utilisé l'histoire pour servir leurs intérêts et ont imposé leur version des faits historiques ainsi que leur définition des bons et des méchants dans l'histoire….

14-ii. Le contenu des programmes d'histoire devrait être très ouvert. Il devrait comprendre tous les aspects des sociétés (l'histoire sociale et culturelle aussi bien que l'histoire politique). Le rôle des femmes devrait être reconnu. L'histoire locale ainsi que l'histoire nationale (mais pas nationaliste) doivent être enseignées, ainsi que l'histoire des minorités. Les événements controversés, sensibles et tragiques devraient être équilibrés par rapport aux influences positives mutuelles.


La Bretagne possède sa propre histoire, que tous les Bretons y compris ceux de la Loire-Atlantique ont le droit de connaître.
Les découpages administratifs, même artificiels, ont l'obligation de la respecter et de la faire connaître.

Le Comité du patrimoine mondial de l'Unesco se réunira à Séville du 22 au 30 juin prochain. Espérons que ses membres sauront remettre un peu d'ordre en demandant le retrait de cette plaquette des présentoirs afin que le site protégé du « Val de Loire » soit respecté, et que nos ducs puissent retrouver la place qu'ils méritent à Nantes.


Le secrétaire du comité local nantais de Bretagne Réunie, Paul Loret.

.

Document PDF 15561_2.pdf Courrier “Val de Loire” et Nantes au directeur de l'Unesco. 6 juin 2009.. Source : Bretagne Réunie
Document PDF 15561_3.pdf Dépliant complet. 2.28 Mo.. Source : "Les châteaux de la Loire"
Voir aussi :

mailbox
imprimer
Cet article a fait l'objet de 2041 lectures.
logo
Le comité local nantais de Bretagne Réunie a pour but de réunir les adhérents sur son territoire, mettre en place des actions locales et relayer l\'action de l\'association Bretagne Réunie, unitaire et apolitique, en faveur d\'une Bretagne réunifiée : reconnaissance comme collectivité territoriale de la région Bretagne, formée des départements actuels des Côtes-d\'Armor, du Finistère, de l\'Ille-et-Vilaine, de la Loire-Atlantique et du Morbihan.
Bretagne Réunie
BP 49032
44090 Nantes/Naoned cedex 1
Tél. : 06 32 01 86 07
Courriel : contact(AT)cuab.org
Vos 4 commentaires
  Prigent Michel
  le Mardi 31 août 2010 23:27
Bonne action de vigilance et de mise au point de Bretagne Réunie et "consorts".
Les falsificateurs de l'Histoire de Bretagne n'hésitent pas à utiliser sans vergogne des procédés sournois de propagande inspirés de pays totalitaires bien connus.
D'ailleurs, Mr Plouf dans Ouest-France se gaussait de l'inclusion de l'abbaye de Fontevrault (près de Saumur) dans le périmètre de l'"Estuaire 2009" sur l'insistance d'Auxiette en écrivant:
"On savait Auxiette fâché avec l'Histoire, surtout de Bretagne, le voici, à présent fâché avec la géographie !".
(0) 
  Dan Ar Wern
  le Mardi 31 août 2010 23:27
Gwall mantrus eo gwelout penaos e vez graet gant Stad C'hall , bro Gwirioù Mab-Den , a-enep ar Vretoned ! Ra vezo kastell hon Duged ur mirdi evit Breizh !
(0) 
  Ghildas Durand Touz, Dr
  le Mardi 31 août 2010 23:27
Au vu des tout ce qui est fait concrètement pour détruire, dénaturer ou franciser le patrimoine de Bretagne, y compris par le truchement d'administrations censées le préserver, entretenir ou restaurer, on voit combien la notion de patrimoine est politique. S'attaquer à la véridicité historique, ce n'est pas seulement du négationnisme : c'est comme s'attaquer à une culture ou vouloir détruire son moyen d'expression, la langue; tout ceci est corrélatif : c'est un crime contre l'humanité, et ceux qui le commette devront en répondre.
(0) 
  Pierre CAMARET
  le Mardi 31 août 2010 23:27
Mais la France n'a pas d'histoire vraie . La "sienne " elle l'a cree et c'est sa verite .Tout ce qui est contre est l'ennemi . Le systeme est tres "au point " ..... et la majorite des bretons de plus en plus effacee... il y a et il y aura de moins en moins de reaction ... a moins que ???
(0) 
ANTI-SPAM : Combien font 0 multiplié par 9 ?
Cet espace est un lieu de débat. Les attaques personnelles ne sont pas autorisées. Le trolling est interdit. Les lois contre le racisme, le sexisme, et la diffamation doivent être respectées. Les pseudos sont tolérés mais ne sont pas encouragés.
MERCI DE RESPECTER LA LANGUE DE L'AUTEUR de l'article et donc des lecteurs. Les articles écrits en français doivent être commentés en français, les articles écrits en breton doivent être commentés en breton. Cacophonie ? Merci de ne pas mélanger les langues dans le même commentaire, sauf pour la traduction intégrale du commentaire.